CELEB 24/7. Emily Ratajkowski had het poseren al snel onder de knie en herken jij de actrice op deze foto?

Niets leuker dan meekijken met het leven van onze beroemde medemensen. Benieuwd wat ze zoal uitspoken? Je ontdekt het hier in onze nieuwsstream.
Read full article on: hln.be
Passerende voetbalfan geeft journaliste tijdens live verslag tik op achterwerk: “Dit kun je niet maken!”
Verontwaardiging in Italië: een journaliste die na de match Empoli-Fiorentina live verslag uitbracht, is het slachtoffer geworden van ongewenste intimiteiten. Een passerende voetbalfan gaf Greta Beccaglia een tik op het achterwerk. Ironisch genoeg stonden de matchen in de Serie A dit weekend in het teken van meer respect voor vrouwen.
HLN.be
Bruxelles continue à tester tous les cas deux fois
Bruxelles continue à tester tous les cas deux fois Depuis quelques jours, le mécanisme permettant de tester la population belge au coronavirus craque un peu en Wallonie, beaucoup en Flandre et apparemment pas du tout à Bruxelles. Les représentants des trois Régions et du fédéral ne sont pas parvenus à s’entendre sur la problématique lors du Comité de concertation de vendredi dernier. Pas plus que lors de la réunion des ministres de la Santé le lendemain. Résultat, on s’agitait toujours en coulisses lundi soir pour tenter de trouver une solution commune qui permettra de soulager les généralistes et les laboratoires. Vu sa position confortable, Bruxelles n’est demandeuse de rien et en profite pour balancer le bonnet d’âne à ses voisins. « On a dû lutter pour obtenir que les personnes rentrant de zones rouges cet été doivent respecter une quarantaine », raconte Inge Neven, Madame covid à Bruxelles. « Cela ne nous a été accordé qu’en octobre… Nous prônons la cohérence, à savoir continuer de tester les cas contacts dès le premier jour et une deuxième fois après une semaine. Si on change les règles toutes les semaines, on risque de perdre l’adhésion. » Si Bruxelles s’en sort mieux, c’est parce qu’elle revient de loin. On se souvient des files d’attente dans les hôpitaux pour obtenir les tests PCR pour voyager lors de l’été 2020. Entre-temps, plusieurs centres permanents qui ne reposent pas sur les généralistes, mais sur des hôpitaux, la Croix-Rouge et les communes, ont été créés. « Ça roule depuis », assure Inge Neven. « On dit que Bruxelles fait toujours différemment des autres, mais on a surtout essayé de trouver des moyens pour adapter les outils à notre réalité. » Pas sûr toutefois que le petit Poucet bruxellois parvienne à empêcher qu’on garde la piste de l’unique test, au jour 5 pour les cas contacts vaccinés. Le débat, qu’on nous dit houleux, reviendra en CIM Santé mercredi. Par Maxime Biermé et Véronique Lamquin Le 29/11/2021 à 20:40
www.lesoir.be
Toenadering tussen Verlinden en politievakbonden
Maandagavond zat het vakbondsfront van de politie opnieuw samen met minister van Binnenlandse Zaken Annelies Verlinden (CD&V). Na ‘een constructief gesprek’ schort de politie haar protestacties alvast deze week op.
De Standaard
D1A: le spectre du huis clos, comme aux Pays-Bas
D1A: le spectre du huis clos, comme aux Pays-Bas Ce samedi, au Mambourg (comme dans les autres stades d’ailleurs), peu de masques étaient (bien) portés. - PhotoNews/P.Crochet À l’image d’une société de plus en plus clivée, le public présent dans nos stades de foot intègre et applique les règles de lutte contre le Covid avec une autodiscipline et une résilience très variables. Le port du masque, redevenu obligatoire depuis le premier Codeco de novembre (17/11), est une mesure simple et assez peu contraignante, force est de reconnaître qu’une frange de spectateurs/supporters continue à faire de la résistance, saisissant la moindre occasion pour contourner des règles reposant pourtant sur deux piliers essentiels de notre vie en commun : le bon sens et la solidarité. Union/OHL, Charleroi/Anderlecht, Genk/Bruges… on pourrait multiplier à l’envi les exemples interpellant de la 16e journée de championnat de D1A. Fans chantant à gorge déployée forcément sans masque, supporters « oubliant » de remonter leur protection buccale après avoir vidé leur chope, respect à géométrie variable de recommandations pourtant répétées au micro des stades plusieurs fois… ces images dérangeantes ont crevé l’écran, créant aussi un malaise, un mal-être palpable parmi les personnes inquiètes pour leur intégrité physique (voir texte ci-contre). Faut-il s’attendre à un nouveau tour de vis dans les stades, alors que l’inquiétude relative au variant Omicron s’épaissit ? « La situation fait l’objet d’une évaluation constante », insiste Stijn Van Bever, porte-parole de la Pro League. « Malgré le récent durcissement des règles, les enceintes de foot sont restées ouvertes et accessibles, sans jauge populaire, parce qu’il s’agit d’une forme de spectacle en extérieur auquel assiste un public essentiellement assis. Mais chaque amateur de foot doit mesurer cette chance et assumer sa part de responsabilité ! Sinon il se tire une balle dans le pied. Il faut respecter les règles, dont le port du masque, point barre. Sans quoi ces conditions pourraient être revues, resserrées de manière douloureuse. » Le spectre, agité comme le drapeau d’un arbitre de touche, c’est évidemment le huis clos que nos voisins néerlandais ont, eux, réimposé, faisant resurgir d’un passé récent ce foot qui sonne creux, sans âme ni saveur. « Les supporters doivent prendre conscience qu’en cas de persistance de comportements indisciplinés, la seule alternative sera le retour à un foot sans public », craint Marc Van Ranst, lui-même amateur de ballon rond. « Le port du masque est une obligation pourtant très simple mais qui n’est efficace que si elle est respectée. Celui qui aime le foot et son club favori peut comprendre cela. » Le virologue de la KUL n’assimile pas les stades à des nids infectieux mais reste prudent. « Les enceintes bien ventilées ne posent a priori pas trop de problèmes mais d’autres, par leur configuration, entraînent une