L'épouse du narcotrafiquant mexicain "El Chapo", Emma Coronel, condamnée à trois ans de prison

L'épouse du narcotrafiquant mexicain "El Chapo", Emma Coronel Aispuro, a été condamnée mardi par un juge fédéral américain à trois ans de prison après avoir admis sa participation au trafic du puissant cartel de Sinaloa.
Read full article on: lalibre.be
"On a fait ce qu'on devait faire": Yannick Jadot annule une interview avec Jean-Jacques Bourdin, accusé d'agression sexuelle
Le candidat écologiste à la présidentielle a préféré annuler sa participation à l'émission de Jean-Jacques Bourdin.
www.lalibre.be
Di Rupo in joggingbroek en met kniebrace naar Overlegcomité
Waals minister-president Elio Di Rupo (PS) verscheen vrijdag op met Overlegcomité in een joggingbroek en met een kniebrace. De Waalse politicus herstelt van een operatie.
HLN.be
Meer dan 40 doden bij hevige aanval van IS op gevangenis in Syrië
Bij een hevige aanval van terreurorganisatie Islamitische Staat (IS) op een gevangenis in Syrië zijn meer dan veertig mensen gedood. Urenlang werd er zwaar gevochten, meldt het Syrische Observatorium voor de Mensenrechten vrijdag. In buurland Irak werden dan weer elf soldaten gedood bij een aanval van IS.
HLN.be
Hoe werkt de coronabarometer die na lang debat dan toch geboren is? Waarom lukte het nu wel? En wie bepaalt naar welke code we gaan?
“Moeilijke bevallingen leveren vaak de mooiste kindjes op.” Het was met een kwinkslag dat coronacommissaris Pedro Facon vrijdag de langverwachte goedkeuring van de coronabarometer aankondigde. Als sinds 2020 wordt er aan gewerkt, nu is hij er eindelijk. Maar hoe werkt die barometer nu? En wie bepaalt wanneer we naar een andere code of kleur overschakelen?
www.nieuwsblad.be
Pierre-Yves Jeholet a peu goûté la sortie de Jean-Marc Nollet
Le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a peu goûté les propos tenus par le coprésident d'Ecolo Jean-Marc Nollet vendredi matin sur La première (RTBF). "Je n'ai pas apprécié la sortie d'un président de parti ce matin", a-t-il indiqué dans une réaction à Belga à l'issue du comité de concertation qui s'est accordé sur l'instauration du baromètre corona.
Levif.be
Secteurs concernés, mesures: le baromètre corona et ses trois codes décryptés
Le baromètre corona décidé vendredi par le comité de concertation entrera en vigueur vendredi prochain, le 28 janvier. Celui-ci comporte trois codes: jaune, orange et rouge. À chaque code correspondent des mesures spécifiques.
www.7sur7.be
Coronavirus en Belgique: Pierre-Yves Jeholet «n’apprécie pas la sortie» de Jean-Marc Nollet
Le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a peu goûté les propos tenus par le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet vendredi matin sur La première (RTBF).
Sudinfo.be
Pierre-Yves Jeholet «n’a pas apprécié» la sortie de Jean-Marc Nollet: «Il y en a qui causent, il y en a qui travaillent»
Le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a peu goûté les propos tenus par le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet vendredi matin sur La première (RTBF).
Sudinfo.be
Un baromètre "inacceptable", fulmine la fédération Horeca Bruxelles
Coronavirus - Un baromètre "inacceptable", fulmine la fédération Horeca Bruxelles Cette heure supplémentaire permettra de proposer deux services, estime-t-il. Le port du masque restera d'application pour les clients et le personnel et le Covid Safe Ticket demeurera obligatoire pour pouvoir manger à l'intérieur, a décidé le comité de concertation vendredi. Les règles concernant la capacité de six personnes par table et l'interdiction de consommer debout sont inchangées. Le monde de la nuit et les discothèques (intérieur/dynamique) restent fermés. En cas de code orange, le baromètre prévoit qu'il n'y a plus d'heure limite de fermeture. S'il passe au jaune, le CST ne sera plus nécessaire. Pour Fabian Hermans, il est "inacceptable" que le baromètre, dont sa fédération a participé au développement avec le commissariat corona, affiche la couleur rouge alors qu'il aurait dû se parer d'orange. "Depuis le début de la crise, on se base sur les soins intensifs (500 lits, aujourd'hui moins de 350) et, aujourd'hui qu'on arrive au bout, on nous ajoute les hospitalisations et ça, c'est incompréhensible pour le secteur." "C'est un scandale! Les autorités changent d'avis comme de chemise", lance le président de la fédération Horeca Bruxelles, se disant "écoeuré". Il se demande quelles autres décisions affectant le secteur seront prises lors du prochain Comité de concertation dans trois semaines.  "Encore une fois, ça va être l'horeca, la culture et les activités récréatives qui sont pénalisées et ça, c'est inacceptable", dit-il encore, dénonçant que le secteur de la nuit reste fermé, lui qui n'a pu ouvrir que six semaines depuis le début de la pandémie il y a près de deux ans. Les traiteurs dans l'événementiel sont à l'arrêt, tout comme ceux touchés par le télétravail obligatoire au sein des entreprises, pointe le responsable, selon qui certains restaurateurs "meurent à petit feu". La fédération Horeca Bruxelles regrette enfin qu'il n'ait pas du tout été question, lors de la conférence de presse suivant le Comité de concertation, du soutien financier au secteur horeca, durement touché par les mesures décidées ces derniers mois. "C'est un premier pas dans la bonne direction", réagit, de son côté, Erik Beunckens, de la Fédération des cafés de Belgique. "Mais soyons clairs, ce n'est absolument pas suffisant." La fédération Horeca Bruxelles n'avait pas de mots assez durs pour qualifier la décision du Comité de concertation, prise vendredi, de placer le baromètre corona au rouge lors de son entrée en vigueur vendredi prochain. "Un scandale", "un baromètre inacceptable", fulminait ainsi son président Fabian Hermans. Selon lui, l'heure de fermeture, qui passera de 23h00 à minuit, n'est qu'une "petite victoire" pour le secteur, qui espérait pouvoir garder portes ouvertes jusque 1h00 étant donné la baisse actuelle du nombre de personnes en soins intensifs. Mis à jour le 21/01/2022 à 21:28
www.lesoir.be
Live - Rusland waarschuwt voor ‘zwaarste gevolgen’ als verzuchtingen genegeerd worden
De spanningen rond Oekraïne lopen dag na dag op. De voormalige Sovjet-republiek zoekt toenadering tot het Westen, en zou graag toetreden tot de NAVO. Dat wil Russisch president Vladimir Poetin koste wat kost vermijden, en hij stuurde 100.000 militairen naar de grensregio. De belangrijkste ontwikkelingen in het conflict leest u in dit liveblog.
