Parlementaire commissie VS wil Steve Bannon voor de rechter brengen voor minachting van het Congres

De commissie van het Amerikaanse Congres die onderzoek voert naar de bestorming van het Capitool in januari, wil de vroegere raadgever van Donald Trump voor de rechter brengen. De commissie nam unaniem een resolutie aan waarin ze Bannon beschuldigt van minachting van het Congres, omdat hij vorige week geweigerd had te getuigen. De resolutie gaat nu naar het door de Democraten gecontroleerde Huis van Afgevaardigden, die moet beslissen of het dossier wel degelijk wordt overgemaakt aan de rechtbank.
Read full article on: hln.be
Weer geen groot kerstfeest? Weer de scholen dicht? Weer geen grote evenementen meer? We denken het allemaal: “Toch niet alwéér?”
Tim Joiris (49), eigenaar van meerdere studentencafés in Gent, vindt het sop de kool niet meer waard: “We dienen alleen nog om de winkels te ondersteunen”
www.nieuwsblad.be
Nieuwe schoolstrijd barst los: ‘kamp dicht’ en ‘kamp open’ staan lijnrecht tegenoveer elkaar, Overlegcomité hakt knoop straks door
Gaan de scholen dicht of niet? Dat is dé inzet van het Overlegcomité van vandaag. N-VA en de Vlaamse regering willen er niet van weten, net als PS. Ze komen daarmee frontaal tegenover onder anderen premier Alexander De Croo (Open VLD) en Frank Vandenbroucke (Vooruit) te staan, die het advies van de experten nauwgezet willen volgen. En dat houdt ook in: zo goed als alle events schrappen én de horeca vroeger sluiten.
www.nieuwsblad.be
Omikron is bezig aan razendsnelle opmars: in Zuid-Afrika is de nieuwe variant al dominant
Bij driekwart van de onderzochte virusstalen wordt in Zuid-Afrika de omikronvariant vastgesteld. De nieuwe variant zorgt er voor een razendsnelle stijging van de besmettingen. Er worden nu gemiddeld 3.500 nieuwe gevallen per dag ontdekt, vorige week waren dat er 1.000, de week daarvoor 100.
www.nieuwsblad.be
“We hebben Sanda nooit als minderwaardig beschouwd, maar de racistische incidenten vallen niet te ontkennen”: drie Reuzegommers klappen uit de biecht in boek van onze gerechtsverslaggever
“De gedachte dat Sanda Dia een racistisch geïnspireerde dood is gestorven, zou ondraaglijk zijn. Het is al erg genoeg zo.” Drie jaar nadat de Edegemse schacht een faliekant verlopen studentendoop met zijn leven bekocht, doorbreken drie Reuzegommers de stilte, in het boek dat onze journalist Pieter Huyberechts over de zaak schreef.
www.nieuwsblad.be
Is Julia klaar voor haar K3-debuut in het Sportpaleis en de waanzin die haar de komende jaren wacht? “Een slechte dag of ziek zijn, kan je je niet permitteren”
Covid-19 zet de rest van het weekend op de helling, maar vanavond maakt Julia (19) normaal gezien haar droomdebuut bij K3. In het Sportpaleis, na amper een week. Haar eerste dagen spendeerde ze in hotels, repetitieruimtes en de studio. Maar is de piepjonge Nederlandse ook klaar voor de waanzin die haar de komende jaren wacht?
www.nieuwsblad.be
Voor deze jongen waagt prinses Delphine zich op de dansvloer: “Ik wil alle vrienden en familie die ik al lang niet meer gezien heb, samenbrengen voor een feest”
Het was dé tv-verrassing van 2021, het nieuws dat prinses Delphine Van Saksen-Coburg (53) dit najaar haar opwachting zou maken in het Play4-programma Dancing with the stars. Haar drijfveer? De droom van de 12-jarige Adam, die ze leerde kennen via de organisatie Make-A-Wish, laten uitkomen. Sinds twee jaar geleden leukemie bij hem werd vastgesteld, staat zijn leven op pauze.
www.nieuwsblad.be
MR onmiddellijk in de aanval na rapport over kernuitstap, ook Open VLD is niet overtuigd: “Heel ontgoocheld en bezorgd”
De liberalen blijven met twijfels zitten over de sluiting van de kerncentrales. MR-voorzitter Georges-Louis Bouchez, de vurigste tegenstander, trok onmiddellijk in de aanval. Maar ook zijn Vlaamse collega Egbert Lachaert (Open VLD) is niet overtuigd na het rapport van de FOD Economie. “Er moet zekerheid zijn over de gascentrale in Vilvoorde”, zegt hij. “Anders komen we weer uit bij kernenergie.”
