Oostenrijkse kanselier Kurz onder druk wegens corruptie

21:30 De groene coalitiepartner van de Oostenrijkse kanselier Sebastian Kurz vindt dat hij niet kan aanblijven nu hij van corruptie en omkoping wordt verdacht.
Read full article on: tijd.be
Groen licht voor samenwerkingsakkoord rond coronapas
De plenaire vergadering van de Kamer heeft donderdagavond het licht op groen gezet voor het samenwerkingsakkoord dat de verwerking van de gegevens in onder meer de coronapas organiseert. Dat was nodig omdat de federale regering de pandemiewet in werking doet treden.
8 m
HLN.be
Valtonyc, ce rappeur catalan en exil à l'origine de l'arrêt sur le crime de lèse-majesté en Belgique
Valtonyc a toujours défendu la liberté d’expression de l’artiste contre toute forme de censure.
www.lalibre.be
Ook Kobe Ilsen getroffen door PFOS-vervuiling: “Ik zit boordevol, een schande is het”
“Succes aan alle Zwijndrechtenaren die vandaag naar de rechtbank stappen.” Dat zegt Kobe Ilse in een Instagrampost. De 39-jarige presentator woonde 25 jaar in Zwijndrecht en zit dus naar eigen zeggen “boordevol PFOS”. “Een schande is het”, zegt hij.
www.hbvl.be
Grosse surprise en Coupe de Belgique: l’Antwerp, battu par Westerlo, est déjà éliminé!
Après le Sporting de Charleroi, battu par Lommel ce mercredi, c’est un autre gros nom de D1A qui est sorti dès les 16es de finale.
Sudinfo.be
Bekerstunt in het Kuipje: enthousiast Westerlo knikkert Antwerp uit Croky Cup
Wat een feestje had moeten worden voor Antwerp -de Great Old speelde zijn 5000ste wedstrijd- is een Kempense hoogdag geworden. Een enthousiast Westerlo vergaarde voor rust een dubbele voorsprong en dat bleek voldoende. Het stamnummer 1 milderde nog via Samatta maar op en over de autoritaire leider in 1B gaan zat er niet meer in voor RAFC. 2-1 en een zure uitschakeling voor Antwerp.
www.hbvl.be
Coupe de Belgique: l’Antwerp, battu par Westerlo, est déjà éliminé
Coupe de Belgique: l’Antwerp, battu par Westerlo, est déjà éliminé Troisième de Pro League, l’Antwerp a été battu 2-1 par Westerlo, leader de 1B Pro League, jeudi soir en 16es de finale de la Coupe de Belgique. Le jeune Thomas Van den Keybus, prêté par le Club de Bruges avait ouvert le score (32e) et les Campinois menaient même de deux buts à la pause grâce à Lyle Foster (43e). En deuxième période, les hommes de Brian Priske revenaient au score par l’intermédiaire de Mbwana Samatta (75e). Les Anversois n’arrivaient pas à recoller au score et sont éliminés dès leur entrée en lice dans la compétition. Westerlo surfe sur son bon début de saison, les Campinois sont premiers de 1B Pro League avec 23 points sur 27, soit 7 points de plus que Waasland-Beveren. Après le Sporting de Charleroi, battu par Lommel ce mercredi, c’est un autre gros nom de D1A qui est sorti dès les 16es de finale. Par Belga Le 28/10/2021 à 22:48
www.lesoir.be
Coronavirus: les modifications à l’accord-cadre sur le CST approuvées en plénière à la Chambre
La Chambre a approuvé jeudi soir en séance plénière le projet de loi modifiant l’accord-cadre entre les entités fédérées et le fédéral qui ouvre la voie à l’extension du Covid Safe Ticket (CST).
Sudinfo.be
Amazon lost verwachtingen niet in omdat online verkoop vertraagt na pandemie
22:45 Amazon kan verwachtingen niet inlossen nadat wereld weer wat opent na de pandemie. In het vierde kwartaal verwacht de e-commercereus extra kosten om tekorten op arbeidsmarkt het hoofd te bieden.
www.tijd.be
Kamer keurt ‘bank’ voor reissector goed
Er komt een coronavoucherbank waarbij reisorganisaties geld kunnen lenen om uitstaande coronavouchers te kunnen uitbetalen aan consumenten. De plenaire Kamer heeft daarvoor donderdagavond het licht op groen gezet nadat de regering er een akkoord over bereikte.
www.hbvl.be
Erik Van Looy gaat strijken en speculaties over de relatiestatus van Steven Van Gucht: dit was 'De Slimste Mens’
Geen twee zonder drie is het spreekwoord, maar dat ging niet op voor CD&V-voorzitter Joachim Coens (55). Hij werd tijdens zijn derde deelname aan ‘De Slimste mens ter Wereld’ fijngemalen door de inmiddels ervaren rot Gloria Monserez (20) en nieuwkomer Steven Van Gucht (45). Vakjuryleden Bart Cannaerts (41) en Rik Verheye (34) gaven het beste van zichzelf als onschuldige hooligans met zowaar een supporterslied over de deelnemers én de presentator.