www.demorgen.be
Baromètre covid: Pierre-Yves Jeholet recadre Jean-Marc Nollet
Baromètre covid: Pierre-Yves Jeholet recadre Jean-Marc Nollet Pierre-Yves Jeholet (en photo) a peu goûté les propos tenus par le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet. - Photo News. Le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a peu goûté les propos tenus par le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet vendredi matin sur La première (RTBF) au sujet du baromètre covid. «Je n’ai pas apprécié la sortie d’un président de parti ce matin», a-t-il indiqué dans une réaction à Belga à l’issue du comité de concertation qui s’est accordé sur l’instauration du baromètre corona. «Ce qui est sur la table ne peut être satisfaisant à ce stade», avait expliqué le coprésident d’Ecolo. Les écologistes assuraient qu’ils n’étaient pas isolés sur cette question. Jeudi, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait adressé un courrier au Premier ministre dans lequel il énumérait les points qui posaient encore problème à son gouvernement, dont fait partie Ecolo, avait ajouté M. Nollet. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Sociale partners bereiken akkoord over maatregelen voor personeelsuitval, maar zonder ABVV
De sociale partners in de Groep van Tien, maar zonder ABVV en FGTB, hebben vrijdag een akkoord bereikt over extra flexibiliteit op de werkvloer, nu de bedrijven te kampen krijgen met stijgende personeelsuitval door de vijfde golf in de coronacrisis. De maatregelen zullen van kracht zijn tot eind februari. Dat is vernomen bij werkgevers en bonden.
HLN.be
LIVE. Geen 1-0 voor KVO, Antwerp ontsnapt: goal van Ndicka afgekeurd na millimeters buitenspel
• 23ste speeldag • Aftrap: 20u45 • Diaz Arena • Voor KV Oostende is het de eerste wedstrijd van 2022
HLN.be
Coronavirus : Brussels by Night Federation espérait « Une date, une perspective»
Brussels by Night Federation regrette «une date, une perspective de réouverture» à l’issue du Comité de concertation.
Sudinfo.be
De l'espoir, une nouvelle "cohérence": les ministres-présidents soulignent les allègements annoncés par le Codeco
Les différents ministres-présidents se sont exprimés à la sortie du Codeco de ce vendredi.
www.lalibre.be
"Épouvantable", "Indécent": les dessins de Charlie Hebdo sur la mort de Gaspard Ulliel choquent la toile
Charlie Hebdo a rendu hommage à sa manière à l'acteur Gaspard Ulliel, décédé ce mercredi.
www.lalibre.be
Noodplannen bedrijven komen opnieuw op bord van de regering
Omdat de ­socialistische vakbond zich blijft verzetten tegen nationaal opgelegde noodplannen, moet de ­regering de knoop doorhakken.
De Standaard
Patients admis "pour Covid" ou "avec Covid": pourquoi les différencier ?
Une nouvelle courbe s’est invitée dans le rapport de Sciensano ce vendredi.
www.lalibre.be
Le monde patronal se félicite de la prévisibilité que devrait apporter le baromètre corona
Coronavirus - Le monde patronal se félicite de la prévisibilité que devrait apporter le baromètre corona L'organisation patronale, qui soutient l'introduction du baromètre corona et les nouvelles dispositions du Covid Safe Ticket, réitère son appel à rester vigilant et à respecter scrupuleusement les règles.  Les décisions du Comité de concertation sont en outre maintenant soutenues par un accord avec les partenaires sociaux sur une série de mesures d'urgence, telles que le recours au travail étudiant et aux demandeurs d'asile titulaires d'un permis de séjour légal, pour aider les entreprises à faire face aux absences liées au variant Omicron, se réjouit la FEB.  Pour l'UCM, les décisions prises par le comité de concertation de ce vendredi laissent entrevoir une perspective positive, pour une série de métiers exercés par des indépendants et dont les activités étaient plus que largement restreintes depuis près de deux ans. L'horeca obtient par exemple la permission de minuit, ce qui ouvre la possibilité d'un second service en soirée, tandis que les exploitants de bowling, parcs d'attractions ou plaines de jeux d'intérieurs peuvent de nouveau rouvrir leurs établissements, pointe l'Union des classes moyennes. Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) se réjouit, lui aussi, de la décision du Codeco d'autoriser la réouverture vendredi prochain du secteur des loisirs, qui est "financièrement à genoux". Selon lui, 70% des entreprises du secteur constataient en effet des pertes de chiffres supérieures à 30% lors des derniers mois de 2021, et cela même quand elles étaient ouvertes.  L'organisation de défense des indépendants voit également d'un bon œil le passage de l'heure de fermeture de l'horeca à minuit. Elle rappelle cependant que ces assouplissements ne devront pas signifier la fin des mesures d'aide. Si les salles de spectacle peuvent rouvrir à davantage de spectateurs, l'UCM déplore en effet que le monde de la nuit reste fermé. Elle insiste dès lors sur la poursuite, "obligatoire", des aides mises en place pour ce secteur lourdement touché, notamment par l'octroi du double droit passerelle. Le débat sur la prolongation du moratoire sur les faillites reste malheureusement d'actualité, estime encore l'Union. Du côté du Voka, le réseau flamand d'entreprises, on estime qu'il est urgent de développer un baromètre corona pour les entreprises. De cette façon, celles-ci pourraient avoir une perspective sur l'assouplissement du télétravail obligatoire. Dès que cela sera possible, ce régime obligatoire devrait être supprimé progressivement, préconise-t-on.  Enfin, l'Unizo souhaite un ajustement des règles de quarantaine pour les personnes vaccinées. "Il faut certainement trouver une solution pour les nombreuses classes fermées dans l'enseignement, qui provoquent désormais des absences supplémentaires dans nos entreprises", analyse son directeur général Danny Van Assche. Même si le baromètre corona, sur lequel s'est entendu vendredi le comité de concertation, affiche la couleur rouge pour le moment, cela ne va pas empêcher des assouplissements à partir de vendredi prochain. C'est là le début d'un retour presqu'à la normale pour de nombreux secteurs, espère l'UCM. "Mais tout n'est pas gagné, loin de là", met en garde l'Union des classes moyennes. La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) se félicite, de son côté, que l'on aille vers plus de prévisibilité, de certitudes et de perspectives. Mis à jour le 21/01/2022 à 21:03
www.lesoir.be
Coupe de Belgique de basket: le quart retour entre Mons et Ostende reporté à mardi