www.nieuwsblad.be
Dertig jaar geleden verstoten omdat hij zijn hart volgde, nu mag getrouwde priester op de koffie bij bisschop: “Eindelijk erkenning”
“Eindelijk krijg ik respect: als mens én als priester.” Dertig jaar geleden schoof de kerk – Roger Vangheluwe nota bene – priester Norbert Bethune (77) aan de kant omdat hij zijn hart volgde en trouwde. Nu, zoveel jaren later, mocht hij op bezoek bij de Brugse bisschop Lode Aerts. Meer nog: zelfs zijn vrouw mocht mee aanschuiven aan tafel.
www.nieuwsblad.be
Peter Van de Veire vertrekt bij MNM, maar wat nu? “Uiteraard is er altijd een plan. Noem me gerust Peter Plan”
Het einde van een tijdperk, zo mag je het vertrek van Peter Van de Veire (50) bij MNM gerust noemen. De medeoprichter van de VRT-jongerenzender zal op 1 april volgend jaar voor het laatst zijn populaire ochtendshow presenteren. Wat daarna komt, ligt nog in de balans.
www.nieuwsblad.be
Oververhitte huizenmarkt lijkt af te koelen
De grote rush op huizen lijkt (eventjes) bekoeld. Zowel de notarissen als de makelaars zien het aantal transacties dalen. “Hopelijk is dit de broodnodige rem op een oververhitte markt”, zegt de federatie van notarissen.
www.nieuwsblad.be
WTA stelt waarden boven winsten: besluit om China de rug toe te keren kan vrouwentennis een miljard euro kosten
In de nasleep van de affaire-Peng Shuai, de Chinese tennisster die een hoge partijpoliticus van seksueel misbruik beschuldigde, heeft de WTA al zijn toernooien in China en Hong Kong voor 2022 geschorst. Deze principes-boven-profijt beslissing kan het vrouwentennis zo’n miljard euro aan inkomsten kosten.
www.nieuwsblad.be
Een jongen of een meisje? Dat hangt van de milieuvervuiling af
Het grootste nieuws van de week is een ontslag. Jack Dorsey stapt op als CEO van Twitter. Wat gebeurt er met het sociale medium nu hij weg is?
De Standaard
Zo praat ik met mijn broer, die zelf niet kan praten
Weet u wat ‘tiketie’ betekent? Of ‘poeke-a’? Toegegeven, de termen staan niet in de Van Dale, en toch dekken ze zoveel ladingen. Jan Dillen (28) zegt er alles mee. Hij kan niet praten, maar communiceert met de mensen rondom hem met twee klanken: tiketie en poeke-a.
De Standaard
Carlos Santana moet concerten afzeggen na onverwachte hartoperatie
Carlos Santana (74) heeft het restant van zijn concerten voor dit jaar geannuleerd. De legendarische gitarist, wereldberoemd om hits als Maria Maria, Black magic woman en She’s not yhere, legt in een videoboodschap op sociale media uit dat hij het de komende weken rustig aan moet doen.
www.hbvl.be
Billie Eilish persoon van het jaar volgens dierenrechtenorganisatie PETA
Billie Eilish is door dierenrechtenorganisatie PETA verkozen tot persoon van het jaar. Ze krijgt de onderscheiding omdat PETA van oordeel is dat de Amerikaanse zangeres haar talent gebruikt om mensen niet alleen naar haar muziek te laten luisteren, maar ook mensen doet beseffen dat dierenrechten belangrijk zijn.
www.hbvl.be
Canada registreert recordtemperatuur: 22,5 graden in winter
Canadese meteorologen hebben deze week in het westen van het land recordtemperaturen van 22,5 graden Celsius gemeten. Afgelopen zomer werd de regio getroffen door historische hittegolven en sinds september is er veel hitte vanuit de subtropen overgewaaid.
HLN.be
ONZE OPINIE. Dit Overlegcomité moet nu wel het laatste zijn van deze zenuwachtige reeks
We moeten het eens hebben over het onderwijs. Wanneer Onderwijsminister Ben Weyts (N-VA) maanden geleden zei dat hij niet naar een maatschappij wil waar de Ikea open is en de school dicht, dan begrepen we dat heel goed. De scholen sluiten tijdens de eerste golf was een fout, die veel kwetsbare kinderen duur betaald hebben. Bovendien waren de scholen toen inderdaad niet de motor van de besmettingen.
