Kim Clijsters prévoit de rejouer en 2022: “Pourquoi devrais-je abandonner maintenant?”

Le tournoi d'Indian Wells est déjà terminé pour Kim Clijsters (WTA 1476) après une défaite 6-1, 2-6, 6-2 jeudi au premier tour jeudi contre la Tchèque Katerina Siniakova (WTA 53). Un deuxième revers en deux tournois depuis son retour sur le circuit, il y a dix jours, à Chicago. La Limbourgeoise, 38 ans, n'a toujours pas gagné le moindre match depuis l'entame de sa troisième carrière, en février 2020 au tournoi de Dubai. La saison 2021 touchant à sa fin, quelle suite envisage-t-elle de donner à son come-back?
Read full article on: myprivacy.dpgmedia.be
MULTILIVE BEKER. Rekent Antwerp af met Westerlo? Cercle verdubbelt voorsprong tegen Tienen
• 16de finales Croky Cup • Cercle ontvangt Tienen (20u) • Antwerp trekt naar Westerlo (20u45) • Herbeleef de multilive van gisteren
7 m
HLN.be
Une mère rapatriée de Syrie condamnée pour terrorisme, une première en Belgique
Partie en 2014, rentrée en juillet avec deux enfants, Shirley a écopé de 40 mois avec sursis au-delà de 8 mois.
7 m
www.lalibre.be
Moederbedrijf Facebook verandert naam in Meta
Het moederbedrijf van Facebook verandert zijn naam in Meta. Dat heeft CEO Mark Zuckerberg bekendgemaakt.
7 m
www.demorgen.be
Geen coronapas, geen loon: kan dat zomaar?
In cafés, restaurants en fitnesszaken is het Covid Safe Ticket al verplicht. Volgt binnenkort de werkvloer? ‘De discussie ligt op de plank van het volgende Overlegcomité’, zegt minister van Werk Pierre-Yves Dermagne (PS).
www.demorgen.be
SC Charleroi: Guillaume Gillet devra se relever
SC Charleroi: Guillaume Gillet devra se relever Guillaume Gillet a loupé une Panenka décisive face à Lommel. - Belga Il avait été choisi comme cinquième tireur parce que son expérience devait lui permettre de ne pas trembler en cas de penalty décisif, dans un sens ou dans l’autre. Guillaume Gillet a toutefois lourdement failli à sa tâche en loupant totalement une Panenka qu’il n’aurait probablement jamais dû tenter. « Avant la séance, l’entraîneur avait dit de choisir quelque chose. Dans ma tête, c’était clair que je voulais essayer ce geste. Dès le départ, je savais que je tenterais une Panenka, mais le gardien est parti du bon côté », regrettait Guillaume Gillet qui a eu le mérite de ne pas fuir ses responsabilités et de se présenter face aux quelques journalistes présents après son échec, ce que d’autres n’auraient pas fait. Ce loupé était donc synonyme de première élimination carolo lors de son entrée en lice en Coupe depuis son retour en D1A. « Le coach a désigné les tireurs et j’ai toujours pris mes responsabilités. Je n’étais pas stressé, mais c’est comme ça », ajoutait le trentenaire carolo. Au moment de désigner les tireurs et l’ordre de ceux-ci, Edward Still avait pris le soin de placer Ryota Morioka et Guillaume Gillet en début et en fin de séance pour assurer le coup aux moments-clés. Il avait ensuite en effet demandé à ses gars de prendre une option de frappe et de ne plus en changer. Expérimentés, les deux anciens Anderlechtois ont toutefois loupé la conversion de leur tir au but. Alors que le loupé de Kolbeinn Thordarson venait de remettre le Sporting dans le match malgré le raté initial du Japonais, Guillaume Gillet est donc resté sur son idée de départ et a tenté et loupé son geste technique. « C’est un choix, son choix. Si ça réussit, tout le monde se dit qu’il a du cran. Et si ça échoue, c’est une grande déception, mais c’est son choix et il faut le respecter. C’est peut-être encore plus difficile à avaler, mais c’est fait », disait après-coup un Edward Still dépité et dégoûté par cette élimination précoce. Et si le Sporting aurait dû s’imposer bien avant d’en arriver là dans une rencontre qu’il a dominée sans se montrer suffisamment dangereux, ce penalty loupé sur un geste osé pourrait laisser des traces alors qu’Edward Still insiste sur les détails et les choses simples depuis des semaines. « C’est dommage (d’avoir raté ce tir au but) parce que ça m’aurait certainement fait du bien, même si la séance n’était pas finie derrière », regrettait Guillaume Gillet, conscient que son rôle a changé dans le vestiaire sambrien en quelques mois. Et il touche en effet là un autre point important dans ce « débat ». Pourquoi un joueur en manque de confiance prend-il un tel risque sur un tir au but pour ne pas perdre ? S’il avait osé ce geste sur un tir décisif en faveur des Zèbres, les conséquences n’auraient probablement pas été les mêmes pour un joueur qui ne facturait que 194 minutes de jeu (soit 17,9 % de temps de jeu) avant cette rencontre de Coupe, dont 87 lors du match inaugural à Ostende. « Je suis obligé de me contenter de ces minutes. Forcément, je n’ai pas de rythme donc ce n’est pas évident. J’ai toujours été habitué à enchaîner les matches. C’est un rôle différent de la saison dernière, mais c’était prévu comme ça en début de saison et je ne vais pas commencer à râler », reconnaissait encore le milieu de terrain carolo. « Certains entraîneurs font parfois tourner en Coupe, d’autres pas. Finalement j’ai joué parce que le match a duré plus de 90 minutes. » Passé de Zèbre d’or de la saison dernière pour les supporters carolos à joueur de (large) rotation alors qu’il ne correspond pas (ou plus) au jeu d’anticipation prôné par Edward Still, Guillaume Gillet avait toutefois encore eu un rôle important la veille de cette rencontre. Rares sont en effet les joueurs du matricule 22 à savoir ce que ça signifie de remporter un trophée. « Ce mardi, on a partagé avec les quelques joueurs du noyau qui ont gagné quelque chose, notamment Guillaume qui a un CV fabuleux, ce que c’est de gagner. On l’a écouté pour permettre à tout le monde de prendre conscience de ce que c’est de gagner quelque chose », expliquait Edward Still à la veille de la partie contre Lommel. « Déçu pour l’équipe et le public qui [l]’a toujours soutenu », Guillaume Gillet devra essayer de rebondir après cet échec. Il en a vu d’autres dans sa longue et riche carrière, mais alors qu’Edward Still veut plus que tout pouvoir faire confiance en ses troupes, l’ancien Diable rouge devra se montrer convaincant pour que ce geste ne laisse pas de trace dans les semaines et mois à venir. Malade et donc absent mercredi, Shamar Nicholson était de retour ce jeudi. Héros du peuple zébré pour son abnégation sans faille la saison dernière, Guillaume Gillet est rentré dans le rang depuis plusieurs mois. Le poids des ans et, depuis ce mercredi, la lourde responsabilité de l’échec carolo vont devoir être surmontés. Par Benjamin Helson Le 28/10/2021 à 20:37
www.lesoir.be
Un cycliste perd la vie dans une collision avec une camionnette à Hasselt
Un cycliste a perdu la vie jeudi vers 18h00 à Hasselt lors d’une collision avec une camionnette sur la Kuringersteenweg. Les services de secours ont tenté de réanimer la victime en vain.