stagnation des particules aérostatiques. Dans l’absolu, des supporters assis et masqués ne sont pas sources de propagation du virus mais quand votre équipe favorite est à l’offensive ou marque un but, lorsqu’une décision ne vous plaît pas, les comportements changent… Idem dans les catacombes des stades, près des buvettes… » Comment faire percoler le message, l’infuser dans des esprits obstrués par vingt mois de crise sanitaire ? « Qui, mieux que les clubs eux-mêmes, peut faire comprendre que ces règles ne sont pas des options ? », martèle la Pro League. « Avec les autorités et les experts, nous avons conclu des accords dès l’été pour permettre au football avec supporters de se poursuivre en toute sécurité, en gardant à l’esprit qu’un automne/hiver difficile pourrait se profiler. C’est hélas avéré. Réseaux sociaux, messages à travers les associations de supporters et les haut-parleurs avant et pendant les matches, les clubs doivent informer correctement et régulièrement les fans. Les stewards gardent également un œil sur la situation dans les tribunes ». Le renforcement de ces dispositifs d’accompagnement serait toutefois sans effet, « sauf à prévoir un steward par supporter… » Au cabinet de la ministre Verlinden (Intérieur), on reste attentif à l’évolution de la situation, les contacts avec la Pro League étant continus. Pas de stigmatisation du foot, évidemment perçu comme une activité sociale parmi d’autres (marchés de Noël pour ne prendre qu’un autre exemple de point d’attention). La ministre des sports Valérie Glatigny (Fédération Wallonie-Bruxelles) se méfie de l’effet de contagion : ces images de supporters sans masque dans les grands stades peuvent avoir un impact sur les rencontres de foot amateur. Pour rappel, le masque y est également requis pour tous, avec CST au-delà de la jauge de 100 personnes. Le port correct du masque dans les stades est l’une des conditions sine qua non pour que le foot puisse se poursuivre avec public. Le week-end dernier en D1A, les entorses à ces règles, pourtant assez simples, n’ont hélas pas manqué… Par Eric Clovio Le 29/11/2021 à 20:33
www.lesoir.be
Bruxelles: une autopompe des pompiers coincée dans un trou dans la route
Bruxelles: une autopompe des pompiers coincée dans un trou dans la route J’ai glissé Chef ! » : cet après-midi vers 16h15 une des autopompes appartenant aux pompiers était en intervention pour une fuite d’eau dans une rue à Anderlecht, route de Lennik. Soudainement une doline s’est formée sous le véhicule d’intervention. L’autopompe risque de passer complètement dans le trou. Un appel est fait à des moyens de levage extérieur au service (entrepreneur) pour sortir l’autopompe de sa fâcheuse posture. Une autopompe appartenant aux pompiers se retrouve dans une fâcheuse posture, et il est difficile d’en sortir. Par Rédaction Le 29/11/2021 à 20:32
www.lesoir.be
Politievakbonden schorten acties voorlopig op
20:31 De politievakbonden schorten hun protestacties deze week op. Ze zijn 'voorzichtig positief' na een gesprek met minister van Binnenlandse Zaken Annelies Verlinden.
www.tijd.be
Referee Department: “Anderlecht kreeg onterechte strafschop tegen Charleroi”
Het Refereeing Department van de Belgische Voetbalbond heeft maandag geoordeeld dat RSC Anderlecht op het veld van Sporting Charleroi (1-3) een strafschop heeft getrapt die niet gegeven had mogen worden. “Het lichte contact met Zedadka was niet voldoende.”
www.hbvl.be
Haut les masques!
Haut les masques! Le choc des Sportings, samedi au Mambourg, je l’avais coché depuis longtemps sur mon agenda. Pas question de rater ça ! Pourtant, à la mi-temps, je suis parti. Parce que, tout autour de moi (et je ne parle pas des journalistes qui, eux, respectaient la règle), une personne sur deux, au moins, ne portait pas de masque. Et une sur dix, environ, fumait. Les appels au micro ainsi que les injonctions des stewards n’y changeaient rien : dès qu’un d’entre eux repartait faire ses recommandations dans un autre bloc, ceux (et celles) qui avaient vite mis leur masque le rabaissaient sous le nez, sur le menton, ou dans leur poche, et ceux qui avaient éteint leur cigarette la rallumaient. Insupportable ! Un peu partout Partir, la mort dans l’âme, je pouvais me le permettre. Parce que je n’étais pas de service et que, habitant à portée de ballon du stade, j’étais assis devant la TV pour le début de la deuxième mi-temps. Ce qui n’était sans doute pas le cas des dizaines d’autres spectateurs qui avaient pris la même décision que moi et faisaient la file à la caisse du parking. Du jamais-vu à ce moment-là du match. Et leurs commentaires n’étaient pas tendres envers les récalcitrants. J’espère au moins que tous ces inconscients avaient bien leur covid safe ticket. Car le vigile qui a contrôlé le mien à l’entrée ne m’a pas demandé ma carte d’identité. Si bien que j’aurais pu passer avec le CST de quelqu’un d’autre… C’était en fait pareil dans quasi tous les stades du pays, ainsi qu’on l’avait constaté dès vendredi à l’Union. Les dirigeants de clubs font leur boulot mais certains supporters ne veulent rien entendre. Ils seront, évidemment, les premiers à râler quand le football se jouera à nouveau à huis clos, comme c’est déjà le cas aux Pays-Bas. Mais ils n’y seront évidemment pour rien... Par PHILIPPE DEWITTE Le 29/11/2021 à 20:30
www.lesoir.be
Medtechbedrijf iSTAR Medical krijgt 20 miljoen Europees geld
20:30 De Europese Investeringsbank (EIB) pompt 20 miljoen euro ‘bijna-kapitaal’ in de Waalse maker van oogtechnologie iSTAR Medical.
www.tijd.be
Après un faux départ, Magdalena Andersson devient Première ministre: un bulldozer au style direct qui détonne dans une Suède policée
Élue la semaine passée, démissionnaire sept heures plus tard, elle a finalement été réélue lundi.
www.lalibre.be
Netflix s’invite sous le sapin: ces séries à ne pas manquer en décembre
Casa de Papel, Emily in Paris, la hotte du Père Noël est bien remplie sur la plateforme.
www.dhnet.be
«Les migrants menacent de jeter leurs bébés à l’eau»: vraiment?