1 h
HLN.be
ASSISEN. Christel Troffaes schuldig aan doodslag op echtgenoot
Christel Troffaes, de 60-jarige vrouw die beschuldigd werd van moord op haar 61-jarige echtgenoot Dirk Zegers in 2019 in hun bed and breakfast in Zottegem, is schuldig aan doodslag. Dat heeft de jury van het Gentse hof van assisen beslist.
2 h
HLN.be
Pour l'avenir, la Nasa mise sur des stations spatiales privées
Pour l'avenir, la Nasa mise sur des stations spatiales privées Les trois entreprises sont Blue Origin, Nanoracks, et Northrop Grumman, qui se verront respectivement attribuer 130, 160 et 125,6 millions de dollars.  La société Axiom Space avait elle déjà remporté l'année dernière un contrat similaire de 140 millions de dollars. "Nous nous associons avec les entreprises américaines pour développer des destinations spatiales que les gens pourront visiter, où ils pourront vivre et travailler", s'est félicité dans un communiqué le patron de la Nasa, Bill Nelson. La Nasa encourage fortement la privatisation de l'orbite basse afin de faire des économies et se concentrer sur les missions d'exploration plus lointaines, vers la Lune et Mars. L'avenir de la Station spatiale internationale (ISS) est officiellement assuré jusqu'en 2024 et la Nasa a entériné qu'elle puisse techniquement opérer jusqu'en 2028. Bill Nelson s'est prononcé en faveur de son extension jusqu'en 2030. Le but est ensuite que les stations privées prennent le relais, mettant un terme à la coopération internationale actuelle sur l'ISS, notamment avec la Russie.  Ces contrats "aideront à assurer aux Etats-Unis une présence humaine continue en orbite basse", a déclaré lors d'une conférence de presse Phil McAlister, directeur des vols commerciaux pour la Nasa. "Un trou (dans cette présence) serait dommageable."  L'agence spatiale américaine souhaite à l'avenir pouvoir louer les services d'entreprises privées pour ses besoins, sans avoir à financer les coûts d'opération d'une station. Elle estime qu'il lui faudra pouvoir envoyer deux astronautes en orbite en continu, et réaliser quelque 200 expériences par an.  La station de Blue Origin, développée avec Sierra Space, est baptisée Orbital Reef. Elle doit pouvoir accueillir jusqu'à 10 personnes, et servir à une diversité d'acteurs: touristes, entreprises, ou acteurs publics.  Celle de Nanoracks, nommée Starlab, vise un décollage en 2027.  Northrop Grumman planche encore de son côté sur un nom, mais prévoit aussi des zones pour la science ou le tourisme.  Le projet d'Axiom est un peu différent: un module doit d'abord être attaché à l'ISS, avant que la station ne s'en détache pour devenir indépendante. Anticipant la future mise à la retraite de la Station spatiale internationale, la Nasa a annoncé jeudi avoir signé des contrats avec trois compagnies pour les aider à développer des stations spatiales privées, un pas de plus vers la commercialisation de l'espace. Mis à jour le 3/12/2021 à 01:16
2 h
www.lesoir.be
LIVE. 110.000 Belgen reserveren snellere boosterprik via QVax - Nederland noteert oversterfte van 3.500 in november
Vandaag komt het Overlegcomité om 9 uur samen. De vergadering komt na een oproep van Vlaams minister-president Jan Jambon (N-VA), die vooral zijn pijlen richt op maatregelen rond binnenactiviteiten. Intussen maakt de wereld zich zorgen om de omikronvariant, die voor het eerst werd vastgesteld in Zuid-Afrika en ook al vier keer in ons land werd aangetroffen. Deze nieuwe variant is mogelijk besmettelijker dan de deltavariant. Bijna heel Europa kleurt bovendien rood of donkerrood op de coronakaart. De laatste ontwikkelingen lees je hier in ons liveblog.