Sudinfo.be
En moyenne cinq ans de procédures pour un projet immobilier à Bruxelles
20:34 Pour atteindre les objectifs de performance énergétique du bâti, l'Upsi invite les autorités régionales à accélérer et simplifier les procédures.
www.lecho.be
MULTILIVE BEKER. Cercle op voorsprong tegen Tienen, Antwerp trekt naar Westerlo
• 16de finales Croky Cup • Cercle ontvangt Tienen (20u) • Antwerp trekt naar Westerlo (20u45) • Herbeleef de multilive van gisteren
HLN.be
Facebook change de nom et devient Meta
Plus d’informations bientôt
www.7sur7.be
Facebook change de nom: l'entreprise s'appelle désormais "Meta"
Ce changement n'est pas une surprise, mais personne ne savait quel nouveau nom adopterait Facebook.
www.lalibre.be
Facebook change de nom: l'entreprise s'appelle désormais "Meta" (Mise à jour)
Ce changement n'est pas une surprise, mais personne ne savait quel nouveau nom adopterait Facebook.
www.dhnet.be
Facebook change le nom de sa maison mère et devient Meta
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a annoncé jeudi que la maison mère allait désormais s’appeler Meta, pour mieux représenter toutes ses activités mais le nom des différents réseaux restera inchangé.
www.7sur7.be
La grève sur le réseau de la Stib temporairement suspendue
20:31 Le syndicat libéral CGSLB a suspendu temporairement son action de grève à la Stib, annonce-t-il jeudi soir.
www.lecho.be
Facebook verandert naam van moederbedrijf in Meta
Facebook verandert de naam van haar moederbedrijf in Meta. Dat heeft topman Mark Zuckerberg aangekondigd op een virtueel event van het bedrijf. “Die naam dekte de lading niet meer”, zei hij. De socialemedia-app blijft wel gewoon Facebook heten.
HLN.be
Facebook verandert naam in Meta
HLN.be
Het wordt hard tegen onzacht op de Vlaamse klimaatministerraad
De regering-Jambon zit vrijdag samen over een verhoging van de Vlaamse klimaatambities. Het wordt een belangrijke vertrouwenstest voor de coalitie.
www.demorgen.be
In Heusden-Zolder griezelen ze vier dagen lang in de carwash
Carwash Temur in Heusden-Zolder is voor Halloween weer omgebouwd tot een heus griezelhuis. Donderdag werd het startschot gegeven voor een vierdaags griezelevenement.
www.hbvl.be
Altercation dans un bus près d'Anvers, une passagère gravement blessée à la tête
L'état de santé de la passagère reste préoccupant.
www.dhnet.be
Facebook adopte un nouveau nom, «Meta»
Facebook adopte un nouveau nom, «Meta» L’entreprise de Mark Zuckerberg, Facebook Inc., a annoncé ce jeudi soir qu’elle allait changer de nom et opté pour « Meta ». Ce n’est donc pas le réseau social Facebook qui changera de nom mais bien la compagnie qui regroupe également Instagram, Messenger et WhatsApp. « Notre marque est si étroitement liée à un produit qu’elle ne peut pas représenter tout ce que nous faisons aujourd’hi, et encore moins à l’avenir. A partir de maintenant, nous allons être ‘metaverse first’, et plus ‘Facebook first’, a expliqué Mark Zuckerberg lors d’une keynote virtuelle. Plus d’informations à venir Le 28/10/2021 à 20:27
www.lesoir.be
"Balance ton bar": voici les dispositifs anti-viols développés dans certains bars
Suite aux nombreux témoignages faisant état de viols dans les établissements festifs bruxellois, les bars s’organisent.
www.dhnet.be
Collision entre un tracteur et une voiture à Natoye ce jeudi vers 19h
Un accident impliquant un tracteur et une voiture est survenu ce jeudi soir aux alentours de 19h sur la N4 a hauteur de Natoye juste après l'entrée d'autoroute.
Sudinfo.be
"Que laisserons-nous comme héritage aux générations à venir ?": les grands-parents se mobilisent aussi pour le climat
L’association estime que les seniors ont contribué au monde actuel avec ses bons et moins bons côtés.
www.dhnet.be
Le fonds medtech White Fund lève 18 millions et double de taille
20:24 Moins de deux ans après sa fondation, le fonds medtech White Fund clôture un financement de près de 18 millions levés auprès de ses actionnaires historiques.
www.lecho.be
Facebook wordt Meta
20:23 Facebook krijgt een nieuwe naam, 'Meta'. Dat zei topman Mark Zuckerberg donderdag op de virtuele Facebook Connect conferentie, die in het teken staat van de metaverse-plannen van het bedrijf.
www.tijd.be
Facebook verandert naam in Meta
Facebook verandert de naam van haar moederbedrijf in Meta. Dat heeft topman Mark Zuckerberg zonet aangekondigd op een virtueel event van het bedrijf. “De naam Facebook dekte de lading niet meer”, zei hij. Meteen werden ook heel wat nieuwigheden voorgesteld.
www.hbvl.be
Une cliente s’étouffe «avec un morceau de hamburger assez conséquent» au Grand-Central à Mouscron: un pompier lui sauve la vie!