«Les migrants menacent de jeter leurs bébés à l’eau»: vraiment? Gonzalo Fuentes/Reuters Gonzalo Fuentes/Reuters Gonzalo Fuentes/Reuters Gonzalo Fuentes/Reuters Gonzalo Fuentes/Reuters Policiers laxistes ou migrants tueurs d’enfants ? Les clichés ont fait les choux gras de la presse britannique au soir du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche : des policiers regardant sans agir un groupe de migrants traversant la plage pour mettre leur zodiac à l’eau. Certes, il ne s’agit pas de l’embarcation qui a fait naufrage quelques heures plus tard, mais des députés britanniques n’ont pas tardé à s’appuyer sur ces images pour dénoncer le laxisme de la police. Une façon aussi de pointer la responsabilité des autorités françaises dans le naufrage. Interrogé sur le sujet dimanche, en marge de la réunion internationale sur la sécurisation de la côte, le ministre de l’Intérieur français Gérard Darmanin a défendu ses policiers, assurant que les photographies de Reuters ne montraient pas toute l’histoire. « Dans cette image-là, ce qu’on n’a pas vu, c’est que les migrants utilisaient des bébés et menaçaient de les jeter dans une eau à quelques degrés sur un moteur (sic) s’ils (les policiers – NDLR) venaient les interpeller. Dans ces cas-là, ma consigne, c’est de ne pas intervenir. Nous ne pouvons pas mettre en danger la vie d’enfants, de vieillards qui sont parfois basculés dans la mer. C’est un constat que, malheureusement, les policiers font depuis de nombreuses années, parce que les gens ont envie d’aller en Grande-Bretagne. » Des migrants prêts à sacrifier leurs propres enfants et aînés pour s’assurer d’un passage en Angleterre, vraiment ? D’après le conseiller communication de Gérard Darmanin, il s’agit d’informations rapportées au ministre par des policiers et des gendarmes. « Il arrive que des passeurs menacent de jeter les enfants les plus jeunes par-dessus bord afin d’empêcher la police d’intervenir. » Est-ce une observation générale (« il arrive ») ou spécifique à l’événement décrit ? Le conseiller renvoie vers la préfecture du Pas-de-Calais pour plus de détails. Celle-ci botte en touche : « Si le ministre l’a dit, le ministre l’a dit. » Quant à la préfecture maritime Manche et Mer du Nord, elle dit ne pas avoir observé ce « type de pratiques ». Ce sont pourtant ses services qui assurent l’essentiel des sauvetages en mer. Un scénario peu crédible Comme évoqué, la série de clichés montre les migrants passer à côté des policiers alors qu’ils portent leur bateau sur la plage. Il semble peu vraisemblable que les policiers aient patiemment attendu dans leur voiture que les personnes se mettent à l’eau et démarrent le moteur pour finalement songer à intervenir. Et alors seulement être stoppés par la menace de jeter un enfant. L’incident est d’ailleurs totalement absent de la recension des événements qu’a faite le photographe de Reuters au journal Le Figaro le lendemain des faits. Gonzalo Fuentes mentionne alors que la police n’était plus présente au moment de la mise à l’eau : « Un camion de la police française s’est dirigé vers le groupe, a allumé ses feux et a encerclé les migrants dans une tentative apparente de bloquer leur chemin vers la mer. Une femme portant un petit enfant s’est avancée devant le véhicule et a poussé un gémissement. Le véhicule de police s’est arrêté. Peu de temps après, il est parti pour patrouiller sur une autre partie de la plage. Les migrants se sont précipités sur le sable jusqu’au rivage. [Les hommes] ont chargé les enfants sur le canot et l’ont poussé vers la mer. » L’effet bouche-à-oreille a-t-il pu transformer « une femme s’est avancée et a poussé un gémissement » en « des migrants ont menacé de jeter les bébés à l’eau, sur le moteur » ? Des situations de ce type auraient-elles pu se produire à d’autres moments, sachant que le ministre évoque quelque chose de récurrent ? Dans le cadre de sauvetages – ou d’interceptions –, il peut arriver que des personnes brandissent effectivement enfant ou bébé. Mais il s’agit généralement d’alerter sur la présence d’enfants, surtout dans un contexte où une interception pourrait être perçue comme une manœuvre potentiellement dangereuse. Les assertions du ministre de l’Intérieur ne sont d’ailleurs pas sans rappeler un scénario avancé dans les heures qui suivirent le décès de Mawda : que la petite fille aurait été utilisée comme « enfant bélier » par les migrants pour casser la vitre de la camionnette (alors qu’elle est décédée d’une balle dans la tête, tirée par un policier). Une rumeur relayée à l’époque « off the record » par du personnel politique et des enquêteurs. Les migrants avaient seulement montré les enfants à la fenêtre de la camionnette pour signaler leur présence aux véhicules qui les pourchassaient. Le ministre de l’Intérieur français Gérard Darmanin assurait dimanche qu’une pratique courante lors des traversées consiste à basculer par-dessus bords enfants et vieillards. Rien ne semble étayer ces accusations. Le 29/11/2021 à 20:29
www.lesoir.be
Théo Hayez: la justice en quête de réponses
L’enquête est rouverte, plus de deux ans après la disparition du jeune Belge.
www.dhnet.be
Un faux départ pour la future réforme fiscale
20:25 TVA à 22%, taxation des loyers et des plus-values, suppression de l’épargne pension: les pistes du groupe de travail sur la future réforme fiscale ne suscitent pas beaucoup d'adhésion.
www.lecho.be
Proces tegen ‘meisjesronselaar’ Epstein is begonnen: wat staat Ghislaine Maxwell te wachten?