2 h
HLN.be
Jackson Muleka buteur en Coupe de Belgique: «Ne plus marquer m’a fait douter»
Jackson Muleka buteur en Coupe de Belgique: «Ne plus marquer m’a fait douter» Le coup de tête victorieux de Muleka à la 96 e . - Photo News. Auteur d’un but et d’une passe décisive, Jackson Muleka a renversé le Beerschot. Pour offrir la qualification aux Rouches. « J’ai toujours travaillé, afin de déclencher quelque chose, dans des matches importants comme celui-ci. J’étais prêt à monter au jeu, à n’importe quel moment. Déterminé, j’ai profité de la fatigue adverse pour garder le ballon, et apporter de la profondeur. Au final, je marque et je sers Merveille en toute fin de match. Cela va lui faire du bien, et lui donner la confiance dont il a besoin depuis sa blessure ». Une nécessité qui se prolonge dans toutes les têtes liégeoises. Après des semaines compliquées, le Standard s’offre une bulle d’oxygène en Coupe. Un objectif. « C’est le chemin le plus court vers l’Europe. Celui qui pourrait nous apporter une nouvelle ligne sur notre palmarès. Mais avant de penser à un sacre final, nous devrons éliminer d’autres adversaires ». À commencer par Gand, en quarts de finale. « Nous connaissons leur valeur, puisque nous venons de les jouer en championnat. Ils sont forts, mais nous aurons notre chance. Rien n’est impossible, surtout si nous sommes sérieux ». Retrouver des valeurs, sur la durée. La tâche qui incombe désormais à l’attaquant et ses partenaires. « Ce succès doit nous servir de base pour le championnat. Depuis le début de saison, nous avons replongé après chaque regain de forme. Nous ne parvenons pas à entamer une série, ce qui doit changer au plus vite. Charleroi est un adversaire solide mais que je connais bien puisque j’avais marqué la saison dernière ». Un derby qui tombe déjà dimanche. Pas le temps de gamberger. « Et surtout ne pas lâcher sous prétexte que nous avons remporté une rencontre. Dans mon chef, la donne est identique. Cela faisait un petit temps que je n’avais plus réussi à planter un but, ce qui m’a fait douter. Je viens de lever ces interrogations mais je veux directement passer à autre chose. Et répondre aux attentes quand je reçois la chance de jouer. J’assume, je me donne et je respecte ce que le coach décide. J’ai eu des moments difficiles mais je dois rebondir. Comme tout le monde… » Monté en cours de jeu, l’attaquant des Rouches a signé un but et une passe décisive face au Beerschot. Par L.B. Le 3/12/2021 à 00:29
3 h
www.lesoir.be
Jackson Muleka: «Ne plus marquer m’a fait douter»
Monté en cours de jeu, l’attaquant des Rouches a signé un but et une passe décisive face au Beerschot.
3 h
Lameuse.be
Standard: retour encourageant pour Mehdi Carcela dans la peau d’un titulaire
Standard: retour encourageant pour Mehdi Carcela dans la peau d’un titulaire 215 jours qu’il attendait ce moment. Depuis Ostende en playoffs 2 le 1er mai dernier pour être exact. La joie de fouler une pelouse dans la peau d’un titulaire. Une attente épuisante, car c’est là que tout se passe pour Mehdi Carcela. Sur les terrains, pour disputer des matches. Et prendre du plaisir. Parce que c’est un artiste. « Nous manquons de créativité dans nos matches à la maison. Mehdi a les qualités pour inverser cette tendance », soulignait Luka Elsner avant le coup d’envoi. « Se promener entre les lignes, et confirmer l’évolution aperçue au cours des dernières semaines ». Une chance de se montrer. Pour prendre confiance, et emmener ses partenaires dans son sillage inventif. Cette caractéristique qui lui a souvent permis de faire lever les foules. Comme à la 7ème minute, avec ses dribbles chaloupés, suivi d’une petite balle pour Joao Klauss. L’attaquant fouette les filets mais est hors-jeu. Il applaudit l’effort de son numéro 10 qui lui rend bien. Avec le pouce levé, comme lors de chaque tentative censée déstabiliser la défense du Beerschot. Alors, certes, tout n’est pas encore parfait, loin de là même. Certains contrôles manquent de justesse, diverses passes de vitesse et plusieurs courses de mordant. Mais Mehdi essaie, car il a envie. Cela se voit dans sa disponibilité, ses déplacements et sa quête perpétuelle du ballon. Car il a besoin de le toucher, de sentir son contact pour le faire vivre. Le Belgo – Marocain se refuse toutefois à trop le caresser, car il a à cœur de mettre du rythme dans les débats. Pas pour se montrer, aux yeux de personne. Mais parce que le Standard est son club, depuis toujours. Alors il ose, tente et s’efforce de placer ses partenaires dans de bonnes conditions. Avec succès, entre les lignes comme demandé par son coach, mais aussi de manière hasardeuse. Par manque de communication, voire de compréhension. De justesse aussi, très certainement en raison des touchettes de ses opposants. Chaque fois que Mehdi entre en possession du cuir, les « Rats » se jettent sur lui et le mordent au niveau des chevilles. Sans gravité mais avec force, car ils craignent ses déhanchés. Ceux capables de faire mal à n’importe qui, n’importe quand. Même dans la fatigue, de plus en plus palpable au fil des minutes. L’enfant chéri de Sclessin tente de l’évacuer, en compensant. Avec malice et expérience. En déviant les ballons, ou en les lâchant encore plus rapidement. Surtout au cours d’un second acte plus compliqué, quoi de plus logique quand les muscles n’ont plus souffert depuis longtemps. Le sourire a toutefois émaillé le visage du garçon, heureux de faire ce qu’il aime le plus : jouer. « C’est tout ce qui compte pour moi. Le reste, c’est du bla-bla ». Une phrase répétée à de maintes reprises, sans pression. Comme sa prestation, qui demande confirmation et davantage d’aboutissement. Un récital intéressant et encourageant. Sans plus… Le milieu de terrain a titularisé pour la première fois de la saison face au Beerschot. Par Ludovic Baeten Le 3/12/2021 à 00:20
3 h
www.lesoir.be
Standard: retour encourageant pour Mehdi Carcela dans la peau d’un titulaire
Le milieu de terrain a titularisé pour la première fois de la saison face au Beerschot.
