Ethiopie: l'armée a lancé des frappes aériennes sur la capitale du Tigré

L'armée éthiopienne a mené lundi des frappes aériennes sur Mekele, la capitale du Tigré en guerre, faisant au moins trois morts selon une source hospitalière.
Read full article on: lalibre.be
Wanneer moet ik mij laten testen na hoogrisicocontact? Moet ik als gevaccineerde nog in quarantaine? En welke regels gelden voor kinderen? De belangrijkste vragen over de nieuwe teststrategie beantwoord
De teststrategie na een hoogrisicocontact is nog maar eens aangepast. Dat hebben de ministers van Volksgezondheid beslist. De huisartsen - die vorige week nog pleitten voor een herziening van de teststrategie - zijn tevreden, maar een mens moet maar kunnen volgen. Karine Moykens, voorzitter van het Interfederaal Comité Testing en Tracing, beantwoordt de meest pertinente lezersvragen.
6 m
HLN.be
HET DEBAT. Moeten ongevaccineerden voorrang in de zorg afstaan? Dit is jullie mening
Patrick Loobuyck, moraalfilosoof aan Universiteit Antwerpen, is voorstander van een opkomstplicht in de vaccinatiecentra. Vaccinweigeraars zouden daar een document moeten ondertekenen waarin staat op de hoogte te zijn van de mogelijke gevolgen. Een van de gevolgen kan zijn dat de ongevaccineerden mogelijk geen voorrang zullen krijgen als coronapatiënt op gevaccineerden in een noodsituatie. Moeten ongevaccineerden voorrang in de zorg afstaan? Eerder vandaag lieten we enkele experts aan het woord. Nu is het jullie beurt.
8 m
HLN.be
Toyota va produire des modules de piles à combustible à hydrogènes à Zaventem
Toyota va produire des modules de piles à combustible à hydrogènes à Zaventem D'ici 2035, Toyota veut réduire ses émissions de CO de 100% en Europe occidentale. Pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2035, le branche européenne du Japonais Toyota va produire des modules de piles à combustibles à hydrogène sur son site de Zaventem, indique le constructeur automobile jeudi. Il s'agira d'un projet-pilote qui débutera en janvier, l'objectif fixé dans un premier temps est de 600 modules annuels. Mis à jour le 2/12/2021 à 17:23
9 m
www.lesoir.be
Variant Omicron: le président sud-africain dénonce un "apartheid sanitaire"
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a dénoncé jeudi à Abidjan "toute forme d'apartheid sanitaire" dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, en particulier son variant Omicron initialement détecté par son pays qui est depuis en partie isolé du reste du monde.
9 m
www.lalibre.be
Quatrième vague : les hôpitaux namurois alertent les autorités sanitaires belges sur la gestion de la crise et sur les choix éthiques qui en découlent
La priorisation absolue qui semble être donnée aux patients covid au détriment d’autres patients graves, doit faire l’objet d’un réel débat éthique avec toutes les parties concernées, écrivent-ils.
9 m
www.lalibre.be
Le commissaire corona "déçu" après la publication du rapport du GEMS : "Tout le monde mesure bien qu’on parle de la vie de nos citoyens ?"
Le commissaire corona, Pedro Facon, a regretté que le rapport remis par les experts ait été communiqué au grand public, avant même qu'il ait pu en prendre connaissance.
9 m
www.lalibre.be
Kate Middleton: elle ose la tendance phare du moment
La duchesse de Cambridge reste à la pointe de la mode.
www.dhnet.be
Culture: un budget 2022 généreux et socio-culturel
Culture: un budget 2022 généreux et socio-culturel Cette année encore, les arts du cirque sont parmi les secteurs mis en avant. - Dominique Duchesnes. C’est à nouveau un budget en croissance qui sera affecté en 2022 à la Culture, malgré les difficultés financières de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Et pour cause : la crise sanitaire s’installe dans le temps long, il faut reconstruire certaines infrastructures culturelles après inondations, et, dans le même temps, l’équipe de la ministre Bénédicte Linard (Ecolo) confirme un soutien renforcé au socio-culturel et à l’action territoriale (centres culturels, centres d’expression et de créativité et bibliothèques). Dans ces circonstances, les dépenses dépassent de loin les recettes. Au-delà de ces grandes lignes, on trouvera peu de grands basculements dans le nouveau budget de la culture tel qu’il a été examiné ce mardi au parlement. La réforme la plus singulière est d’ailleurs essentiellement comptable, puisqu’il s’agit de créer un nouveau « service à comptabilité autonome » (Saca) consacré aux infrastructures non-scolaires. Entendez : un fonds qui travaille dans la continuité et parvient, au-delà des échéances budgétaires annuelles, à développer des projets d’ampleur. Pour le solde, que trouve-t-on dans ce budget ? La « cellule de veille » chargée de venir en aide aux structures culturelles en difficulté est prolongée jusqu’à la fin 2022 et dotée de 16 millions d’euros qui seront utilisés pour aider à l’amélioration de la ventilation sanitaire (4 millions), un soutien financier forfaitaire aux créateurs (7 millions) et une indemnisation de sauvegarde pour les opérateurs au bord du naufrage (4,5 millions). Sur 27 millions dégagés par la Fédération pour reconstruction après inondations de juillet, 2,2 millions seront consacrés à des infrastructures culturelles. Un supplément de 6 millions d’euros est par ailleurs inscrit pour d’autres projets d’infrastructures culturelles en divers lieux de la fédération, comme l’abbaye de Forest et le centre culturel de Walcourt. Par ailleurs, le Peca (Parcours d’Éducation Culturelle et Artistique) s’installe progressivement dans les premières années du cursus scolaire, et en 2022 sa dotation va croître de 2,4 millions d’euros. Signalons encore, en divers, la gratuité progressive des musées (un demi-million), le refinancement du socio-culturel (un million entre les centres culturels, la lecture publique et les centres de créativité), un accroissement de l’aide à la création et à la diffusion dans certains secteurs (0,8 million) et la mise en œuvre du « contrat de filière » du livre (un million, à se partager avec les musées et les arts numériques). Pour les usagers culturels et les artistes, tout cela est bien peu lisible, mais confirme une tendance générale imprimée à la culture ces dernières années (lire par ailleurs) : la primauté du socio-culturel, de l’accès des publics scolaires à la culture, de l’éducation permanente. Peu de surprise dans les orientations budgétaires : la ministre Linard confirme sa vision non-marchande de la culture et, nécessité fait loi, assume une largesse budgétaire face au covid et aux inondations. Par A. L. Le 2/12/2021 à 17:26
www.lesoir.be
Faux documents délivrés à la commune d’Anderlecht: cinq personnes sous mandat d'arrêt
Concernant la délivrance de fausses annexes 19bis permettant l'octroi d'un titre de séjour à des travailleurs étrangers, deux fonctionnaires anderlechtois ont été placés sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction et inculpés de faux et usage de faux, organisation criminelle, corruption publique et pour l'un d'eux de blanchiment.