In New York is maandag het proces begonnen tegen Ghislaine Maxwell. Zij wordt ervan beschuldigd dat zij minderjarige meisjes heeft geronseld voor de Amerikaanse financier en multimiljonair Jeffrey Epstein, die twee jaar geleden zelfmoord pleegde in de gevangenis.
www.demorgen.be
L’inflation grimpe en flèche en Belgique et ailleurs en Europe
L’inflation grimpe en flèche en Belgique et ailleurs en Europe Photo News. L’inflation a augmenté de 4,16 % sur un an en octobre à 5,64 % en novembre, soit le niveau le plus élevé depuis juillet 2008 (5,90 %), a indiqué lundi dans un communiqué l’office des statistiques Statbel. La forte augmentation de l’inflation est due, comme ces derniers mois, à la forte hausse des prix de l’énergie. L’inflation de l’énergie s’élève actuellement à 46,4 % et contribue à hauteur de 3,92 points de pourcentage à l’inflation totale. L’inflation sous-jacente, qui ne tient pas compte de l’évolution des prix des produits énergétiques et des produits alimentaires non transformés, s’établissait à 2,14 % en novembre, contre 1,95 % en octobre. En novembre, les principales hausses de prix ont concerné le gaz naturel, l’électricité, les carburants, les boissons alcoolisées, le gasoil de chauffage, les voyages à l’étranger et city-trips ainsi que les boissons non alcoolisées. Les fruits, les articles d’hygiène corporelle, les billets d’avion, les produits laitiers et les produits d’entretien ont, par contre, exercé un effet baissier sur l’indice. À lire aussi La BCE réinterprète la «stabilité des prix» La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a déjà demandé aux partenaires sociaux et au gouvernement de réfléchir d’urgence aux mesures possibles pour faire face à la hausse de l’inflation. Ce chiffre est « inquiétant », selon la FEB, qui a indiqué que les entreprises belges devront augmenter les salaires de 4,5 à 5 % en quelques mois, L’organisation demande « aux partenaires sociaux et au gouvernement de réfléchir d’urgence aux mesures possibles pour briser cette spirale infernale salaires prix et d’examiner quels mécanismes de correction intermédiaires peuvent être utilisés, comme le prévoit la loi de 1996 ». Pas touche à l’index Le syndicat socialiste ABVV (FGTB) prévient de son côté qu’en « aucun cas », il ne peut être touché à l’index. La porte-parole du syndicat socialiste Gina Heyrman a souligné que l’indexation assure seulement le maintien du pouvoir d’achat des travailleurs et travailleuses alors que les salaires horaires ont augmenté plus rapidement dans les pays voisins ces dernières années qu’en Belgique. Les syndicats descendront d’ailleurs dans les rues pour manifester le 6 décembre contre la loi sur la norme salariale. Ils réclament un ajustement en faveur des salariés alors que la norme salariale maximale a été fixée pour 2021-2022 à 0,4 %. Selon les dernières estimations du secrétariat social SD Worx, l’indexation, au 1er janvier 2022, des salaires des employés de la CP 200, la commission paritaire la plus importante du pays, pourrait atteindre 3,56 %. Une telle indexation serait du jamais-vu depuis une bonne dizaine d’années. Pour la CP 200, la commission paritaire auxiliaire pour employés (ex-CP 218), qui concerne plus de 450.000 employés et plus de 50.000 employeurs de secteurs très divers en Belgique, l’indexation des salaires se fait une fois par an, au 1er janvier, sur base de l’inflation de l’année précédente. Le niveau de l’indexation qui sera appliqué au 1er janvier 2022 ne sera connu définitivement qu’une fois établis les chiffres d’inflation pour le mois de décembre, mais on a déjà une bonne idée de son ampleur, et, selon la dernière simulation de SD Worx, l’augmentation des salaires dans la CP 200 atteindrait donc 3,56 %. Il faut remonter à 2012 pour retrouver une indexation supérieure à 3 % (+ 3,17 %) et 2009 pour retrouver une augmentation encore plus forte (+ 4,51 %). En 2021 et 2020, l’indexation des salaires dans la CP 200 avait été inférieure au pour cent. Lagarde imperturbable La Belgique n’est évidemment pas la seule à connaître une envolée des prix. En Espagne, elle a atteint 5,6 % sur un an en novembre, soit son niveau le plus élevé depuis septembre 1992. Idem en Allemagne où la hausse des prix a culminé 5,2 %, là aussi son plus haut niveau depuis 1992. Dans ces conditions peu banales la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), la Française Christine Lagarde, continue pourtant de marteler qu’un durcissement monétaire serait la mauvaise réponse aux problèmes économiques. L’indice allemand des prix harmonisé, qui sert de référence au niveau européen, a lui affiché une hausse de 6 % sur un an, atomisant l’objectif de la BCE d’une inflation à 2 % dans la zone euro. À lire aussi Peter Praet: «Le débat s’ouvrira tôt ou tard sur l’impôt sur la fortune» La BCE, comme d’autres banques centrales, fait ainsi face à un dilemme : comment contenir une inflation qui accélère sans étouffer une croissance atone ? Tandis que la banque fédérale américaine devrait entamer un cycle de hausse de ses taux durant l’année 2023, et la Banque d’Angleterre faire un premier pas probablement dès décembre, selon les observateurs, la banque centrale européenne tient, elle, à ne pas resserrer trop vite ses taux, jugeant que cela serait contre-productif pour l’économie. « Si nous resserrions la politique monétaire maintenant, il n’y aurait pas un porte-conteneurs ni un chauffeur de camion de plus », a clamé Christine Lagarde dans un portrait que lui consacre lundi le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (SZ). Durant le week-end, la Française avait assuré que la BCE voudra « intervenir quand ce sera nécessaire » dans une interview à la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Selon ses explications, l’économie souffre d’une « inflation largement tirée par les contraintes d’approvisionnement et les prix de l’énergie », autrement dit des domaines où la BCE est impuissante pour agir, ajoute-t-elle dans la SZ. Ces effets devraient du reste s’estomper l’an prochain, avec comme conséquence un nouveau ralentissement des prix. Les patrons belges s’inquiètent des effets de l’indexation automatique des salaires. Les travailleurs de la CP 200 devraient bénéficier d’une augmentation de plus de 3,5 % le 1er janvier prochain. La Banque centrale européenne assure que le phénomène d’emballement des prix est transitoire. Par AFP, Belga Le 29/11/2021 à 20:22
www.lesoir.be
Les adresses bruxelloises
Les adresses bruxelloises Woluwe-Saint-Pierre : drève des Shetlands 15 Forest : avenue Jupiter 201 Molenbeek : chaussée de Gand 696 Pacheco : boulevard Pacheco 42 Hôpital militaire : rue Bruyn 1, Neder-over-Heembeek ainsi qu’une série de lieux décentralisés, à trouver ICI Le 29/11/2021 à 20:20
www.lesoir.be
Terrorist Anders Breivik stuurt slachtoffers brieven met extreemrechtse propaganda
De extreemrechtse Noorse terrorist en massamoordenaar Anders Breivik stuurt vanuit de gevangenis uittreksels van zijn "manifest" naar politici en slachtoffers van zijn aanslagen, melden Noorse media. "Intimidatie", meent de voorzitter van de vereniging van de slachtoffers.
www.hbvl.be
Une décision sur le nucléaire espérée mi-décembre
20:14 C'est mardi soir, quelques heures à peine avant l'échéance prévue, que le rapport de la ministre de l’Énergie devrait arriver sur la table du gouvernement. Mais il est peu vraisemblable qu'une décisio...
www.lecho.be
Grenzen dicht voor zuidelijk Afrika: een voorbarige beslissing?
