Donald Trump loog over financiële toestand van hotel in Washington

19:20 Terwijl de voormalige Amerikaanse president Donald Trump jarenlang verklaarde dat zijn Trump International Hotel in de hoofdstad 'tientallen miljoenen opbracht', stapelde het in werkelijkheid de verli...
Read full article on: tijd.be
Covid-19: les Pays-Bas de nouveau inquiets
Covid-19: les Pays-Bas de nouveau inquiets Belga. Ce que beaucoup aux Pays-Bas craignaient est arrivé : le 28 octobre, l’ensemble du territoire est passé au rouge sur la carte covid-19 de l’ECDC. Désormais, la menace d’un retour à des mesures sanitaires plus strictes plane sur les Néerlandais, pendus aux lèvres du Premier ministre, Mark Rutte, et de son ministre de la Santé, Hugo de Jonge. Le couperet devrait tomber le 2 novembre prochain, au cours d’une conférence de presse spéciale annoncée par les deux dirigeants. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Fedasil ouvrira bientôt quatre nouveaux centres d’accueil
Fedasil ouvrira bientôt quatre nouveaux centres d’accueil Belga Fedasil ouvrira bientôt quatre nouveaux centres d’accueil. Trois se trouveront en Flandre et un en Wallonie, a indiqué jeudi Tony Six de l’ACOD (CGSP). Fedasil a confirmé en fin de journée l’ouverture de trois centres, parfois temporaires, mais ne peut pas confirmer l’ouverture du quatrième évoqué par le syndicat socialiste. Les deux centres d’accueil temporaires ouvriront début novembre et jusque fin février sur le site militaire de Glons (Liège, 400 places) et au domaine de la Défense à Lombardsijde (175 places). « A Geel (Anvers) Fedasil envisage d’accueillir jusque fin février 2022 une centaine de demandeurs d’asile au domaine Zonnedauw, déjà utilisé quelques semaines par Fedasil fin 2015 », précise-t-on dans un communiqué. Le syndicat socialiste évoquait un quatrième centre d’accueil, à Lommel, mais cette annonce « est par contre prématurée et ne peut pas être confirmée par Fedasil », indique-t-on. À lire aussi Les demandeurs d’asile refoulés par Fedasil: il n’y a plus de place Les centres sont pour l’instant sur-occupés (taux d’occupation de 97 %). Une pression qui s’explique, selon Fedasil, par plusieurs facteurs, comme la hausse des demandes d’asile en Belgique, le rallongement de la durée de séjour dans les centres, une perte de places suite aux inondations, la réinstallation de réfugiés syriens et l’opération de rapatriement d’Afghanistan. A plus long terme, Fedasil entend disposer d’un réseau de places ’tampon’ de 5.400 places. Ce sont des places de réserve, non utilisées mais qui peuvent être rapidement activées en cas de besoin. Plus d’un millier de places tampon ont déjà été trouvées et directement activées, notamment à Coxyde et Auderghem, mais aussi dans des centres existant comme à Spa. Trois en Flandre et un en Wallonie. Par Belga Le 28/10/2021 à 20:03
www.lesoir.be
MULTILIVE BEKER. Kan Tienen stunten tegen Cercle? En rekent Antwerp af met Westerlo?
• 16de finales Croky Cup • Cercle ontvangt Tienen (20u) • Antwerp trekt naar Westerlo (20u45) • Herbeleef de multilive van gisteren
HLN.be
Michael Signer, ancien maire de Charlottesville: «Dans quelle mesure ai-je contribué au succès de l’extrême droite?»
Michael Signer, ancien maire de Charlottesville: «Dans quelle mesure ai-je contribué au succès de l’extrême droite?» «Il y a une série d’outils politiques qui existent pour prévenir le nationalisme blanc violent», insiste Michael Signer. - Mathieu Golinvaux Aurait-on jamais réussi à placer sur une carte cette ville de Virginie sans les funestes événements qu’elle a traversés en 2017 ? Les 11 et 12 août de cette année-là, la manifestation « Unite the Right », organisée à Charlottesville contre la décision de la municipalité de déboulonner une statue du général Lee dégénère. Aux manettes : militants suprémacistes, néo-nazis et membres de l’alt-right galvanisés par un an de présidence Trump. Les images de la violence des affrontements entre nationalistes blancs et manifestants antiracistes font le tour du monde. Une séquence particulière passe en boucle sur les chaînes d’info : l’attaque à la voiture-bélier conduite par un suprémaciste blanc qui provoquera la mort de la contre-manifestante antiraciste Heather D. Heyer. À lire aussi Suprémacisme: la Virginie dans la crainte d’un nouveau Charlottesville En août 2017, celui qui tient les rênes de la petite ville de Virginie s’appelle Michael Signer (il cède sa place en 2018 à Nikuyah Walker). L’expérience de ses deux années de mayorat et de ce mois d’août chaotique, Michael Signer la couche en 2020 dans l’ouvrage « Cry Havoc : Charlottesville and American Democracy Under Siege ». De passage à Bruxelles pour un atelier sur l’extrémisme et la polarisation, il révèle au Soir, alors que s’est ouvert le procès des organisateurs du rallye, comment l’extrémisme violent a affecté non seulement sa ville mais toute une nation. Comment se portait Charlottesville avant les événements de l’été 2017 ? Est-ce que c’était une ville très divisée, même avant l’élection de Donald Trump ? Charlottesville est une ville très progressiste implantée dans une région très conservatrice. C’est un point bleu dans une mare rouge qui avait même privilégié Bernie Sanders à