www.7sur7.be
Andrik (31) stierf in het verkeer, nu deelt zijn beste vriend Pieterjan gratis lichtjes uit zodat elke fietser met licht de weg op kan
Als het van Pieterjan Nuitten (32) afhangt, rijdt geen enkele fietser binnenkort nog zonder licht. Op de kruispunten en langs de wegen van zijn thuisstad deelt de Gentenaar gratis lampjes uit aan al wie onverlicht voorbij scheert. Met in het achterhoofd: zijn beste vriend Andrik, die twee jaar geleden op zijn 31ste omkwam in het verkeer. “Hij zou er al mee aan ‘t lachen zijn: ‘wat doet gíj nu weer voor mij, Peejee’?”
HLN.be
Andrik (31) stierf in het verkeer, nu deelt zijn beste vriend Pieterjan gratis lichtjes uit zodat elke fietser met licht de weg op kan
Als het van Pieterjan Nuitten (32) afhangt, rijdt geen enkele fietser binnenkort nog zonder licht. Op de kruispunten en langs de wegen van zijn thuisstad deelt de Gentenaar gratis lampjes uit aan al wie onverlicht voorbij scheert. Met in het achterhoofd: zijn beste vriend Andrik, die twee jaar geleden op zijn 31ste omkwam in het verkeer. “Hij zou er al mee aan ‘t lachen zijn: ‘wat doet gíj nu weer voor mij, Peejee’?”
HLN.be
Variant Omicron: le président sud-africain dénonce un "apartheid sanitaire"
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a dénoncé jeudi à Abidjan "toute forme d'apartheid sanitaire" dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, en particulier son variant Omicron initialement détecté par son pays qui est depuis en partie isolé du reste du monde.
www.dhnet.be
L'UCM dénonce une gestion de crise "erratique": "Trois comités de concertation en deux semaines, ce n'est pas sérieux"
Alors qu'un nouveau comité de concertation a été annoncé en urgence pour ce vendredi, une semaine à peine après le dernier et quelques jours seulement après l'entrée en vigueur des dernières mesures, l'Union des Classes moyennes (UCM) dénonce une gestion de crise "erratique".
www.lalibre.be
Les dix mots sélectionnés
Les dix mots sélectionnés covidé, -ée (adjectif et nom) 1. Atteint, -te par le covid 2. Personne atteinte par le covid. hater (nom masculin, généralement employé au pluriel) Personne – ou plus souvent groupe de personnes – qui s’acharne, sur les réseaux sociaux, à dénigrer des célébrités, des émissions télévisées, etc. iel, ielle (pronom personnel) Forme qui associe il et elle. kiffance (nom féminin) 1. Action de kiffer, d’apprécier énormément quelque chose. 2. Sentiment très positif produit par quelque chose que l’on kiffe. ksaar (verbe intransitif) Faire la fête (parfois en consommant des substances illicites…) nutriscore, nutri-score (nom masculin) Système d’étiquetage qui, par un code utilisant 5 lettres et des couleurs, permet aux consommateurs d’évaluer la teneur des aliments en éléments nutritifs. pass sanitaire, passe sanitaire (locution nominale, masculin) Laisser-passer sanitaire en lien avec le covid. ultracrépidarianisme (nom masculin) Comportement d’une personne qui donne son avis sur un ou des sujets à propos desquels elle n’a pas de compétence particulière. vaxxie (nom masculin) Selfie pris au moment où l’on se fait vacciner (généralement pour encourager d’autres personnes à se faire vacciner). woke (adjectif) Qui manifeste une conscience vive des discriminations liées aux inégalités de toutes sortes (race, genre, appartenance sociale, etc.). Le 2/12/2021 à 17:23
www.lesoir.be
La chapelle funéraire de Rubens remporte le Challenge Patrimoine 2021
La chapelle funéraire de Rubens remporte le Challenge Patrimoine 2021 La chapelle funéraire du peintre Pierre Paul Rubens, située au cœur de l’église Saint-Jacques d’Anvers, a remporté la première édition du Challenge Patrimoine, ont annoncé jeudi ses organisateurs, l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) et la Loterie Nationale. Six sites historiques participaient au concours. Pour remporter la compétition, il fallait se placer parmi les trois premières places du vote du public. Une commission, composée de passionnés du patrimoine, devait ensuite partager les trois vainqueurs. La chapelle funéraire a remporté les suffrages du public, avec près de 3.350 voix, et a ensuite été choisie par la Commission. Les experts de l’IRPA vont à présent restaurer la chapelle de Rubens en étroite concertation avec la communauté et les autorités locales. Cet ensemble baroque, dont l’intérieur date du XVIIe siècle «se compose d’un monumental autel en marbre orné, en son centre, d’un tableau de la Madone entourée de saints, peint par Pierre Paul Rubens». Le tout «surmonté d’une statue de la Sainte Vierge, réalisée par son élève Lucas Faydherbe», explique l’Institut royal du Patrimoine artistique. «Ces œuvres ont d’urgence besoin d’être restaurées.» L’IRPA profitera