3 h
Lameuse.be
Wat zal het Overlegcomité vandaag doen met de drastische voorstellen van de GEMS? Premier De Croo wil “geen heilige huisjes meer”
Premier Alexander De Croo (Open Vld) roept het Overlegcomité opnieuw vervroegd samen om te overleggen over de coronasituatie. Dat bevestigt het kabinet van de eerste minister. De vergadering gaat vandaag door in het Egmontpaleis en start om 9 uur. Expertengroep GEMS legt alvast drastische maatregelen op tafel, zo blijkt uit een voorlopig advies dat is gelekt. Ze stellen onder meer een “afkoelingsperiode” in het onderwijs voor - inclusief de sluiting van het lager onderwijs voor 10 dagen. Verder zou bijvoorbeeld de horeca volgens de experten beter al om 20 uur sluiten. Het is lang niet duidelijk of de verregaande voorstellen ook zullen worden gevolgd.
3 h
HLN.be
Les adieux de Michael Carrick à Manchester United: «C’est le bon moment pour quitter le club»
Les adieux de Michael Carrick à Manchester United: «C’est le bon moment pour quitter le club» EPA «  Je suis et je serai toujours un fan de Manchester United. Pour moi, c’est le bon moment pour quitter le club. J’ai hâte de soutenir l’équipe depuis les tribunes », a-t-il déclaré. Carrick est resté invaincu en tant qu’entraîneur intérimaire. Il a succédé le 21 novembre à Ole Gunnar Solskjaer dont il était l’adjoint. Le coach norvégien avait été remercié en raison des mauvais résultats. Avec Carrick comme T1, le club anglais s’est imposé en Ligue des Champions 0-2 à Villarreal et a tenu en échec 1-1 le leader Chelsea, à Stamford Bridge, en Premier League. Manchester United a nommé Ralf Rangnick comme entraîneur principal pour le reste de la saison plus tôt cette semaine. L’Allemand devait attendre les papiers nécessaires pour commencer à travailler en Grande-Bretagne et était absent sur le banc contre Arsenal. Il effectuera ses débuts en tant qu’entraîneur de Man U dimanche lors du match à domicile contre Crystal Palace. Rangnick était présent en tribune à Old Trafford jeudi soir. L’entraîneur intérimaire Michael Carrick quitte Manchester United. L’ancien joueur du club anglais a annoncé ses adieux à Old Trafford peu après la victoire à domicile jeudi soir contre Arsenal (3-2). Le 3/12/2021 à 00:12
3 h
www.lesoir.be
Ben Affleck lève le voile sur la relation avec Jennifer Lopez
Depuis qu’ils se sont remis ensemble, après 17 ans de séparation, Ben Affleck et Jennifer Lopez sont plus que discrets.
3 h
www.dhnet.be
Luka Elsner : " On peut remercier notre gardien ce soir"
Découvrez les réactions des joueurs au micro de RTL après la qualification du Standard face au Beerschot.
3 h
www.dhnet.be
LIVE (20u45). Gaat leider Union winnen op het veld van STVV?
• Jupiler Pro League • 20u45 • Stayen • Wint Union?
3 h
HLN.be
Luka Elsner na gevleide bekerzege van Rouches: “Weten dat het beter moet”
Luka Elsner mocht na 120 minuten opgelucht ademhalen. De Sloveense T1 zag zijn ploeg een moeilijke match winnend afsluiten. “Mede dankzij onze doelman.”
3 h
www.hbvl.be
Épreuve de révision Antidote 4 : retrouvez 5 erreurs insérées volontairement dans ce texte
Testez votre connaissance de la langue française avec les épreuves conçues par l’équipe linguistique créatrice d’Antidote.