Hillary Clinton durant les primaires démocrates de 2016. La question raciale est l’un des points de division à Charlottesville et ce depuis des décennies puisque nous sommes dans le sud et qu’il y a un héritage de racisme systémique : les lois Jim Crow, l’esclavage, les lynchages. Il y a une blessure raciale non cicatrisée. Ce qui a donné une ville extrêmement progressiste – qui vote démocrate à 85 % – entourée de comtés très conservateurs. La droite radicale qui a terrorisé la ville en 2017 venait principalement de l’extérieur. Excepté pour des figures qui ont organisé le rallye « Unite the right », comme Richard Spencer (figure de proue de l’alt-right, NDLR) qui a étudié à l’Université de Charlottesville. La gauche elle-même était très divisée entre ceux qui souhaitaient collaborer avec les élus pour trouver des solutions et la frange antifasciste, presque anarchiste, qui est très active à Charlottesville. Il y avait beaucoup de sources de division différentes déjà présentes qui ont été aggravées par les événements d’août 2017. À lire aussi «Déjà vu»: Jefferson, la fin d’un rêve américain Comment se porte Charlottesville aujourd’hui ? Charlottesville est… compliquée. La ville est encore très traumatisée, même si elle a pansé ses blessures et a guéri. Mais il y a encore beaucoup de traumatismes. Ce qui est normal après avoir subi des invasions successives, des néonazis qui paradent devant une synagogue, des blessés qui souffrent encore physiquement aujourd’hui des blessures liées à la voiture-bélier. Des responsabilités ont été prises. Beaucoup d’erreurs, qui sont devenues une partie de l’héritage du rassemblement « Unite the Right », ont été corrigées. Nous avons commandé une enquête indépendante sur les échecs de la police, même si personne n’est entièrement responsable des événements. Tout le monde avait besoin d’apprendre des erreurs commises. Il y a eu d’importantes réformes légales qui ont empêché ces milices d’extrême droite de revenir en ville. Ça a été une étape très importante. La statue du général Lee a été enlevée cet été, ce qui a pris quatre ans car on attendait le passage d’une loi. Je crois que ça a fermé un chapitre, que cela a été très utile pour avancer. Vous avez des regrets, des choses que, rétrospectivement, vous auriez fait différemment ? Oh, oui, j’ai beaucoup de regrets. Il y a beaucoup de leçons spécifiques. J’aurais dû expliquer plus clairement au public la manière dont fonctionne la gouvernance d’une ville, le rôle d’un maire, d’un chef de police, pour éviter la confusion et la colère. Je me demande aussi si je n’aurais pas dû être plus contenu dans mon opposition à Trump. J’ai critiqué très publiquement et très sévèrement la mise en place du « travel ban » qui ciblait des pays musulmans. Je ne sais pas dans quelle mesure j’ai pu involontairement contribuer à la célébrité de cette extrême droite aujourd’hui. Et c’est un équilibre très délicat à trouver, qui consiste à la dénoncer autant et à s’y opposer si fortement. Quand le Ku Klux Klan est devenu plus actif dans la ville, le message de la ville, de la police et de l’université était « ne mordez pas à l’hameçon ». Nous ne voulions donc pas que les citoyens fassent le jeu de ce groupe qui arrivait de manière très opportuniste. Sauf qu’on a donné le sentiment à un groupe d’extrême gauche qu’on ne réagissait pas. Bref, cela vaut la peine de beaucoup réfléchir à la façon dont vous allez communiquer. À lire aussi Par le passé, des racistes ont déjà renversé le pouvoir en place aux Etats-Unis Comment prévient-on l’émergence de mouvements violents d’extrême droite à un niveau local ? C’est un énorme travail. Les résultats les plus prometteurs sont liés à tout le travail de prévention au niveau des gangs aux Etats-Unis. Partir de réalités très locales, très spécifiques. Je crois qu’il est aussi important d’être beaucoup plus connecté, de manière individuelle, à ces populations vulnérables qui pourraient se radicaliser ou qui le sont déjà. Mais encore une fois, les réalités sont différentes : on ne déradicalise pas un gamin de treize ans comme un homme adulte de 55 ans qui est propriétaire d’armes. Il y a donc une série d’outils politiques qui existent pour prévenir le nationalisme blanc violent. Idéalement via une approche très intensive auprès des personnes vulnérables. Cela fonctionne dans certaines collectivités. Mais je crois que l’une des choses que le gouvernement peut faire est de dire à ces personnes qui se sentent perdues, oubliées et laissées pour compte : « Nous nous soucions de vous, nous allons prendre soin de vos besoins ». Et je crois que la politique de Joe Biden en direction des régions rurales négligées de l’Amérique va dans le bon sens. En poste lors des émeutes qui ont secoué la ville américaine de Virginie en 2017, l’ancien maire Michael Signer tire les leçons de cet été chaotique qui a changé la face de sa ville et d’une nation entière. Par Marine Buisson Cheffe adjointe au service Monde Le 28/10/2021 à 19:59
www.lesoir.be
Les ventes déprimées de Volkswagen inquiètent le marché
19:59 Volkswagen a fait partie des sociétés sanctionnées en bourse après leurs résultats ce jeudi. Les analystes ont pointé une faiblesse dans ses segments clés.