de la fermeture pour travaux de l’église en 2022 afin de procéder à la restauration du tableau. Il devrait être à nouveau visible dès 2024. Des actions de financement participatif et de recherche de fonds auprès d’entreprises seront également lancées pour soutenir les travaux de restauration. «Le coût de l’étude et du traitement du tableau s’élève à 200.000 euros. En fonction du montant des fonds publics et privés récoltés, nous souhaitons restaurer également la statue de la Vierge, l’autel et les deux monuments funéraires en pierre d’ici la réouverture de la chapelle», ajoute l’institution. À lire aussi Les sept merveilles de Belgique (4/7): la châsse de Notre-Dame, dite flamande, de Tournai Les deux sites placés en deuxième et troisième places du vote du public, que sont les maisons Art Nouveau de Bruxelles et les trésors de la cathédrale de Tournai, seront eux aussi soutenus par l’IRPA. Une équipe interdisciplinaire de l’Institut royal se rendra, début 2022, à Tournai pour faire le bilan des trésors de la cathédrale les plus exceptionnels et les plus menacés. Cette sélection s’accompagnera d’un plan d’intervention détaillé. Les associations locales bénéficieront d’un encadrement pour mettre sur pied une campagne de récolte de fonds et les spécialistes de la restauration de l’IRPA pourront ensuite se mettre au travail. Pour les maisons Art Nouveau de Bruxelles, l’Institut mettra à profit sa collaboration avec urban.brussels, organisme régional en charge de la protection du patrimoine, pour chercher des pistes concrètes de revalorisation. À lire aussi Les dessous du patrimoine: les «archipoètes» de l’Art nouveau bruxellois En vue de la deuxième édition du Challenge Patrimoine, les gestionnaires de monuments et de collections publiques pourront aussi proposer des projets dès le printemps 2022. Le public pourra ensuite voter à l’automne, parmi les propositions sélectionnées. L’objectif à long terme est de restaurer dix sites d’ici au bicentenaire de la Belgique en 2030. Le 2/12/2021 à 17:22
www.lesoir.be
Limburger Sven Smeets, ex-corijder van Freddy Loix, krijgt in F1 sleutelrol bij Britse renstal Williams
Williams F1-teambaas Jost Capito heeft nog maar eens één van zijn voormalige vertrouwelingen bij Volkswagen Motorsport naar de Britse renstal gehaald. Dit keer gaat het om Limburger Sven Smeets (49), die er sportief directeur wordt.
www.hbvl.be
La carte européenne du Covid s'assombrit de plus en plus
La carte européenne du Covid s'est encore un peu plus assombrie cette semaine. Alors que les dernières zones vertes avaient déjà disparu la semaine précédente, les zones oranges commencent dorénavant à disparaitre petit à petit. La Belgique reste toujours en rouge foncé.
www.7sur7.be
Décimé par le Covid-19, Belenenses réclame le report de son prochain match
Le club Belenenses, décimé par le Covid-19, a demandé jeudi que son prochain match du Championnat du Portugal de football, prévu lundi, soit reporté, une semaine après avoir été contraint d'affronter Benfica avec seulement neuf joueurs disponibles.
www.7sur7.be
Sammy Mahdi (CD&V): "Noodopvang in Glons kan morgen openen"
Volgens staatssecretaris voor Asiel en Migratie Sammy Mahdi (CD&V) kan de noodopvang van asielzoekers op de militaire basis van Glons in principe vrijdag opstarten. “Het sneeuwt buiten. Er is geen tijd te verliezen”, klonk het donderdag in de Kamer.
HLN.be
Sammy Mahdi (CD&V): "Noodopvang in Glons kan morgen openen"
Volgens staatssecretaris voor Asiel en Migratie Sammy Mahdi (CD&V) kan de noodopvang van asielzoekers op de militaire basis van Glons in principe vrijdag opstarten. “Het sneeuwt buiten. Er is geen tijd te verliezen”, klonk het donderdag in de Kamer.
HLN.be
Pourquoi le ventre gargouille-t-il quand on a faim?
Pourquoi le ventre gargouille-t-il quand on a faim? Lire l’article Vous avez faim et il devient de plus en plus difficile de camoufler les vocalises de plus en plus bruyantes de votre ventre. Mais pourquoi ce dernier émet-il ces gargouillis particulièrement gênants ? Le 2/12/2021 à 17:19
www.lesoir.be
Rosanna Kurrer désignée "personnalité Cybersécurité" de l’année
Coup de projecteur sur un secteur en pleine croissance.
www.lalibre.be
Un membre présumé de l'État islamique arrêté près de Venise
Des enquêteurs ont arrêté un ressortissant tunisien soupçonné de terrorisme près de Venise, a annoncé jeudi la police italienne.
www.dhnet.be
Chileense wetenschappers ontdekken nieuwe soort dinosaurus met strijdbijl als staart
In een studie die deze week werd gepubliceerd in het gerenommeerde tijdschrift Nature, kondigen Chileense wetenschappers de Stegouros elengassen aan. Deze nieuwe soort dinosaurus had een opvallende staart die eindigde in een soort van bijl.
