Le Music Chapel festival interroge l’histoire avec Bach et Mendelssohn

Le Music Chapel festival interroge l’histoire avec Bach et Mendelssohn Mendessohn: une écriture fine mais savante qui ornemente le discours plus qu’elle ne le suscite.Mendessohn: une écriture fine mais savante qui ornemente le discours plus qu’elle ne le suscite. - Berlin State Librairy Bach au XIXe siècle: un esprit conservateur qui préfère la longue et patiente construction de la fugue et du contrepoint.Bach au XIXe siècle: un esprit conservateur qui préfère la longue et patiente construction de la fugue et du contrepoint. - Belga

C’est devenu une habitude. Une fois l’an, la Chapelle musicale Reine Elisabeth investit Flagey pour un festival qui réunit dans une même convivialité maîtres et élèves. Le thème choisi pour cette édition interroge l’histoire au travers des carrières de deux compositeurs qui connaîtront des passages à vide public, non sans que le second, Félix Mendelssohn, ne se soit comporté comme le redécouvreur du premier, Jean-Sébastien Bach.

D’étranges traversées du désert

Bach et Mendelssohn connaîtront des périodes de désaffection au programme des concerts. Rien d’étonnant pour le premier, à une époque où l’on ne joue que la musique nouvellement créée. A sa mort en 1750, Bach est le prototype d’une musique baroque déjà dépassée par les mouvements galants et préclassiques d’ailleurs servis par ses propres fils. Feu le cantor de Leipzig disparaît donc de l’estrade des concerts. Mais pas pour autant de la table d’études des compositeurs : Mozart, Schubert, Schumann l’étudient en profondeur et Chopin a la réputation de commencer chaque journée au piano par l’exécution d’un prélude et fugue. Bach n’a donc jamais cessé de fasciner les créateurs et, quand Mendelssohn décide de le remettre à l’honneur, il dispose d’un public cultivé prêt à le suivre.

À lire aussi Opéra: 2021, l’année des ténors

Mais quel est le Bach dont on se sustente au début du XIXe siècle ? Un esprit conservateur qui préfère la longue et patiente construction de la fugue et du contrepoint aux outrecuidances des jeunes loups romantiques. Sa passion pour Bach, Mendelssohn la reçoit en partie de son maître Zelter, un compositeur farouchement conservateur. Et pourtant, quand on examine le travail effectué par Mendelssohn sur les Passions , on saisit combien il est d’abord attiré par leur extraordinaire puissance dramatique. Mendelssohn, de son côté, fut cultivé pour son écriture fine mais savante qui ornemente le discours plus qu’elle ne le suscite, ce qui lui vaudra d’être écarté par les tenants d’un certain modernisme romantique. Bien plus, Bach, relu et revu, est destiné aux nouveaux instruments et, plus que tous, au piano pour lequel on accumulera un nombre incroyable de transcriptions en tout genre. On ne s’étonnera donc pas que la relation Bach-Mendelssohn va perdre de son actualité face au mouvement d’interprétation historiquement informée. Au XXe siècle, la musique du maître de Leipzig est de nouveau réappropriée par tout type de musiciens, notamment par les claviéristes, forts de ces enseignements mais nourris par l’envie d’ouvrir à tous le génie du cantor. D’où est née une envie très légitime de réinterroger ensemble les deux démarches, ce qui, au sein d’une institution comme la Chapelle musicale Reine Elisabeth, permet de réunir l’étude des œuvres et la pratique de formes de concerts inusitées.

Un éventail de thématiques très variées

Le double concerto. Le concerto pour plusieurs instruments, de pratique courante sous l’ère baroque, n’est guère utilisé à l’âge romantique. Et pourtant le rapprochement d’un concerto pour violon et hautbois de Bach ou du concerto pour piano, violon et cordes de Mendelssohn peut révéler bien des rapprochements (1er décembre).

Le Mendelssohn concertant. Concerto pour violon et pour deux pianos et orchestre : le chef-d’œuvre de jeunesse côtoie une page plus austère. Mendelssohn récupère l’imagination de son temps et le respect des formes anciennes (2/12).

La musique de chambre. Un domaine d’excellence où Bach est précurseur avec ses sonates pour violon et clavecin et Mendelssohn ( Romances sans paroles, Trio nº1 ) perpétue l’héritage classique. Une approche qu’entendent bien ressusciter des artistes le trempe Augustin Dumay, Frank Braley ou Victor Justin-La Ferrières, vainqueur de la première édition du concours Reine Elisabeth de violoncelle (3/12).

Les concertos pour 2, 3 ou 4 clavecins. Nombre de ces pages sont des transcriptions opérées par Bach d’autres œuvres. On décide aujourd’hui de les rejouer à nouveau à 2,3 ou 4 pianos. L’occasion idéale pour réunir autour de Louis Lortie et Frank Braley le gratin des élèves de la Chapelle (4/12).

L’oratorio. Bach écrivait de grandes pages religieuses qui étaient des opéras qui ne disaient pas leur nom et Mendelssohn cultiva très tôt le genre de la musique de scène qui donne à la musique pour le théâtre sa dimension symphonique. Le Magnificat du premier rencontre donc logiquement le Midsummer Night’s Dream du second, tout droit inspiré des mask anglais. Une fois de plus le baroque regarde vers l’avenir là où le premier romantisme cultive les modèles anciens (5/12).

À lire aussi Renaud Capuçon, un violoniste à géométrie variable

Autour et alentours

Mais le festival ne serait pas un vrai festival sans ses perspectives inattendues : Aimez- vous Bach ?, un opéra pour jeunes de Julien Joubert le 4 décembre ou les six suites pour violoncelle jouées par Gary Hoffmann et sa classe de violoncelle ou encore les concerts de musique de chambre qui parsèment la journée à 12 ou 18 heures ou le samedi après-midi. Poussez quand même une pointe au Salon Fanny, du nom de la sœur de Mendelssohn, où Xavier Falques et Sophie van der Stegen fixeront un rendez-vous quotidien au Studio 3, histoire d’approfondir avec leurs invités les matières traitées au concert. Et voilà qu’un très officiel festival in prend l’initiative de créer son propre off.

« Music Chapel festival » du 1er au 5 décembre à Flagey. Cet événement est uniquement accessible aux personnes présentant un Covid Safe Ticket valide accompagné d’une pièce d’identité. Infos et réservation : www.musicchapel.org

Du 1er au 5 décembre, la Chapelle musicale Reine Elisabeth investit Flagey pour un festival in et off qui réunit dans une même convivialité maîtres et élèves.