www.lecho.be
Politie ontrafelt mysterie achter privéjet met cocaïne op weg naar Brussel
De Braziliaanse politie is de eigenaar van 1,3 ton cocaïne op het spoor. Die drugs lagen in een privéjet op weg naar Brussel. De enige passagier op die vlucht, is overleden. De man, een Spanjaard uit Luik, had een terminale kanker. Hij zou enkel ingehuurd zijn om de drugs te vervoeren. De echte eigenaar is volgens de speurders een drugsbaron met goede connecties in ons land.
HLN.be
European Masters snooker: Lucal Brecel stoot overtuigend door naar hoofdtabel
Met een 5-1 overwinning tegen de Engelsman Barry Pinches heeft Luca Brecel zich geplaatst voor de hoofdtabel op het European Masters snookertoernooi, waarvan de Qualifiers plaatsvinden in het Engelse Cannock.
www.hbvl.be
WTA Cluj-Napoca: Alison Van Uytvanck éliminée au deuxième tour
WTA Cluj-Napoca: Alison Van Uytvanck éliminée au deuxième tour Photo News Alison Van Uytvanck a été éliminée au deuxième tour de l’Open de Transylvanie de tennis, tournoi WTA 250 de Cluj-Napoca sur surface dure doté de 235.238 dollars, jeudi en Roumanie. Alison Van Uytvanck, 27 ans, 61e mondiale, a subi la loi en 8es de finale de l’Estonienne Anett Kontaveit, 25 ans, 14e joueuse du monde et deuxième tête de série du tournoi. La Belge s’est inclinée en deux manches 6-3 et 6-4. La partie a duré un peu plus d’une heure (70 minutes). Il s’agissait de la quatrième confrontation entre les deux joueuses sur le circuit et c’est désormais deux victoires partout. Van Uytvanck avait remporté leur duel précédent en 2018 sur le gazon de Wimbledon. Anett Kontaveit jouera de son côté en quarts de finale à Cluj-Napoca contre l’Ukrainienne Anhelina Kalinina, 25 ans, 59e mondiale. Alison Van Uytvanck, deuxième joueuse belge dans la hiérarchie, était la seule à représenter la Belgique en Transylvanie. La Grimbergeoise ne fait pas partie de la sélection de Johan Van Herck pour la phase finale de la Billie Jean King Cup (l’ex-Fed Cup de tennis) la semaine prochaine à Prague. «Après concertation avec Alison van Uytvanck et son entourage, elle va rester active sur le circuit WTA», avait justifié le capitaine de l’équipe belge en annonçant la composition de son équipe lundi. La Belgique affronte la Biélorussie le 1er novembre et l’Australie le 2 novembre. La Belge s’est inclinée en deux sets face à Kontaveit. Par Belga Le 28/10/2021 à 19:56
www.lesoir.be
Chemiebedrijf 3M na hoorzitting: “Productie stilleggen zou niemand ten goede komen”
Bestuurders van het chemiebedrijf 3M in Zwijndrecht zijn deze namiddag in een hoorzitting moeten verschijnen voor de omgevingsinspectie. “De productie stilleggen zou niemand ten goede zou komen”, lieten ze nadien in een persbericht weten.
HLN.be
Chemiebedrijf 3M na hoorzitting: “Productie stilleggen zou niemand ten goede komen”
Bestuurders van het chemiebedrijf 3M in Zwijndrecht zijn deze namiddag in een hoorzitting moeten verschijnen voor de omgevingsinspectie. “De productie stilleggen zou niemand ten goede zou komen”, lieten ze nadien in een persbericht weten.
HLN.be
Explosion à Beyrouth : les poursuites contre l'ex-Premier ministre suspendues
Le magistrat chargé de l'enquête sur l'explosion dans le port de Beyrouth est contraint de faire marche arrière.
www.lalibre.be
Une application pour rentrer chez soi en sécurité après une sortie à Liège
Lors de cette édition du plus grand hackathlon de Wallonie, deux projets liégeois ont été primés par le jury! Une 1ère application vous aide à rentrer chez vous en toute sécurité. La seconde vise à informer les patients dans un service d’urgence.
Lameuse.be
Let’s Go Urban: un rapport accuse la députée flamande Sihame El Kaouakibi d’«abus systématique»
L’Inspection flamande des finances a bouclé son rapport sur les subventions accordées au cours des ans aux organisations à but non lucratif de la députée flamande Sihame El Kaouakibi (ex-Open Vld) et qui pointe un «abus systématique des flux de subventions», a-t-on appris jeudi.
Sudinfo.be
Xavi volgende coach van Barcelona? Alvast niet voor het geld
Een schamele 2.9 miljoen euro per jaar. Dat zou Xavi Hernándes - als hij de opvolger van Ronald Koeman wordt tenminste - opstrijken als coach van FC Barcelona. Het zou van de Spanjaard meteen de slechts betaalde coach uit de recente geschiedenis van de Blaugrana maken.