HLN.be
Erik Van Looy gaat strijken en speculaties over de relatiestatus van Steven Van Gucht: dit was 'De Slimste Mens’
Geen twee zonder drie is het spreekwoord, maar dat ging niet op voor CD&V-voorzitter Joachim Coens (55). Hij werd tijdens zijn derde deelname aan ‘De Slimste mens ter Wereld’ fijngemalen door de inmiddels ervaren rot Gloria Monserez (20) en nieuwkomer Steven Van Gucht (45). Vakjuryleden Bart Cannaerts (41) en Rik Verheye (34) gaven het beste van zichzelf als onschuldige hooligans met zowaar een supporterslied over de deelnemers én de presentator.
HLN.be
Bekerstunt in het Kuipje: enthousiast Westerlo knikkert Antwerp uit Croky Cup
Wat een feestje had moeten worden voor Antwerp -de Great Old speelde zijn 5000ste wedstrijd- is een Kempense hoogdag geworden. Een enthousiast Westerlo vergaarde voor rust een dubbele voorsprong en dat bleek voldoende. Het stamnummer 1 milderde nog via Samatta maar op en over de autoritaire leider in 1B gaan zat er niet meer in voor RAFC. 2-1 en een zure uitschakeling voor Antwerp.
www.nieuwsblad.be
La France condamne à perpétuité un Algérien auteur d'un attentat avorté
La réclusion à perpétuité a été confirmée jeudi à l'encontre d'un étudiant algérien, Sid-Ahmed Ghlam, jugé en appel pour le meurtre d'une jeune femme et un attentat avorté contre une église en région parisienne en avril 2015.
www.7sur7.be
Napoli komt naast Milan mee aan de leiding in Serie A
Napels heeft donderdag met 3-0 gewonnen van Bologna op de 10e speeldag van de Italiaanse Serie A. Daarmee hijst Napoli zich naast AC Milan aan de leiding in de stand. Fabian Ruiz opende de score in de 18e minuut voor de Napolitanen. Lorenzo Insigne zette twee penalties (41. en 62.), om voor de 3-0.
www.hbvl.be
Coupe de Belgique: voici toutes les équipes qualifiées pour les huitièmes de finale
Coupe de Belgique: voici toutes les équipes qualifiées pour les huitièmes de finale News Avec les victoires du Cercle face à Tirlemont et de Westerlo contre l’Antwerp, on connaît désormais toutes les équipes qualifiées pour les huitièmes de finale de la Coupe de Belgique. Des huitièmes de finale qui se feront sans le Sporting de Charleroi et l’Union, éliminés respectivement par Lommel et Malines. Les 16 équipes qualifiées pour les 8es : KV Ostende (1A) – Onhaye (3 Am) 8-1 RWD Molenbeek (1B) – Zulte Waregem (1A) 1-2 FC Malines (1A) – Union Saint-Gilloise (1A) 2-1 Mouscron (1B) – Standard (1A) 0-1 Sporting de Charleroi (1A) – Lommel SK (1B) 0-0 (3-4, t.a.b.) Dender (1 Am) – KAS Eupen (1A) 0-1 La Gantoise (1A) – Bilzen (2 Am) 4-0 La Louvière (2 Am) – RSC Anderlecht (1A) 1-7 Royal Knokke (1 Am) – KV Courtrai (1A) 1-1 (1-2, t.a.b.) RFC Seraing (1A) – Saint-Trond (1A) 3-2 (a.p.) Saint-Elois-Winkel Sport (1 Am) – KRC Genk (1A) 0-6 Francs Borains (1 Am) – Beerschot (1A) 0-4 Club de Bruges (1A) – KMSK Deinze (1B) 3-0 Lierse Kempenzonen (1B) – Oud-Heverlee Louvain (1A) 1-2 Cercle Bruges (1A) – KVK Tirlemont (1 Am) 3-0 KVC Westerlo (1B) – Royal Antwerp (1A) 2-1 Club de Bruges, Anderlecht, le Standard, Genk qualifiés… Hormis l’Antwerp et le Sporting de Charleroi, les grands noms de la Jupiler Pro League ont répondu présents lors des seizièmes de finale de la Coupe de Belgique. Le 28/10/2021 à 22:38
www.lesoir.be
Coupe de Belgique: voici toutes les équipes qualifiées pour les huitièmes de finale
Club de Bruges, Anderlecht, le Standard, Genk qualifiés… Hormis l’Antwerp et le Sporting de Charleroi, les grands noms de la Jupiler Pro League ont répondu présents lors des seizièmes de finale de la Coupe de Belgique.
Sudinfo.be
LIVE. Antwerp sneuvelt als eerste topclub in de beker: Great Old ten onder bij 1B-leider Westerlo - Volg hier de loting voor de 1/8ste finales
Ai, ai Antwerp. Glansloos uitgeschakeld in de Croky Cup door een enthousiast Westerlo. Meteen een eerste doel dat mag geschrapt worden. Zullen ze niet blij mee zijn op de Bosuil.
HLN.be
Antwerp sneuvelt als eerste topclub in de beker: Great Old ten onder bij 1B-leider Westerlo - Topaffiche tussen Genk en Club in 1/8ste finales
Ai, ai Antwerp. Glansloos uitgeschakeld in de Croky Cup door een enthousiast Westerlo. Meteen een eerste doel dat mag geschrapt worden. Zullen ze niet blij mee zijn op de Bosuil.
HLN.be
Kamer keurt oprichting coronavoucherbank goed
Er komt een coronavoucherbank waarbij reisorganisaties geld kunnen lenen om uitstaande coronavouchers te kunnen uitbetalen aan consumenten. De plenaire Kamer heeft daarvoor vanavond het licht op groen gezet nadat de regering er een akkoord over bereikte.