Image auteur par défaut Image auteur par défaut Par Serge Martin Le 28/11/2021 à 16:20
Read full article on: lesoir.be
Herman Van Holsbeeck aangehouden in onderzoek naar fraude rond makelaar Cristophe Henrotay
Hermans Van Holsbeeck is gisteren aangehouden. De ex-manager van Anderlecht werd in het kader van het onderzoek naar makelaar Christophe Henrotay opgepakt op verdenking van betrokkenheid inzake private corruptie, fiscale fraude, witwassen van geld en vereniging van misdadigers.
7 m
HLN.be
Dave De Kock sera jugé en Belgique pour la mort du petit Dean
Dave De Kock sera jugé en Belgique pour la mort de Dean Verberckmoes, a confirmé mercredi soir le parquet néerlandais à l'agence Belga.
9 m
www.7sur7.be
Moeten we de coronaregels loslaten?
18:43 Nu ondanks omikron almaar minder coronapatiënten op de intensieve zorg liggen, klinkt de lokroep om de coronaregels te lossen. Zet alleen de zieken nog thuis, kinderen én volwassenen. Goed idee?
www.tijd.be
Entre recrutements et déprime, les deux visages de nos sites de loisirs
18:43 Alors que les grands parcs de loisirs lancent leur campagne de recrutement, les petits acteurs s'inquiètent, eux, pour leur avenir.
www.lecho.be
Mort de Dean (4 ans): Dave De Kock sera jugé en Belgique!
Les autorités judiciaires belges et néerlandaises ont décidé mercredi après-midi que les suspects Dave De Kock et sa petite amie néerlandaise R.W. seront jugés en Belgique.
www.lalibre.be
Un drame évité de peu au commissariat de Forest: un policier s’est accidentellement tiré une balle dans la jambe!
Les faits ont eu lieu ce mardi soir dans l’enceinte du commissariat de la rue du Patinage…
Sudinfo.be
C’est officiel: Dave De Kock, 34 ans, sera jugé en Belgique pour la mort du petit Dean, 4 ans
Dave De Kock sera jugé en Belgique pour l'enlèvement et la mort de Dean Verberckmoes.
Sudinfo.be
Rechtszaak rond dood van Dean zal in België plaatsvinden
De rechtszaak rond de ontvoering en de dood van Dean Verberckmoes (4) zal in België plaatsvinden. Dat is uit de bus gekomen na overleg tussen het Nederlandse Openbaar Ministerie en de Belgische justitie. (Dadelijk meer)
HLN.be
Kijk hoe antiraketsysteem van Amerikaanse ambassade aanval afweert in Bagdad
BBC-correspondent Nafiseh Kohnavard kan op 13 januari filmen hoe het raketafweersysteem van de Amerikaanse ambassade in Bagdad in werking treedt. Het systeem, dat C-RAM heet, schiet vier raketten uit de lucht.
HLN.be
Dave De Kock wordt in België berecht voor de dood van Dean Verberckmoes
Dave De Kock wordt in België berecht voor de ontvoering en dood van Dean Verberckmoes. Dat is beslist op de coördinatievergadering tussen de Belgische en Nederlandse speurders, bevestigt het Nederlandse openbaar ministerie aan Belga.
www.hbvl.be
Verdict le 11 mars pour Alain Mathot: «C’est ma vie qui se joue…»
Ce mercredi était consacré au troisième jour du procès Intradel devant la cour d’appel de Liège. Alain Mathot y est une nouvelle fois jugé pour corruption. Le verdict sera rendu le 11 mars prochain. Il a pris la parole une dernière fois, très ému…
Lameuse.be
Wat als... de getuigen op je trouw twee dino’s zijn?
Op het Gentse stadhuis hebben ze al veel gezien, maar vandaag werden de ogen toch even extra open getrokken. Bij een van de bruidsparen bleken de getuigen... twee dino’s te zijn.
HLN.be
La RTBF se place au centre des «expériences nouvelles»
La RTBF se place au centre des «expériences nouvelles» Sandrine Roustan, directrice du pôle Contenus: «Nous voulons devenir le premier producteur et distributeur de podcasts en Fédération Wallonie-Bruxelles. - Fred Guerdin/RTBF. Retour à la case départ ? Pour tous les médias, l’épidémie de coronavirus a fait sortir l’année 2020 des rails, avec une consommation accrue en télévision, ou sur le web, liée notamment à un regain d’intérêt marqué pour l’information. Et quid de 2021 ? A la RTBF, l’heure des comptes a sonné pour l’année d’après, où passé l’effet de bulle de 2020, le retour à la « normale » est amorcé : toutes chaînes confondues, la télévision a retrouvé son rythme de croisière de 2019, tandis que la radio encaisse un recul de près de 3 % en 2021 par rapport à 2020, chiffre Xavier Huberland, directeur du pôle médias de la RTBF. L’évolution est plus forte pour la consommation en digital, avec une moyenne de 437.000 visiteurs quotidiens sur le site de la RTBF, tout fraîchement rénové (Le Soir du 15 janvier). À lire aussi La RTBF offre une «porte d’entrée unique» à ses contenus Tous azimuts, l’opérateur étend sa toile : sur Facebook, sur Instagram, sur YouTube, sur TikTok, où la RTBF engrange des chiffres en hausse, notamment auprès du public de « nouvelle génération » (les 12-25 ans). Les plus jeunes ne sont pas que rivés à leur écran ou sur les réseaux sociaux, en déduisent les responsables de la RTBF, mais « il y a moyen de renouer le contact avec eux, en allant les chercher là où ils sont ». Derrière ces évolutions, Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF, veut voir le fruit du travail mené depuis 3 ans : « Nous avons engagé l’entreprise dans un plan de transformation en 2018. Trois ans plus tard, et après deux années qu’on pourrait qualifier de “stress-test”, on constate des résultats très solides sur nos différentes plateformes. Cela conforte notre ambition de 2018, qui est rencontrée et réussie, avec beaucoup d’efforts menés vers le public “jeunes”  », précise-t-il. Guerre des contenus Ces orientations donnent en tout cas le ton pour l’année 2022, sous le signe de la continuité, et dans la droite ligne du plan stratégique adopté par l’opérateur en décembre dernier. Le contexte, connu, c’est celui de la guerre des contenus, qui souligne la nécessité, plus forte que jamais, d’apporter des contenus innovants et de booster la créativité. De quoi décréter l’année 2022 « année du podcast », pour Sandrine Roustan, directrice du pôle Contenus : « Nous voulons devenir le premier producteur et distributeur de podcasts en Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous allons organiser la production de 200 podcasts d’ici la fin de l’année », annonce-t-elle. Avec une bonne part de contenus produits en interne, mais aussi la volonté de donner un écho à des productions extérieures. Il est déjà question de consacrer un podcast au phénomène Stromae, un autre aux difficultés économiques des jeunes, mais aussi de s’intéresser au gaming, au metaverse, ou encore, dans d’autres secteurs, aux promenades touristiques, aux histoires pour les enfants,… « On est dans de la pure création belge », souligne Sandrine Roustan, « qui a pour objectif de toucher l’ensemble des publics, en particulier les