HLN.be
Zwijndrecht tussen hoop en vrees na bloedstudie: ‘Mogelijk verwijten onze dochters ons later dat we nooit vertrokken zijn’
Terwijl minister van Omgeving Zuhal Demir (N-VA) dreigt met het sluiten van een deel van de 3M-fabriek, onderneemt nu ook het gemeentebestuur van Zwijndrecht juridische actie. De bewoners leven intussen tussen vrees en verhuis.
www.demorgen.be
Let's Go Urban: un rapport accuse la députée flamande Sihame El Kaouakibi d'"abus systématique"
L'Inspection flamande des finances a bouclé son rapport sur les subventions accordées au cours des ans aux organisations à but non lucratif de la députée flamande Sihame El Kaouakibi (ex-Open Vld) et qui pointe un "abus systématique des flux de subventions", a-t-on appris jeudi.
www.lalibre.be
Nouvelle fusillade à Gosselies: «Le Calvaire a toujours été un endroit chaud»
Dans la nuit de mercredi à jeudi, la police était présente au Calvaire à Gosselies: six coups de feu auraient été tirés depuis une voiture, un individu a été touché à la cuisse.
Sudinfo.be
RDC: l'armée annonce avoir tué 27 miliciens et perdu 4 soldats en Ituri
L'armée congolaise a annoncé jeudi avoir perdu 4 militaires et tué 27 miliciens en deux jours de combats dans plusieurs villages en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo.
www.lalibre.be
Tientallen miljoenen voor slachtoffers Amerikaanse racist
Het Amerikaanse ministerie van Justitie betaalt 88 miljoen dollar (75 miljoen euro) aan slachtoffers van een blanke racist die in 2015 negen zwarte kerkgangers doodschoot in Charleston in de staat South Carolina. De schikking volgt na beschuldigingen dat politiedienst FBI niet wist te voorkomen dat de schutter een wapen kocht.
HLN.be
Slachtoffers van Amerikaanse racistische schutter krijgen tientallen miljoenen dollars
Het Amerikaanse ministerie van Justitie betaalt 88 miljoen dollar (75 miljoen euro) aan slachtoffers van een witte racist die in 2015 negen zwarte kerkgangers doodschoot in Charleston in de staat South Carolina. De schikking volgt na beschuldigingen dat de politiedienst FBI niet wist te voorkomen dat de schutter een wapen kocht.
HLN.be
Slachtoffers van Amerikaanse racistische schutter krijgen tientallen miljoenen dollars
Het Amerikaanse ministerie van Justitie betaalt 88 miljoen dollar (75 miljoen euro) aan slachtoffers van een witte racist die in 2015 negen zwarte kerkgangers doodschoot in Charleston in de staat South Carolina. De schikking volgt na beschuldigingen dat de politiedienst FBI niet wist te voorkomen dat de schutter een wapen kocht.
HLN.be
Des citoyens de Mons-Borinage aux pompes à essence françaises: des différences jusqu’à 7 euros par plein
Face à la hausse des prix de l’essence, de nombreux consommateurs n’hésitent pas à franchir la frontière pour gagner quelques euros.
Sudinfo.be
Telenet timmert aan de weg naar groei
19:41 Met enkele strategische aankondigingen stoomt Telenet zich klaar voor de lange termijn. De rustig kabbelende kwartaalcijfers verklaren waarom dat nodig is.
www.tijd.be
Mahdi krijgt asielcrisis voorlopig niet onder controle
19:39 Staatssecretaris voor Asiel en Migratie Sammy Mahdi krijgt de opvangcrisis maar niet onder controle. De voorbije dagen was er geen opvang voor ruim 800 asielzoekers. Bovendien loert een nieuwe hongers...
www.tijd.be
Mahdi krijgt opvangcrisis voorlopig niet onder controle
19:39 Staatssecretaris voor Asiel en Migratie Sammy Mahdi krijgt de opvangcrisis maar niet onder controle. De voorbije dagen was er geen opvang voor ruim 800 asielzoekers. Bovendien loert een nieuwe hongers...