HLN.be
Kamer keurt oprichting coronavoucherbank goed
Er komt een coronavoucherbank waarbij reisorganisaties geld kunnen lenen om uitstaande coronavouchers te kunnen uitbetalen aan consumenten. De plenaire Kamer heeft daarvoor vanavond het licht op groen gezet nadat de regering er een akkoord over bereikte.
HLN.be
Coronavirus: les voyagistes pourront bénéficier d’un prêt public pour rembourser les bons non utilisés
L’État pourra octroyer un prêt à chaque organisateur de voyage afin de l’aider à rembourser les bons pour des voyages à forfait annulés en raison de la crise du coronavirus.
Sudinfo.be
La province de Liège en déficit pour la première fois depuis 1975
Le budget 2022 de la province de Liège est en déficit pour la première fois depuis 1975, annonce jeudi la province de Liège dans un communiqué. Le budget 2022 est en mali de 1.999.993 euros sur un budget total de 323.146.400 euros.
Lameuse.be
Agnelli's verkopen verzekeringstak PartnerRe aan Franse Covéa
22:27 Exor, het investeringsvehikel van de Italiaanse zakenfamilie Agnelli, verkoopt zijn verzekeringstak PartnerRe aan het Franse Covéa. Met de deal is een bedrag van 9 miljard dollar gemoeid.
www.tijd.be
Rapport legt 'klungelige' fraude El Kaouakibi bloot
22:26 Sihame El Kaouakibi maakte 'systematisch en symptomatisch misbruik van Vlaamse subsidiestromen'. Dat staat in een langverwacht rapport van de Vlaamse Inspectie voor Financiën.
www.tijd.be
Waarom Saartje, waarom?
Met wat slechte wil zou je het een trend kunnen noemen: de mens die het bos in trekt om zichzelf te herontdekken. Met wat minder slechte wil noem je het iets van alle tijden: waar zouden we anders de wijsheden van tijdelijke kluizenaars à la Sylvain Tesson, Henry David Thoreau, Chris ‘Into the wild’ McCandless geplukt hebben?
De Standaard
Cercle Brugge zet KVK Tienen makkelijk opzij en kwalificeert zich voor volgende ronde Beker
Ook KVK Tienen kon in de zestiende finales van de Croky Cup niet voor de verrassing zorgen. Cercle Brugge roteerde wel voluit maar moest nooit in overdrive gaan. In een matige pot voetbal kwam groen-zwart op geen enkel moment in de problemen tegen de moedige maar ongevaarlijke bezoekers, die wel de schade konden beperken.
De Standaard
En changeant de nom, Facebook vend sa vision du web de demain
En changeant de nom, Facebook vend sa vision du web de demain Pour Mark Zuckerberg, le métaverse représente l’avenir de l’internet, après les ordinateurs et les téléphones portables. - AFP Cela fait des années que Facebook n’est plus « seulement » Facebook. Entre Instagram, WhatsApp, les casques de réalité virtuelle Oculus ou encore les cadres photo intelligents Portals, l’entreprise n’a cessé de se diversifier. A la manière de Google, elle est devenue tentaculaire. Et, toujours comme Google en 2015, Facebook a décidé de changer de nom. Pas de panique, le nom de réseau social ne changera pas de sitôt, mais il faudra parler de Meta pour désigner sa maison-mère. C’est Mark Zuckerberg qui a présenté ce changement au terme d’une conférence en ligne d’une heure et demie ce jeudi soir. À lire aussi Comment le «metaverse» va déjà ringardiser le Web A travers ce nouveau nom, Facebook veut avant tout rappeler son ambition de construire le métaverse : le futur d’internet selon elle. Une manière d’expérimenter la toile à travers la réalité augmentée et la réalité virtuelle. Un fantasme à la « Ready Player One », que Meta espère mettre sur pied dans les dix prochaines années. Un changement qui tombe à pic Le groupe a par exemple annoncé une mise à jour de Horizon Home, un réseau social dans lequel on peut retrouver ses amis dans un espace virtuel en 3D, et jouer avec eux, discuter, regarder des vidéos, assister à des concerts, etc. Ce changement de nom tombe également à pic : depuis plusieurs semaines, Facebook est critiqué après la fuite de documents dans le Wall Street Journal. Grâce à la lanceuse d’alerte Frances Haugen, on a appris que le groupe était conscient que ses algorithmes privilégiaient les conflits sur ses réseaux sociaux afin de garder leurs publics captifs. À lire aussi Le futur: la réalité augmentée et virtuelle Ces documents ont également montré à quel point ces espaces en ligne pouvaient être difficiles à vivre, particulièrement pour les adolescentes. Dans ces documents, ce qui apparaît le plus clairement, c’est que le réseau social est conscient de ses failles. Mais qu’il préfère le profit au bien-être de ses utilisateurs. De là à interpréter ce changement de nom comme une diversion face à ces critiques, il n’y a qu’un pas. Très facile à franchir… Un moyen de reconquête Pour Facebook, le métaverse est avant tout un moyen de s’affranchir des fabricants de smartphones et d’ordinateurs. Ces derniers permettent de plus en plus aux utilisateurs de limiter les informations recueillies par les applications, comme Whatsapp ou Facebook. En faisant le pari que les connexions se feront surtout en VR et en AR, le groupe place ses pions et veut se positionner comme l’acteur principal du web de l’avenir afin de contrôler l’expérience depuis le matériel jusqu’au logiciel. Et comme il est difficile de gagner la confiance des internautes quand on s’appelle Facebook, voici « Meta ». Une nouvelle fuite ce lundi a montré que le groupe social s’inquiétait de voir la jeunesse déserter son réseau social phare. Le métaverse est le moyen de reconquérir ce public. Demain tous casqués ? C’est en tout cas le pari de Meta. Au sein de la famille Facebook – pardon, « Meta » –, le vecteur d’avenir n’est plus le réseau social. C’est le métaverse. Par Thomas Casavecchia Journaliste au pôle Multimédias Le 28/10/2021 à 22:22
www.lesoir.be
Le gouvernement décrète la situation d'urgence épidémique
22:22 Suite logique du Codeco, le gouvernement fédéral a activé la loi pandémie ce jeudi. L'arrêté royal relatif sera publié dès ce vendredi, faisant entrer le texte en vigueur pour trois mois.