Coupe de Belgique de basket: le quart retour entre Mons et Ostende reporté à mardi Photonews Encore en lice en Ligue des Champions de basket, Ostende disputait ce jeudi la manche décisive (remportée 77-86) qui lui a permis de décrocher son ticket pour le deuxième tour de la compétition. En raison de cette rencontre, le match aller des quarts de finale de Coupe de Belgique entre les Côtiers et les Renards, qui était prévu ce vendredi, a été reporté. Ce match se déroulera donc finalement le mercredi 26 janvier à 20h30 en terres montoises. Le match aller, quant à lui, se tiendra bien ce dimanche (15h00), à Ostende. Les Côtiers sont les tenants du titre après leur victoire l’année dernière face à Malines. La rencontre de quarts de finale de la Coupe de Belgique de basket qui était prévue ce vendredi entre Mons et Ostende a été reportée au mercredi 26 janvier à 20h30. Par Belga Le 21/01/2022 à 21:13
www.lesoir.be
Elio Di Rupo: “Il y a un climat à la fois d'inquiétude et d'espoir”
Les ministres-présidents bruxellois, wallon et de Fédération Wallonie-Bruxelles ont tous trois tenu à délivrer un message d'espoir et un constat résolument positif à l'issue du Comité de concertation de vendredi, même si on évoque constamment aussi la "prudence" à maintenir face à omicron et à son "tsunami" de contaminations (selon les mots utilisés par le Premier ministre Alexander De Croo).
www.7sur7.be
Un produit rappelé en magasin à cause d’un risque d’intoxication à la salmonelle
Un produit rappelé en magasin à cause d’un risque d’intoxication à la salmonelle D.R. Aldi procède au rappel de saucisses de poulet surgelées vendues en sachet d’un kilo sous la marque Tupelo farm, annonce-t-elle vendredi dans un communiqué. Le produit est retiré de la vente en raison de la présence de salmonelle. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Conseil d’Etat: Avocats.be dénonce «un déséquilibre inacceptable»
Conseil d’Etat: Avocats.be dénonce «un déséquilibre inacceptable» Avocats.be regrette de façon générale un «manque» voire une «absence» de concertation autour de ce projet de la ministre Verlinden. - Photo News. Une réforme du Conseil d’Etat est en gestation au cabinet de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V). Et les projets envisagés inquiètent un certain nombre d’experts. En particulier, l’Ordre des barreaux francophone et germanophone (Avocats.be), qui se fend vendredi d’une lettre adressée à tous les présidents de partis francophones. Une inquiétude qui fait suite aux interrogations, à la Chambre et dans les colonnes de La Libre, de la CDH Vanessa Matz. Bref, la tension monte autour de ce projet. L’objectif de la réforme est de « raccourcir et d’optimiser le contentieux administratif au Conseil d’État », indique le cabinet Verlinden. Le contentieux, c’est la section qui juge tout acte administratif. « Un citoyen, une entreprise, une association, une autre administration peuvent la saisir d’un recours pour demander la censure de tout acte qui lui causerait préjudice et qui serait irrégulier », résume Avocats.be. Les Belges ont eu récemment un exemple éclatant de son rôle, lorsque le Conseil d’Etat a retoqué la fermeture de la culture. C’était juste après Noël. À lire aussi Le Conseil d’Etat suspend les mesures sanitaires pour les théâtres: la ministre Linard appelle à rouvrir les cinémas Concrètement, les avocats francophones et germanophones attaquent le projet sur trois aspects précis. L’un d’eux consisterait à remettre en cause le rôle des auditeurs. Qui ? Le poids de la décision du Conseil d’Etat repose sur les épaules du ou des juges, appelés conseillers. Mais préalablement à leur jugement, les dossiers sont instruits par un auditeur, chargé de rendre un avis à la lumière de son analyse du dossier. C’est ce que l’on appelle le double examen. En l’absence de degré d’appel, c’est une garantie démocratique, assure ses défenseurs. « Tout dossier doit être instruit pour être jugé. Si l’auditeur ne le fait plus dans chaque affaire, il faudrait alors que le conseiller s’y emploie, ce qui ne ferait que déplacer le travail d’instruction du dossier d’un corps de magistrats de l’institution vers l’autre. L’on comprend ainsi qu’en soi, ceci n’accélérerait en rien le traitement de l’affaire… » attaque Avocats.be dans sa note. Dans environ 80 % des dossiers, les conseillers suivent l’avis des auditeurs. Mais il y a parfois des surprises : prenez la décision de rouvrir la culture, la juge n’avait pas suivi l’avis de l’auditeur ! À lire aussi Kroll sur le Conseil d’Etat donnant raison à la culture « Il sera examiné s’il est possible de supprimer le double examen dans les cas où le rapport de l’auditeur n’a pas de valeur ajoutée particulière (ces cas possibles font actuellement l’objet d’une enquête) », précise le cabinet Verlinden. « Sans préjudice de l’importance absolue de la sécurité juridique, nous cherchons des moyens d’assurer des procédures plus rapides et de meilleure qualité. Les demandeurs et les autorités recevront des éclaircissements plus rapides, ce qui est bon pour le climat des affaires, la relance et la sécurité juridique. » Les avocats ne partagent pas cet avis. « Remettre en cause une telle garantie soulève un problème de discrimination, car pourquoi certaines affaires pourraient-elles bénéficier de l’intervention de l’auditeur et d’autres pas ? » Un budget propre voté par le Parlement ? Avocats.be regrette de façon générale un « manque » voire une « absence » de concertation autour de ce projet. « L’absence totale de concertation ne permet évidemment pas à la ministre de l’Intérieur d’identifier la véritable difficulté actuelle qui, elle, mériterait d’urgence de trouver une solution : le manque, désormais criant, de conseillers d’État et d’auditeurs francophones affectés à la section du contentieux administratif. » En raison de juridictions administratives des Région et Communauté flamandes qui ôtent aux magistrats néerlandophones de la section du contentieux plusieurs contentieux volumineux, et un accroissement du travail de la section du contentieux suite à une réforme de 2014. Sans accroissement des moyens humains. Résultat en chiffres : en 2020-2021, 61 % des dossiers entrants étaient francophones (1.330 pour 841 dossiers néerlandophones). Le déséquilibre se retrouve à tous les niveaux de procédure. A nombre égal de magistrats. Pour sortir de ce « déséquilibre inacceptable », Avocats.be demande de renforcer le cadre francophone et propose que le Conseil d’Etat jouisse d’une dotation propre, votée par le Parlement. A l’instar de la Cour constitutionnelle. Plus de 60 % des dossiers contentieux au Conseil d’Etat sont traités par les chambres francophones. Or, le nombre de magistrats est le même que celui des chambres néerlandophones. Les avocats francophones et germanophones alertent la ministre de l’Intérieur, en pleine réflexion sur une réforme de l’institution. Par Louis Colart Journaliste au service Société Le 21/01/2022 à 21:11
www.lesoir.be