www.tijd.be
1027 sabena chap1_hors texte
1027 sabena chap1_hors texte 1920. Les premiers services réguliers apparaissent entre Bruxelles et Londres ainsi qu'entre Bruxelles et Paris. 1923. Le Sneta ayant rempli sa mission d'étude, l'Etat décide de créer, le 23 mai, la Société anonyme belge d'exploitation de la navigation aérienne, qui s'inscrira dans la mémoire collective sous l'acronyme Sabena. Le capital s'élève à 6 millions de francs. La première ligne officielle, qui se limite au courrier et au fret, relie Bruxelles à Lympne (Royaume-Uni) en passant par Ostende. 1924. Les premiers passagers embarquent, à Bruxelles, sur un vol à destination de Strasbourg. 1925. Le 12 février, Edmond Thieffry, accompagné d'un «second» et d'un mécanicien, ouvre la voie africaine. Ces pionniers rejoignent Léopoldville en 75 heures de vol effectif et... 51 jours au total. 1929. La flotte de la Sabena s'enrichit de 23 Fokker aménagés en vue d'accueillir une dizaine de passagers (et leurs bagages). Parallèlement, la compagnie développe son réseau européen. 1935. Ouverture d'une ligne régulière entre le Congo et la «métropole» (56 heures de vol effectif en 5 jours et demi). 1938. En octobre, la compagnie est endeuillée par le crash d'un appareil, à Soest, en Allemagne. Les 4 membres d'équipage et les 16 passagers meurent dans l'accident. 1939. Sabena met en service ses premiers appareils bimoteurs (les DC3). 1946. Le 24 février, Jeanne Bruyland entre en fonction... Les hôtesses font leur apparition dans les avions de la Sabena. Février 1946. Arrivée à Bruxelles de l’avion Douglas DC-4, venant de Santa Monica (Etat-Unis). - Photo News. 1947. Après la Deuxième Guerre mondiale, durant laquelle les activités ont été interrompues - sauf en Afrique -, le transporteur traverse l'Atlantique et exploite deux vols hebdomadaires à destination de New York. 1948. Alors que l'année 1945 avait abouti à l'équilibre financier, les exercices suivants se révèlent négatifs et, en 1948, lors de son 25 e anniversaire, la compagnie s'enfonce dans le déficit, ses recettes ne couvrant que 97,2% de ses dépenses. La Sabena obtient, cependant, la garantie de l'Etat pour ses financements - une protection dont elle bénéficiera durant quarante ans - et continue d'étoffer son réseau européen qui comprend une vingtaine de destinations. La société nationale acquiert, en outre, 73% des parts de la Sobelair, transporteur créé en 1946 et assurant principalement des vols vers le continent africain. Ce dernier deviendra la filiale charter du groupe Sabena. 1953. La compagnie instaure des opérations héliportées entre Bruxelles (départ de l'Allée verte) et plusieurs villes européennes (Londres, Paris, Amsterdam, etc.). Coûteuses, ces activités ne seront abandonnées que dans les années soixante. 1958. La barre des dix mille employés est dépassée; la Sabena dessert 104 destinations dans 39 pays; les bulletins financiers ne cessent de se détériorer. 1961. Le 15 février, l'avion revenant de New York s'écrase dans un champ proche de Bruxelles-National. Septante-deux personnes périssent. 1964. Le cap du million de passagers est, pour la première fois, franchi. 1969. La Sabena atterrit à Tokyo. 1974. Le cinquantième exercice financier de la compagnie est, aux dires de Gaston Dieu, son directeur général, l'un des plus noirs de l'histoire. Les déficits qui se calculaient en dizaines de millions dans les années soixante, dépassent désormais le milliard de francs. Parallèlement, l'Etat fixe - son aide statutaire à 1,151 milliard de francs. 1978. En juin, Carlos Van Rafelghem arrive à la tête de la compagnie. Le nouveau directeur imagine un plan d'assainissement. Plusieurs centaines d'emplois seront d'ailleurs supprimées au début de la décennie suivante. Le 28/10/2021 à 19:39
www.lesoir.be
Langverwacht rapport legt ‘klungelige’ fraude van Sihame El Kaouakibi bloot
De Vlaamse Inspectie voor Financiën heeft haar rapport klaar over de subsidiestromen naar de vzw’s van Vlaams Parlementslid Sihame El Kaouakibi. Sinds 2012 ontving ze exact 1.363.622 euro Vlaamse subsidies. Het rapport spreekt over ‘systematisch en symptomatisch misbruik van Vlaamse subsidiestromen’.
www.demorgen.be
Lautaro Martinez verlengt tot 2026 bij Inter
De Argentijnse aanvaller Lautaro Martinez heeft zijn contract met Inter Milaan verlengd tot 2026, kondigde de Italiaanse club donderdag aan.
www.hbvl.be
Britten schrappen alle landen van 'rode' coronalijst
De Britse autoriteiten hebben alle landen vanwaar reizigers die het Verenigd Koninkrijk inreizen in quarantaine moeten, weggehaald van de rode lijst. Tot voor kort stonden daarop enkel nog zeven landen in Latijns-Amerika.
HLN.be
Britten schrappen alle landen van 'rode' coronalijst
De Britse autoriteiten hebben alle landen vanwaar reizigers die het Verenigd Koninkrijk inreizen in quarantaine moeten, weggehaald van de rode lijst. Tot voor kort stonden daarop enkel nog zeven landen in Latijns-Amerika.
HLN.be
Biden présente un nouveau plan d'investissement “historique”
Joe Biden a annoncé jeudi, avant son départ pour l'Europe, avoir trouvé le cadre d'un accord pour son "plan historique" en faveur des familles et de l'environnement mais l'indispensable soutien de plusieurs élus du Congrès à ce texte restait encore incertain.
www.7sur7.be
Hausse du carburant, salaires, paradis fiscaux...L’Équateur replonge dans les turbulences socio-politiques
À la Présidence depuis cinq mois, Guillermo Lasso voit s’accumuler les problèmes.