www.lecho.be
Coupe de Belgique : Le Cercle de Bruges se défait facilement de Tirlemont
Voici les résultats de la Croky Cup.
www.dhnet.be
La Cour suprême des Etats-Unis autorise l'exécution d'un condamné avec un cocktail létal controversé
La Cour suprême des Etats-Unis a autorisé jeudi l'Oklahoma à renouer avec les exécutions après six ans de pause et à procéder à l'injection d'un cocktail létal, soupçonné de causer d'atroces souffrances aux condamnés.
www.lalibre.be
Coupe de Belgique: le Cercle domine facilement Tirlemont et rejoint les 8es de finale
Coupe de Belgique: le Cercle domine facilement Tirlemont et rejoint les 8es de finale Belga Opposé à Tirlemont, pensionnaire de Nationale 1 (3e division), en 16es de finale de la Coupe de Belgique, le Cercle Bruges ne s’est pas fait peur et s’est imposé 3-0 grâce à Kevin Denkey (33e), Rabbi Matondo (40e) et Arne Cassaert (64e). Les hommes d’Yves Vanderhaeghe restaient sur une série de 5 matchs sans victoire et n’avaient plus gardé leurs filets inviolés depuis la première rencontre de championnat face au Beerschot (0-1). Ce week-end, les Brugeois, 17e de Pro League, accueillent l’Antwerp. Les Brugeois n’ont pas tremblé face à Tirlemont, pensionnaire de Nationale 1. Par Belga Le 28/10/2021 à 22:13
www.lesoir.be
Real Sociedad met Januzaj wipt naar leiding in Spanje na overwinning op Celta Vigo
Real Sociedad heeft met een 0-2 overwinning op het veld van Celta Vigo de leiding gepakt op de 11e speeldag van de Spaanse competitie. Adnan Januzaj stond in de basis en mocht rusten in de 65e minuut. Het stond toen al 0-1 dankzij een doelpunt van de Zweedse goalgetter Isak (58.). Elustondo verdubbelde de score in de 88e minuut (0-2).
www.hbvl.be
Perpétuité confirmée pour Sid-Ahmed Ghlam, jugé en appel pour le meurtre d’Aurélie Chatelain et d’un attentat avorté contre une église en France
La réclusion criminelle à perpétuité a été confirmée jeudi à l’encontre de l’étudiant algérien Sid-Ahmed Ghlam, jugé en appel pour le meurtre d’une jeune femme et un attentat avorté contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) en avril 2015.
Sudinfo.be
Yaël Neeman: «Ce n’est pas un livre de réponses mais de questions»
Yaël Neeman: «Ce n’est pas un livre de réponses mais de questions» Yaël Neeman: «J’ai l’impression d’avoir avancé avec un filet plutôt qu’avec une canne à pêche.» - Tomer Epelmbaum. Née Sylvia mais rebaptisée Pazith, elle a grandi en Israël, à une époque où le rêve d’unification passait par l’hébraïsation des enfants. Elle a porté son nouveau prénom comme on enfile un manteau. Il était à elle, sans jamais être elle. Elle s’y blottissait, sans s’y fondre. Sylvia, c’était la nostalgie d’une culture qu’elle n’a jamais connue. Fille de l’exil, hantée par les fantômes d’Auschwitz, elle a fait partie de cette génération schizophrène qui a pansé, en silence, des blessures qui n’étaient pas les siennes. Et pourtant, on retiendra de Pazith un caractère rayonnant, un rire en cascade derrière lequel se cachent encore des sanglots d’enfants. À la fois joie et tristesse, désir de vivre et pulsion de mort, elle était deux facettes d’une même pièce. Paradoxale, elle voulait s’effacer, tout en laissant une trace. Alors, pour lui faire honneur, Yaël Neeman se fait témoin. Elle s’éclipse. On ne connaît de l’autrice que le « je » grâce auquel on approche Pazith. Construite comme l’enchevêtrement de témoignages qui se font écho, l’œuvre de Neeman n’est ni fiction, ni archive. Elle est comme la Dora Bruder de Patrick Modiano. Historique, complexe et ordinaire. Yaël Neeman, vous n’avez rencontré Pazith qu’une seule fois. Comment écrit-on quelqu’un qu’on ne connaît pas ? Et qui voulait à tout prix rester anonyme ? Tout a commencé par de la curiosité. Je l’avais entrevue une fois. Elle m’avait paru intéressante mais rien n’avait découlé de cette rencontre. Des années plus tard, lors d’un repas professionnel, ma collègue m’a parlé d’une femme très étrange pour qui elle avait cuisiné et qui s’appelait Pazith. Comme c’est un nom particulier, j’ai réalisé que c’était cette même personne qui m’avait intriguée. J’ai voulu en savoir plus. Étrangement, cette femme avait connu, de son vivant, des personnalités de la scène artistique israélienne. Ils avaient donc une manière très imagée de la décrire, ce qui m’a beaucoup aidé dans l’écriture. Elle n’avait rien laissé. Ni famille, ni tombe, ni archives. D’elle, il ne restait que des témoignages oraux. Évidemment, je me demandais constamment si ce que je faisais était bien, surtout au vu des efforts qu’elle a fournis pour s’effacer elle-même. Mais je sentais que si ces gens qui