Ukraine: Américains et Russes entretiennent l’espoir d’une issue pacifique
Ukraine: Américains et Russes entretiennent l’espoir d’une issue pacifique Antony Blinken (à g.) et Sergueï Lavrov poursuivent sur la voie diplomatiques, mais les obstacles qui les séparent sont quasiment insurmontables. - AFP Les Etats-Unis ont annoncé vendredi à Genève qu’ils répondraient par écrit la semaine prochaine aux « demandes » russes, dans le bras de fer sur l’Ukraine. Se réunissant dans la cité lémanique, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d’État américain Antony Blinken devaient évoquer la situation aux frontières de l’Ukraine avec la Russie et la Biélorusse, contre lesquelles se pressent 127.000 soldats russes, selon les dernières estimations, laissant craindre une invasion imminente de l’ancien satellite de l’Union soviétique. À lire aussi Timides pourparlers russo-américains à Genève En ouverture des pourparlers, Sergueï Lavrov avertissait calmement qu’il ne s’attendait pas à les voir aboutir : « Nos propositions sont très concrètes et nous attendons des réponses tout aussi concrètes ». « Vous avez raison, nous ne nous attendons pas à résoudre nos différends ici aujourd’hui », rétorquait aussitôt son homologue américain Antony Blinken. « Mais j’espère, vraiment, que nous pourrons faire en sorte que la voie de la diplomatie, du dialogue, reste ouverte. Nous sommes déterminés à emprunter cette voie, à résoudre nos différends pacifiquement et j’espère mettre cette proposition à l’essai aujourd’hui ». Un fossé presque insurmontable Ces propos un brin résignés trahissent le fossé presque insurmontable qui sépare désormais la Russie de Vladimir Poutine des Etats-Unis de Joe Biden, après l’amorce d’un échange direct, le 30 décembre, lors d’un appel téléphonique entre les deux chefs d’Etat. Les « demandes » russes correspondent à des « garanties de sécurité, sérieuses et de long terme » émanant de ce que Moscou perçoit comme une menace existentielle : la promesse que l’Ukraine ne sera pas autorisée à rejoindre l’Otan et un retrait de toutes les forces militaires et de l’arsenal déployé par l’Alliance atlantique en Pologne et dans les Pays baltes, ainsi que, désormais, en Ukraine. Les Etats-Unis, pour leur part, estiment que c’est aux pays candidats de choisir librement leur voie, tout en approuvant 200 millions de dollars supplémentaires de crédits militaires en supplément des 450 millions déjà autorisés. À lire aussi Tensions Est-Ouest: passe d’armes téléphonique entre Joe Biden et Vladimir Poutine Dans ce bras de fer psychologique engagé entre négociateurs qui se connaissent par cœur, la Russie dispose d’atouts sérieux. La faute à Joe Biden qui, paré de sa candeur habituelle, a trop parlé mercredi lors d’une très longue conférence de presse à la Maison Blanche. « Je ne suis pas si sûr que Poutine a décidé ce qu’il va faire. Je pense qu’il va y aller. Il est obligé de faire quelque chose. Il essaie de trouver sa place entre la Chine et l’Occident ». Le spectre d’une invasion Ces propos avaient provoqué un affolement général à Kiev, le gouvernement ukrainien se trouvant obligé de rappeler qu’il n’existait pas d’incursion « mineure », mais qu’il s’agissait toujours d’une invasion d’un territoire souverain, en violation du droit international. À lire aussi Vive tension avec la Russie: une semaine de frénésie diplomatique s’achève sans percée Ils avaient également entraîné une réaction vigoureuse de l’Administration Biden envers la presse et les alliés européens, rappelant que toute tentative d’invasion provoquerait des représailles dont « Poutine n’a pas idée », de la bouche même de Joe Biden jeudi. En coulisses, Américains et Européens partagent ce constat : la Russie va agir, prochainement, le dégel printanier à partir de mars compliquant les mouvements de blindés dans les plaines est-européennes. Pont aérien Au vu de l’imminence d’un tel scénario, un pont aérien occidental au profit de l’armée ukrainienne s’intensifie d’heure en heure. De Grande-Bretagne, une noria d’appareils gros porteurs C-17 décharge sur le tarmac de l’aéroport de Kiev-Boryspil ses cargaisons de missiles antichars Javelin. Plus de 2000 seraient déjà livrés. Jeudi, les trois Pays baltes (Lettonie, Lituanie, Estonie), ont obtenu le feu vert de Washington pour le transfert d’armes américaines en leur possession vers le voisin ukrainien assiégé. À lire aussi Le secrétaire général de l’Otan: «Il y a un risque réel de nouveau conflit en Europe» Or, il ne s’agit pas de n’importe quelles armes : des missiles antichars Javelin, en plus de ceux venant de Londres, et des missiles sol-air FIM-92 Stinger, rendus célèbres par l’usage qu’en firent les moudjahidines afghans contre l’Armée rouge entre 1986 et 1988. Le symbole est immense, leur utilité discutable pour deux raisons : il faudra plusieurs semaines pour les acheminer en première ligne, selon un officiel lituanien, et l’envahisseur potentiel choisira peut-être d’éviter une guerre aérienne, concentrant ses efforts sur la subversion informatique, une guérilla au sol et des sabotages sur les arrières de l’armée ukrainienne. Les Ukrainiens disposent déjà de missiles sol-air russes Igla-2, jugés moins efficaces que les Stinger. Washington répondra la semaine prochaine par écrit aux « garanties de sécurité » réclamées par Moscou, alors que les bruits de bottes s’intensifient à la frontière ukrainienne. Par Maurin Picard Correspondant aux Etats-Unis Le 21/01/2022 à 21:09
www.lesoir.be
Les Mondiaux de natation sans doute reportés
Les Mondiaux de natation sans doute reportés Photonews La nouvelle n’est pas encore officielle mais elle devrait tomber sous peu. Les Mondiaux de natation, initialement prévus du 13 au 28 mai 2022 à Fukuoka devraient être reportés à juillet 2023 en raison de l’explosion de nouveaux cas de Covid liés au variant Omicron au Japon. Cela impliquerait que les Mondiaux 2023 qui devaient avoir lieu en novembre à Doha seraient postposés à janvier 2024, à six mois des Jeux olympiques de Paris. L’Euro de natation, prévu du 11 au 21 août 2022 à Rome, n’est, lui, pas menacé pour l’instant, pas plus que les Mondiaux 25 m de Kazan, qui doivent avoir lieu du 17 au 22 décembre 2022. Initialement prévus en mai à Fukuoka, les Mondiaux de natation pourraient être reportés en juillet 2023 en raison de la crise du Cvid. Par Ph. V.W. Le 21/01/2022 à 21:08
www.lesoir.be
LIVE. KVO dicht bij openingsgoal: Butez voorkomt geweldig doelpunt van Ambrose
• 23ste speeldag • Aftrap: 20u45 • Diaz Arena • Voor KV Oostende is het de eerste wedstrijd van 2022
HLN.be
De l’espoir, une nouvelle «cohérence»: les ministres-présidents soulignent les allégements
Les ministres-présidents ont délivré un message d’espoir à l’issue du Comité de concertation.