Une cliente du restaurant le Grand-Central, à Mouscron, s’est étouffée avec un morceau de viande ce jeudi midi. Un véritable drame a pu être évité de peu grâce à l’intervention héroïque de Jean-Nicolas, pompier venu dîner pour fêter son anniversaire.
Sudinfo.be
BD | Comment Alice Guy a inventé le cinéma
20:23 Catel et Bocquet rendent hommage à une nouvelle "Clandestine de l'Histoire": Alice Guy, la première cinéaste.
www.lecho.be
Xavi, un antidépresseur pour le Barça
Xavi, un antidépresseur pour le Barça Xavi, ancienne légende du FC Barcelone, pourrait bénéficier de la patience des supporters. - AFP. Ronald Koeman a été cueilli en plein vol. Au sens littéral du terme puisque la rumeur insistante de son licenciement s’est élevée jusqu’à son avion qui faisait retour, mercredi en toute fin de soirée, de Vallecas où son équipe venait de subir sa troisième défaite en dix matches. La défaite de trop pour le coach néerlandais, impliqué dans le plus mauvais début de saison du FC Barcelone après celui de 1987-88. À la tête aussi d’un club qui n’a jamais été autant dans la tourmente institutionnelle, financière et technique qu’aujourd’hui. Un délitement qui ne date pas d’hier cependant. Débarrassé d’un entraîneur dont il avait hérité et qu’il avait maintenu à contrecœur, Joan Laporta, le nº1 actuel, doit faire face à l’obligation d’imprimer un nouveau cap à son club, précisément au moment où il aurait souhaité, faute d’un profil accessible, maintenir le statu quo sur le banc jusqu’en juin, pour se donner le temps de mûrir son choix de prédilection : Andrea Pirlo. Une option prématurée et de toute façon peu indiquée dans le climat et l’urgence actuels. Pris de court par les mauvais résultats et un groupe en proie à la résignation, Laporta devrait transiger pour s’orienter vers Xavi Hernández, écartant la solution d’un passeur, en attendant Pirlo ou une pointure – Nagelsmann, Klopp ou Tuchel – qui n’aurait vraisemblablement ni temps ni argent à perdre avec une équipe à reconstruire et un club sous respiration financière. Ainsi, entre arriérés (5 millions €) et liquidation du contrat en cours jusqu’en juin prochain (7), le club doit encore 12 millions à Koeman. Ajoutés aux contraintes financières de la Liga, le FC Barcelone dispose d’une enveloppe de 2,9 millions € net/saison pour son nouvel entraîneur. Entre-temps, Sergi Barjuan, l’entraîneur du Barça B, a été nommé pour assurer l’intérim. 1 Ronald Koeman, un entraîneur par défaut Mercredi à minuit, Ronald Koeman a reçu la confirmation officielle de sa destitution après 67 matches (39 victoires) et une Coupe du Roi remportée. Cette issue était dans l’air depuis belle lurette. Depuis sa désignation même, à la suite de Quique Setién, le 19 août 2020 et la déroute, 2-8, contre le Bayern. Son choix, pour lequel il avait résilié son contrat avec la fédération néerlandaise, portait en réalité déjà les germes de sa chute. Désigné par Josep Bartomeu et son comité, le héros de la première C1 du club (1992, but de la victoire contre le Sampdoria) était censé apaiser la place. Un os pour le chien. Cependant, au soir de la démission du même Bartomeu (un 27 octobre aussi), le Néerlandais a surtout été assimilé à cet ancien régime coupable de tous les maux du club. Élu à la présidence en mars dernier, Joan Laporta n’a jamais caché qu’il souhaitait couper avec ce récent passé. À l’intersaison, il avait même passé un deal avec Koeman. « Si je ne te trouve pas de remplaçant dans les 15 jours, tu resteras. » Rendu à l’échec de sa recherche, Laporta lui a prolongé son contrat, jusqu’en juin 2022, pour au moins asseoir une autorité auprès du groupe qu’il a lui-même sabotée depuis le premier jour… Entre deux présidents, Koeman a aussi eu à subir la saga Messi. Quoi qu’il en soit, tout au long de son séjour au Camp Nou, Koeman a fait l’unanimité contre lui, y compris dans un vestiaire désorienté, par ses nombreux revirements tactiques et perplexes devant ses difficultés à lire les rencontres. 2 Le niveau de l’équipe n’est pas bon C’est un fait que Ronald Koeman n’a pas hérité non plus du meilleur Barcelone de l’histoire. Depuis la conquête de la Ligue des champions en 2015 (Luis Enrique avec la MSN), l’équipe a piqué du nez. Elle s’est même régulièrement écrasée sur la scène européenne. Même avec Messi. « On fait avec ce qu’on a », avait amèrement constaté Koeman au soir de la défaite sans appel contre le Bayern (0-3) mi-septembre. Il a surtout été contraint de faire avec ce qu’il y avait déjà contre le même adversaire un an plus tôt : Ter Stegen, Piqué, Alba, Busquets, Sergi Roberto et De Jong étaient déjà titulaires lors de cet humiliant quart de finale de Lisbonne… Avec ou sans Messi, avec beaucoup ou peu d’argent, au fond, la situation a empiré ces dernières années. Et cette équipe (mal) vieillissante n’est pas le contexte idéal pour lancer et faire s’épanouir la jeunesse locale (Gavi, Nico, Pedri, Ansu) fût-elle très prometteuse. C’est même malsain que ces jeunes ressentent tout le poids des responsabilités. Or c’est bien ce qui se passe. Il suffit de voir avec quelles attentes le retour d’Ansu Fati (18 ans !), après une indisponibilité d’un an, a été appréhendé. Et pour ne rien arranger, le nouveau numéro 10 a été victime d’une rechute, la deuxième… 3 Xavi par la force des choses Pour la presse espagnole, il ne fait plus aucun doute que Xavi Hernández, 41 ans, sera officiellement intronisé dans les prochaines heures, le temps de trouver un accord avec son club qatarien d’Al Sadd. Xavi lui-même a implicitement ouvert la porte au FC Barcelone dans une