3 h
www.lalibre.be
Coupe de Belgique: le Standard dit merci à Muleka et Henkinet
Coupe de Belgique: le Standard dit merci à Muleka et Henkinet Belga Devant une assistance très clairsemée (4.056 spectateurs présents), le Standard s’est qualifié jeudi soir pour la quatrième fois en cinq ans pour les quarts de finale de la Coupe de Belgique. Tout au bout du suspense et d’une nuit glacée, au début de la première prolongation, grâce à un but de la tête signé par Jackson Muleka sur un assist de Hamza Rafia, monté au jeu juste après lui, avant que Merveille Bokadi ne double la mise juste avant le coup de sifflet final. La fin de semaine s’annonçait « cruciale », pour reprendre les mots de Luka Elsner, pour l’équipe liégeoise avec la visite du Beerschot en huitième de finale de la Coupe de Belgique jeudi soir à Sclessin, puis trois jours plus tard la venue de Charleroi dans un choc wallon toujours très attendu. Si la première mission aura été menée à bien, la qualification ne peut toutefois tout occulter. Parce que rien n’a été simple pour le Standard qui, face à l’une des plus mauvaises défenses de Division 1A, après Zulte Waregem et Ostende, est passé par le chas de l’aiguille, au forceps, évitant de repartir dans une spirale négative. Tout au long d’un match de médiocre qualité, l’équipe liégeoise a prouvé, par l’absurde, qu’elle avait toujours autant de mal, avec et sans ballon, et qu’elle continuait à se chercher sans parvenir à trouver la bonne carburation, évoluant au ralenti sans parvenir à passer la deuxième vitesse. Et offrant au final à ses supporters un spectacle désolant, sans la moindre envolée et truffé d’approximations, sous les yeux d’un Luka Elsner qui sait que son équipe est encore loin d’être guérie. Sans Bastien, touché par le Covid, mais aussi sans Arnaud Bodart (genou) et Selim Amallah (hanche), en plus de Kostas Laifis, laissé au repos, et de Hugo Siquet, qui traîne une petite inflammation au niveau du tibia, le Standard a réussi l’essentiel, dans une difficulté extrême. La rentrée de Mehdi Carcela, titularisé pour la première fois depuis le 1er mai, soit sept mois, pour apporter au milieu de terrain liégeois une touche de créativité, n’aura pas suffi. Investi, intéressant entre les lignes sur l’une ou l’autre action jouée un en temps, le maître à jouer liégeois aura tenu 90 minutes, sans parvenir toutefois à faire la différence. Lent, incapable de hausser le rythme de la rencontre et donc de bousculer plus que cela la lanterne rouge du championnat, le Standard a confirmé ses difficultés à produire du jeu et à amener le ballon dans la surface de réparation adverse. A un point tel que Mike Vanhamel n’a dû intervenir qu’à deux reprises en nonante minutes de temps, sur un envoi de Raskin (25e) et une reprise de la tête de Dussenne (54e), avant d’être trompé par Muleka et Bokadi dans les prolongations. Une production offensive trop pauvre pour revendiquer davantage que ce 0-0 entériné au terme du temps réglementaire. Pire, de l’autre côté du terrain, l’équipe liégeoise a une nouvelle fois beaucoup trop concédé, étant en difficulté sur chaque incursion anversoise, ou presque. C’est bien simple, Laurent Henkinet, appelé à poursuivre son intérim jusqu’au retour d’Arnaud Bodart, programmé dimanche face à Charleroi, aura joué un rôle essentiel dans la qualification liégeoise, en s’érigeant à plusieurs reprises en sauveur des siens. En détournant notamment une volée de Holzhauser (11e), puis deux reprises de la tête de Soumare (45e et 63e) avant de remporter son face-à-face avec Holzhauser, libre de tout marquage et bien mal inspiré sur ce coup-là (67e), sur autant de possibilités qui auraient dû permettre au Beerschot de prendre l’avance. Le gardien liégeois aura aussi bénéficié, à l’arrivée, d’un peu de chance également, avec ce ballon expédié par le même Holzhauser, sur coup franc, sur la base de son poteau droit (67e). En attendant, si le Standard a réussi l’essentiel, il lui faudra afficher un autre niveau de jeu dimanche pour vaincre Charleroi. Et bien récupérer de ses efforts… Monté au jeu juste avant la première prolongation, l’attaquant congolais a assuré l’essentiel pour le Standard au terme d’un match que l’équipe liégeoise n’aura jamais réussi à maîtriser. Par Didier Schyns Le 2/12/2021 à 23:58
3 h
www.lesoir.be
Coupe de Belgique: le Standard dit merci à Muleka et Henkinet
Monté au jeu juste avant la première prolongation, l’attaquant congolais a assuré l’essentiel pour le Standard au terme d’un match que l’équipe liégeoise n’aura jamais réussi à maîtriser.