jeunes, parce qu’on sait qu’ils sont davantage dans une consommation délinéarisée et mobile. Et le podcast est un formidable média pour renforcer notre ancrage belge ». Sous le signe de la continuité, la RTBF proposera aussi au cours du mois de février de rassasier les appétits des amateurs de culture, que les mesures sanitaires privent de leur ration vitale de théâtre, de musique, de littérature ou de cinéma. Pendant quatre semaines, la culture se dévoile « sous toutes ses coutures », avec une semaine spéciale consacrée à la musique fin janvier, au cinéma début février, puis une semaine du théâtre belge pendant laquelle il est question de mettre à l’antenne pas moins de 70 captations de pièces de théâtre, et de prolonger l’opération mise en place pendant la période des fêtes de diffusion de productions « jeune public ». Le livre sera également mis à l’honneur, en dépit de l’annulation de la foire du livre, en déployant tout l’éventail des émissions culturelles : Plan cult, Sous couverture, le Mug, Salut les Copions se mettront ainsi au service de la littérature et des écrivains belges. Et l’innovation ? Elle s’inscrit en filigranes de tous les programmes, pointe encore Sandrine Roustan qui insiste sur la volonté de faire « vivre des expériences nouvelles aux médiavores », comme c’est déjà le cas avec QR Code, avec le direct sur Twitch qui accompagne la diffusion de The Voice, ou, pour la prochaine Belgian Music Week la remise des récompenses sur… Minecraft. Après un « cru » exceptionnel en 2020, les médias de la RTBF ont retrouvé leur niveau de 2019. Et tablent sur l’innovation pour attirer les plus jeunes. Par Cédric Petit Journaliste au service Culture Le 19/01/2022 à 18:37
www.lesoir.be
Dave De Kock wordt in België berecht voor de dood van Dean Verberckmoes
Dave De Kock wordt in België berecht voor de ontvoering en dood van Dean Verberckmoes. Dat is beslist op de coördinatievergadering tussen de Belgische en Nederlandse speurders, bevestigt het Nederlandse openbaar ministerie aan Belga.
www.demorgen.be
Le Bel 20 termine en baisse à -0,22 %, a contrario de ses voisins européens
Les Bourses européennes ont clôturé dans le vert ce mercredi, à l'exception toutefois du Bel 20 de la Bourse de Bruxelles.
www.lalibre.be
Avec son oud, Naseer Shamma veut écrire la "nouvelle mémoire" de l’Irak
La star mondiale du oud se produit toute la semaine à Bagdad.
www.lalibre.be
Dave De Kock zal in België berecht worden voor de dood van Dean Verberckmoes
Dave De Kock wordt in België berecht voor de dood van Dean Verberckmoes. Dat bevestigt het Nederlandse openbaar ministerie aan Belga.
www.nieuwsblad.be
Le groupe brassicole Alken-Maes va fermer la brasserie d'Opwijk
Onze employés sont concernés, cependant ils vont sans doute pouvoir être affectés à d'autres postes au sein de l'entreprise.
www.lalibre.be
Azimi wil kaviaar met diamanten introduceren in het nachtleven: “Een potje van 250 gram kost maar 30.000 euro”
Salar Azimi, de Nederlands zakenman bekend van ‘The Sky is the Limit’, wil een nieuw concept introduceren in het nachtleven. Hij verkoopt kaviaarblikken vol bladgoud en diamanten. Dé versnapering om mee te stunten tijdens een nachtje uit, volgens hem. “De kaviaarblikken zijn zelfs toegankelijk voor scholieren, zo kan je een potje Azimi-kaviaar van 50 gram voor slechts 100 euro kopen.” In zijn kasteel aan de Nederlandse grens vertelt hij alvast veel Belgische klanten te hebben. Of de kaviaarblikken effectief een succes worden bij ons, valt nog af te wachten.
HLN.be
Lionel Messi slaat komende twee interlands met Argentinië over na coronabesmetting
Lionel Messi slaat, na zijn recente coronabesmetting, de komende twee WK-kwalificatiewedstrijden met Argentinië tegen Chili en Colombia over. Dat liet bondscoach Lionel Scaloni woensdag weten. De Argentijnen zijn al zeker van het WK in Qatar.
www.hbvl.be
Hoe doen zij dat? Nu iedereen thuis zit met kinderen en vaak nog aan het werk is: tips & tricks om dat te overleven
Nu het aantal besmettingen verder blijft stijgen, zitten veel ouders opnieuw in quarantaine met hun kroost. Voor de meesten lopen werk en school gewoon door. “Het is een beetje terug naar af”, zegt mama van vijf Anne Cornut (38). “Alsof we opnieuw in die eerste lockdown zitten.” Maar hoe moest dat nu weer, job en kinderen combineren? Tips & tricks van enkele ervaringsdeskundigen.
www.hbvl.be
Zuhal Demir: “Verplichte terbeschikkingstelling van 15 jaar bij daders met hoog risico”
Als het van Vlaams minister van Justitie Zuhal Demir afhangt, moet er voor daders met een hoog veiligheidsrisico voor de samenleving zoals kindermoordenaars, zedendelinquenten en terroristen een verplichte terbeschikkingstelling van 15 jaar komen. Nu hebben de meeste terbeschikkingstellingen volgens haar een looptijd van vier jaar. “Na 15 jaar moet er een risicotaxatie komen en kan er desnoods een verlenging komen”, aldus Demir in het Vlaams Parlement.
www.hbvl.be
Voor 1,5 miljoen parkeerboetes in één jaar in Genk, maar ook 20 procent geannuleerd
Tussen juli 2020 en juni 2021 zijn er bijna 94.000 parkeerretributies uitgeschreven in Genk. Dat bracht bijna 1,5 miljoen euro op, al moeten daar nog wel de kosten af. Opvallend: 20 procent van de boetes werd om diverse redenen geannuleerd.
www.hbvl.be
Psychiater: “Breivik nog net zo gevaarlijk als bij aanslag”
De Noorse terrorist Anders Breivik is nog net zo gevaarlijk als elf jaar geleden, toen hij 77 mensen vermoordde. Psychiater Randi Rosenqvist zei dit op de tweede dag van de rechtszaak waarin Breivik om voorwaardelijke vrijlating vraagt.
www.hbvl.be
Al 19 scholen dicht, veel andere dreigen te volgen
18:30 De snelle verspreiding van de omikronvariant zet steeds meer klassen en zelfs volledige scholen thuis. Als de quarantaineregels niet snel versoepelen, stevenen we af op massale schoolsluitingen, waars...
www.tijd.be
Le BEL 20 termine en baisse sous la pression de KBC et AB InBev