In veel landen gelden reisrestricties alleen voor reizigers uit zuidelijk Afrika. En dat veroorzaakt veel verontwaardiging in Zuid-Afrika.
www.hbvl.be
Mondmasker op... of kerstvoetbal zonder fans? Pro League, overheid en viroloog willen striktere naleving coronaregel in stadions
In België mag profvoetbal nog mét publiek, maar verre van alle fans droegen dit weekend rigoureus het mondmasker. “Als fans naar voetbal willen blijven gaan, is dat een must”, zegt de Pro League. Ook de politiek waarschuwt: “Een mondmasker is met reden verplicht in stadions.”
HLN.be
Mediahuis lanceert fonds om onafhankelijke Europese media te steunen
20:04 Het nieuwsmediabedrijf Mediahuis is een van de aandeelhouders van het nieuwe ‘impact investeringsfonds’ Pluralis. Dat gaat investeren in kwaliteitsmedia in ‘Europese landen waar pluriforme media in ge...
www.tijd.be
Fini les tests à J+1 et J+7 après un contact à haut risque pour les vaccinés: Yves van Laethem lève un coin du voile sur la nouvelle stratégie de testing
Une décision sur la nouvelle stratégie devrait être communiquée ce mardi.
www.lalibre.be
Proces tegen Ghislaine Maxwell, vermoedelijke “fixer” van Epstein, gestart in New York
Twee jaar nadat haar voormalige geliefde, zedendelinquent en miljardair Jeffrey Epstein dood werd aangetroffen in zijn cel, is maandag in New York het proces van Ghislaine Maxwell (59). Dat moet blootleggen of Maxwell tussen 1994 en 2004 minderjarige meisjes ronselde voor Epstein en zijn entourage. Er staan zes aanklachten op haar naam, onder meer vrouwenhandel. Maxwell riskeert een levenslange gevangenisstraf, maar houdt haar onschuld vol. Het proces duurt zes weken.
www.hbvl.be
Yves Vanderhaeghe reageert op ontslag: “Spelers reageerden vol onbegrip”
Yves Vanderhaeghe (51) is wat gewoon na zeven jaar hoofdtrainerschap, maar zijn ontslag bij Cercle Brugge daags na de 3-1-zege tegen ploeg-in-vorm KV Mechelen maakte het voetbal toch weer een graadje killer. Vanderhaeghe bereidde de match voor in de week waarin hij afscheid nam van zijn vader. “Als men mij na de nederlaag tegen Charleroi had ontslagen, had ik daar vrede mee. Nu was de timing respectloos”, zegt Vanderhaeghe.
www.hbvl.be
Romelu Lukaku twaalfde, Kevin De Bruyne in top tien bij uitreiking Ballon d’Or
Romelu Lukaku is op de twaalfde plaats geëindigd in de Gouden Bal, het referendum waarmee het magazine France Football jaarlijks ‘s werelds beste voetballer aanduid. Kevin De Bruyne staat in de top tien, die nog niet bekendgemaakt is.
De Standaard
Kunnen we nog op reis tijdens kerstvakantie? Beschermt boosterprik voldoende tegen omikronvariant? Vaccinoloog Pierre Van Damme geeft antwoord
De omikronvariant wordt door de Wereldgezondheidsorganisatie (WHO) als “zeer verontrustend" omschreven. De nieuwe variant zou een pak besmettelijker zijn dan de deltavariant en telt enkele opvallende mutaties op het spike-eiwit, het onderdeel van het virus dat herkend wordt door de vaccins. Verder is nog niet veel geweten over de nieuwe variant en dat leidt tot vele vragen. Vaccinoloog Pierre Van Damme geeft een antwoord.
HLN.be
Mithra wil opvliegerspil uitspelen in andere domeinen
19:59 Het farmabedrijf Mithra gaat onderzoeken of Donesta, het middel tegen opvliegers bij vrouwen in de menopauze, ook voor andere aandoeningen kan dienen.
www.tijd.be
Nieuwe ‘Spider-Man’-trilogie met Tom Holland in de maak
Tom Holland (25) hoeft zijn ‘Spider-Man’-pak na drie films nog niet in de kast te hangen. De Britse acteur zal de superheld weer spelen in een nieuwe trilogie, zegt producent Amy Pascal, die bij beide trilogieën met Holland betrokken is, aan filmwebsite Fandango.
HLN.be
L'inflation s'emballe, les salaires grimpent, les entreprises paniquent
19:59 "Houston, on a un problème". À la lecture des dernières données de l'inflation, la FEB a tiré la sonnette d'alarme. Avec une inflation qui dépasse les 5%, les salaires vont suivre le même chemin. La c...
www.lecho.be
Le bitcoin se remet également de sa chute due au variant Omicron
Le cours de la plus grande cryptomonnaie a augmenté de plus de 4 %, portant la valeur du bitcoin à plus de 58 600 dollars.
www.lalibre.be
Les éléments moteurs de Melen (P1) sont à la peine
Avec quatre défaites consécutives au compteur et même s’il faut relativiser la dernière en date avec un déplacement périlleux à La Calamine, Melen est bel et bien englué dans une spirale négative.