interview parue il y a quelques jours. « Quand le président Bartomeu m’avait proposé le job (en décembre 2019), je n’étais pas prêt, je n’entraînais que depuis trois mois ; maintenant, c’est différent, j’ai acquis de l’expérience. » Pour Joan Laporta, Xavi n’était pourtant pas l’option nº1. Xavi – avec Jordi Cruyff – faisait partie du ticket Font, un de ses adversaires lors des élections de mars dernier. Faute d’une pointure, des moyens surtout pour la convaincre, Laporta aurait souhaité, dans un second temps, mettre en avant le projet de jeu et le confier à un nom moins ronflant. Il aurait voulu en discuter calmement avec Andrea Pirlo et laissé courir le contrat de Koeman jusqu’à son extinction naturelle. Mais la dégradation des prestations – et des résultats – ainsi que le fatalisme qu’on respire dans l’équipe l’a contraint à interrompre sa collaboration avec le Batave plus tôt qu’il l’aurait voulu. Ce climat négatif déconseille aussi fortement à Laporta de s’engager dans un pari – et il ne saurait en être autrement avec Pirlo, une année d’entraîneur derrière lui. Sagement, il s’est laissé convaincre d’orienter son choix vers Xavi, qui n’a guère plus de références, mais qui bénéficiera de la patience et de l’amour des « socios » pour ce qu’il a représenté comme joueur… La défaite au Rayo a obligé le président Laporta à virer Koeman alors qu’il s’était convaincu de finir la saison avec lui. L’ancien médian blaugrana, qui coache actuellement le club d’Al Sadd (Qatar), semble être son successeur tout trouvé. Par Rocco Minelli Le 28/10/2021 à 20:21
www.lesoir.be
Prix des carburants: Van Peteghem plaide pour le cliquet inversé
La hausse des carburants est revenue devant la Chambre des représentants, jeudi après-midi, notamment par l’entremise de Raoul Hedebouw.
www.dhnet.be
Le KIKK a dix ans (4/4) | Rétrospective avec Lawrence Malstaf
20:20 Cette semaine, retour sur 10 ans de KIKK Festival, avec trois artistes qui ont marqué les éditions précédentes. Aujourd’hui, entretien avec Lawrence Malstaf, philosophe de l’avenir.
www.lecho.be
Sihame El Kaouakibi kreeg 1,3 miljoen Vlaamse subsidie
1.363.622 euro. Dat is het precieze bedrag aan subsidies dat Sihame El Kaouakibi de afgelopen jaren ontving van de Vlaamse overheid.
De Standaard
Inflatie op hoogste peil sinds 2008: dit betekent het voor jou en je loon
De inflatie is in oktober gestegen tot 4,16 procent: het hoogste niveau sinds oktober 2008, toen bedroeg de inflatie 4,72 procent. Hoe komt dat? Wat betekent dat precies. En zal het een impact hebben op jouw loon? Wij beantwoorden de belangrijkste vragen.
www.hbvl.be
François-Henri Désérable remporte le Grand Prix du Roman de l’Académie française (Mise à jour)
François-Henri Désérable a remporté le Grand Prix du Roman de l’Académie française 2021 pour "Mon maître et mon vainqueur". Dans ce livre, il reprend la scène d’amour/désamour la plus célèbre de l’histoire de la littérature : le coup de feu à ...
www.dhnet.be
Louis Croenen zwemt naar persoonlijke records op 100m wissel en 100m vlinder
Louis Croenen zwom donderdag naar twee persoonlijke records in de finales van de wereldbekerwedstrijd in het Russische Kazan (klein bad), de vierde en laatste manche van het seizoen.
www.hbvl.be
Covid Safe Ticket à Bruxelles: «Jusqu’ici, ça va»
Covid Safe Ticket à Bruxelles: «Jusqu’ici, ça va» Le contrôle du CST n’est pas sans risque d’insulte ni d’agressivité pour le personnel. - HATIM KAGHAT. Deux semaines que la vie à Bruxelles est rythmée par le Covid Safe Ticket (CST). Chacun son expérience, d’une règle tracée au cordeau dès l’entrée, ou aussitôt contournée. Des histoires qui tournent. Des restos qui l’exigent, avec carte d’identité. Ou sans, « c’est pas notre taf ». Des snacks qui zappent, « on n’est pas concernés, nous ». Des centres sportifs qui se ferment au public, d’autres qui chipotent avec les jauges. Mais, dans l’ensemble, témoignent autorités politiques et policières de la capitale, cela se passe bien, sans incident notable, sans garantie, non plus, d’exhaustivité de l’évaluation. « Tous les indicateurs sont au vert, résume Didier Noltincx, chef de cabinet du bourgmestre d’Anderlecht, Fabrice Cumps (PS). Mais, bien sûr, on peut trouver des contre-exemples sur le terrain. » Lesquels n’ont pour l’heure pas été mis à l’amende, tolérance des débuts oblige. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Prix de l’essence et du diesel: le ministre des Finances souhaite réintroduire le cliquet inversé
Prix de l’essence et du diesel: le ministre des Finances souhaite réintroduire le cliquet inversé Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), a plaidé jeudi à la Chambre en faveur de la réintroduction temporaire du « cliquet inversé », avec lequel les augmentations des prix de l’essence et du diesel peuvent être quelque peu plafonnées. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength À lire aussi essence-diesel-ou-trouver-le-carburant-le-moins-cher (2) Le cliquet inversé a été appliqué pour la première fois en 2005. Par la suite, la mesure a été réintroduite à plusieurs reprises, la dernière fois uniquement pour le diesel par le gouvernement Michel de fin 2015 à 2018. Vincent Van Peteghem met désormais sa réintroduction temporaire sur la table du gouvernement, a-t-il annoncé. « Cela pourrait amortir les fortes hausses de prix pour les ménages. » function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
La grève à la Stib temporairement suspendue
Les métros bruxellois ont roulé à fréquence réduite mercredi et jeudi à la suite d'une action du syndicat CGSLB.