www.lalibre.be
«Je ne suis pas Stendhal, le réalisme m’emmerde»
«Je ne suis pas Stendhal, le réalisme m’emmerde» Francois-Henri Désérable (à gauche) en conversation avec Jean-Christophe Rufin, membre de l’Adadémie française. - Afp L’ironie préside parfois au fonctionnement des prix littéraires : il y a quatre ans, Un certain M. Piekielny , de François-Henri Désérable, avait été retenu par tous les jurys et a fait figure de phénomène, le temps des sélections au moins. Et puis… rien ! Cette année, Mon maître et mon vainqueur a été complètement négligé par les mêmes jurys, sauf celui du Grand Prix du roman de l’Académie française. Et puis… il a été choisi. Cela vaut bien un joli but qu’il aurait marqué dans son sport préféré, et où il avait envisagé une carrière professionnelle, le hockey sur glace. Il a assez peu d’imagination, nous disait-il à propos de son précédent roman. Son besoin de s’adosser à quelque chose de réel se traduit cette fois par la présence d’une arme éminemment littéraire comme pièce à conviction dans une affaire judiciaire assez embrouillée : le revolver avec lequel Verlaine avait tiré sur Rimbaud à Bruxelles. Il se trouve dans le bureau d’un juge, lui-même personnage d’un jeu de piste entre romanciers puisqu’il est emprunté à une fiction de Tanguy Viel. Le narrateur, face au juge et à l’arme ainsi qu’à quelques autres pièces à conviction, est un témoin privilégié : il était proche des deux principaux protagonistes d’une histoire d’amour qui a failli bien mal se terminer. Encore une, direz-vous. L’art de la digression En effet, mais elle est conduite avec une rare maîtrise dans l’art de la digression. Il faut voir, pardon, il faut lire comment François-Henri Désérable nous conduit au cœur de l’intimité née entre Vasco et Tina. Et comment, en même temps, il reste pudiquement au bord de ce qui ne peut pas se dire, en tout cas pas au juge – mais que nous avons tout loisir d’imaginer tant il nous donne à penser. On ne sortira pas du bureau du juge, mais on ne cessera de vivre par procuration des scènes qui se déroulent ailleurs, jusqu’au mariage de Tina. Non, pas avec Vasco, ce serait trop simple. Le romancier mène son attelage avec fermeté jusque sur les chemins les plus étroits, là où l’on pense qu’il n’arrivera pas à franchir les obstacles placés par lui-même dans les articulations de son récit. Mais ils se sont à peine présentés qu’ils sont déjà contournés ou sautés, comme dans un rêve où la littérature occupe une place immense que seul l’amour est capable d’investir avec une force comparable. À lire aussi Jonas Hassen Khemiri, Médicis étranger Le narrateur narre à sa manière, qui doit être celle de l’auteur lui-même : « Je ne suis pas Stendhal. Je ne fais pas dans le réalisme. Je dirais même que le réalisme m’emmerde – comme m’emmerdent les mariages. […] Je n’ai jamais pris goût à faire tourner les serviettes dans une ambiance de kermesse, et quant à m’époumoner au petit matin sur Les lacs du Connemara , la cravate nouée autour du front, non merci. » Il existe, heureusement, d’autres manières de s’amuser, et celle-ci est une des plus fines que l’on peut rencontrer dans la profusion de la rentrée littéraire. Mon maître et mon vainqueur, François-Henri Désérable, Gallimard, 192 p., 18 €, ebook, 12,99 € L’Académie française couronne François-Henri Désérable pour « Mon maître et mon vainqueur ». Lisez le premier chapitre. Le 28/10/2021 à 19:34
www.lesoir.be
François-Henri Désérable: «Je ne suis pas Stendhal, le réalisme m’emmerde»
François-Henri Désérable: «Je ne suis pas Stendhal, le réalisme m’emmerde» Francois-Henri Désérable (à gauche) en conversation avec Jean-Christophe Rufin, membre de l’Adadémie française. - Afp L’ironie préside parfois au fonctionnement des prix littéraires : il y a quatre ans, Un certain M. Piekielny , de François-Henri Désérable, avait été retenu par tous les jurys et a fait figure de phénomène, le temps des sélections au moins. Et puis… rien ! Cette année, Mon maître et mon vainqueur a été complètement négligé par les mêmes jurys, sauf celui du Grand Prix du roman de l’Académie française. Et puis… il a été choisi. Cela vaut bien un joli but qu’il aurait marqué dans son sport préféré, et où il avait envisagé une carrière professionnelle, le hockey sur glace. Il a assez peu d’imagination, nous disait-il à propos de son précédent roman. Son besoin de s’adosser à quelque chose de réel se traduit cette fois par la présence d’une arme éminemment littéraire comme pièce à conviction dans une affaire judiciaire assez embrouillée : le revolver avec lequel Verlaine avait tiré sur Rimbaud à Bruxelles. Il se trouve dans le bureau d’un juge, lui-même personnage d’un jeu de piste entre romanciers puisqu’il est emprunté à une fiction de Tanguy Viel. Le narrateur, face au juge et à l’arme ainsi qu’à quelques autres pièces à conviction, est un témoin privilégié : il était proche des deux principaux protagonistes d’une histoire d’amour qui a failli bien mal se terminer. Encore une, direz-vous. L’art de la digression En effet, mais elle est conduite avec une rare maîtrise dans l’art de la digression. Il faut voir, pardon, il faut lire comment François-Henri Désérable nous conduit au cœur de l’intimité née entre Vasco et Tina. Et comment, en même temps, il reste pudiquement au bord de ce qui ne peut pas se dire, en tout cas pas au juge – mais que nous avons tout loisir d’imaginer tant il nous donne à penser. On ne sortira pas du bureau du juge, mais on ne cessera de vivre par procuration des scènes qui se déroulent ailleurs, jusqu’au mariage de Tina. Non, pas avec Vasco, ce serait trop simple. Le romancier mène son attelage avec fermeté jusque sur les chemins les plus étroits, là où l’on pense qu’il n’arrivera pas à franchir les obstacles placés par lui-même dans les articulations de son récit. Mais ils se sont à peine présentés qu’ils