Lameuse.be
Des mesures de quarantaine plus strictes dans les écoles
Des mesures de quarantaine plus strictes dans les écoles Tous les enfants symptomatiques et les contacts à haut risque continuent d’être testés. - Belga. Comme évoqué par le Risk Management Group la semaine dernière, les écoles font marche arrière en matière de quarantaine. « Au vu de la situation sanitaire, la procédure d’« emergency brake » (seuil à partir duquel une classe doit être fermée lorsqu’il y a des cas covid) sera dorénavant, et jusqu’au 24 décembre 2021, appliquée à partir de trois cas positifs parmi les élèves d’une même classe sur une période de sept jours », a indiqué la ministre de l’Enfance et de la Santé, Bénédicte Linard (Ecolo). Depuis une dizaine de jours, les services de promotion de la santé à l’école (PSE) décidaient de la fermeture d’une classe dès que 25 % des élèves étaient positifs au covid et ce, afin d’éviter des fermetures de classes à tout-va. Mais l’évolution de la situation sanitaire a eu raison de cette disposition. Cette mesure « est complémentaire à celles décidées par la Ministre de l’Education afin de diminuer davantage le risque de transmission dans les écoles », a fait savoir l’ONE. Les call centers ne suivent plus Parallèlement, tous les enfants symptomatiques et les contacts à haut risque continuent d’être testés. Lorsque l’emergency brake se met en place, l’ensemble des élèves de la classe devront réaliser une quarantaine de dix jours, quel que soit le statut vaccinal. La quarantaine pourra être écourtée si un test réalisé au septième jour se révèle négatif. Les personnes infectées récemment (en-deça des 180 jours) pourront quitter leur quarantaine après huit jours sans avoir réalisé de test. L’ONE rappelle à ses équipes PSE qu’elles peuvent, « lorsqu’une situation de terrain le nécessite », prendre des mesures sans attendre la notification du call center. Désormais en charge du tracing dans les écoles, les calls centers régionaux sont débordés, ce qui engendre des retards dans le signalement des cas auprès des PSE et des directions. « Il n’y a qu’à Bruxelles que le call center arrive encore à téléphoner à toutes les personnes contaminées dans les 48 heures. En Wallonie et en Flandre, seuls 25 à 50 % des individus positifs sont contactés », atteste Karine Moykens, présidente du comité interfédéral en charge du tracing. « Or, le plus important pour diminuer la propagation du virus est de pouvoir contacter les personnes contaminées (les cas index) et de connaître leurs contacts à haut risque. » Dorénavant, une classe devra fermer à partir de trois cas positifs et tous les élèves devront faire une quarantaine de dix jours quelque soit leur statut vaccinal. Par Charlotte Hutin Journaliste au service Société Le 29/11/2021 à 19:54
www.lesoir.be
Un cœur affamé
Un cœur affamé 1906 Naissance le 3 juin à Saint-Louis (Missouri). 1920 Quitte l’école pour se marier. Danse dans une petite troupe itinérante. 1922 Tente sa chance à Broadway. 1925 Rencontre la femme de Donald J. Reagan qui monte la Revue nègre à Paris. Embarque à bord d’un transatlantique pour Cherbourg. Cartonne à Paris. S’engage contre le racisme et pour l’émancipation des Noirs. 1931 Chante J’ai deux amours (par Vincent Scotto). 1937 Devient française en se mariant. 1939 Devient un agent du contre-espionnage et entre dans la Résistance. 1947 Vit en Dordogne avec les 12 enfants qu’elle a adoptés. 1968 Criblée de dettes. Château vendu. Grace de Monaco lui offre un logement à vie à Roquebrune. 1975 Décède d’une attaque cérébrale le 12 avril à Paris, deux jours après être remontée sur la scène de Bobino. Par J.H. Le 29/11/2021 à 19:53
www.lesoir.be
La Vivaldi torpillée de tous les côtés: les coulisses des tensions au sein du gouvernement De Croo
Le gouvernement a été critiqué ouvertement par les présidents du PS et du MR.
www.dhnet.be
Troisième dose: la Wallonie appuie sur l'accélérateur, le point sur les centres de vaccination par province
Dans les maisons de repos, on compte 9 clusters contre 177 en 2020 à la même époque.
www.lalibre.be
Le Covid-19? Quel Covid-19? Ils dansent sans masque les uns près des autres à Charleroi: “Honteux”
Le marché de Noël de Charleroi a débuté vendredi. Il se déroulera jusqu’au 31 décembre 2021 sur la place de la Digue et jusqu’au 8 janvier 2022 sur la place Verte. Organisée samedi, la première soirée animée par un Disc Jockey (DJ) fait déjà beaucoup parler d’elle alors que tous les signaux sont au rouge en ce qui concerne la propagation du coronavirus.
www.7sur7.be
Trump keert terug naar het Witte Huis... als kerstversiering
De voormalige Amerikaanse president Donald Trump is terug in het Witte Huis, althans als portret dat in de kerstboom hangt. De huidige president Joe Biden en echtgenote Jill hebben besloten een foto van hem als kerstversiering te gebruiken. Dat is verslaggevers opgevallen tijdens een persconferentie in de ambtswoning van de president.
1 h
www.demorgen.be
Rouvrons le débat sur l’indexation automatique
19:52 La poussée inflationniste et l'indexation automatique des salaires constituent un cocktail potentiellement explosif pour la compétitivité de nos entreprises.