www.lalibre.be
La grève à la Stib temporairement suspendue
Les métros bruxellois ont roulé à fréquence réduite mercredi et jeudi à la suite d'une action du syndicat CGSLB.
www.dhnet.be
Voici la raison pour laquelle le Barça devra encore patienter un petit peu pour Xavi
Voici la raison pour laquelle le Barça devra encore patienter un petit peu pour Xavi AFP Le FC Barcelone, qui a limogé Ronald Koeman ce jeudi, aurait jeté son dévolu sur Xavi, ancienne légende du club, pour le remplacer. Pourtant, les Catalans ont également annoncé l’arrivée de Sergi Barjuan comme entraîneur intérimaire. Voici l’explication. Bien que la Barça semble déjà avoir un accord avec Xavi, comme l’a annoncé ce jeudi Fabrizio Romano, celui-ci est encore sous contrat avec son club d’Al-Sadd, et il faudra encore patienter un petit pour que ces derniers acceptent de le libérer. Selon les informations du Mundo Deportivo, cela ne devrait poser aucun problème et le club qatari aurait même accepté de libérer son entraîneur mais à une seule condition : qu’il reste à la tête de l’équipe pour les deux prochains matches. La raison ? Al-Sadd affrontera mercredi prochain son grand rival dans la course au titre d’Al Duhail. Le club ne veut donc logiquement pas se séparer de son coach d’ici là, ce qui aurait poussé le Barça à trouver une solution intermédiaire en attendant. Le club catalan a annoncé ce jeudi l’arrivée de Sergi Barjuan comme entraîneur intérimaire suite au départ de Ronald Koeman. Le 28/10/2021 à 20:10
www.lesoir.be
WTA Cluj-Napoca: Alison Van Uytvanck grijpt naast ticket voor kwartfinales
Alison Van Uytvanck (WTA 61) is donderdag uitgeschakeld in de achtste finales van het WTA-toernooi in het Roemeense Cluj-Napoca (hard/235.238 dollar).
www.hbvl.be
La présidente d’Enodia explique ce qui a changé chez Nethys en Facebook live!
Cela fait deux ans qu’une nouvelle équipe de direction s’est mise en place à la tête d’Enodia-Nethys. L’occasion de faire le bilan de ce qui a changé avec la présidente du conseil d’administration de l’intercommunale Julie Fernandez-Fernandez.
Lameuse.be
Anderlecht: l’attaque et la défense se sentent pousser des ailes
Anderlecht: l’attaque et la défense se sentent pousser des ailes Avec 25 buts inscrits en 12 journées, Anderlecht présente actuellement la deuxième attaque du championnat derrière l’Union (27). Les Mauves ont encore montré dernièrement à Ostende et face à Bruges leurs difficultés à concrétiser leur domination et leurs occasions. Mais, comme l’a rappelé la démonstration de mercredi à La Louvière en Coupe, l’avenir s’annonce plus percutant au parc Astrid, où l’on n’a plus eu autant le choix des armes depuis très longtemps. Alors qu’il y a peu, le Sporting jouait encore avec un seul nº9 – voire sans –, la nouvelle approche tactique de Vincent Kompany a changé la donne. Toutes proportions gardées, cela rappelle les époques où Koller, Radzinski et Anastasiou ou Frutos, Tchite, Serhat et Mpenza étaient en concurrence à l’ombre de saint Guidon. Le danger vient désormais aussi des défenseurs et pas uniquement de Sergio Gomez. Passage en revue des forces de frappe anderlechtoises qui font oublier la Nmecha dépendance, dont le RSCA préparait la succession depuis plusieurs mois. Toutes compétitions confondues, Kouamé, Raman, Zirkzee et Verschaeren s’en donnent à cœur joie. 1 Christian Kouamé (3 buts, 0 assist), la puissance et la maturité. Le dernier arrivé dans la capitale aurait également pu être le premier. Lorsque la direction bruxelloise a entamé les négociations avec la Fiorentina pour tenter d’attirer l’Ivoirien, elle a vite compris qu’il serait très compliqué de les faire aboutir. Elle a même cru ne jamais y arriver. C’est la raison pour laquelle les patrons mauves ont tout mis en œuvre pour convaincre le Bayern Munich de leur prêter Joshua Zirkzee. Mais Kouamé, plus mature et plus physique que le jeune Néerlandais, a toujours été la priorité du RSCA, à la recherche d’un attaquant capable de déménager aux quatre coins du terrain. A 23 ans, l’international ivoirien apporte à Anderlecht l’expérience qu’il s’est forgée dans les séries italiennes, notamment au Genoa et à la Fiorentina. Son exclusion à Ostende, fin septembre, lui a coûté le Topper face à Bruges. Mais, logiquement plus avancé que Zirkzee dans son cheminement et correspondant davantage à ce que Vincent Kompany attend de son attaquant nº1, Kouamé a rapidement retrouvé sa place, inscrivant notamment un très joli but dimanche dernier contre le Beerschot. Il est le moins décisif et souvent le plus laborieux, mais il n’en est pas moins le plus précieux dans le système de l’entraîneur anderlechtois. Lequel n’a sans doute pas abandonné définitivement l’idée d’associer l’Ivoirien à Zirkzee même si cela n’avait guère été concluant à Saint-Trond. 