Sudinfo.be
Experts over coronabarometer: “Hadden dringend nood aan leidraad”
Het Overlegcomité kondigde vrijdag de coronabarometer aan. De meningen van de experts zijn daarover lichtjes verdeeld. Viroloog Steven Van Gucht is blij dat de barometer er eindelijk is. Marc Van Ranst wijst dan weer op het feit dat die kan werken, maar er nog steeds discussies zullen zijn. Margot Cloet van zorgnet-Icuro vindt dat er nog steeds onduidelijkheid is.
www.hbvl.be
Qui sont les organisateurs des manifs anti-règles sanitaires? “On a une galaxie de noms de groupes, mais ce sont les mêmes acteurs”
Il y a une grande mixité dans les manifestants des marches contre les restrictions sanitaires mais leur organisation est en grande partie dans les mains de groupes d'extrême droite, observe vendredi Manuel Abramowicz, coordinateur du web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite RésistanceS.
www.7sur7.be
Qui sont les organisateurs des manifs anti-règles sanitaires?
Il y a une grande mixité dans les manifestants des marches contre les restrictions sanitaires mais leur organisation est en grande partie dans les mains de groupes d'extrême droite, observe vendredi Manuel Abramowicz, coordinateur du web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite RésistanceS.
www.7sur7.be
La Feas sur le baromètre: «C’est une bouffée d’oxygène»
La Feas sur le baromètre: «C’est une bouffée d’oxygène» Le théâtre belge peut rouvrir au moins jusqu’à 70%, voire davantage. - M. Boermans. C’est une bouffée d’oxygène », a réagi ce vendredi soir Françoise Havelange, porte-parole de la Fédération des employeurs des arts de la scène, reflétant ainsi la satisfaction d’une grande partie des arts vivants. « Nous sommes soulagés parce que ce baromètre, dans son application immédiate, va permettre la réouverture d’un grand nombre de lieux culturels dans des conditions raisonnables, économiquement acceptables. A 70 % de jauge, avec une possibilité à pleine jauge, et aussi cette possibilité pour les petits lieux de fonctionner normalement jusqu’à 200 personnes, ça marche. » function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Gewonde bij ongeval op Hoevenzavel in Genk
Twee auto’s botsten vrijdagavond op de Hoevenzavellaan in Genk. Bij het ongeval, met veel blikschade als gevolg, raakte een inzittende gewond. Deze persoon werd voor verzorging naar het ziekenhuis overgebracht. 
www.hbvl.be
Stroompanne rond Pietersheim tijdens afbraak oude infrastructuur Lanaken VV
Vrijdagmiddag heeft een aannemer tijdens de afbraakwerken van de oude voetbalinfrastructuur van Lanaken VV gezorgd voor een stroompanne in de buurt van het domein Pietersheim.