l’avaient connue étaient d’accord de participer au projet, c’est que je pouvais le faire. Et surtout, ce n’était pas si simple. Elle avait cherché à s’effacer mais pas tout à fait non plus. Comme Pazith, vous êtes une enfant de la migration. Comment cette Histoire influe-t-elle sur le quotidien de Pazith ? Même s’il y a un lien, nos deux parcours sont très différents. Moi j’ai été élevée, non pas en famille, mais entourée d’enfants. Elle, c’était plutôt le contraire. Quand j’ai entendu son histoire, j’ai vu qu’il y avait quelque chose de similaire à celle des personnes qu’elle a fréquentées. Ils faisaient partie de cette génération qui était née juste après la guerre. Il y avait quelque chose de perdu, de non-dit. Et je pense que certaines personnes, surtout des femmes, sont peut-être restées dans l’ombre durant cette période. Pazith, semblait tellement talentueuse. Mais tout était difficile pour elle, à cause de ce passé et à cause de sa manière de penser, de son perfectionnisme. Ces sujets m’intéressaient énormément. Et dès le début, je savais que ce ne serait pas un livre de réponses mais un livre de questions. Votre livre parle d’identité. Vous questionnez la notion d’empreinte, ce qu’on laisse et ce qu’on efface. Comment cette question est-elle devenue centrale dans votre livre ? J’ai l’impression d’avoir avancé avec un filet plutôt qu’avec une canne à pêche. Je ne cherchais rien car il y a de nombreuses choses que je ne pouvais pas savoir à l’avance. Au début, j’ignorais même que j’en ferai un livre. J’avais l’impression d’être un ingénieur qui construisait des ponts entre les informations. Moi, je construisais à partir de rien, à partir de poussières. Parfois les gens mettaient l’accent sur son rire, ses cigarettes ou sur la manière dont elle étudiait beaucoup. Un éditeur, par exemple, m’a raconté que c’était la seule personne qu’il avait engagée sous contrat. Elle était chargée de corriger une nouvelle de Bashevis Singer qui, c’est bien connu, ne vérifie pas toujours la véracité de ce qu’il écrit. Et il y avait un problème avec un lieu qu’elle n’arrivait pas à retrouver. Elle a cherché partout. Finalement, elle a demandé son propre licenciement pour être délivrée de cette tâche. C’était un challenge, pour moi, de savoir comment écrire une histoire à partir de ces choses sans histoires et qui pourtant me touchaient tant. Ni fiction ni biographie, comment définiriez-vous cet ouvrage ? Heureusement je ne dois pas le définir. Je ne suis vraiment pas douée pour le faire quand il s’agit de mon travail. Écrire son histoire a ravivé énormément de souvenirs en moi mais ce ne sont pas mes mémoires. Je ne le qualifierais pas de fiction, car je m’accroche beaucoup aux faits, aux noms des rues, aux gens et à ce qu’ils font. Mais ce n’est pas vraiment de la littérature de fait non plus. Plutôt de la littérature de pensée, prise à partir de la quotidienneté. Yaël Neeman n’a croisé Pazith qu’une seule fois. Mais elle a consacré dix ans de sa vie à collecter des témoignages sur cette femme brillante dont, aujourd’hui, il ne reste rien. « Elle était une fois » compile les récits qui rendent cette anonyme inoubliable. Lisez le premier chapitre. Par Cheyenne Quévy (st) Le 28/10/2021 à 22:08
www.lesoir.be
Joao Klauss avant Standard – Courtrai: «Je dois me montrer plus décisif»
Joao Klauss avant Standard – Courtrai: «Je dois me montrer plus décisif» News Un coup de réparation qui offre la victoire en Coupe sur la pelouse des Hurlus, mardi. Un but qui change tout, tant pour Joao Klauss que pour ses partenaires. La bouffée d’oxygène attendue par tous les Standardmen. « Les fans ne s’en rendent pas toujours compte mais nous sommes aussi touchés qu’eux par nos mauvais résultats. Quand je retrouve ma compagne dans la voiture après une défaite, je lui parle à peine lors du trajet vers la maison. Car je suis triste, et déçu, comme les autres gars du vestiaire ». La prise de parole est conséquente, posée, et lâchée avec la voix d’un leader naturel. « Je n’ai jamais demandé à avoir ce statut. Ce sont les équipiers qui me l’ont confié. Car ils ont confiance en moi et en mes capacités ». Parce que l’attaquant court sur tous les ballons, quitte à manquer de discernement au moment de capter la bonne information. Celle qui lui permettra de marquer davantage. Avant le penalty converti du côté de Mouscron, Joao vivait une traversée du désert, longue de 72 jours et une rose plantée au Beerschot (0-1). La joie en Coupe se voulait donc aussi sincère que libératrice. « Les buts font partie de la vie d’un attaquant, je ne peux le nier. L’important reste le collectif mais