2 Joshua Zirkzee (6 buts, 3 assists), le roi des combinaisons. Le Néerlandais est incontestablement le plus doué du noyau bruxellois. Celui avec lequel les autres attaquants adorent jouer et combiner. Mais il est également l’un des plus irréguliers. Brillant à Ostende, où il permit à Anderlecht de revenir de nulle part en dépit de son infériorité numérique, il fut invisible une semaine plus tard face à Bruges et aussi à Saint-Trond, comme il l’avait été contre Vitesse. Souvent taxé de nonchalance voire d’arrogance, il sait qu’il devra faire preuve de davantage de constance et d’efficacité en zone de conclusion s’il veut éviter un nouveau séjour sur le banc en championnat, comme celui qu’il avait déjà connu durant trois rencontres d’affilée (Malines, Standard, Gand). A Neerpede, où l’on est conscient de tenter avec Zirkzee le même pari qu’avec Nmecha la saison dernière, on n’est ni surpris ni inquiet face aux montagnes russes empruntées par la pépite du Bayern (20 ans). Après avoir profité de la trêve internationale pour emmagasiner de la confiance en plantant notamment un doublé pour les Jong Oranje contre la Suisse (2-2), dans le cadre des qualifications pour l’Euro U21, le Néerlandais affiche désormais une belle mentalité même s’il n’est pas le premier choix. Très bien monté contre le Beerschot – avec le sourire en plus, à l’opposé de ce qu’il avait montré à Sclessin en septembre –, la perle du Bayern a régalé les 10 000 spectateurs du Tivoli mercredi, avec entre autres 2 buts et une passe décisive. 3 Benito Raman (7 buts, 1 assist), le plus décisif. Lorsque Vincent Kompany décida, il y a six mois déjà, d’évoluer cette saison avec deux attaquants, il inscrivit immédiatement Benito Raman (26 ans) en tête de sa liste d’emplettes. Arrivé à court de rythme au parc Astrid, l’ancien attaquant de Dusseldörf et de Schalke 04 n’en a pas moins tout donné d’emblée pour rapidement devenir le chouchou des supporters anderlechtois. De petits pépins physiques lui ont fait perdre sa place de titulaire, mais il s’est métamorphosé en supersub à Ostende, face à Bruges et également à Saint-Trond en provoquant un penalty. Sans oublier ses deux roses en préliminaires de la Conférence League. Sa rage de vaincre déteint sur l’ensemble de l’équipe. Jamais à l’abri d’un gaspillage, il n’est pas toujours le plus précis. Mais il fut encore décisif contre le Beerschot ainsi que face à La Louvière, portant son compteur personnel à 7 buts et 1 assist toutes compétitions confondues. 4 Yari Verschaeren (4 buts, 3 assists), le plus polyvalent. Rarement épargné par son entraîneur, Yari Verschaeren (20 ans) mord sur sa chique pour être le plus efficace possible lorsqu’il reçoit l’opportunité de s’exprimer. Et cela fonctionne plutôt bien puisqu’il a signé quatre buts et trois passes décisives. Le natif de Saint-Nicolas, qui avait déjà commencé à soigner ses stats la saison dernière, a l’avantage d’être le plus polyvalent du quatuor. Si Kouamé, Zirkzee et Raman sont des attaquants de pointe, le Diable rouge peut quant à lui évoluer entre les lignes voire sur les flancs, même si c’est aux côtés d’un nº9 qu’il s’épanouit pleinement. Alors que Lucas Stassin (16 ans, 5 buts et 2 assists en octobre) poursuit calmement mais sûrement son apprentissage, Antoine Colassin (20 ans) a aussi brillé, ces dernières semaines avec les U21, avant de se blesser aux adducteurs. Mais dans la mesure où Kompany voit davantage le Namurois comme un milieu de terrain, le premier remplaçant des 4 as est plutôt Mario Stroeykens (17 ans). Sa puissance impressionne. 5 Les défenseurs (8 buts et 13 assists) également à la fête. Contrairement à la saison passée, les défenseurs anderlechtois participent désormais aux entreprises offensives. Avec 3 buts et 7 passes décisives toutes compétitions confondues, Sergio Gomez en est évidemment la parfaite illustration. Mais il n’est pas le seul. Au total, les membres de l’arrière-garde bruxelloise ont déjà signé 8 buts et 13 assists depuis l’été dernier. La défense du RSCA est de loin la plus percutante de l’élite. Le retour des défenseurs offensifs, c’est aussi le retour des scores fleuves. 7-2 contre Malines et 1-7 à La Louvière, en faisant fi des 4 réalisations contre le Beerschot : à défaut d’être régulier, le Sporting offre pas mal de spectacle à ses supporters. Il faut remonter à la belle campagne 2000-2001 pour retrouver trois victoires avec au moins 7 buts mauves, contre Charleroi (7-2), GBA (7-0) et Lokeren (8-0). Il reste sept mois au RSCA pour égaler voire battre ce record. 6 Etre prêt pour éviter les prêts. Un peu moins aux abois financièrement, Anderlecht a changé sa politique cette saison, diminuant considérablement le nombre de joueurs prêtés dans son noyau. Plus question de devoir repartir de zéro lors de chaque mercato. Mais, alors qu’Harwood-Bellis (prêté par City) est censé chauffer la place pour Zeno Debast, Anderlecht n’a toujours pas de vrai nº9 qui lui appartient. Sauf énorme surprise, Kouamé et Zirkzee quitteront la Belgique en juin prochain, comme l’a fait Nmecha avant eux. Soucieux d’anticiper ce problème récurrent, Peter Verbeke et son équipe de scouting sont d’ores et déjà activement à la recherche d’au moins un nouvel attaquant de pointe pour l’exercice 2021-2022. Qui, cette fois, leur appartiendra et s’inscrira dans la durée. Pour quel duo d’attaquants Vincent Kompany optera-t-il, dimanche, contre OHL ? Dès qu’ils reçoivent une chance, Kouamé, Raman, Zirkzee et Verschaeren la saisissent. Il est loin le temps où Nmecha était seul sur son île. Le RSCA construit sa nouvelle attaque depuis six mois. Par Xavier Thirion Le 28/10/2021 à 20:06
www.lesoir.be
La grève à la Stib temporairement suspendue afin de «donner un maximum de chances à la concertation sociale»
Le syndicat libéral CGSLB a suspendu temporairement son action de grève à la Stib, annonce-t-il jeudi soir. Le but est de «donner un maximum de chances à la concertation sociale en sous-commission paritaire» prévue demain/vendredi, ajoute l’administrateur délégué permanent de la CGSLB, Christian Ecker.