sont déjà contournés ou sautés, comme dans un rêve où la littérature occupe une place immense que seul l’amour est capable d’investir avec une force comparable. À lire aussi Jonas Hassen Khemiri, Médicis étranger Le narrateur narre à sa manière, qui doit être celle de l’auteur lui-même : « Je ne suis pas Stendhal. Je ne fais pas dans le réalisme. Je dirais même que le réalisme m’emmerde – comme m’emmerdent les mariages. […] Je n’ai jamais pris goût à faire tourner les serviettes dans une ambiance de kermesse, et quant à m’époumoner au petit matin sur Les lacs du Connemara , la cravate nouée autour du front, non merci. » Il existe, heureusement, d’autres manières de s’amuser, et celle-ci est une des plus fines que l’on peut rencontrer dans la profusion de la rentrée littéraire. Mon maître et mon vainqueur, François-Henri Désérable, Gallimard, 192 p., 18 €, ebook, 12,99 € L’Académie française couronne l’auteur de « Mon maître et mon vainqueur ». Lisez le premier chapitre. Par Pierre Maury Le 28/10/2021 à 19:34
www.lesoir.be
La réforme des voitures de société ne fait toujours pas l'unanimité : "On ne me fera jamais croire qu'elle sera neutre budgétairement”
Pour Vanessa Matz (CDH), les questions budgétaires et d’approvisionnement, surtout, restent sans réponse.
www.lalibre.be
Deux familles braquées à leurs domiciles de Fléron et de Soumagne
Deux home invasions ont été récemment perpétrés à Fléron et Soumagne. Les auteurs ont fait irruption dans des maisons. Sous la menace, les occupants ont remis de l’argent aux malfrats. À Fléron, ils sont aussi repartis avec un véhicule.
Lameuse.be
Deux sœurs tuées en guise de «sacrifice»: Hussein avait fait un «pacte de sang» avec un «démon» pour gagner à la loterie
Pour gagner à la loterie, un adolescent de 19 ans n’a pas hésité à poignarder à mort deux sœurs. Un acte fou qui aurait été dicté par un «pacte» qu’il avait signé avec Lucifuge Rolocale… un «démon».
Sudinfo.be
Industrie pornographique: quatre acteurs mis en examen pour viol
Ce serait la première fois en France que des acteurs sont poursuivis pour viol dans les investigations visant l'industrie pornographique, a souligné auprès de l'AFP une source proche du dossier.
www.lalibre.be
LIVE. Facebook stelt plannen voor de toekomst voor: kondigt Zuckerberg nieuwe naam voor zijn bedrijf aan?
Er wordt met grote interesse uitgekeken naar het jaarlijkse Connect-event dat Facebook donderdagavond om 19 uur organiseert. Kondigt topman Mark Zuckerberg daar aan dat het bedrijf van naam verandert? Het heeft er alle schijn van. Volg het hieronder LIVE.
www.nieuwsblad.be
Fixer un objectif climatique permet aux entreprises de diminuer leurs émissions
Fixer un objectif climatique permet aux entreprises de diminuer leurs émissions L'organisme a analysé plus de 1.000 entreprises cotées en bourse notamment à Londres, Paris, Francfort et Amsterdam. Une sur dix seulement est en passe d'être climatiquement neutre en 2050. En moyenne, les entreprises européennes visent la neutralité climatique en 2043. Pour celles du secteur des services, le délai est avancé, à 2035. De nombreuses sociétés qui utilisent des énergies fossiles visent la neutralité climatique en 2050, le passage à d'autres sources d'énergie prenant du temps. Si les alternatives existent, les technologies ne sont pas toujours au point. Selon Accenture, le nombre d'entreprises fixant des objectifs climatiques a augmenté ces deux dernières années. Rendre publics ces objectifs peut aider à les atteindre, selon le cabinet de conseil, "car les entreprises ne peuvent pas les résoudre seules", selon le patron européen d'Accenture, Jean-Marc Ollagnier. Près d'un tiers des plus grosses entreprises cotées en bourse en Europe se sont fixées comme objectif d'être climatiquement neutres en 2050. Les sociétés qui se sont fixées de tels objectifs ont vu leurs émissions diminuer ces dix dernières années de 10% en moyenne tandis que celles qui n'ont pas d'objectif climatique ont vu leurs émissions augmenter, a calculé le cabinet de conseil Accenture. Mis à jour le 28/10/2021 à 19:17
www.lesoir.be
Hamon suspend sa cotation en bourse
Hamon suspend sa cotation en bourse La cotation de l'entreprise wallonne avait déjà été suspendue trois mois avant de reprendre en juin, et à la reprise, elle avait accusé une diminution de 50%. La suspension avait déjà été mise à profit pour une première phase de recapitalisation alors que la société a été mise à rude épreuve par la crise sanitaire. Le bout du tunnel semble toutefois se dessiner, alors que les résultats du troisième trimestre publiés jeudi par Hamon montrent "les premiers signes de reprise". "Cette amélioration est principalement due à une activité soutenue en systèmes de refroidissement, tours humides et aérocondenseurs", commente la société. À la fin du troisième trimestre, l'entreprise enregistrait 196 millions d'euros de commandes et à la mi-octobre, 233 millions d'euros. Hamon se montre optimiste pour le dernier trimestre de l'année. Cependant, le conseil d'administration de l'entreprise a constaté que les besoins de financement étaient supérieurs "au montant initialement avancé de 7 millions d'euros". Pour permettre de finaliser "sereinement" la deuxième phase du plan de renforcement de fonds propres, Hamon a demandé la suspension de la cotation de ses actions. La première phase avait permis de lever 15 millions d'euros de capitaux supplémentaires auprès de la Sogepa, le bras financier de la Wallonie. La société wallonne Hamon, spécialisée dans les systèmes de réfrigération industrielle, annonce jeudi soir avoir demandé la suspension de la cotation de ses actions en bourse afin de pouvoir mener "sereinement" des discussions pour renforcer ses fonds propres. Mis à jour le 28/10/2021 à 19:13
www.lesoir.be
Cora, Match, Smatch: attention, des produits ont été rappelés dans plusieurs magasins!