1 h
www.lecho.be
Joséphine Baker entre au Panthéon
Joséphine Baker entre au Panthéon Joséphine Baker, femme de cœur et d’action, en 1931. - Belga. Il paraît qu’aucune voix ne s’est élevée autour d’Emmanuel Macron contre l’entrée de Joséphine Baker au Panthéon. Que la décision a été prise en juillet, que la famille le demandait depuis 2013, que l’Elysée trouve sa place totalement légitime « parce que c’est une femme qui est née noire et américaine dans une société fermée d’assignation à résidence et qui est devenue, tout au long de sa vie et jusqu’au bout de celle-ci, l’incarnation des valeurs des Lumières de la République française et de l’ouverture au monde que cela implique. » Honnêtement, elle l’a bien mérité, non ? Joséphine Baker, son sourire, ses cheveux courts, ses seins nus, ses bananes, son mariage à 13 ans dans le Missouri, ses ménages chez les Blancs riches, Joséphine qui devient reine de Paris, qui chante pour les soldats au front, qui entre dans la Résistance, cache des messages dans ses partitions, et des microfilms contenant les noms d’espions nazis dans… son soutien-gorge. Joséphine la généreuse – elle a adopté 12 enfants –, Joséphine photographiée par Man Ray, muse des cubistes, amie de Christian Dior et Pierre Balmain, 45 ans après sa mort, fait son entrée au Panthéon. À lire aussi Chronique «Je dirais même plus»: Osez Joséphine Ce 30 novembre 2021, elle devient la sixième femme et la première femme noire à accéder au temple républicain. Elle y rejoint « l’inconnue du Panthéon » Sophie Berthelot (qui y repose auprès de son mari le chimiste Marcellin Berthelot), la physicienne Marie Curie, la résistante Geneviève de Gaulle-Anthonioz, l’ethnologue Germaine Tillion et la femme d’Etat Simone Veil. Six femmes panthéonisées contre 75 hommes. De la Résistance à l’anti-racisme Sa famille ayant refusé que son corps soit déplacé de Monaco, où elle est enterrée près de son mari et d’un de ses enfants, son cénotaphe – un cercueil vide, rempli de terre issue de quatre endroits symboliques où elle a passé sa vie : Saint-Louis, Paris, les Milandes en Dordogne, et Monaco – sera déposé dans le caveau 13, aux côtés de Maurice Genevoix. Le caveau 13 est le premier en bas à gauche en entrant, dans une allée en face de celle d’André Malraux, du couple Veil et de Jean Moulin. A 17h30, on diffusera des images sur la façade du monument, et de la musique aussi, celle de l’Armée de l’air dans laquelle Miss Baker a été sous-lieutenant dès 1943, après le débarquement en Afrique du Nord. Elle portait d’ailleurs son uniforme et ses médailles de résistante lors de son intervention pour les droits civiques en 1963 aux côtés de Martin Luther King. Ce mardi, ce sont des aviateurs qui porteront le cercueil. La date, enfin. Un anniversaire. Le 30 novembre 1937, c’est le jour où l’artiste américaine acquiert la nationalité française. Le jour de son mariage, en fait, avec Jean Lion, jeune courtier de 27 ans qui a fait fortune dans le sucre raffiné. Jean est juif et souffrira des persécutions antisémites, ce qui amorcera sans doute l’un des grands combats de sa jeune épouse engagée toute sa vie auprès de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (qui deviendra la Licra, quand s’y ajoutera le mot « racisme » en 1979) et pour la cause des Afro-Américains. En 1955, soit 65 ans avant la mort de George Floyd, c’est elle qui amplifiera en Europe la vague d’indignation soulevée par le meurtre (dans le comté de Tallahatchie, Mississippi, Etats-Unis) du jeune Afro-Américain Emmett Till, suivi de l’acquittement de ses deux assassins, puis de leurs aveux cyniques après le jugement, en toute impunité. « J’avais peur d’être noire » Freda Josephine McDonald, dite Joséphine Baker, chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue et résistante française d’origine américaine, née le 3 juin 1906 à Saint-Louis (Missouri) et morte le 12 avril 1975 dans le 13e arrondissement de Paris, entre au Panthéon et c’est un juste retour des choses. À lire aussi Hommage: la France a osé Joséphine Baker au Panthéon Après tout, elle n’a que 19 ans quand elle s’installe en France et choisit de lui donner, définitivement, tout ce qu’elle a. « Un jour, dit-elle, j’ai réalisé que j’habitais dans un pays où j’avais peur d’être noire. C’était un pays réservé aux Blancs. Il n’y avait pas de place pour les Noirs. J’étouffais aux États-Unis. Beaucoup d’entre nous sommes partis, pas parce que nous le voulions, mais parce que nous ne pouvions plus supporter ça. Je me suis sentie libérée à Paris ». Pour ça, et tout le reste, la France a trouvé que le Panthéon, c’était une bonne façon de dire merci. Joséphine Baker au Panthéon  : le monument sera ouvert gratuitement au public les 4 et 5 décembre. www.paris-pantheon.fr/ L’artiste franco-américaine disparue en 1975, figure éminente de la Résistance et de la lutte antiraciste, rejoint Simone Veil et Marie Curie. Par Julie Huon Journaliste au service Culture Le 29/11/2021 à 19:51
1 h
www.lesoir.be
Jonas Gerckens: «Un top 5 sur la Transat Jacques Vabre, ça commence à causer!»
Jonas Gerckens: «Un top 5 sur la Transat Jacques Vabre, ça commence à causer!» Benoît Hantzperg et Jonas Gerckens. - Delphine Simon «  C’est la mer qui prend l’homme ! », dit la chanson. Et elle peut visiblement se montrer tenace ! Deux bonnes heures à peine après avoir achevé la Transat Jacques Vabre à la 4e place au terme d’un peu plus de 22 jours d’une bagarre intense au sein de la Class’40, c’est depuis le catamaran de son ami navigateur Gwénolé Gahinet (détenteur du Trophée Jules Verne, qui consacre le record du tour du monde à la voile en équipage), et en pleine mer, que Jonas Gerckens a répondu à nos questions ! « Une bonne bande d’amis ainsi que ma compagne m’attendaient à Fort-de-France pour l’arrivée, et on a décidé de repartir en mer pour fêter ça ! », se marre le Liégeois, visiblement encore boosté par l’adrénaline qui l’aura accompagné, lui et son acolyte Benoît Hantzperg, jusqu’au bout d’un sprint final, achevé à 20 minutes à peine du podium ! « Je reconnais qu’il va sans doute me falloir quelques bières ou quelques ti-ponchs pour encaisser cette 4e place, alors que nous avons occupé le podium virtuel pendant très longtemps, mais il faut pouvoir relativiser, et cela reste un très bon résultat pour nous qui visions