HLN.be
Washington et les Européens annoncent de nouvelles sanctions contre la Biélorussie
Washington et les Européens annoncent de nouvelles sanctions contre la Biélorussie Une famille de migrants kurde à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. - AFP. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne (UE) et le Canada ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions économiques contre la Biélorussie, accusée de « violations répétées des droits humains » et d’organiser le passage de migrants vers l’UE. À lire aussi Crise avec la Biélorussie: l’UE dégaine une arme de dissuasion contre le trafic de migrants « Nous demandons à nouveau au régime de Loukachenko d’arrêter immédiatement et complètement l’organisation d’une migration irrégulière à travers ses frontières avec l’UE », soulignent les alliés dans un communiqué commun. À lire aussi Aux frontières de l’UE, quelque 1.000 km de murs et de barbelés Minsk est accusé d’avoir orchestré l’afflux de migrants à sa frontière avec la Pologne pour se venger de sanctions occidentales prises après la répression de l’opposition bélarusse dénonçant la réélection contestée de M. Loukachenko. Des sanctions qui « démontrent la détermination » Les sanctions « démontrent notre détermination sans faille à agir face à un régime brutal qui réprime de plus en plus les Bélarusses, sape la paix et la sécurité en Europe, et continue d’exploiter des personnes qui ne cherchent qu’à vivre en liberté », a souligné dans un autre communiqué le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. À lire aussi L’Europe accuse: Loukachenko, trafiquant de migrants Le Trésor américain a annoncé cibler 20 individus et 12 organisations proches du pouvoir, accusés d’avoir « facilité le passage (…) de migrants au sein de l’UE », et d’avoir « pris part à la répression en cours visant les droits humains et la démocratie ». Côté européen, la liste des sanctions de l’UE a officiellement été étendue jeudi à 28 responsables et entités, dont la compagnie aérienne nationale Belavia. Les Occidentaux annonces de nouvelles sanctions économiques contre la Biélorussie accusée de « violations répétées des droits humains ». Par AFP Le 2/12/2021 à 17:18
www.lesoir.be
De Lijn commande 60 bus électriques chez Van Hool et VDL
La commande doit être livrée fin 2022 pour un coût de près de 28 millions d'euros.
www.lalibre.be
La Commission adresse deux avis motivés à la Hongrie pour des dispositions anti-LGBTIQ
La Commission européenne a annoncé jeudi avoir décidé de passer à l'étape suivante de la procédure d'infraction contre la Hongrie concernant l'avertissement imposé sur un livre pour enfants abordant des thèmes LGBTIQ, en adressant un avis motivé à Budapest, dernière étape avant une saisine de la Cour de Justice de l'Union européenne.
www.lalibre.be
Filmverdelers & bioscopen protesteren fel tegen mogelijke nieuwe sluiting: “Onze zalen zijn veiliger dan woningen”
Filmdistributeurs en bioscoopexploitanten hebben via de Federatie van Cinema’s van België krachtig gereageerd op een mogelijke sluiting van culturele locaties. “Zo ontneem je mensen de kans om te ontsnappen aan een klimaat dat angst inboezemt”, klinkt het.
HLN.be
Filmverdelers & bioscopen protesteren fel tegen mogelijke nieuwe sluiting: “Onze zalen zijn veiliger dan woningen”
Filmdistributeurs en bioscoopexploitanten hebben via de Federatie van Cinema’s van België krachtig gereageerd op een mogelijke sluiting van culturele locaties. “Zo ontneem je mensen de kans om te ontsnappen aan een klimaat dat angst inboezemt”, klinkt het.
HLN.be
Acteur Nicolas Cage speelt rol iconische van vampier 'Dracula' in sciencefictionfilm ‘Renfield’
Acteur Nicolas Cage (57) heeft opnieuw een grote filmrol te pakken heeft. De acteur kruipt straks in de huid van de iconische vampier ‘Dracula’ in de monsterfilm ‘Renfield’. Het monster ‘Renfield’ wordt dan weer gespeeld door acteur Nicolas Hoult (31).
HLN.be
Coronavirus: la carte de l’ECDC s’assombrit de plus en plus
Coronavirus: la carte de l’ECDC s’assombrit de plus en plus La carte européenne du Covid s’est encore un peu plus assombrie cette semaine. Alors que les dernières zones vertes avaient déjà disparu la semaine précédente, les zones orange commencent dorénavant à disparaitre petit à petit. La Belgique reste toujours en rouge foncé. Chaque jeudi, l’ECDC publie une carte européenne du Covid avec des codes couleurs basés sur le nombre de contaminations et le pourcentage de tests positifs au cours des 14 derniers jours. La carte compte quatre couleurs : vert, orange, rouge et rouge foncé. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Au terme d'une réunion "houleuse", les syndicats policiers jugent les propositions de Verlinden toujours insatisfaisantes
La proposition de revalorisation salariale présentée jeudi matin aux syndicats policiers par la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, est insatisfaisante, a indiqué le front commun syndical au terme d'une réunion qu'il a qualifiée de "houleuse".
www.dhnet.be
Derde prikken binnenkort enkel nog met Moderna
Voor de derde prikken zal er in de vaccinatiecentra binnenkort enkel nog Moderna gebruikt worden. “Een gevolg van de grote stock aan Moderna-vaccins”, zegt Zorg en Gezondheid. “Afhankelijk van de leveringen zal in 2022 ook opnieuw Pfizer gebruikt worden voor boosterprikken.”
www.gva.be
L'UCM dénonce une gestion de crise "erratique": "Trois comités de concertation en deux semaines: ce n'est pas sérieux"
Alors qu'un nouveau comité de concertation a été annoncé en urgence pour ce vendredi, une semaine à peine après le dernier et quelques jours seulement après l'entrée en vigueur des dernières mesures, l'Union des Classes moyennes (UCM) dénonce une gestion de crise "erratique".
www.dhnet.be
Toujours décimé par le Covid-19, Belenenses réclame le report de son prochain match au Portugal
Toujours décimé par le Covid-19, Belenenses réclame le report de son prochain match au Portugal EPA Une vingtaine de cas de contamination au variant Omicron du coronavirus, les premiers enregistrés au Portugal selon l’Institut national de santé (Insa), ont été détectés dans le club. L’ensemble de l’effectif et de l’encadrement se trouve depuis à l’isolement. Samedi dernier, le club du quartier lisboète de Belém a dû disputer un match de Championnat, le derby contre Benfica, alors que seuls neuf joueurs étaient disponibles. Un gardien de but a dû être aligné comme joueur de champ et la rencontre a été interrompue avant la fin quand, à la suite de blessures, il n’y avait plus que six joueurs en mesure de continuer. La limite réglementaire est de sept. Belenenses était mené 7-0 à la 48e minute. Le président de Belenenses, Rui Pedro Soares, a affirmé que sa demande de report du match contre Benfica avait été repoussée par la Ligue au motif qu’il disposait du nombre de joueurs suffisant. Un responsable de la Ligue cité dans les médias locaux a confirmé avoir eu un contact téléphonique avec Soares mais a démenti avoir reçu une « demande formelle » de report. Mercredi, la Ligue a reporté un match de la 13e journée, opposant Tondela et Moreirense, en raison d’un foyer de Covid dans le club hôte. Le choc entre Benfica et le Sporting Portugal, autre club de la capitale, aura bien lieu vendredi. Les joueurs de Benfica ont tous été testés négatifs après le match contre Belenenses. En revanche le Sporting sera privé de son capitaine, l’Uruguayen Sebastian Coates, infecté par le Covid-19. Le club Belenenses, décimé par le Covid-19, a demandé jeudi que son prochain match du Championnat du Portugal de football, prévu lundi, soit reporté, une semaine après avoir été contraint d’affronter Benfica avec seulement neuf joueurs disponibles. Par Belga Le 2/12/2021 à 17:12
www.lesoir.be
La carte européenne de l'ECDC s'assombrit de plus en plus: la Belgique reste en rouge foncé
La carte européenne du Covid s'est encore un peu plus assombrie cette semaine.