pour mon bien-être, je dois me montrer plus décisif. Et surtout arrêter de me disperser ». Aux quatre coins du terrain, pour combler les trous et soulager ses partenaires. Un altruisme exacerbé, parfois inutile. « Cette saison, j’apprends à ne pas courir inutilement. Je dois être plus malin, plus judicieux dans mes courses, dans le but de les rendre efficaces. Cela me permettra d’être plus souvent dans le rectangle et de créer davantage d’espace ». « Un adversaire solide » En bref, viser le concret. Ce dont le Standard a aussi besoin, peu importe la manière. « Quand tu gagnes, tu arrives relax aux entraînements et tu souris. Et si tu es détendu, tu t’entraînes mieux. En clair, c’est un enchaînement de bons résultats qui nous permettra d’enfin produire du jeu ». Comme lors de l’ouverture du score sur la pelouse du Cercle, venue des pieds de Samuel Bastien, au terme d’une action rondement menée. « Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas réussi à faire de telles combinaisons. C’est gratifiant, et un peu grisant. Mais ce n’est pas suffisant, donc il faut bosser pour encore grandir ». Car les Rouches s’apprêtent à recevoir Courtrai, les anciennes couleurs de Luka Elsner. « Ce sera un adversaire solide, mais cela ne change rien à nos objectifs. Le statut du club n’est pas respecté au classement, nous devons donc l’améliorer. Cela passera par des victoires, en surfant sur celle acquise en Coupe. J’espère qu’un nouveau départ s’offre à nous ». Le buteur du Standard espère que son penalty inscrit face à Mouscron en Coupe de Belgique lui servira de déclic, lui qui n’avait plus marquer depuis plus de deux mois. Par Ludovic Baten Le 28/10/2021 à 22:07
www.lesoir.be
Joao Klauss avant Standard – Courtrai: «Je dois me montrer plus décisif»
Le buteur du Standard espère que son penalty inscrit face à Mouscron en Coupe de Belgique lui servira de déclic, lui qui n’avait plus marquer depuis plus de deux mois.
Lameuse.be
Cercle Brugge wipt Tienen op weg naar achtste finales Beker van België
Cercle Brugge heeft zich donderdagavond vlot gekwalificeerd voor de achtste finales van de Belgische voetbalbeker. Groen-zwart zette in eigen huis KVK Tienen, uit eerste amateur, opzij met 3-0.
1 h
www.hbvl.be
Cercle Brugge zet KVK Tienen makkelijk opzij en kwalificeert zich voor volgende ronde Croky Cup
Ook KVK Tienen kon in de 1/16de finales van de Croky Cup niet voor de verrassing zorgen. Cercle Brugge roteerde wel voluit maar moest nooit in overdrive gaan. In een matige pot voetbal kwam groen-zwart op geen enkel moment in de problemen tegen de moedige maar ongevaarlijke bezoekers, die wel de schade konden beperken.
1 h
www.nieuwsblad.be
Rapports sexuels: les bonnes raisons de faire l’amour tous les jours selon la science
La meilleure raison de faire l’amour est évidemment le désir et le plaisir que cela procure. Mais le sexe présente bien plus d’avantages que ce que vous pensez pour votre santé ou votre bien-être. Petit tour d’horizon des bonnes raisons de faire l’amour tous les jours.
1 h
Sudinfo.be
Ook Kobe Ilsen getroffen door PFOS-vervuiling: “Ik zit boordevol, een schande is het”
“Succes aan alle Zwijndrechtenaren die vandaag naar de rechtbank stappen.” Dat zegt Kobe Ilse in een Instagrampost. De 39-jarige presentator woonde 25 jaar in Zwijndrecht en zit dus naar eigen zeggen “boordevol PFOS”. “Een schande is het”, zegt hij.
1 h
www.nieuwsblad.be
Joris Vandenbroucke (Vooruit): “Voorstel Pro League is persverse logica, grootverdieners zullen nog steeds minder bijdragen”
Het voorstel van de Pro League, dat een plan heeft om 25 miljoen euro op te halen voor de sociale zekerheid, vindt weinig steun bij de regering. “De grootste voordelen blijven naar de grootste lonen gaan”, zegt Vooruit-kamerlid Joris Vandenbroucke.
1 h
HLN.be
Joris Vandenbroucke (Vooruit): “Voorstel Pro League is persverse logica, grootverdieners zullen nog steeds minder bijdragen”
Het voorstel van de Pro League, dat een plan heeft om 25 miljoen euro op te halen voor de sociale zekerheid, vindt weinig steun bij de regering. “De grootste voordelen blijven naar de grootste lonen gaan”, zegt Vooruit-kamerlid Joris Vandenbroucke.
1 h
HLN.be
Halloween : les 10 maisons hantées les plus flippantes du monde
Halloween : les 10 maisons hantées les plus flippantes du monde A lire dans Sosoir Oserez-vous traverser l'Atlantique pour vous y aventurer ? Le 28/10/2021 à 21:58
1 h
www.lesoir.be
Assises Hainaut : Marie Schrevens condamnée à une peine de dix ans de réclusion pour un incendie mortel
La cour n’a cependant pas prononcé l’arrestation de celle qui est détenue sous bracelet électronique.