www.hbvl.be
Union européenne: entre la junte et Wagner, rester au Mali «mais pas à n’importe quel prix»
Union européenne: entre la junte et Wagner, rester au Mali «mais pas à n’importe quel prix» Le 14 janvier dernier à Bamako, à l’appel de la junte, des manifestants dénonçaient tout à la fois la France, l’Union européenne et la Cédéao. - AFP Ce sera, peut-être, le dernier tir de sommation adressé à la junte au pouvoir à Bamako. Une dernière tentative d’inverser le cours des événements au Mali – « vraiment très préoccupant », dit-on vendredi de sources européennes. Les Européens risquent, sinon d’être acculés à la retraite, en tout cas d’être contraints à revoir leur présence militaire, destinée à épauler l’armée malienne contre la menace djihadiste, persistante. C’est que l’hostilité des militaires au pouvoir à Bamako grandit à l’encontre de la France, l’ex-puissance coloniale en pointe au Sahel sur le front des opérations européennes. Au même moment, les paramilitaires russes du groupe Wagner, sous sanctions de l’UE depuis décembre, prennent leurs quartiers dans le pays. A l’invitation des autorités maliennes. Et avec la bénédiction du Kremlin : les Européens en sont convaincus. « Cela met en danger la stabilité et les progrès socio-économiques », souligne un haut responsable de l’UE. À lire aussi Afrique: la Russie de Poutine prend pied au Sahel Ce lundi, les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE vont poursuivre leurs préparatifs pour adopter des sanctions à l’encontre d’une série d’individus au Mali. Avec le déploiement de Wagner et le refus de la junte de rendre le pouvoir aux civils, « la situation n’est pas encourageante », relève un diplomate européen. Les ministres se retrouvent à Bruxelles pour une réunion dominée par la vive tension avec la Russie à l’est du continent. Mais il sera aussi question de la difficulté, pour les Européens, de maintenir leurs opérations au Sahel dans ce contexte de « projection de force hybride » de Moscou… repéré également en Libye, en Syrie ou en Ukraine. Sanctions européennes Le projet de sanction contre le Mali a fait son chemin lors de la rencontre ministérielle « informelle » à Brest, à la fin de la semaine dernière. En décembre, l’UE avait adopté un cadre juridique pour sanctionner ceux qui font obstacle à la transition démocratique dans ce pays, théâtre d’un second coup d’Etat en mai 2021, après celui de 2020. La junte s’était engagée à organiser des élections en février. Mais elle vient de repousser l’échéance… de cinq ans. Au motif qu’il faut d’abord rétablir la sécurité. À lire aussi L’UE frappe les mercenaires russes du Groupe Wagner au portefeuille « Si on peut manifester, on peut voter ! », s’est indigné en Bretagne le ministre français Jean-Yves Le Drian. La junte avait appelé la population, le 14 janvier, à manifester contre des sanctions massives décrétées peu avant par la Cédéao (la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest). Des sanctions économiques et financières sévères, qui risquent d’asphyxier le pays, tandis que 149 individus étaient ciblés. L’UE n’en fera pas autant, indique-t-on de sources diplomatiques. Le travail, technique et juridique, pour dresser la liste des sanctions individuelles se poursuit et prendra, dit-on, encore « un peu de temps ». Mais les ministres veulent afficher un « plein soutien et un front uni avec la Cédéao », a indiqué le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell. Le Haut représentant réunira mercredi prochain les ministres du G5 Sahel (Burkina Faso, Mauritanie, Niger, Tchad et… Mali). « Pour faire passer nos messages et espérer plus de flexibilité des Maliens », indique une source européenne. « Les sanctions de la Cédéao font un peu bouger les lignes ». À lire aussi «Nous avons beaucoup investi dans la région du Sahel et au Mali, et nous ne nous retirons pas» Entre-temps, « nous partageons tous le même constat : la situation ne va pas dans la bonne direction et la junte ne donne aucun signal positif, au contraire », avait indiqué Borrell à Brest. « Mais nous resterons engagés au Sahel et nous voulons rester engagés au Mali ». Notre Afghanistan ? « Mais pas à n’importe quel prix », ont déjà reconnu Borrell et Le Drian. La présence des mercenaires de Wagner au Mali « ne fait plus de doute », assure-t-on de source gouvernementale française. Wagner, affirme Paris, a déjà acheminé sur le terrain « des géologues » : le « modèle économique » de cette entreprise officiellement privée, « c’est une intervention rémunérée sur les ressources minières ». De « multiples rotations aériennes à Bamako » ont été repérées. Wagner débarque pour aider « la junte malienne à se maintenir au pouvoir ». Le 23 décembre, quinze pays européens (dont la Belgique) et le Canada avaient signé une déclaration tonitruante, indiquant avoir « connaissance de l’implication du gouvernement de la Fédération de Russie dans la fourniture d’un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner au Mali ». À lire aussi Terrorisme: au Sahel, Macron opte pour le durcissement Dans cette atmosphère tendue avec Bamako et ce qui apparaît de plus en plus comme une compétition entre les Européens et la Russie, l’UE a déjà suspendu son aide budgétaire au gouvernement (mais pas la coopération au développement). L’UE veut maintenir ses missions de formation et de conseil aux forces armées et de sécurité intérieure maliennes – « pour l’instant », précisait Borrell, à Brest. Et la France commande les forces spéciales Takuba engagées avec les Maliens dans des opérations antidjihadistes. Dix Etats membres de l’UE et la Norvège y participent désormais. « C’est un sujet européen », notent les diplomates. Et un symbole de « l’Europe de la Défense ». La Belgique envisage(ait ?) de déployer plus de 200 militaires au sein de Takuba au second semestre de cette année. Serait-ce le début de la fin de l’engagement des Européens au Mali ? En quelque sorte, notre Afghanistan ? « Il faut se donner un peu de temps pour voir les développements », estime-t-on de sources françaises. Paris compte réunir la Coalition internationale pour le Sahel, qui compte une soixantaine de participants. Et conteste le « parallèle » avec l’Afghanistan. « Jamais on a pensé que l’intervention militaire au Mali réglerait tous les problèmes au Sahel ». « Aucun sens » « Nous sommes au Mali depuis neuf ans. Rien ne permet de prévoir un départ, mission accomplie », estime toutefois sur Twitter le diplomate français Gérard Araud, notamment ambassadeur à l’ONU jusqu’en 2019. « Tout au contraire, la situation régionale s’aggrave et les Maliens nous poussent dehors. Prolonger notre présence n’a aucun sens aujourd’hui ». « On ne va pas rester à n’importe quelle condition », admet une source européenne. « Mais pour le moment, on ne discute pas de retrait ou de suspension des opérations. A ce stade, on veut peser sur les autorités maliennes ». À lire aussi Les groupes terroristes en Afrique représentent-ils un danger pour l’Europe? L’UE a déjà été contrainte, en décembre, de suspendre ses activités d’entraînement de l’armée en République centrafricaine. En cause : Wagner ! Dont la présence est beaucoup plus avancée qu’au Mali. « Ils contrôlent tous les ressorts de la sécurité dans le pays et assurent la protection des autorités », expose Borrell. « Ils participent aux actions militaires et il y a des cas très clairs d’abus de droits humains. On ne peut pas continuer à former des soldats qui finalement vont être les collaborateurs » de ces abus. Compétition entre Européens et la Russie, hostilité croissante de Bamako envers Paris : difficulté pour les Européens de maintenir leurs opérations militaires dans ce contexte « vraiment très préoccupant ». Par Philippe Regnier Journaliste au service Monde Le 21/01/2022 à 20:57
www.lesoir.be
Witte ballonnen de lucht in op wake voor Dean
Op de Grote Markt van Beveren is vrijdagavond opnieuw een wake gehouden voor de vermoorde kleuter Dean (4). Zo’n 150 mensen verzamelden op het plein om witte ballonnen de lucht in te laten.