www.lalibre.be
Présidentielle française: à droite, un duel Ciotti-Pécresse
Présidentielle française: à droite, un duel Ciotti-Pécresse À l’issue du premier tour de la primaire, c’est le député des Alpes maritimes Éric Ciotti qui arrive en tête (25,59% des voix) devant la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (25%). - AFP Chaque primaire réserve toujours son lot de surprises. Qu’elle soit ouverte (aux sympathisants) ou fermée (réservée aux adhérents d’un parti), elle offre souvent une prime à la radicalité. Il y a cinq ans, la formule avait déjà propulsé à droite François Fillon au détriment d’Alain Juppé et, à gauche, Benoît Hamon au détriment de Manuel Valls. À lire aussi France: quatre jours pour ressusciter (ou non) la droite La cuvée 2021 de la droite n’échappe pas à la tendance. Du moins pour la première manche. À l’issue du premier tour qui devait départager cinq prétendants au dossard présidentiel, c’est le député des Alpes maritimes Éric Ciotti qui arrive en tête (25,59 % des voix) devant la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (25 %). L’ancien négociateur du Brexit Michel Barnier (23,9 %), un temps présenté comme le favori, n’arrive que troisième. L’homme fort des Hauts-de-France Xavier Bertrand, qui était pourtant le mieux placé dans les sondages pour espérer se qualifier au second tour de la présidentielle, ne décroche que la quatrième place (22,36 %). Une claque pour celui qui avait mis toute son énergie dans cette bataille depuis des mois. L’urgentiste et ancien député européen Philippe Juvin (3,13 %) ferme logiquement la course. Le fruit de la surenchère La pole position d’Éric Ciotti est le fruit de la course à l’échalote à laquelle se sont livrés les candidats à la candidature. Après la percée d’Éric Zemmour dans les sondages, tous se sont laissés dériver vers la droite de la droite, musclant les propositions sur l’immigration et l’insécurité. À ce jeu de la surenchère, le plus proche des idées du sulfureux polémiste a raflé la mise. Éric Ciotti ne défend pas seulement un « moratoire » sur l’immigration. Il plaide pour la fin du droit du sol et l’arrêt du regroupement familial. Il ne rejette pas non plus la théorie du « grand remplacement » chère à l’écrivain d’extrême droite Renaud Camus et reprise par Éric Zemmour. Des mots que même la candidate du Rassemblement national ne reprend pas à son compte pour décrire la situation migratoire. À lire aussi Le défi démocratique de la droite française Éric Ciotti avait aussi déclaré qu’en cas de duel au second tour de la présidentielle entre l’ancien journaliste du Figaro et le président sortant Emmanuel Macron, il choisirait de voter pour le premier. « Je ne voterai jamais pour ce pouvoir », a-t-il réitéré à l’issue de ce premier tour victorieux. Eric Zemmour a d’ailleurs compris le parti qu’il pouvait tirer de cette ultra-droitisation du parti conservateur. Aussitôt le résultat du premier tour connu, il a tweeté : « Heureux, cher Eric, de voir nos idées si largement partagées par les militants LR. Le RPR n’est pas mort ». Valérie Pécresse doit sa deuxième place à sa bonne performance dans les débats. Lors des quatre confrontations télévisées, elle s’était montrée pugnace, carrée, précise, comme si elle avait déjà étudié les moindres paragraphes d’un programme qu’elle envisageait comme un plan de rupture pour le pays, se présentant comme « la dame du faire ». La présidente de la région Ile-de-France, formée à l’école Chirac avant de devenir ministre sous Nicolas Sarkozy, a aussi bénéficié de la forte participation. Des dizaines de milliers de Français avaient pris (ou repris) leur carte chez Les Républicains, au point que le corps électoral atteignait 140.000 votants. Sa fédération, dans la région capitale, comptait le plus de militants encartés. Pécresse favorite Dès l’annonce des résultats, Xavier Bertrand a apporté son soutien à Valérie Pécresse, tout comme d’ailleurs Michel Barnier et Philippe Juvin. Ce qui fait de la présidente de la région Ile-de-France la favorite du deuxième tour. Le président des Hauts-de-France avait longtemps hésité avant de se résoudre à cette primaire. Il avait cru d’abord pouvoir s’imposer dans son camp sans passer par cette dangereuse phase « congrès ». Mais il avait dû se rendre à l’évidence : n’ayant pas réussi à creuser l’écart dans les sondages pour s’imposer comme le candidat naturel, il avait dû se résoudre à jouer collectif. À lire aussi France: cinq nuances de droite pour une primaire qui se veut «soft» Lors de cette campagne interne, il n’avait cependant pas su éviter l’écueil de se croire déjà dans la vraie course présidentielle, ciblant sans cesse Emmanuel Macron comme s’il s’agissait déjà de son adversaire désigné. « Je ne regrette pas d’avoir présenté ma candidature à ce congrès. C’était le choix de l’unité. C’est la démocratie », a-t-il acté ce jeudi. Le deuxième tour livrera son verdict dès ce samedi, à l’issue d’un nouveau tour de scrutin électronique et sans qu’un duel télévisé soit organisé pour confronter les deux finalistes. Afficher l’unité Les vaincus ont déjà promis de se mettre tous dans la roue du vainqueur. Ils avaient pris soin, lors des débats télévisés, de ne pas s’écharper pour ne pas insulter l’avenir et pour ne pas fracturer la droite avant qu’elle se jette pour de bon dans la bataille élyséenne. Après cette primaire qui a su éviter les coups bas fratricides, la droite devrait ainsi partir en campagne rassemblée. Un premier meeting, le samedi 11 décembre, devrait lui permettre d’afficher l’union sur les estrades. Ce serait alors une « entrée dans l’atmosphère » réussie pour le camp conservateur. À lire aussi Présidentielle française: de la gauche à l’extrême droite, les enjeux des candidatures Au point de pouvoir rêver de se qualifier pour le second tour de la présidentielle en avril prochain ? Dans les sondages, la place reste promise à ce stade à la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen. Elle demeure aussi convoitée par Éric Zemmour qui, malgré ses récents revers, espère faire une démonstration de force dimanche prochain lors de son premier meeting à Villepinte, au nord de la capitale, où il a loué une salle plus grande que celle initialement prévue au Zénith de Paris. Dès avant l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron, la course est lancée. Et son issue reste imprévisible. On saura samedi qui, d’Éric Ciotti ou de Valérie Pécresse, sera le candidat LR à la présidentielle. Xavier Bertrand est balayé dès le premier tour. Par Joëlle Meskens Envoyée permanente à Paris Le 2/12/2021 à 17:10