1 h
www.dhnet.be
Miranda Popkey: confidences pour confidences
Miranda Popkey: confidences pour confidences Miranda Popkey. - D. R. Le premier roman de Miranda Popkey, Les conversations, revendique son sujet dans le titre – et un peu plus encore en version originale américaine, Topics of conversation. De quoi parle-t-on quand on est une femme, entre 21 et 38 ans, de 2000 à 2017, surtout avec d’autres femmes ? Et pourquoi ? Cela donne une masse de sujets de conversations moins futiles qu’on aurait pu le craindre, et des motivations variées pour aborder, en fonction des circonstances, tel thème plutôt que tel autre. « Bien sûr, toutes les confidences sont une sorte de manipulation. Ou de calcul. Je te confie ça. Ou plutôt je veux que tu penses que je te confie ça. » La narratrice, pensant cela, est en plein échange avec Laura, qui lui racontait comment, en tombant amoureuse, elle s’est fait piéger à travers des confidences. Contre qui se retourne la vérité, ou le semblant de vérité ? Contre celle ou celui qui l’émet, contre celle ou celui qui la reçoit ? Les enjeux sont de taille à dévier le cours d’une vie… « La vérité n’aidait pas. On ne pourrait jamais intégrer tout ce qui était arrivé dans un récit cohérent. Le truc, c’était de choisir les bons moments. De savoir quand mentir. » Un verre, un quatrième verre, sera-t-il le bienvenu pour glisser habilement le mensonge à la place où un aveu trop abrupt aurait dû se trouver ? Rien ne lui échappe des faux-fuyants Car, oui, plusieurs fois, les conversations se tiennent dans l’excellente compagnie d’une boisson alcoolisée et libératrice, ou supposée l’être. On avance les hypothèses avec une extrême prudence, car elles risquent sans cesse d’être contredites dans le chapitre suivant : autres personnages, autres tons de voix. Et un état de conscience plus ou moins aigu, en fonction de la profondeur ou de la superficialité des relations. Voici, par exemple, deux amies dans un musée où elles visitent l’exposition d’une artiste vidéo suédoise qui travaille sur la douleur féminine. Un parfait prétexte à creuser le terrain délicat autour d’une question très actuelle : l’amie en question vient de rompre avec son petit ami et, le visage ravagé par les larmes qu’elle a versées toute la matinée, garde ses lunettes de soleil. « En fait, c’était plutôt : son petit ami avait rompu avec elle. » La lecture se fait en position voyeuriste, avec les précisions nécessaires pour connaître les raisons de cette amitié : « Notre amitié reposait sur l’idée que nous étions, toutes les deux, de mauvaises personnes. Ou que nous nous voyions comme de mauvaises personnes. C’est quoi déjà, le truc qu’on dit ? Ah oui, je me souviens : tout adulte de l’Anthropocène qui n’est pas stupide ni trop content de lui pour remarquer ce qui se passe sait qu’il est une vraie merde. » La caractéristique la plus frappante de ce roman est aussi sa plus grande qualité : la lucidité de la narratrice est cultivée aussi bien envers elle-même qu’envers les autres. Rien ne lui échappe des faux-fuyants dans les conversations. Du coup, à nous non plus. Les conversations ***, Miranda Popkey, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Julia Kerninon, Lattès, 267 p., 20,90 €, ebook 14,99 € Vingt ans de vérités et de mensonges dans un jeu finement orchestré par Miranda Popkey : « Les conversations ». Lisez le premier chapitre. Par Pierre Maury Le 28/10/2021 à 21:57
1 h
www.lesoir.be
Werkt hypnose echt? Andy Peelman probeert van z’n spinnenfobie af te raken in ‘Ze Zeggen Dat’
Ze zeggen dat hypnose quatsch is, dat menstruatie nog altijd een groot taboe is en dat vrouwen niet grappig zijn. Of al die beweringen ook effectief kloppen, onderzochten Dina Tersago (42) en Andy Peelman (38) donderdagavond op VTM.