le top 10 au moment du départ. » Ce lundi matin encore, on vous sentait en mesure de reprendre le dessus sur le bateau classé 3e. Puis, en vue de l’arrivée, on vous a vu prendre une option nord qui vous a fait perdre le contact ? C’est vrai, mais on devait tenter quelque chose. D’abord, il faut se souvenir que si le favori « Redman » (NDLR : emmené par le Français Antoine Carpentier, déjà double vainqueur de l’épreuve, et l’Espagnol Pablo Santurde Del Arco) était intouchable, les deux suivants (« Banque du Léman » et « Seafrigo-Sogestran ») nous ont passé il y a 3-4 jours en profitant pleinement des conditions de vent très faibles qui auront marqué cette édition. Ensuite, tous ces navigateurs comptent parmi les meilleurs du monde et sont des régatiers hors-pairs. Ils ont bien joué le coup en se positionnant pour l’arrivée et en nous forçant à cette route alternative qui s’est avérée infructueuse. Vingt-deux jours d’une course achevée au sprint, cela reste haletant ? Et paradoxal aussi, quand on sait qu’on aurait dû boucler cette transat en 17 ou 18 jours, et qu’on en a mis cinq de plus ! Cela nous a valu de terminer en puisant dans nos rations de survie, et je pense qu’il me faudra plusieurs semaines pour récupérer totalement de cet effort. Ponctué de ce que l’on peut considérer comme votre meilleur résultat ? Ma victoire sur les Sables-les Acores-Les Sables, en 2014 en Classe Mini, restera marquante parce qu’elle m’a révélé au haut niveau, et permis d’être repéré par Volvo qui m’accorde sa confiance depuis lors. Maintenant, Top 5 sur un monument comme la Transat Jacques Vabre qui est ultra-médiatisée, ça commence à causer ! A l’avenir, on pourra moins jouer l’effet de surprise… Et l’avenir avec ce nouveau bateau, ce sera la Route du Rhum, pile dans un an, mais en solitaire cette fois ! Oui, c’est clair. Mais il y aura 5 ou 6 courses d’entraînement avant cela. Cet entraînement qui nous a fait défaut avant le départ de la Jacques Vabre. Il faut se souvenir qu’un mois avant celui-ci, je m’étais cassé une côte lors d’une sortie en mer. Du coup, Benoît a poursuivi seul les sorties en mer afin de poursuivre la préparation du Volvo 164 qui avait touché l’eau pour la première fois en mai dernier. Benoît et mon préparateur Julien Lubrano ont abattu un boulot de fous pour que l’on soit au départ. Et ce n’est que 4 jours avant celui-ci que le médecin de la course m’a donné le feu vert en me prévenant que j’allais sans doute souffrir. Une prévision largement dépassée quand j’ai effectué une nouvelle chute à hauteur du Portugal au cours de laquelle j’ai à nouveau malmené cette côte. Mais là, la course était lancée, plus question de faire marche arrière ! Et heureusement d’ailleurs, à la lumière de votre résultat… C’est pour ça que je disais qu’il fallait relativiser. Il y a deux mois, je me pétais cette côte, mettant en péril notre participation. Et deux mois plus tard, nous pulvérisons le meilleur classement belge réalisé sur cette course (NDLR : la 16e conquise en 2013 par Denis Van Weynbergh, également engagé dans cette Transat Jacques Vabre où il occupe actuellement la 19e place en Imoca), et nous dépassons largement l’objectif du top 10 annoncé au moment de prendre le départ, le 7 novembre au Havre. Pour dire vrai, sur les pontons au Havre, on rêvait de pourvoir jouer le Top 5, voire le podium. On y est presque. Et de nouveau, quand on voit le CV des hommes et des femmes qui ont fait avancer les bateaux classés autour de nous, il faut constater que c’est le gratin mondial. À ce niveau, il faut aussi un peu de réussite. Et le constat est là : on est en haut du tableau alors que nous n’avons pas bénéficié des conditions qui conviennent le mieux à notre type de bateau, à savoir le vent, beaucoup de vent ! Certes déçu d’avoir échoué au pied du podium en Class’40 avec son acolyte Benoît Hantzperg, Jonas Gerckens savoure sa 4e place à la Transat Jacques Vabre, décrochée au cœur du gratin mondial de la course au large. Par Thierry Wilmotte Le 29/11/2021 à 19:51
1 h
www.lesoir.be
Onderzoek naar verdacht overlijden van 79-jarige vrouw
Parket en politie voeren momenteel een onderzoek naar het overlijden van een 79-jarige vrouw uit Asse. Ze werd zondagavond dood aangetroffen in haar woning. De eerste onderzoeksdaden leverden nog geen doodsoorzaak op. Een autopsie moet nu meer duidelijkheid brengen. “Alle pistes liggen nog open”, klinkt het.
1 h
HLN.be
De eerste keer regeerde ze zeven uur, nu gaat ze voor tien jaar: Zweedse Magdalena Andersson opnieuw premier
De eerste vrouwelijke premier van Zweden is nu ook de tweede vrouwelijke premier van Zweden. De eerste episode duurde amper zeven uur, maar nu, vijf dagen later, probeert ze het nog eens. Niet dat het er makkelijker op geworden is. Als hoofd van een eenpartijregering wacht de sociaaldemocrate een moeilijke weg, en over minder dan een jaar zijn er verkiezingen.
1 h
www.nieuwsblad.be
Jack Dorsey: deux licornes, un oiseau bleu et une démission
19:47 Jack Dorsey a décidé de quitter son poste de CEO de Twitter qu'il a cofondé en 2006. Portrait d'un patron atypique qui ne mange qu'un repas par jour et aurait pu devenir masseur.
1 h
www.lecho.be
Superprestige Boom volgt voorbeeld van Scheldecross niet en gaat gewoon door
De Superprestige in Boom zal volgende zaterdag gewoon plaatsvinden. Dat meldde de organisatie maandag.
1 h
HLN.be
Cristiano Ronaldo niet opgezet met uitspraken hoofdredacteur ‘France Football’: “Dit is onaanvaardbaar”
“Cristiano Ronaldo vertelde me onlangs dat hij niet zal stoppen met voetballen vooraleer hij vaker de ‘Ballon d’Or’ gewonnen heeft dan Messi.” De woorden van Pascal Ferre, hoofdredacteur van ‘France Football’, schoten bij Ronaldo zelf in het verkeerde keelgat.
1 h
HLN.be
Ruim twee derde van de Belgen weet niet waar ze besmet raken
Bijna zeventig procent van de Belgen heeft geen idee waar ze besmet zijn geraakt met het coronavirus, zo blijkt uit cijfers van gezondheidsinstituut Sciensano.
1 h
De Standaard
Le CSA déplore le manque d'ambition du gouvernement pour les médias de proximité
19:42 Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel plaide pour que les nouvelles conventions liant pour neuf ans les médias de proximité à leur autorité de tutelle, le gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxel...
1 h
www.lecho.be