Bourse de Bruxelles - Le BEL 20 termine en baisse sous la pression de KBC et AB InBev Il était impacté par le plongeon de 4,42% de KBC (80,36) et les reculs de 1,08% et 0,93% d'AB InBev (58,50) et Ageas (43,76). Il était par contre soutenu par UCB (91,52) qui bondissait de 3,04% après une acquisition aux Etats-Unis, Solvay (109,50) et arGEN-X (252,00) s'appréciant de 1,77% et 0,48% alors que Galapagos (47,94) perdait 0,85%.   Umicore (34,18) et Aperam (54,76) valaient 1,82% et 0,70% de plus que la veille, Melexis (98,85) cédant par contre 0,35%.   Proximus (17,49) et Telenet (34,16) étaient positives de 0,29% et 0,18%, Orange Belgium (19,60) gagnant par ailleurs 1,34% tandis que Bpost (7,41) abandonnait 1,40%.   KBC Ancora (43,84) reperdait 5,3% supplémentaires tandis que Balta (3,70) et Deceuninck (3,43) abandonnaient 1,1% et 2%, CFE (128,00) reculant de 0,9%, D'Ieteren (160,70) et Agfa-Gevaert (3,80) de 1,2% et 1,8%.   Kinepolis (55,15) était par contre positive de 1,2%, Econocom (3,56) terminant une séance irrégulière sur un gain de 0,5% après résultats.   Bone Therapeutics (0,60) plongeait toujours de 7,2%, Mithra (20,55) et Hyloris (17,00) cédant 2,8% et 2,6% alors que Sequana Medical (6,70) et Fagron (15,77) regagnaient 4,7% et 2,4%.    Vers 16H30, l'euro s'inscrivait à 1,1340 USD, contre 1,1346 dans la matinée et 1,1359 la veille. L'once d'or gagnait 20,55 dollars à 1.836,40 dollars et le lingot se négociait autour de 52.060 euros, en progrès de 745 euros. Le rebond amorcé par Wall Street s'essoufflant rapidement, le BEL 20 et ses voisins européens devaient finalement hésiter mercredi. Après avoir été positif dans l'après-midi, noire indice de référence devait conclure 0,22% plus bas que la veille en s'inscrivant à 4.210,74 points avec sept de ses éléments dans le rouge, Elia (113,30) étant inchangée. Mis à jour le 19/01/2022 à 18:15
www.lesoir.be
Queens, quand Disney+ s’intéresse au hip hop
Queens, quand Disney+ s’intéresse au hip hop A lire sur Streamnews Queens est une série s’intéressant notamment au monde du hip-hop, tout en jouant la carte de la nostalgie. Le 19/01/2022 à 18:29
www.lesoir.be
N-VA: "Geef middenklasse 500 euro belastingvermindering om energiefactuur te milderen”
Oppositiepartij N-VA wil de energiefactuur van de burger betaalbaar houden door een belastingvermindering van 500 euro door te voeren. Kamerleden Bert Wollants en Joy Donné gaan een wetsvoorstel indienen waarbij ze die vermindering willen doorrekenen in de bedrijfsvoorheffing vanaf maart. Het geld om een en ander te betalen, moet volgens N-VA gehaald worden bij de energieproducenten.
HLN.be
Une large manifestation prévue dimanche à Bruxelles pour la levée des règles sanitaires
De nombreux mouvements parmi lesquels World Wide Demonstration for Freedom et Europeans United for Freedom appellent les citoyens européens en désaccord avec les restrictions sanitaires prises face à la pandémie de coronavirus à venir manifester dimanche après-midi à Bruxelles. La porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere a confirmé mercredi que des contacts ont été établis avec les organisateurs et que le dossier est à l'étude.
www.7sur7.be
Opvallend: antivaxer Novak Djokovic bezit bedrijf dat medische behandeling tegen corona ontwikkelt
Tennisser Novak Djokovic heeft 80 procent van de aandelen in bezit van een Deens biotechbedrijf, dat een medische behandeling tegen het coronavirus aan het ontwikkelen is. De directeur van het bedrijf QuantBioRes bevestigde het nieuws.
www.hbvl.be
"Ce sera la décision du président" : dans la crise ukrainienne, Blinken appelle Poutine à choisir la voie de la paix
Le chef de la diplomatie américaine a exhorté mercredi Vladimir Poutine à choisir la "voie pacifique" dans la crise ukrainienne, un appel lancé lors d'une visite de soutien à Kiev, à deux jours d'un face-à-face diplomatique russo-américain. Dans le même temps, les États-Unis ont annoncé une nouvelle aide "sécuritaire défensive" de 200 millions de dollars à l'Ukraine.
www.lalibre.be
Football Talk. Messi laat volgende interlandbreak met Argentinië schieten - Vader Brent Van Moer wordt voorzitter Waasland-Beveren
Lionel Messi slaat, na zijn recente coronabesmetting, de komende twee WK-kwalificatiewedstrijden met Argentinië tegen Chili en Colombia over. Dat liet bondscoach Lionel Scaloni weten. De Argentijnen zijn al zeker van het WK in Qatar.
HLN.be
Coronavirus: une manifestation européenne prévue à Bruxelles pour la levée des règles sanitaires
Coronavirus: une manifestation européenne prévue à Bruxelles pour la levée des règles sanitaires Les organisateurs espèrent voir défiler des centaines de milliers de personnes. - Jean Bensana. De nombreux mouvements parmi lesquels World Wide Demonstration for Freedom et Europeans United for Freedom appellent les citoyens européens en désaccord avec les restrictions sanitaires prises face à la pandémie de coronavirus à venir manifester dimanche après-midi à Bruxelles. La porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere a confirmé mercredi que des contacts ont été établis avec les organisateurs et que le dossier est à l’étude. Selon le programme prévu par les mouvements citoyens, les manifestants belges sont invités à se rassembler dès 11 heures à la gare du nord de Bruxelles. Ils seront rejoints à partir de 12 heures par ceux venus d’autres pays européens. De nombreux voyages en cars et trains sont organisés pour leur permettre de converger vers Bruxelles. Le cortège devrait s’étirer au fil des arrivées. Il se rendra au cœur du quartier européen, dans le parc du Cinquantenaire, où des discours sont prévus dès 14h30. Les organisateurs espèrent voir défiler des centaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale européenne et la baisse de gravité de la maladie avec le variant omicron pourrait en effet motiver plus de personnes que précédemment à demander la levée des restrictions sanitaires. Au travers de cette manifestation, les organisateurs disent défendre « la démocratie, les droits de l’Homme et le respect de la Constitution ». Europeans United for Freedom estime sur son site internet que la propagation de la Covid-19, la saturation des hôpitaux en rapport et le décès de personnes à la santé fragile ne justifient pas de déroger aux libertés fondamentales garanties par la démocratie. « La pire maladie que nous avons importée de Chine n’était pas le virus, mais le totalitarisme », selon son propos. Le mouvement critique aussi le manque de débat public en amont des décisions prises par les gouvernements sur base des conseils d’experts scientifiques. La manifestation devrait avoir lieu ce dimanche mais doit encore recevoir l’accord de la police. Par Belga Le 19/01/2022 à 18:24
www.lesoir.be
Pourquoi l’enquête interne ne changera pas grand-chose