www.lesoir.be
Voyages à l’étranger: ce qui va bientôt changer pour les Belges qui se rendent en France
Voyages à l’étranger: ce qui va bientôt changer pour les Belges qui se rendent en France Photo News. Alors que la quatrième vague frappe l’Europe et que le variant omicron se propage, voici les indications du SPF Affaires étrangères concernant les déplacements vers la France. Pour un voyageur en provenance d’un pays vert (espace européen, dont la Belgique) : -si le voyageur est vacciné, il faut une preuve de vaccination et une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection au covid et de contact avec un cas confirmé de coronavirus. -si le voyageur (âgé de 12 ans ou plus) n’est pas vacciné, il faut un test PCR ou test antigénique négatif de moins de 72 heures avant le départ et une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection au covid et de contact avec un cas confirmé de coronavirus. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Une ex-collaboratrice EELV accuse Jean-Vincent Placé de «harcèlement sexuel», une enquête ouverte
Une ex-collaboratrice EELV accuse Jean-Vincent Placé de «harcèlement sexuel», une enquête ouverte Audrey*, une ex-collaboratrice de Jean-Vincent Placé, a déposé plainte contre l’ex-secrétaire d’Etat écologiste la semaine dernière, l’accusant de « harcèlement sexuel » entre 2012 et 2016 et une enquête a été ouverte, ont appris l’AFP et Mediapart jeudi de source proche du dossier et auprès du parquet de Paris. Sollicité, le parquet de Paris a confirmé avoir reçu la plainte et ouvert une enquête pour « harcèlement sexuel » le 23 novembre, confiant les investigations à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Jean-Vincent Placé « prend acte » Contacté, Jean-Vincent Placé a dit « prendre acte » de la plainte. « Je ne souhaite pas à ce stade de la procédure faire un quelconque commentaire. Je répondrai, bien entendu, à toutes les questions qui viendraient à m’être posées par les enquêteurs », a ajouté l’ex-patron des sénateurs écologistes, interrogé sur tous les éléments. Des bribes des faits dénoncés aujourd’hui par Audrey avaient été évoqués pour la première fois en 2018 par Libération : lors d’un déplacement à Rome, Jean-Vincent Placé lui aurait « ordonné de danser un slow » avec le sénateur centriste François Zocchetto. Un an plus tard, Audrey avait témoigné anonymement sur France 3, indiquant que l’ex-maire UDI de Laval l’avait « agrippée », « pressée contre lui » et lui avait mis une « main bas dans le dos ». M. Zochetto avait renoncé à se représenter aux municipales, présentant ses « excuses » pour son « manque de retenue » car il n’avait « pas osé résister à l’injonction » de M. Placé qu’il accompagnait, tout en « démentant tout comportement répréhensible ». Plusieurs attouchements Avec sa plainte, Audrey, âgée de 35 ans, évoque désormais plusieurs années de « harcèlement sexuel ». En août 2015 à Lille, en marge du rassemblement estival du parti que Jean-Vincent Placé s’apprête alors à quitter, Audrey l’accuse de lui avoir « touché les fesses ». La seconde agression se serait produite mi-mai 2016 à Séoul, lors d’un déplacement officiel de Jean-Vincent Placé : dans une voiture, l’ex-secrétaire d’Etat de François Hollande aurait « touché délibérément la poitrine d’Audrey ». Contactée, la plaignante n’a pas souhaité commenter. Selon son avocat, Me Tewfik Bouzenoune, Jean-Vincent Placé « a opéré une réification d’une jeune femme brillante qui s’est peu à peu éteinte sous son autorité ». *Le prénom de la plaignante a été modifié. Jean-Vincent Placé a déclaré « prendre acte » de la plainte et n’a pas souhaité faire de commentaire à ce stade. Par AFP Le 2/12/2021 à 17:08
www.lesoir.be
Au terme d'une réunion "houleuse", les syndicats policiers jugent les propositions de Verlinden toujours insatisfaisantes
La proposition de revalorisation salariale présentée jeudi matin aux syndicats policiers par la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, est insatisfaisante, a indiqué le front commun syndical au terme d'une réunion qu'il a qualifiée de "houleuse".
www.lalibre.be
Amerikaanse agent schiet dief in rolstoel negen keer in de rug
Een politieagent in de Tucson, in de Amerikaanse staat Arizona, heeft maandag negen keer geschoten op een 60-jarige man in een gemotoriseerde rolstoel die ervan verdacht wordt een winkel te hebben overvallen.
www.hbvl.be
Un membre présumé de l'État islamique arrêté près de Venise
Des enquêteurs ont arrêté un ressortissant tunisien soupçonné de terrorisme près de Venise, a annoncé jeudi la police italienne.
www.7sur7.be
Alleenstaande mannen blijven voor gesloten poort van Klein Kasteeltje staan
Het regende en sneeuwde afwisselend, maar ook donderdagochtend verzamelden opnieuw veel mensen die asiel wilden aanvragen aan aanmeldcentrum Klein Kasteeltje in Brussel. Een honderdtal families en niet-begeleide minderjarigen konden naar binnen, maar de rij alleenstaande mannen bleef even lang.