Sudinfo.be
La grève à la Stib temporairement suspendue
La grève à la Stib temporairement suspendue Les métros bruxellois ont roulé à fréquence réduite mercredi et jeudi à la suite d'une action du syndicat CGSLB. Ce dernier, qui avait introduit un préavis d'actions le 14 octobre, disait relayer "les inquiétudes du personnel face à l'insuffisance des moyens humains et matériels pour assurer des transports en commun de qualité aux usagers". De leur côté, les syndicats chrétien et socialiste ne suivaient pas ce mouvement et dénonçaient, dans le chef de la CGSLB, une action intéressée visant à obtenir un délégué permanent supplémentaire. La direction soulignait mercredi n'avoir "jamais fermé la porte au dialogue" et s'étonnait de cette action, tout en la déplorant. "Entasser les voyageurs en heure de pointe, ce n'est pas idéal", alors que les indicateurs de l'épidémie de coronavirus repartent à la hausse, concluait-elle. Le syndicat libéral CGSLB a suspendu temporairement son action de grève à la Stib, annonce-t-il jeudi soir. Le but est de "donner un maximum de chances à la concertation sociale en sous-commission paritaire" prévue demain/vendredi, ajoute l'administrateur délégué permanent de la CGSLB, Christian Ecker. Mis à jour le 28/10/2021 à 19:53
www.lesoir.be
Covid-19: les Pays-Bas de nouveau inquiets
Covid-19: les Pays-Bas de nouveau inquiets Belga. Ce que beaucoup aux Pays-Bas craignaient est arrivé : le 28 octobre, l’ensemble du territoire est passé au rouge sur la carte covid-19 de l’ECDC. Désormais, la menace d’un retour à des mesures sanitaires plus strictes plane sur les Néerlandais, pendus aux lèvres du Premier ministre, Mark Rutte, et de son ministre de la Santé, Hugo de Jonge. Le couperet devrait tomber le 2 novembre prochain, au cours d’une conférence de presse spéciale annoncée par les deux dirigeants. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Fedasil ouvrira bientôt quatre nouveaux centres d’accueil
Fedasil ouvrira bientôt quatre nouveaux centres d’accueil Belga Fedasil ouvrira bientôt quatre nouveaux centres d’accueil. Trois se trouveront en Flandre et un en Wallonie, a indiqué jeudi Tony Six de l’ACOD (CGSP). Fedasil a confirmé en fin de journée l’ouverture de trois centres, parfois temporaires, mais ne peut pas confirmer l’ouverture du quatrième évoqué par le syndicat socialiste. Les deux centres d’accueil temporaires ouvriront début novembre et jusque fin février sur le site militaire de Glons (Liège, 400 places) et au domaine de la Défense à Lombardsijde (175 places). « A Geel (Anvers) Fedasil envisage d’accueillir jusque fin février 2022 une centaine de demandeurs d’asile au domaine Zonnedauw, déjà utilisé quelques semaines par Fedasil fin 2015 », précise-t-on dans un communiqué. Le syndicat socialiste évoquait un quatrième centre d’accueil, à Lommel, mais cette annonce « est par contre prématurée et ne peut pas être confirmée par Fedasil », indique-t-on. À lire aussi Les demandeurs d’asile refoulés par Fedasil: il n’y a plus de place Les centres sont pour l’instant sur-occupés (taux d’occupation de 97 %). Une pression qui s’explique, selon Fedasil, par plusieurs facteurs, comme la hausse des demandes d’asile en Belgique, le rallongement de la durée de séjour dans les centres, une perte de places suite aux inondations, la réinstallation de réfugiés syriens et l’opération de rapatriement d’Afghanistan. A plus long terme, Fedasil entend disposer d’un réseau de places ’tampon’ de 5.400 places. Ce sont des places de réserve, non utilisées mais qui peuvent être rapidement activées en cas de besoin. Plus d’un millier de places tampon ont déjà été trouvées et directement activées, notamment à Coxyde et Auderghem, mais aussi dans des centres existant comme à Spa. Trois en Flandre et un en Wallonie. Par Belga Le 28/10/2021 à 20:03
www.lesoir.be
MULTILIVE BEKER. Kan Tienen stunten tegen Cercle? En rekent Antwerp af met Westerlo?
• 16de finales Croky Cup • Cercle ontvangt Tienen (20u) • Antwerp trekt naar Westerlo (20u45) • Herbeleef de multilive van gisteren
HLN.be
Michael Signer, ancien maire de Charlottesville: «Dans quelle mesure ai-je contribué au succès de l’extrême droite?»