Pourquoi l’enquête interne ne changera pas grand-chose L’enquête interne sur les fêtes au sein du gouvernement est brandie comme un bouclier par l’équipe de Boris Johnson face à la presse britannique. Et pour cause : ses conclusions ne devraient pas menacer Boris Johnson. « En tant que fonctionnaire, Sue Gray (responsable de cette enquête, NDLR) est impartiale, mais pas indépendante (…), explique la chercheuse Catherine Haddon, dans un rapport de l’Institute for Government. Dans le passé, d’autres enquêtes sont devenues controversées après que des pressions ont été exercées sur les rédacteurs du rapport pour qu’ils modifient leurs conclusions : l’ancien conseiller du Premier ministre pour les intérêts ministériels, Alex Allan, a démissionné après que Boris Johnson a rejeté la conclusion selon laquelle Priti Patel avait enfreint l’accord ministériel code. » Si Sue Gray peut conclure que ces fêtes étaient illégales, au vu de la législation en cours, ce n’est pas à elle de mener une action en retour. « Il appartiendra alors à la police métropolitaine, si elle choisit d’enquêter, d’engager toute action », indique Catherine Haddon. Par C.Gft Le 19/01/2022 à 18:24
www.lesoir.be
En hommage à Gaspard Ulliel, la Trois bouleverse ses programmes
Suite au décès tragique de l’acteur français, la RTBF modifie ses programmes ce 20 janvier.
Sudinfo.be
Frank Vandenbroucke en quarantaine suite à un contact à haut risque
Le ministre fédéral de la Santé est en quarantaine.
www.lalibre.be
Les taux d’intérêt à long terme remontent : une bonne nouvelle pour l'épargnant ?
Les taux d’intérêt à long terme ont cette fois entamé une nette remontée. La volatilité augmente sur les actions sensibles aux variations des rendements.
www.lalibre.be
La filière du livre se mobilise dans tous ses territoires
La filière du livre se mobilise dans tous ses territoires Combien de postes de travail l’édition belge francophone fournit-elle et comment ces emplois se distribuent-ils? C’est l’un des axes des cartographies développées aujourd’hui par le Segefa (ULiège), à la demande du Pilen, sur base de données Adeb et de la Banque nationale. - Segefa/Pilen. Cela n’a l’air de rien, mais rassembler durant deux heures les diffuseurs, libraires, éditeurs, auteurs et bibliothécaires d’un bassin donné, c’est une expérience rare. Les faire dialoguer avec leur université, leur ville de référence et tous les pouvoirs structurants de ce qui est à la fois un bassin culturel et industriel, c’est parfaitement inédit. C’est ce qu’a réalisé pour la deuxième fois ce mardi le Partenariat interprofessionnel du livre et de l’édition numérique (Pilen), en partenariat avec le Service général des lettres et du livre (FWB) et avec l’aide financière d’une bourse St’art du gouvernement wallon. Cette simple conjonction montre déjà l’ampleur d’une mobilisation à la fois culturelle et industrielle, puisque sont associées d’emblée à cette initiative les deux entités fédérées concernées et tout le secteur. Charleroi avait eu les honneurs d’un premier séminaire de ce genre à la mi-décembre ; le Luxembourg et Louvain-la-Neuve tiendront les leurs en février. Mardi était le jour de séminaire dévolu à Liège. Ces séminaires donnent l’occasion à l’ULiège, en particulier son Service d’étude en géographie économique (Segefa), de dévoiler les premières cartographies du livre belge francophone, que ce soit par localisation des auteurs, des maisons d’édition et des labels éditoriaux, ou de l’emploi de l’édition. Cette visualisation encore incomplète, financée par la Wallonie et commandée par le Pilen, traduit de manière très concrète le territoire sur lequel doit se déployer une « filière du livre » belge francophone, inspirée notamment d’exemples régionaux français, filière qui est inscrite au programme de gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 3.200 emplois en Belgique francophone Selon l’étude du Segefa, la filière belge francophone du livre, ce sont plus de 200 auteurs, environ 350 emplois (équivalents temps plein) dans l’édition, autant dans la distribution, près de 200 en librairies et 900 postes en bibliothèques. Une première évaluation par régions comptabilise environ 2.100 emplois en Wallonie, 1.100 emplois à Bruxelles, et une distribution des emplois d’édition (notre illustration) qui se concentre sur Bruxelles et le Brabant wallon, mais aussi Liège et Charleroi comme premiers pôles d’emploi, suivis de Namur. Particularité des cartes développées par le Segefa : elles permettent de visualiser des phénomènes qui passeraient sous les radars. Ainsi, on voit nettement les bibliothèques non reconnues compenser les trous dans le maillage territorial des bibliothèques reconnues. On y lit aussi la grande misère du Luxembourg, à presque tous égards. Voilà qui est concret, et tout aussi pratique lorsqu’on descend au niveau des bassins. Ce mardi par exemple, le séminaire liégeois était particulièrement intéressant en ce qu’il dévoilait Liège comme une ville sans doute en perte de rayonnement éditorial (finis Marabout, Mardaga, Luc Pire) mais qui reste aujourd’hui le premier bassin d’auteurs de Wallonie, la province où il y a eu le plus de livres publiés en 2014-2020, et le socle de quelque 600 emplois (estimés) dans le secteur du livre. Même si la BD flatte les statistiques hennuyères, Liège semble une capitale du livre wallon qui s’ignore parfois, faute peut-être de « cadre institutionnel », notera Tanguy Habrand, spécialiste des métiers du livre et maître de conférences à l’ULiège. Ce que montrent ces séminaires sous-régionaux, c’est la richesse d’un dialogue entre les acteurs du livre. Si les auteurs peinent parfois à exprimer leurs visions et leurs besoins, les autorités municipales et provinciales, les éditeurs, les diffuseurs, libraires et bibliothécaires ont une vision très claire de leurs métiers. Mais ils peuvent tout ignorer, par exemple, des opportunités que va engendrer le prochain déménagement de la bibliothèque centrale des Chiroux, des apéros littéraires organisés au musée du Grand Curtius, ou des projets de développement liégeois du plus gros distributeur de Wallonie. Et ce ne sont ici que des exemples liégeois. Parce qu’ils ouvrent des portes, ces échanges sont déjà structurants. Quelle place pour chaque acteur ? Ces séminaires sous-régionaux ne sont qu’une étape dans la constitution d’un contrat de développement de la filière du livre qui, rappelons-le, a fait l’objet en mars 2021 d’une note d’orientation du gouvernement de la FWB, et dont la stratégie de développement, en six axes interprofessionnels, a été fixée. Mais, comme l’expliquait alors la coordinatrice du Pilen, Morgane Batoz-Herges, lorsqu’on évoque l’idée d’un contrat filière, « c’est assez confus dans l’esprit des professionnels ». Pour rendre cela plus clair, tous les professionnels du livre, quels que soient leur(s) métier(s), sont invités ce lundi 24 janvier à un colloque en ligne, organisé lui aussi par le Pilen et qui durera l’essentiel de la journée. L’objectif : en parallèle avec les séminaires sous-régionaux, éclairer les professionnels sur la place qu’ils peuvent occuper dans cette restructuration communautaire