En accord avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA), les magasins Cora, Match et Smatch retirent de la vente leurs plats préparés ’spaghetti bolognaise’ et ’bœuf bourguignon purée’ de la marque Cora.
Sudinfo.be
Proche-Orient: une pression venue d’Europe contre un projet de colonies israéliennes
Proche-Orient: une pression venue d’Europe contre un projet de colonies israéliennes AFP. Il n’aura fallu que quelques mois pour qu’un nouveau projet de construction de colonies soit approuvé sous le nouveau gouvernement en Israël. Ce mercredi, les autorités ont approuvé la construction de 3.000 logements pour des colons en Cisjordanie occupée, le Premier ministre israélien Naftali Bennett ayant pris ses fonctions au mois de juin. L’annonce intervient deux semaines après une rencontre entre le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken et le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid. L’allié américain n’a pas tardé à exprimer sa réprobation. À lire aussi Les Etats-Unis haussent le ton contre les nouvelles implantations israéliennes Ce jeudi, douze pays européens ont également exhorté Israël à renoncer à ce projet. « Nous demandons instamment au gouvernement d’Israël de revenir sur sa décision », ont déclaré les porte-parole de la diplomatie des douze pays (Allemagne, France, Belgique, Espagne, Italie, Pologne, Suède, Norvège, Finlande, Danemark, Pays-Bas et Irlande) dans un communiqué commun. Quinze pays manquent donc à l’appel. Plus tôt dans la semaine, le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh était en déplacement à Bruxelles pour rencontrer des dirigeants européens. À lire aussi Mohammed Shtayyeh, Premier ministre palestinien: «L’Europe peut jeter un pavé dans la mare» Les douze signataires ont rappelé leur « ferme opposition à la politique d’extension des colonies de peuplement dans l’ensemble des territoires palestiniens occupés, qui constitue une violation du droit international et sape les efforts en faveur de la solution des deux États » israélien et palestinien. Douze pays européens ont appelé Israël à renoncer à son projet de construire 3.000 nouveaux logements dans les colonies. Par P. Hn. (avec Belga) Le 28/10/2021 à 19:24
www.lesoir.be
Le conducteur d’une camionnette décède dans un accident avec un camion sur l’E19
Un homme est décédé, jeudi, lors d’un accident sur l’E19 à hauteur de Meer, en direction des Pays-Bas, indique la police fédérale. L’homme conduisait une camionnette et est entré en collision avec un camion.
Sudinfo.be
L'entreprise wallonne Hamon demande la suspension de sa cotation en bourse
La société wallonne Hamon, spécialisée dans les systèmes de réfrigération industrielle, annonce avoir demandé la suspension de la cotation de ses actions en bourse afin de pouvoir mener "sereinement" des discussions pour renforcer ses fonds propres.
www.lalibre.be
Attention si vous acheté ce produit chez Action: l’AFSCA met en garde
La chaîne de magasins hard-discount Action procède au rappel de comprimés de Vitamine D en raison de la présence de résidus d’oxyde d’éthylène.
Sudinfo.be
Zuhal Demir stelt boekje over gevoelens voor in kleuterklasje van haar dochter
‘Ja’ zeggen als iets leuk is, maar ook ‘neen’ kunnen zeggen als je iets niet wilt. Hoe pak je dat aan bij kleuters. Het is belangrijk dat ze al van jongsaf aan leren praten over gevoelens en zich bewust zijn van ongewenst gedrag, zoals pesten. Zeker in situaties waarbij bijvoorbeeld een man vraagt om met hen mee te gaan, moeten kinderen ‘nee’ kunnen zeggen.
www.hbvl.be
Open Vld-voorzitter Lachaert vangt bot met zaak tegen satirische website ’t Scheldt
De Antwerpse kortgedingrechter wil ’t Scheldt niet dwingen om artikels te verwijderen over Open Vld-voorzitter Lachaert. Gert Van Mol, de man achter ’t Scheldt, dient bovendien een klacht in tegen Lachaert.
www.demorgen.be