1 h
HLN.be
Freddy Luyckx: «Seraing ne doit pas trembler»
Freddy Luyckx: «Seraing ne doit pas trembler» Il garde un œil attentif sur ses anciennes couleurs. - D.R. Le présent de Freddy Luyckx dans le sport, c’est le golf. Il y a 27 ans, il créait le « Challenge Interentreprises », qui connaît toujours un gros succès. Cependant, il n’existe aucun vaccin pour se prémunir du « Footavirus ». Tubize et le RWDM furent ses premières amours. Ensuite, il endossa la vareuse de Seraing, du Standard et du Beerschot. Au Pairay, il a même rempli durant une saison le rôle de Directeur de l’Ecole des Jeunes, avant de devenir agent de joueurs. Pourquoi avoir quitté cette occupation d’agent ? J’ai remarqué que les mentalités évoluaient d’une manière qui ne me réjouissait pas. Frédéric Herpoel m’a fait confiance durant 17 ans. Je me suis occupé des intérêts de garçons tels que Marco Casto, Christophe Grégoire, Frédéric Pierre, Rudy Moury… Didier Frenay pendant une dizaine d’années. Établir des rapports d’aussi longue durée me paraît quasiment impossible aujourd’hui. En tant qu’ancien agent, comment analysez-vous les partenariats, comme celui entre Seraing et Metz ? Les clubs sont-ils encore libres des choix qu’ils effectuent au moment de construire leur équipe fanion ? Seraing se trouve dans la même situation que beaucoup d’autres. C’est le foot belge actuel. Obligé de s’allier à plus grand pour survivre. Pour répondre à votre question, tout dépend du partenaire. S’il veut placer ses joueurs à outrance, ça ne peut pas marcher sur le long terme. Si par contre, il existe une bonne analyse du noyau, je ne vois que du positif. Exemple, lorsque Metz accepte de faire revenir Mikautadze au Pairay. Comment ne pas dilapider son identité ? Cela passe par une réflexion globale. En commençant par chercher prioritairement à amener le public au stade et à le fidéliser. À Seraing, la présence au sein du club de gens comme Marc Grosjean, Peter Kerremans et Albert Piroton est extrêmement importante. Idéalement, il faudrait même essayer d’intégrer d’autres Sérésiens pure souche. De façon à ce que le club ne soit pas artificiel. L’autre vecteur à travailler, c’est l’aspect commercial. Enfin, la formation. Depuis que j’ai commencé ma carrière de joueur, j’entends cette ritournelle : « Maintenant, on va faire confiance aux jeunes ». Une fois pour toutes il convient de se doter de l’outil qui permette de passer des paroles aux actes. On évoque le prochain Beerschot-Seraing de samedi. Déjà décisif ? Non pas du tout. Seraing ne doit pas trembler au Kiel. Même une défaite ne serait pas catastrophique. On est trop loin de l’issue pour que cela soit le cas. Seraing souffle peut-être le chaud et le froid. Toutefois, je note qu’à certains moments il manque de réussite. Comme ce fut le cas face au Standard, à l’Antwerp, en offrant du très beau football. À vos yeux, le Beerschot est votre plus beau souvenir de joueur, avec notamment la victoire de 1982 (0-1), qui a propulsé Seraing en D1 ? Un de mes trois meilleurs. Oui, il y a ce succès historique. En deux, je ne vais pas bouder mon plaisir. Je classe le fameux but que j’ai marqué, qui a permis au Standard de battre Anderlecht (1986) devant 38.000 personnes. En trois, quand avec Seraing, nous avons éliminé le grand Bayern Munich au tournoi de Liège. 4-4, qualification aux tirs au but. J’ai marqué le mien à Jean-Marie Pfaff. Notez, il ne m’en a pas voulu car par la suite il m’a offert deux maillots du Bayern. Nous menions 3-0 après une demi-heure de jeu. En face se trouvaient Hoeness, Rummenigge, Dremmler, Augenthaler, Breitner. La grosse artillerie sous la houlette du terrible Udo Lattek. Quand, après 5 ans vous quittez le Standard, c’est au Beerschot à l’issue de deux campagnes que vous allez raccrocher vos crampons. Comment s’est passé votre séjour au Kiel ? Très bien. J’ai été accueilli magnifiquement. Ainsi qu’un autre Liégeois, Michel Rasquin. Je suis d’ailleurs très étonné d’apprendre que le Kiel est devenu un endroit qui pose problème. Surtout aux Wallons. À mon époque, il n’existait aucun sentiment anti-francophone. Évidemment, nous sommes arrivés avec Jos Daerden et Simon Tahamata. J’y ai retrouvé Peter Kerremans. Cela a sans doute aidé. Vous aviez une équipe vieillissante mais séduisante. Bien entendu, avec un potentiel offensif étonnant : Kenneth Brylle, Simon Tahamata, Stef Agten transféré de Saint-Trond et bien entendu l’incontournable Patrick Goots ! Un personnage, celui-là ! Incroyable. Lors du premier entraînement, nous terminons par un match avec des petits buts d’un mètre de large pour quelques centimètres de haut. Là, je vois notre « Patje » qui tire comme s’il y avait un gardien entre des perches à dimensions habituelles. Il expédiait des obus. Quand il visait juste, la petite cage s’envolait. Autrement, le ballon prenait la direction des buildings situés derrière le terrain. Sacré « Patje » ! (Rire) Cela étant, dans un bon jour, il se montrait capable de battre n’importe quel adversaire à lui seul. Cette formation avait-elle un cachet particulier ? Robert Waseige, un homme que j’aimais et que j’admirais beaucoup, avait prévenu ses joueurs avant de venir chez nous. Nous avons appris que durant toute la semaine il avait mis en garde les « Sang et Marine » : « Méfiez-vous, nous nous déplaçons chez des revanchards ». Le RFC Liégeois disposait d’une formation de haute qualité. J’ai joué en individuelle sur Zvonko Varga. Nous avons gagné 1-0. Robert Waseige était furax. Lors de la conférence de presse, il a déclaré : « Comment je dois leur dire ? Dans quelle langue je dois m’exprimer ? Je les avais prévenus qu’ils allaient trouver en face d’eux des hommes avides de revanche. Mes gars n’en ont pas assez tenu compte. » Ce sont des beaux souvenirs. L’ancien joueur du Beerschot et de Seraing préface le duel entre les deux clubs, samedi. Par Daniel Renard Le 28/10/2021 à 21:53
1 h
www.lesoir.be
Freddy Luyckx: «Seraing ne doit pas trembler»
L’ancien joueur du Beerschot et de Seraing préface le duel entre les deux clubs, samedi.
1 h
Lameuse.be