de la filière du livre. Après un cadre global fixé par la ministre de la culture Bénédicte Linard (Ecolo), il leur sera demandé d’emblée ce que sont leurs attentes, une réflexion que le Pilen a déjà bien explorée en publiant sur son blog une série de points de vue d’acteurs clés  : auteurs, éditeurs, libraires, éditeurs indépendants, bibliothécaires. Une filière résiliente et durable Après avoir expliqué ce qu’étaient les expériences suisse et française, plusieurs thèmes seront explorés. Ainsi, la nécessité d’une filière résiliente et innovante, le soutien à l’emploi et à la formation. Ce qui peut signifier à la fois aider les auteurs à faire carrière, soutenir les trop rares écoles de bibliothécaires, aider les librairies indépendantes à s’informatiser, mais c’est aussi s’intéresser aux déclinaisons numériques de l’édition, notamment en bande dessinée, etc. Un autre thème de réflexion est la présence continue sur l’ensemble du territoire : les cartes du Segefa montrent des zones blanches, l’urgence sans doute de s’intéresser aux points presse et très petites librairies, la nécessité peut-être de dépoussiérer les décrets organisant les centres culturels et les bibliothèques, etc. L’un des grands problèmes identifiés est évidemment l’absence du livre dans le rayonnement artistique et économique du territoire. Si de grands auteurs belges rayonnent, souvent en s’appuyant sur des éditeurs français, l’édition belge ne dispose pas de circuit puissant de distribution hors territoire national, et les outils régionaux de rayonnement international sont perçus comme déconnectés des réalités du secteur. La diffusion infra-communautaire du livre belge serait une première étape, une meilleure visibilité à l’international pourrait en être une autre. Editeurs, auteurs, diffuseurs, libraires et bibliothécaires se structurent autour d’un vaste projet : une filière du livre belge francophone. Fédération, régions, provinces, villes et communes sont concernées. Par Alain Lallemand Journaliste au service Culture Le 19/01/2022 à 18:17
www.lesoir.be
Zuhal Demir: “Verplichte terbeschikkingstelling van 15 jaar bij daders met hoog risico”
Als het van Vlaams minister van Justitie Zuhal Demir afhangt, moet er voor daders met een hoog veiligheidsrisico voor de samenleving zoals kindermoordenaars, zedendelinquenten en terroristen een verplichte terbeschikkingstelling van 15 jaar komen. Nu hebben de meeste terbeschikkingstellingen volgens haar een looptijd van vier jaar. “Na 15 jaar moet er een risicotaxatie komen en kan er desnoods een verlenging komen”, aldus Demir in het Vlaams Parlement.
www.nieuwsblad.be
Jérôme de Warzée partage un souvenir de quand il était champion de Belgique de scrabble et se fait railler sur la Toile (VIDEO)
Le chroniqueur de Vivacité et chef de bande du Grand Cactus sur Tipik, alias Jérôme le Maire de son vrai nom, a partagé une vidéo souvenir sur son compte Facebook de l'époque où il était champion de scrabble. "Il ne fallait pas s'endormir et, malheureusement, je me suis endormi."
www.lalibre.be
Buizenproducent Aliaxis koopt Amerikaanse sectorgenoot Harco
18:15 De Belgische buizenproducent Aliaxis neemt zijn Amerikaanse sectorgenoot Harco over. Hoeveel de Belgische groep op tafel legt, is niet bekend.
www.tijd.be
Le groupe brassicole Alken-Maes va fermer son site d'Opwijk
Le groupe brassicole Alken-Maes va fermer son site d'Opwijk Ces dernières années, les volumes d'exportation de la bière d'abbaye Affligem ont crû à un tel point que le site d'Opwijk n'est plus en mesure d'en supporter la charge. Depuis 2018, les exportations ont en effet augmenté de pas moins de 43%. "Affligem est une marque forte dont nous sommes très fiers (...) Malheureusement, nous constatons que la brasserie d'Opwijk n'est plus en mesure de continuer à produire des volumes sans cesse croissants, de façon durable et efficace. A titre d'exemple, notre brasserie à Opwijk consomme 40% d'eau en plus par litre de bière brassée que notre site d'Alken", indique la CEO Annick Vincenty, ajoutant que le groupe a l'ambition d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2030 au plus tard. Le site d'Opwijk fermera donc ses portes d'ici la fin du mois d'août 2022. Son activité sera reprise par la brasserie d'Alken. Onze emplois sont sur la sellette mais le groupe va examiner les possibilités de réaffectation avec les partenaires sociaux, "afin d'éviter tout licenciement", précise-t-il. Le groupe Alken-Maes a annoncé mercredi, lors d'un conseil d'entreprise, la fermeture de la brasserie d'Opwijk (Brabant flamand) d'ici la fin du mois d'août 2022. Onze employés sont concernés, cependant ils vont sans doute pouvoir être affectés à d'autres postes au sein de l'entreprise. Mis à jour le 19/01/2022 à 18:13
www.lesoir.be
De nouvelles fréquences de 5G déployées aux Etats-Unis sans annulations massives de vols
De nouvelles fréquences de 5G déployées aux Etats-Unis sans annulations massives de vols Selon le site flightaware, 215 vols devant décoller ou atterrir d'un aéroport américain avaient été annulés vers 16H30 GMT (17H30, heure de Bruxelles). Le nombre pourrait augmenter dans la journée mais c'est moins que mardi, et moins que les 538 vols annulés mercredi dernier. Quelques compagnies basées hors des Etats-Unis ont annulé des vols long courrier à destination d'aéroports spécifiques, dont Emirates, Air India, ANA et Japan Airlines.  Ces deux dernières avaient indiqué dans un premier temps avoir reçu des informations sur de possibles interférences entre les altimètres de leurs Boeing 777 et les fréquences 5G mais elles ont depuis reçu une nouvelle notification de l'autorité américaine de l'aviation (FAA) leur assurant qu'il n'y avait plus de problèmes particuliers. Elles prévoient en conséquence de reprendre leur programme normal de vols à partir de jeudi. AT&T et Verizon ont déboursé début 2021 des dizaines de milliards de dollars pour les droits à utiliser de nouvelles bandes de fréquences pour la 5G. Le secteur aérien a depuis fait part de son inquiétude sur le fait que ces fréquences, proches de celles utilisées par les altimètres, risquaient d'interférer avec ces instruments importants pour l'atterrissage dans certaines conditions météorologiques. La FAA a récemment exigé des ajustements et les patrons de dix sociétés de transport aérien avaient appelé lundi les autorités américaines à intervenir "immédiatement" afin d'empêcher "une importante perturbation" du trafic. AT&T et Verizon, après avoir déjà repoussé à deux reprises le déploiement des nouvelles fréquences, ont accepté mardi de différer encore temporairement l'activation de tours de téléphonie mobile autour de certaines pistes d'aéroports. Tout en maintenant le lancement de la 5G dans le reste du pays.  AT&T a confirmé mercredi dans un message à l'AFP avoir lancé les nouvelles bandes de fréquence, qui permettent d'augmenter la vitesse et d'accroitre l'étendue du réseau 5G existant, dans huit grandes métropoles. Le patron de Verizon, Hans Vestberg, a de son côté indiqué sur la chaîne CNBC que le déploiement des nouvelles bandes de fréquences avait débuté dans plus de 1.700 villes. Les opérateurs de téléphonie AT&T et Verizon ont commencé à déployer mercredi aux Etats-Unis de nouvelles bandes de fréquence pour la 5G, provoquant quelques annulations de vols mais pas les grosses perturbations redoutées par les compagnies en raison de possibles interférences avec des instruments de bord. Mis à jour le 19/01/2022 à 18:12