3 h
Lameuse.be
Angèle: «Si le succès à lui seul rendait les gens heureux, ça se saurait»
Angèle: «Si le succès à lui seul rendait les gens heureux, ça se saurait» AFP. C’est dans ses bureaux de la société VL Records, chaussée d’Alsemberg à Forest, que nous retrouvons, quelques jours avant qu’elle ne soit positive au covid, une Angèle en toute grande forme, charmante et souriante comme à son habitude. Comment allez-vous ? Très bien, je vais très bien. La question a d’autant plus d’importance que dans votre documentaire, on se rend compte que ces dernières années, vous avez tout de même beaucoup souffert… Après, je crois que ce n’est pas plus moi que d’autres. Le métier que je fais amène ça aussi quand il se passe à un tel niveau. Le succès dépasse beaucoup de chose, comme le contrôle. Dans le documentaire, je montre que j’en ai bavé mais pas que… Quelques personnes peuvent vous pourrir la vie… Dans « Pensées positives », vous dites « J’parle pas de l’animateur », allusion à celui qui vous a volé votre coming-out… C’est ça qu’il ne faut jamais perdre à l’esprit. J’avais besoin de faire ce documentaire pour raconter des choses plus sincères que juste raconter l’histoire. Le fond du documentaire rejoint le texte des nouvelles chansons, avec cette sincérité jusqu’au boutiste… « Brol » était déjà intime mais ici, vous revenez sur des sujets qui ont pu être douloureux… « Libre » résume le film quasiment. Oui c’est vrai. C’est un des titres les plus explicites. Le métier que je fais n’a pas vraiment changé ma personnalité. J’étais déjà comme ça. C’est juste que ça a tout cristallisé et rendu exponentiel. Toutes les angoisses sont devenues fois mille mais toutes les choses géniales aussi ont été multipliées par mille. Moi j’adore m’amuser et être sur scène et c’est encore plus génial de pouvoir l’être devant des milliers de personnes. « Libre » parle d’émancipation et de choisir ce qu’est la liberté. Chacun a sa propre vision de la liberté. La mienne, c’est pouvoir être maître de ses choix et pouvoir les assumer. Savoir qu’on peut évoluer, grandir, apprendre des choses, choisir avec qui on veut travailler, choisir son entourage et le message qu’on veut faire passer. À lire aussi Angèle bilingue pour Bruxelles Mais cette liberté, vous l’avez toujours eue puisque vous avez créé votre propre label dès le début en choisissant vous-même votre entourage professionnel… Je pense que le métier peut à un moment abîmer, restreindre un peu cette liberté. Je ne peux plus faire tout ce que je faisais avant. Je fais aussi attention à ce que je dis parce que je sais que ça peut avoir un impact. J’ai cette chance d’être interviewée par des journalistes, je pourrais dire des conneries sans réfléchir mais ça pourrait blesser des gens et avoir un impact négatif. Ce que je ne veux pas. En même temps, ça m’a poussée à approfondir certains sujets, à m’intéresser au monde extérieur. Parfois j’ai l’impression que je dois avoir un avis sur tout. Contrairement à d’autres, comme votre amie Clara Luciani, par exemple, vous ne cherchez pas à protéger votre vie privée. « On s’habitue », comme « Solo », est une chanson très intime. Est-ce de la naïveté, de la spontanéité naturelle qui peut s’avérer dangereuse ? Dans « Taxi » qui parle de votre rupture, vous dites : « Depuis que ma vie est exposée/ J’peux pas m’empêcher… racontant ma vie privée »… C’est une vraie question. Quand je l’ai écrit, je l’ai fait sans imaginer que les gens l’écouteraient. La première étape, c’est toujours une chanson pour moi. Ça me fait du bien d’écrire le texte, c’est un exutoire. Après, je me pose la question : je le mets dans l’album ou pas ? C’est vrai que ces chansons sont très intimes. Il y en a d’autres que je n’ai jamais sorties pour me protéger. Mon curseur va peut-être un peu plus loin que d’autres mais si je pensais aux milliers, millions même, de gens qui vont les écouter, je ne les écrirais jamais en fait. Vous tenez à cette sincérité, à rester vous-même… Ce qui explique un tel succès sans doute. De nombreuses personnes de votre âge et même plus jeune se reconnaissent en vous, vivent les mêmes doutes, les mêmes douleurs… Vous devenez un modèle. Mais