HLN.be
Un public restreint autorisé dans les stades de foot à partir du 28 janvier
À partir de vendredi prochain, un public restreint sera à nouveau autorisé dans les stades de foot. C’est ce qui ressort du “baromètre corona” annoncé par le Comité de concertation de ce vendredi.
www.7sur7.be
LIVE. Antwerp stapelt kansen op: Benson werkt niet af, knal van Nainggolan zoeft rakelings naast
• 23ste speeldag • Aftrap: 20u45 • Diaz Arena • Voor KV Oostende is het de eerste wedstrijd van 2022
HLN.be
LIVE. Antwerp met eerste grote kans: Benson stuit op KVO-doelman Hubert
• 23ste speeldag • Aftrap: 20u45 • Diaz Arena • Voor KV Oostende is het de eerste wedstrijd van 2022
HLN.be
Tijmen (10) een dag directeur bij frikadellenfabriek dankzij Make-A-Wish
De ernstig zieke Nederlandse jongen Tijmen (10) is verzot op frikandellen. In Hamont beleefde hij dankzij Make-A-Wish een droomdag bij Vanreusel Snacks waar hij zelfs even in de directeursstoel mocht plaatsnemen.
www.hbvl.be
L’horeca autorisé à ouvrir jusqu’à minuit
L’horeca autorisé à ouvrir jusqu’à minuit Belga. Se basant notamment sur l’accélération de la hausse du nombre d’hospitalisations, sur le taux de positivité élevé et sur l’intense circulation de l’omicron entraînant un nombre croissant d’absences dans les écoles, les entreprises, les secteurs de soins et les services publics, le Comité de concertation a décidé de lancer le baromètre en code rouge à partir du 28 janvier avec les mesures suivantes. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength Sorry, the PDF couldn't be displayed Cette décision est d’application dès le vendredi 28 janvier. Le 21/01/2022 à 20:52
www.lesoir.be
Baromètre, loisirs, horeca ouvert jusqu'à minuit... Toutes les décisions du Codeco
20:50 Très attendu, le baromètre corona est désormais d'actualité et entrera en vigueur le 28 janvier. Cette date marque des assouplissements pour le secteur des loisirs et l'horeca.
www.lecho.be
Renaud Emond: «Je veux redevenir un vrai joueur de foot»
Privé de temps de jeu à Nantes, Renaud Emond entend se refaire une santé au Standard, dans un club qu’il adore et où il se sent bien. Il espère aussi frapper un grand coup dès dimanche face au FC Bruges, une équipe qui lui rappelle de bons souvenirs.
Lameuse.be
Renaud Emond: «Je veux redevenir un vrai joueur de foot»
Renaud Emond: «Je veux redevenir un vrai joueur de foot» Belga / Bruno Fahy Au départ, malgré un temps de jeu qui ne pouvait pas satisfaire son appétit, Renaud Emond avait imaginé rester à Nantes pour y terminer son contrat. Tenir bon, mordre sur sa chique, comme il l’avait toujours fait jusque-là, même si les perspectives d’encore rebondir, deux ans après avoir déposé ses valises à la Beaujoire, étaient faibles. « J’avais effectivement cette idée-là en tête », confirme l’attaquant gaumais. « Mais quand le Standard s’est manifesté et que les contacts ont été établis, à la fin du mois de décembre, et qu’au final tout le monde pouvait s’y retrouver, je n’ai pas hésité… » Renaud Emond a alors refermé, tranquillement et sans le moindre regret, la page nantaise pour rentrer au bercail. À Sclessin, là où il se sent le mieux, là où il a grandi comme footballeur et là où il est sans doute le mieux à même de relancer la mécanique. Car c’est de cela qu’il sera question après 38 matches disputés en deux ans, 3 buts inscrits, 13 titularisations fêtées et 978 minutes de jeu disputées sous le maillot des Canaris. Si c’est peu, Emond aura au moins assouvi l’un de ses rêves, qui était d’évoluer un jour en Ligue 1, la compétition qui parlait le plus à son cœur. « Je suis plus fort qu’il y a deux ans », assène-t-il. « Parce que j’ai pris de la bouteille, même si j’ai peu joué, et que j’ai goûté à autre chose. » Si Emond ne s’est pas imposé à l’ombre de la Beaujoire, ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Fidèle à lui-même, il a redoublé d’efforts pour entrer dans les bonnes grâces des trois entraîneurs qui, en vingt-quatre mois, se sont succédé à la barre du FC Nantes, en vain. Car ni Christian Gourcuff, ni Raymond Domenech, ni Antoine Kombouaré n’ont daigné lui faire confiance sur la durée. « J’ai sans doute payé le fait d’être un joueur belge, moins connu que les autres de l’effectif », confie-t-il. « J’ai tout fait pour m’accrocher, signant ci et là quelques rentrées, mais j’aurais tant voulu bénéficier d’une vraie chance, c’est-à-dire pouvoir disputer quatre ou cinq matches d’affilée sans qu’on ne me sorte de l’équipe. J’aurais souhaité montrer le joueur que je suis, mai cela n’a malheureusement pas été possible. » « D’abord bien défendre » Dès le départ, l’affaire avait paru bien mal embarquée. Il avait été dit, dès l’arrivée du Gaumais en Loire-Atlantique, en janvier 2020, que Christian Gourcuff ne désirait Renaud Emond pas plus que cela. « Si je n’avais pas été désiré, j’aurais rapidement été mis de côté, dans le noyau B, comme c’est arrivé à d’autres », assure l’intéressé. « Moi, j’ai pu effectuer quelques rentrées et disputer quelques matches, en Coupe de France notamment. » Lorsqu’Antoine Kombouaré débarque à la Beaujoire en février 2021, Emond pense que le bout du tunnel est proche. Mais sa traversée du désert n’est pas encore terminée. « Il m’avait dit qu’il comptait sur moi tout de suite et qu’il fallait que je m’accroche, même si je n’étais pas spécialement son premier choix, qu’il aurait besoin de moi, mais cela n’a pas été le cas. Il n’empêche qu’il a obtenu des résultats avec les joueurs qui avaient ses faveurs. » Renaud Emond a-t-il payé au prix fort le fait de faire partie de l’écurie de Mogi Bayat, qui au grand dam des supporters nantais continue à faire la pluie et le beau temps au sein de la maison jaune et que Kombouaré ne porte pas du tout dans son cœur ? « Je n’en sais rien », répond l’attaquant. « J’ai toujours eu un bon contact avec les fans, qui souhaitaient que je joue davantage.Peut-être en ai-je payé le prix. » Mais ce dont Emond est