HLN.be
La carte européenne du Covid s'assombrit de plus en plus: la Belgique reste en rouge foncé
La carte européenne du Covid s'est encore un peu plus assombrie cette semaine.
www.dhnet.be
Luca Brecel stoomt via 6-1 tegen Hamilton door naar kwartfinale tegen McGill in York
Luca Brecel evenaart in York minstens zijn beste prestatie ooit op het UK Championship. Dankzij een nieuwe overtuigende zege tegen Anthony Hamilton (6-1) staat hij vrijdag (14u) in de kwartfinales tegenover Anthony McGill.
www.hbvl.be
De Croo sur la vaccination : “Nous n'avons pas correctement apprécié la situation”
“Nous n'avons pas correctement apprécié la situation (à propos de la vaccination contre la Covid-19)", a admis le Premier ministre Alexander De Croo jeudi en séance plénière de la Chambre. "Nous avions cru qu'une large campagne de vaccination nous permettrait de sortir de cette crise. La réalité est différente aujourd'hui.”
www.7sur7.be
De Saint-Trond à l’USG, l’ascension de Philippe Bormans
De Saint-Trond à l’USG, l’ascension de Philippe Bormans À 34 ans, Philippe Bormans affiche déjà un CV qui en ferait pâlir plus d’un d’envie. Plus jeune dirigeant d’un club professionnel lorsqu’il est arrivé à la tête de Saint-Trond en 2014, il est aussi le plus jeune membre du conseil d’administration de la Pro League où il représente les intérêts des clubs du K11, après avoir défendu ceux des écuries de Division 1B. Ces retrouvailles avec son ancien club sont dès lors l’occasion de s’intéresser de plus près à son incroyable parcours, mais également de revenir sur la formidable première partie de saison de l’USG. Et d’évoquer ce fameux mercato hivernal qui angoisse plus d’un fan saint-gillois. Son passé à Saint-Trond C’est en 2008 que le jeune Philippe Bormans, fraîchement diplômé, débarque au Stayen. « Il s’agissait là de mon tout premier boulot », se souvient-il. « Pour moi, c’était un rêve de travailler dans le monde du football. Mais dans un sens, ce n’était pas non plus évident car j’étais directement mis dans le bain de la Division 1A. Lorsque je suis arrivé, Saint-Trond venait en effet de remonter de D1B. Au départ, j’étais responsable du ticketing et de l’organisation des matches. Mais j’ai rapidement fait un peu de tout. J’aidais par exemple également au niveau de la comptabilité. Toute cette expérience m’aide énormément aujourd’hui. Car quand je parle avec le comptable ou avec le responsable du ticketing de l’Union, je comprends leur travail. » Gravissant les échelons lentement mais sûrement, il est finalement nommé directeur général chez les Canaris. « Lorsque Roland Duchâtelet a revendu le club (NDLR : en 2011), celui-ci a été relégué. Le nouveau patron a repris le STVV dans des conditions difficiles. Les finances n’étaient pas bonnes. Il a alors décidé qu’on jouerait avec des jeunes. À l’époque, leur chance a été donnée à Junior Edmilson et Rob Schoofs par exemple. Et il en a été de même au niveau du management. Le directeur opérationnel et le directeur commercial ont été écartés et on m’a donné ma chance. Techniquement, je n’ai pas directement eu ce titre de directeur général mais, dans les faits, c’était le cas. Je gérais un peu de tout, dont les contrats des joueurs. Et j’étais également le correspondant qualifié. » C’est alors qu’il écrira les premières belles pages de sa carrière de dirigeant. « On a grandi et été champion de D1B au terme de la saison 2014-2015. On avait conquis ce titre avec Chris O’Loughlin (NDLR : qui est aujourd’hui directeur sportif de l’Union) et Yannick Ferrera. Je me rappelle que, la saison suivante, pour notre retour en Division 1A, on avait battu le Club de Bruges. Et on avait également remporté le derby du Limbourg face à Genk. Un derby qui, vous vous en doutez, représente énormément dans la région. C’était en outre la première fois que Saint-Trond battait son voisin ! » Mais la belle aventure prendra fin en 2018. « Roland Duchâtelet était revenu au club (NDLR : en 2016). Mais il était âgé, il avait déjà près de 70 ans. Il souhaitait dès lors ne rester qu’un court laps de temps. Celui nécessaire afin de trouver des repreneurs qui assureraient la pérennité du club. Ce qui a été fait avec des investisseurs japonais. J’étais alors toujours CEO mais j’estimais que, quand de nouvelles personnes arrivent, c’est à elles de décider de la direction qu’elles veulent faire prendre au club. J’estimais que ce n’était pas une bonne chose pour moi, ainsi que pour le club, que je reste. Car j’avais fait signer tout le monde là-bas, que ce soit de la personne qui nettoie le stade jusqu’à l’attaquant de pointe. » Alors âgé de 31 ans, Philippe Bormans se retire mais ne restera pas bien longtemps sans emploi. Car quelques mois plus tard, l’Union vient sonner à sa porte. « En fait, à la base, j’avais envie de faire autre chose. Car je ne suis pas marié avec le foot. Je ne voulais pas absolument rester dans le monde du football. Mais les investisseurs anglais de l’Union se sont montrés très séduisants. Je les ai écoutés et ils m’ont convaincu de par leur expertise et leur plan sur le long terme qu’ils avaient pour le club. » Son présent à l’Union Saint-Gilloise Une décision qu’il ne regrette pas le moins du monde aujourd’hui. Car depuis trois ans et demi, les réussites s’accumulent. Après une montée historique en Division 1A (la deuxième dans sa carrière de dirigeant donc), c’est un titre de champion d’automne qu’il vient de