Michael Signer, ancien maire de Charlottesville: «Dans quelle mesure ai-je contribué au succès de l’extrême droite?» «Il y a une série d’outils politiques qui existent pour prévenir le nationalisme blanc violent», insiste Michael Signer. - Mathieu Golinvaux Aurait-on jamais réussi à placer sur une carte cette ville de Virginie sans les funestes événements qu’elle a traversés en 2017 ? Les 11 et 12 août de cette année-là, la manifestation « Unite the Right », organisée à Charlottesville contre la décision de la municipalité de déboulonner une statue du général Lee dégénère. Aux manettes : militants suprémacistes, néo-nazis et membres de l’alt-right galvanisés par un an de présidence Trump. Les images de la violence des affrontements entre nationalistes blancs et manifestants antiracistes font le tour du monde. Une séquence particulière passe en boucle sur les chaînes d’info : l’attaque à la voiture-bélier conduite par un suprémaciste blanc qui provoquera la mort de la contre-manifestante antiraciste Heather D. Heyer. À lire aussi Suprémacisme: la Virginie dans la crainte d’un nouveau Charlottesville En août 2017, celui qui tient les rênes de la petite ville de Virginie s’appelle Michael Signer (il cède sa place en 2018 à Nikuyah Walker). L’expérience de ses deux années de mayorat et de ce mois d’août chaotique, Michael Signer la couche en 2020 dans l’ouvrage « Cry Havoc : Charlottesville and American Democracy Under Siege ». De passage à Bruxelles pour un atelier sur l’extrémisme et la polarisation, il révèle au Soir, alors que s’est ouvert le procès des organisateurs du rallye, comment l’extrémisme violent a affecté non seulement sa ville mais toute une nation. Comment se portait Charlottesville avant les événements de l’été 2017 ? Est-ce que c’était une ville très divisée, même avant l’élection de Donald Trump ? Charlottesville est une ville très progressiste implantée dans une région très conservatrice. C’est un point bleu dans une mare rouge qui avait même privilégié Bernie Sanders à Hillary Clinton durant les primaires démocrates de 2016. La question raciale est l’un des points de division à Charlottesville et ce depuis des décennies puisque nous sommes dans le sud et qu’il y a un héritage de racisme systémique : les lois Jim Crow, l’esclavage, les lynchages. Il y a une blessure raciale non cicatrisée. Ce qui a donné une ville extrêmement progressiste – qui vote démocrate à 85 % – entourée de comtés très conservateurs. La droite radicale qui a terrorisé la ville en 2017 venait principalement de l’extérieur. Excepté pour des figures qui ont organisé le rallye « Unite the right », comme Richard Spencer (figure de proue de l’alt-right, NDLR) qui a étudié à l’Université de Charlottesville. La gauche elle-même était très divisée entre ceux qui souhaitaient collaborer avec les élus pour trouver des solutions et la frange antifasciste, presque anarchiste, qui est très active à Charlottesville. Il y avait beaucoup de sources de division différentes déjà présentes qui ont été aggravées par les événements d’août 2017. À lire aussi «Déjà vu»: Jefferson, la fin d’un rêve américain Comment se porte Charlottesville aujourd’hui ? Charlottesville est… compliquée. La ville est encore très traumatisée, même si elle a pansé ses blessures et a guéri. Mais il y a encore beaucoup de traumatismes. Ce qui est normal après avoir subi des invasions successives, des néonazis qui paradent devant une synagogue, des blessés qui souffrent encore physiquement aujourd’hui des blessures liées à la voiture-bélier. Des responsabilités ont été prises. Beaucoup d’erreurs, qui sont devenues une partie de l’héritage du rassemblement « Unite the Right », ont été corrigées. Nous avons commandé une enquête indépendante sur les échecs de la police, même si personne n’est entièrement responsable des événements. Tout le monde avait besoin d’apprendre des erreurs commises. Il y a eu d’importantes réformes légales qui ont empêché ces milices d’extrême droite de revenir en ville. Ça a été une étape très importante. La statue du général Lee a été enlevée cet été, ce qui a pris quatre ans car on attendait le passage d’une loi. Je crois que ça a fermé un chapitre, que cela a été très utile pour avancer. Vous avez des regrets, des choses que, rétrospectivement, vous auriez fait différemment ? Oh, oui, j’ai beaucoup de regrets. Il y a beaucoup de leçons spécifiques. J’aurais dû expliquer plus clairement au public la manière dont fonctionne la gouvernance d’une ville, le rôle d’un maire, d’un chef de police, pour éviter la confusion et la colère. Je me demande aussi si je n’aurais pas dû être plus contenu dans mon opposition à Trump. J’ai critiqué très publiquement et très sévèrement la mise en place du « travel ban » qui ciblait des pays musulmans. Je ne sais pas dans quelle mesure j’ai pu involontairement contribuer à la célébrité de cette extrême droite aujourd’hui. Et c’est un équilibre très délicat à trouver, qui consiste à la dénoncer autant et à s’y opposer si fortement. Quand le Ku Klux Klan est devenu plus actif dans la ville, le message de la ville, de la police et de l’université était « ne mordez pas à l’hameçon ». Nous ne voulions donc pas que les citoyens fassent le jeu de ce groupe qui arrivait de manière très opportuniste. Sauf qu’on a donné le sentiment à un groupe d’extrême gauche qu’on ne réagissait pas. Bref, cela vaut la peine de beaucoup réfléchir à la façon dont vous allez communiquer. À lire aussi Par le passé, des racistes ont déjà renversé le pouvoir en place aux Etats-Unis Comment prévient-on l’émergence de mouvements violents d’extrême droite à un niveau local ? C’est un énorme travail. Les résultats les plus prometteurs sont liés à tout le travail de prévention au niveau des gangs aux Etats-Unis. Partir de réalités très locales, très spécifiques. Je crois qu’il est aussi important d’être beaucoup plus connecté, de manière individuelle, à ces populations vulnérables qui pourraient se radicaliser ou qui le sont déjà. Mais encore une fois, les réalités sont différentes : on ne déradicalise pas un gamin de treize ans comme un homme adulte de 55 ans qui est propriétaire d’armes. Il y a donc une série d’outils politiques qui existent pour prévenir le nationalisme blanc violent. Idéalement via une approche très intensive auprès des personnes vulnérables. Cela fonctionne dans certaines collectivités. Mais je crois que l’une des choses que le gouvernement peut faire est de dire à ces personnes qui se sentent perdues, oubliées et laissées pour compte : « Nous nous soucions de vous, nous allons prendre soin de vos besoins ». Et je crois que la politique de Joe Biden en direction des régions rurales négligées de l’Amérique va dans le bon sens. En poste lors des émeutes qui ont secoué la ville américaine de Virginie en 2017, l’ancien maire Michael Signer tire les leçons de cet été chaotique qui a changé la face de sa ville et d’une nation entière. Par Marine Buisson Cheffe adjointe au service Monde Le 28/10/2021 à 19:59
www.lesoir.be