persuadé, c’est que le championnat français n’était peut-être pas taillé pour lui. « La première chose à laquelle les équipes pensent, c’est à bien défendre et à conserver le zéro derrière avant d’espérer profiter de l’un ou l’autre contre. Peut-être ce championnat très différent ne me correspondait-il pas… » De retour au Standard pour être « l’un des leaders du vestiaire » Rien, en deux ans, n’a changé, ou presque. Sinon que le Standard s’est trouvé en la personne d’Arnaud Bodart un nouveau capitaine et que le numéro 9 qui lui tellement à cœur est passé sur les épaules de Joao Klauss. Du coup, pour son retour à Sclessin, Renaud Emond a opté pour le numéro 18, laissé vacant. « Tout le monde me dit que c’est bizarre de me voir avec le 18 dans le dos, mais c’est accessoire. Peut-être récupérerai-je le 9 plus tard ? Et puis, 18, c’est lié au 9 (2X9 ou 1+8) et c’est l’année où j’ai explosé… » Le début de l’année 2018, lorsqu’après une longue traversée du désert, Emond, qui n’a rien lâché, qui s’est battu contre vents et marées pour faire entendre sa voix, parvient enfin à se faire une place au soleil et à faire valoir ses qualités de buteur. Détail amusant : cette année-là, c’est après un match face à Anderlecht (3-3), où il est aligné à droite par Ricardo Sa Pinto, suivi d’une demi-finale aller de Coupe de Belgique contre le FC Bruges (4-1), où il fait mouche à trois reprises, que le Phénix prend son envol. « Si je m’en souviens ? », questionne l’intéressé, qui se trouve quatre ans plus tard face au même enchaînement de (gros) matches. « Et comment ! Contre Anderlecht, le ballon n’avait pas voulu rentrer alors que j’avais eu plusieurs possibilités de but, mais je m’étais rattrapé contre Bruges. Je me souhaite la même réussite, même si chaque situation est différente… » « Statut différent » Si Renaud Emond dit cela, c’est parce qu’il sait qu’ayant peu joué à Nantes, même s’il a encore disputé les 90 minutes du 4e tour de la Coupe de France le 2 janvier contre Vitré, il manque de rythme et qu’il ne faudra sans doute pas attendre de lui, dans l’immédiat, des miracles. « Si le Standard est venu me chercher, c’est pour résoudre son problème d’efficacité offensive et donc pour inscrire des buts », dit-il. « Mais peut-être me faudra-t-il encore deux ou trois matches pour le faire. À la fin du match à Anderlecht, j’ai souffert de crampes mais j’ai parcouru, d’après les statistiques, près de 13 kilomètres de courses. C’est un volume intéressant mais il faut maintenant enchaîner, avec des courses à haute intensité qui font mal à l’adversaire. » C’est aussi ce que dit Luka Elsner : « Renaud a une multiplication des courses offensives qui se veut intéressante, sans être toutefois un sprinter pur et dur. Mais il apprécie ce genre d’efforts, ce qui est un élément important dans les reconversions offensives que nous recherchons. Il a eu un rapport athlétique intéressant contre Anderlecht, surtout pour un premier match. Mais ce qui m’intéresse, ce sont les courses à haute intensité. Si c’est pour multiplier les basses, c’est moins intéressant… » Travailleur infatigable, Renaud Emond sait aussi qu’il aura un autre rôle à jouer. Sur base de son âge (30 ans), de son expérience et de son passé. « Je reviens avec un statut différent », explique-t-il. « J’ai bien remarqué, dans le vestiaire, que j’étais respecté par tout le monde. Je reviens à la maison. À moi de prendre ma place, de montrer que je peux être important sur le terrain et en coulisses. Lorsqu’on a évoqué la possibilité d’un retour, j’ai eu Bruno Venanzi au téléphone, mais aussi le coach. Ce qu’ils me demandent, c’est de m’imposer comme l’un des leaders du vestiaire. » Emond fera tout pour qu’il en soit ainsi, trop heureux de pouvoir retrouver le club qui compte le plus à ses yeux. « Arriver en janvier est toujours délicat, mais ici, dans un club que je connais et que j’aime au plus profond de moi-même, c’est plus facile. J’ai ressenti beaucoup d’empathie : tout le monde est content que je sois là et je le suis également. » Privé de temps de jeu à Nantes, Renaud Emond entend se refaire une santé et retrouver toutes ses sensations au Standard, dans un club qu’il adore et où il se sent bien. Il espère aussi frapper un grand coup dès dimanche face au FC Bruges, une équipe qui lui rappelle tellement de bons souvenirs. Par Didier Schyns Le 21/01/2022 à 20:49
1 h
www.lesoir.be
Gemengde gevoelens bij cultuursector: ‘Geen enkele rockgroep wil spelen voor zittende toeschouwers’
De cultuursector reageert gemengd op de beslissingen van het Overlegcomité.
1 h
De Standaard
Personeel Downing Street feestte tot na middernacht aan vooravond begrafenis Philip
Medewerkers van de Britse premier Boris Johnson hebben op de vooravond van de begrafenis van prins Philip tot de vroege uurtjes feest gevierd. The Telegraph zegt vanavond over meer details te beschikken, zoals over berichtjes die doen uitschijnen dat het feestje om 1 uur 's nachts nog bezig was.
1 h
HLN.be
Werkgevers bereiken akkoord met christelijke en liberale vakbond over maatregelen rond personeelsuitval
De werkgevers en vakbonden hebben een akkoord bereikt over een pakket noodmaatregelen om een dreigende personeelsuitval door corona op te vangen. De socialistische vakbond ABVV stapt als enige niet mee in het akkoord.
1 h
www.gva.be
LIVE. Aftrap! Kan KVO zich zonder Blessin verweren tegen Antwerp?
• 23ste speeldag • Aftrap: 20u45 • Diaz Arena • Voor KV Oostende is het de eerste wedstrijd van 2022
1 h
HLN.be
Auto in gracht in Herk-de-Stad: niemand gewond
Aan de Stevoortweg in Herk-de-Stad is vanmiddag een auto in de gracht beland. Dat gebeurde ter hoogte van de hoeve Monnikenhof. De auto kwam uit de richting Herk-de-Stad. Net voor het Monnikenhof verloor de chauffeur de controle over het stuur. De auto raakte naast de weg een verkeersbord en kwam omgekeerd in de gracht terecht. De chauffeur, die alleen in de auto zat, bleef ongedeerd.  
1 h
www.hbvl.be