décrocher ! « Je savais qu’on avait une bonne équipe. C’était déjà le cas en D1B et on est parvenu à conserver tout le monde ou presque. L’inconnue était de savoir comment les joueurs allaient s’adapter à la pression, aux stades remplis, à la vitesse d’exécution, etc. Mais cela se passe admirablement. Et on mérite entièrement les points qu’on a obtenus jusqu’à présent. » Mais la rançon de la gloire, c’est que les prestations des joueurs saint-gillois attisent les convoitises. Et ce, alors que mercato hivernal pointe le bout de son nez. Un mercato qui fait frissonner plus d’un sympathisant unioniste. « Mais le club ne veut pas qu’un de ses joueurs parte », coupe Philippe Bormans. « Et les joueurs eux-mêmes affirment dans les médias qu’ils veulent rester. Ils se connaissent très bien, ils sont proches les uns des autres et savent qu’il y a quelque chose de très bien à faire cette saison. Évidemment, certains clubs vont essayer. Et ce, pour deux raisons. Car ils aiment bien un joueur mais également pour nous déstabiliser. Et cela arrive malheureusement en Belgique. Mais je le répète, il n’y a pas d’intérêt de notre côté. Et cela vaut aussi pour Mitoma. Quand je dis que nous voulons garder tout le monde, je parle également des joueurs prêtés. » À l’inverse, le club pourrait accueillir l’un ou l’autre nouveau venu. D’autant que le noyau saint-gillois est loin d’être extensible. « Mais c’était un choix de notre part d’avoir un noyau pas trop large. Il se pourrait toutefois qu’on renforce l’équipe à l’une ou l’autre position. Lesquelles ? Je préfère ne pas trop m’avancer. » Si ce fameux mercato se déroule sans trop de casse, les meilleurs espoirs pourraient-ils dès lors être permis ? Le maintien étant déjà quasiment assuré, le directeur général a-t-il fixé des objectifs plus ambitieux pour cette fin de saison ? « Le but n’a jamais été uniquement celui de se sauver. J’étais déjà persuadé qu’on avait une équipe bien plus forte que pour simplement se battre pour ne pas descendre. Pour notre part, on veut juste apprendre et essayer de gagner le plus de matches possibles. Et notre position actuelle ne change rien. On ne se met pas de pression supplémentaire. Mais on a aussi dit qu’on ne voulait pas spécialement vivre une saison calme. Car pour moi, cela équivaudrait à une saison perdue. Aujourd’hui, les fans se mettent à rêver, et peut-être même les joueurs. Et ils ont raison. Mais il faut regarder match après match. Et on verra bien si, en fin de compte, on se retrouvera en Playoffs 1, 2, ou avec rien du tout. » Actif à la Pro League Philippe Bormans a aussi des attributions au niveau de la Pro League. La saison dernière, il était le représentant des clubs de Division 1B au sein du conseil d’administration de la Pro League. Aujourd’hui, il siège toujours à ce CA mais comme représentant du K11 (c’est Harm Van Veldhoven, le président de Lommel, qui représente désormais les clubs de D1B). Et ce, alors qu’il n’a que 34 ans. « La difficulté ne résidait pas spécialement dans mon âge mais plutôt dans le fait que j’étais seul pour représenter les huit clubs de D1B. Alors qu’ils sont quatre pour représenter le G5. Aujourd’hui, je fais partie des quatre représentants des clubs du K11. Je ne suis dès lors plus tout seul. On est plusieurs à défendre nos intérêts. » Bien intégré dans les hautes sphères du football belge, il est aussi aux premières loges pour suivre les révélations relatives au Footgate. Des révélations qui apportent leur lot de surprise, semaine après semaine. Et par rapport auxquelles il ne mâche pas ses mots. « Des êtres humains ont volé de l’argent sur le dos de leur club. Des agents ont triché. Il y a dès lors ce volet financier. Mais cela impacte également le sportif. Car des clubs ont peut-être évité de payer telle ou telle taxe. En tout cas, d’après moi, tous ceux qui ont fait des constructions pareilles ou bien volé de l’argent doivent être mis hors du monde du football. Si le foot veut retrouver une image positive, tous ces gens doivent quitter le milieu. Car au final, on ne parle jamais toujours que de quelques personnes, et toujours des mêmes. Alors que le football, ce sont des centaines de personnes qui travaillent tous les jours, des milliers, voire des centaines de milliers de personnes qui s’amusent, qui y mettent du cœur. Et à cause de cette dizaine de personnes, on ne parle qu’en négatif de notre sport depuis trois ans. » Ce qui n’est par contre pas le cas de l’Union qui reçoit les louanges depuis plusieurs semaines. Philippe Bormans espère bien évidemment que cette spirale positive se poursuivra face à son ancien employeur ce vendredi. Il y croit fermement : « Je pronostique une victoire de l’USG 1-2 ! » Pour la première fois depuis 2018, le CEO de l’Union Saint-Gilloise, Philippe Bormans, va faire son retour à Saint-Trond. Un club dans lequel il a travaillé près d’une décennie, gravissant les échelons jusqu’à en devenir le directeur général. Par Vincent Miller Le 2/12/2021 à 17:03
www.lesoir.be
Alexander De Croo: “Nous avions cru que la vaccination menait vers la liberté”
“Nous n'avons pas correctement apprécié la situation (à propos de la vaccination contre la Covid-19)", a admis le Premier ministre Alexander De Croo jeudi en séance plénière de la Chambre. "Nous avions cru qu'une large campagne de vaccination nous permettrait de sortir de cette crise. La réalité est différente aujourd'hui.”
www.7sur7.be