www.lesoir.be
Les plus gros écarts du mercredi 19/01
Bourse de Bruxelles - Les plus gros écarts du mercredi 19/01 A LA HAUSSE      %       COURS Cenergy                    +  8,54      3,75 Asit                                6,64      0,24   Sequana Medical        4,69      6,70 Picanol                          3,23     70,40 UCB                                3,04     91,52 A LA BAISSE               % Bone Therapeutics   -  7,23       0,60 KBC Ancora                  5,27      43,84 KBC                                4,42      80,36 Mithra                            2,84      20,55 Hyloris                           2,58      17,00 Quelques-uns des plus gros écarts du mercredi 19/01 à la Bourse de Bruxelles. Mis à jour le 19/01/2022 à 18:07
www.lesoir.be
Clôture du Bel 20 du mercredi 19/01
Bourse de Bruxelles - Clôture du Bel 20 du mercredi 19/01 AB InBev - 58,50 (59,14) Ackermans - 178,00 (178,20) Aedifica + 111,10 (110,00) Ageas - 43,76 (44,17) Aperam + 54,76 (54,38) arGEN-X + 252,00 (250,80) Cofinimmo + 139,80 (139,30) Colruyt - 36,79 (37,02) Elia = 113,30 (113,30) Galapagos - 47,94 (48,35) GBL + 97,74 (97,60) KBC - 80,36 (84,08) Melexis - 98,85 (99,20) Proximus + 17,49 (17,43) Sofina + 376,40 (374,80) Solvay + 109,50 (107,60) Telenet + 34,16 (34,10) UCB + 91,52 (88,82) Umicore + 34,18 (33,57) WDP + 38,48 (38,02) Valeurs de clôture du mercredi 19/01 des actions qui composent le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles. Entre parenthèses, les cours de la séance précédente. Mis à jour le 19/01/2022 à 18:05
www.lesoir.be
Plus d'un million de tonnes de viandes porcine et bovine exportées dans le monde en 2021
Plus d'un million de tonnes de viandes porcine et bovine exportées dans le monde en 2021 Les chiffres officiels proviennent d'Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, pour les mois de janvier à septembre 2021. La Febev, elle, a extrapolé ces tonnages pour l'ensemble de l'année 2021. La majorité de la viande porcine (760.000) est transportée vers des pays européens. Ce sont la Pologne et l'Allemagne qui arrivent en tête des pays qui en importent le plus, avec respectivement 212.000 et 205.000 tonnes. Les Pays-Bas ne sont pas en reste avec 105 millions de kilos de viande porcine importés. Hors Union européenne (95.000 tonnes), les trois premières marches du podium sont remplies par le Royaume-Uni (26.000), les Philippines (20.000) et la Côte d'Ivoire (13.000). Quant à la viande bovine, la grande partie de la chair importée au sein de l'Union européenne (147.000 tonnes), atterrit aux Pays-Bas qui en a acquis 55.000 tonnes l'an dernier. Suivent la France (36.000) et l'Allemagne (27.000). Sur les 19 millions de kilos exportés hors UE, c'est le Ghana qui a été le plus friand du boeuf belge en 2021, avec 7.000 tonnes transportées vers ce pays d'Afrique de l'Ouest. Son voisin, la Côte d'Ivoire, l'a également apprécié puisque 5.500 tonnes y ont été transportées. Le marché du porc est un marché plus stable en termes de consommation que celui de la viande bovine, qui est plus fluctuant et davantage soumis à des variations, soulève Cédric Charon, attaché export à la Febev, pour expliquer la légère baisse de l'export de boeuf. Les nouvelles lois halal et la crise du coronavirus pourraient en être les causes. En 2017, la Belgique exportait encore 200.000 tonnes de viande bovine dans l'Union européenne.  La Belgique produit en général 1,1 million de tonnes de viande porcine par an et 210.000 tonnes de viande bovine, selon les chiffres de 2020 communiqués par la Febev qui ajoute que la production est restée relativement stable en 2021. Au total, 855.000 tonnes de viande porcine et 166.000 de boeuf ont été exportées l'an dernier, selon les chiffres transmis par la Fédération belge de la viande (Febev). Des quantités similaires aux dernières années pour le porc mais en légère baisse pour la viande bovine. Mis à jour le 19/01/2022 à 18:05
www.lesoir.be
La banalisation d’omicron touche la motivation des Belges à suivre les mesures
La banalisation d’omicron touche la motivation des Belges à suivre les mesures Face à une menace perçue comme moins grande, la tendance au relâchement est bien là et les frustrations s’expriment davantage, notamment lors des manifestations contre les mesures sanitaires. - Jean Bensana. Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la pandémie. » Dans le contexte actuel de forte recrudescence épidémique due à omicron, apparemment moins sévère, avec des stratégies de testing qui craquent et des règles de quarantaine plusieurs fois ajustées dans les écoles, le groupe Psy et Corona observe que la motivation à suivre les mesures sanitaires en prend pour son grade. Y compris parmi les vaccinés (ils ne sont plus que 66 %, dont à peine 39 % de très motivés). Dans le même temps, la méfiance à l’égard de la stratégie sanitaire augmente (42 % des vaccinés et 84 % des non-vaccinés), à tel point que 12 % des vaccinés et 60 % des non-vaccinés déclarent vouloir prendre part à une manifestation contre la politique actuelle de gestion de la pandémie. À lire aussi Omicron vs delta: où en est-on en Belgique? Et quid de la vaccination? Pour parvenir à ces constats illustrant un ras-le-bol qui se généralise, les psychologues de l’UGent, de la KULeuven, de l’ULB et de l’UCLouvain ont à nouveau sondé un large panel de Belges, début janvier : 11.919 répondants, dont 34 % de francophones (notamment via les sites du Soir et de Sudinfo) et 62,6 % de femmes. L’âge moyen est de 48 ans, avec une majorité de vaccinés (8.574 personnes). « La perception du risque, moteur essentiel de la motivation » « Pour la première fois, la courbe de perception du risque d’infection et celle de la sévérité de la maladie partent dans des directions opposées », décrypte le psychologue de la santé Olivier Luminet (UCLouvain), coauteur du rapport. « Or, cette perception de la sévérité du covid est un moteur essentiel de la motivation. Il va donc être difficile de garder les troupes à bord », prévient-il. « Les gens ont le sentiment qu’on est près de la fin », corrobore son collègue Vincent Yzerbyt, également coauteur du rapport. « Mais avec une telle circulation du virus, la charge qui pèse sur les soins de santé reste forte. Sans compter qu’on n’est pas à l’abri d’un nouveau variant plus pathogène. Il y a un vrai risque à lever le pied trop rapidement, comme on l’a trop souvent fait par le passé, pour devoir sévir ensuite de manière importante. » Gare à retomber dans l’éternel retour du même piège. À lire aussi Pourquoi le groupe Psy et Corona penche en faveur de l’obligation vaccinale Surtout, alertent les deux psychologues de l’UCLouvain, la moindre sévérité apparente du variant omicron ne doit pas faire oublier son impact sur la santé mentale de la population, dès lors qu’il circule activement : « Un grand nombre de personnes infectées entraîne une paralysie de toute une série d’activités économiques, professionnelles ou scolaires avec un réel coût pour le bien-être de la population. » Une frustration grandissante Ce 39e rapport interuniversitaire se penche justement sur cette question du bien-être en rappelant que la santé physique et la santé psychologique entretiennent des liens étroits autant que complexes. Il y a des améliorations sur ce front : si elle reste élevée, l’incertitude liée à l’évolution de la situation tend à diminuer, tandis que le souci pour sa propre santé se stabilise – surtout chez les non-vaccinés, qui se disent moins préoccupés par ce point. En revanche, deux besoins psychologiques fondamentaux, à savoir l’autonomie (ou sentiment de liberté) et les relations à autrui (le tissu social), sont toujours soumis à une forte pression. Résultat : la frustration va grandissant, en particulier pour les non-vaccinés, qui se sentent de plus en plus exclus des groupes auxquels ils aimeraient appartenir. Idem chez les jeunes adultes, qui ressentent cruellement la perte de liberté et devraient faire l’objet d’une attention particulière, selon les experts. Cette frustration engendre à son tour une perte de motivation. Sans oublier les tensions croissantes qui s’exacerbent dans la société entre vaccinés et non-vaccinés. À lire aussi Les profs manifesteront leur «ras-le-bol» à Bruxelles le 10 février Dans leurs conclusions, les experts réinsistent sur la nécessité de mettre d’urgence sur pied un baromètre avec des perspectives chiffrées, qui permettrait de redonner du sens aux mesures prises ou à prendre en s’inscrivant dans la durée. Ils réitèrent aussi leur appel à mieux communiquer à la fois sur les inconvénients d’une circulation active du virus et sur la nécessité de la dose additionnelle (ou booster) – 17 % des personnes doublement vaccinées sont (très) réticentes à l’idée de se faire une troisième injection alors qu’ils étaient 10 % lors de la précédente récolte de résultats. Ils notent enfin que le soutien actuel à une obligation générale de la vaccination est plus élevé (51 %) que pour l’introduction d’un pass vaccinal (42 %). Selon le dernier volet du sondage mené par le groupe Psy et Corona, une moindre perception du risque sanitaire associée à omicron s’accompagne d’une baisse de la motivation et d’une méfiance grandissante à l’égard de la stratégie gouvernementale. Par Anne-Sophie Leurquin Journaliste au service Société Le 19/01/2022 à 18:14
www.lesoir.be
Deux matches à huis clos: le Standard en reste là…
Deux matches à huis clos: le Standard en reste là… Le choc wallon avait été arrêté. - PhotoNews Le Standard avait été sanctionné, jeudi dernier, de deux matches à huis clos total par le Conseil disciplinaire de l’Union belge à la suite des incidents survenus lors du choc wallon du 5 décembre 2021 face à Charleroi (usage de matériel pyrotechnique, interruption de match et envahissement du terrain), arrêté définitivement à la 88e minute. Une sanction appelée à ne s’appliquer que lorsque les mesures gouvernementales prises face à la crise sanitaire permettront au public de revenir dans les stades. Le Standard, qui a consulté ses avocats, avait la possibilité d’introduire un recours devant la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS), seule possibilité prévue par le règlement fédéral en cas de match arrêté, pour contester la décision. Mais il a décidé, mardi, de ne pas le faire, estimant qu’« une telle procédure, parfois lourde, n’est ici certainement pas opportune », pour reprendre les termes de communiqué du club liégeois. « Ce n’est pas en étant en conflit avec la Fédération que cette problématique pourra être réglée, mais bien en ouvrant une concertation avec l’ensemble des clubs et des instances du football ». Le club maintient ses propres mesures On se souvient qu’au lendemain du choc wallon, le Standard avait pris un certain nombre de mesures préventives, comme la fermeture du 1er étage des tribunes 3 et 4, l’arrêt de la vente de tickets pour les matches à domicile et l’interdiction de vente de tickets aux groupes d’animations pour les rencontres en déplacement, jusqu’à nouvel ordre. « Ces mesures demeurent d’actualité », a fait savoir le Standard, d’autant plus facilement que, recrudescence de la crise sanitaire oblige, tous les matches se jouent actuellement à huis clos. Et le club liégeois d’ajouter qu’il regrette de « ne pas avoir été soutenu par la Fédération qui préfère fermer l’entièreté du stade et ainsi sanctionner le club mais aussi l’ensemble de ses supporters, plutôt que de cibler au mieux les fauteurs de troubles. Outre le fait d’être juridiquement contestable, sanctionner une grande majorité de personnes totalement tierce aux événements ne peut résoudre efficacement l’insécurité présente dernièrement dans la plupart des stades du pays ». Devant le Conseil disciplinaire de la Fédération, le club liégeois avait contesté la responsabilité objective à l’égard des clubs pour le comportement de ses supporters, plaidant donc pour le principe dit de la personnalité des peines, qui veut qu’on ne puisse être tenu responsable d’une infraction commise par un tiers. Et qu’il ne pouvait donc être condamné, sa responsabilité ne pouvant être engagée en l’absence d’une quelconque faute dans son chef. Sanctionné de deux matches à huis clos suite aux incidents dans le choc wallon, le Standard a décidé de ne pas saisir la CBAS mais regrette de ne pas avoir été entendu. Par Didier Schyns Le 19/01/2022 à 18:13
www.lesoir.be