il y a chez vous un petit côté militant, non ? C’est plus fort que moi. « Pensées positives », au-delà du féminisme, parle de la jeunesse qui doit essayer de rester positive face à un monde qui se divise beaucoup. Le monde évolue et je crois que les générations plus jeunes ont des choses à apporter, avec un regard différent sur le rapport des genres, sur le patriarcat, le combat contre le racisme et l’homophobie. Tous ces combats existent depuis longtemps mais les réseaux sociaux permettent des choses intéressantes, même sur Tik Tok dont je me méfiais au début. Je me sens vite dépassée. J’ai cette envie de partager des idées de façon légère et gaie, à la fois respectueuse et sarcastique car j’adore le sarcasme. Certains cherchent à vous opposer vous, les jeunes chanteuses féministes. Claire Laffut a d’ailleurs écrit la chanson « Sororité » à ce propos… Idem avec Clara Luciani… Oui alors qu’on s’entend toutes très bien. J’adore « Sororité ». La faute, je ne sais pas sur qui la rejeter, c’est juste un système. C’est une façon de penser, des siècles de patriarcat. Là, on parle de jeunes femmes de moins de 30 ans, on va forcément être comparées. On parle tous les jours de Stromae mais personne ne va le monter contre moi. C’est évident qu’on se respecte. Entre femmes, on va s’attendre à ce que je dise du mal de Clara alors que c’est une amie. Paul a aussi mal vécu le succès, physiquement comme moralement. Je sais que vous vous êtes rencontrés. Avez-vous parlé de la gestion du succès ? Pas concrètement. Un peu, oui. On n’est pas si proches. J’ai posé la question à d’autres artistes qui m’ont épaulée. On se demande surtout quel est notre rôle, où poser la limite. Tout prend parfois des proportions trop grandes comme la gestion de la vie privée par rapport à la vie publique. Je suis d’ailleurs prête à aider la prochaine qui va arriver… « Démons », en duo avec votre ami Damso, parle de « Mes ennemis qui me tuent ». Dans « Brol 2 », vous parliez déjà de vos insomnies, de vos crises de larmes et d’angoisse… Avez-vous consulté ? D’où cela vient sinon de votre hypersensibilité que vous partagez avec beaucoup d’artistes ? J’ai ma propre façon de gérer tout ça. J’ai trouvé la façon de grandir et d’arriver à apaiser tout ça. A mieux apprivoiser ces démons. Le plus important est d’apprendre à se connaître et de savoir quelles sont nos failles. Ces démons, ce sont des cauchemars et des angoisses mais je pourrais aussi parler du monde extérieur, de la violence qui n’a rien à voir avec mon métier. Les démons nous font avancer aussi, nous aident à nous remettre en question et à avancer. On peut se relever et ne pas rester à terre indéfiniment. Rester debout est une façon de reprendre le contrôle. Dans « Plus de sens », vous dites en pleine pandémie et crise climatique : « Oublier que j’ai peur de l’avenir »… Moi j’ai toujours perçu la musique comme exutoire et le lieu « safe » malgré les tourments médiatiques, les moments plus difficiles, quand je pouvais tomber malade… Malgré les aléas du métier qui pouvaient me tomber dessus, pendant l’heure et demie où j’étais sur scène, c’était l’endroit où il ne pouvait rien m’arriver. Alors que j’étais le plus exposée. Parce que j’étais face à un public bienveillant et qu’on allait vivre ensemble un bon souvenir. Ça, c’est génial. C’est ça qui donne du sens à ma vie. C’est écrire des chansons et les chanter sur scène. Quand il n’y a plus ça – je l’ai vécu dès le premier confinement – je me suis posé la question du sens de ma vie. Faire de la musique et entrer en studio, c’est bien mais à quoi bon si je ne peux pas être en concert. La peur de l’avenir se mêlait à tout ça. J’ai finalement trouvé d’autres endroits pour me sentir bien… À lire aussi Netflix: quand Angèle se raconte Dans « Mots justes », vous dites : « Il est plus facile d’écrire les choses que je ne m’avoue pas »… Parfois les mots peuvent être difficiles à poser mais de les chanter leur donne un peu de légèreté. En même temps ça peut donner aussi un peu de hauteur sur des sujets plus difficiles. Les mots me permettent de tourner des pages, d’avancer… Dans le documentaire, on voit que vos textes viennent souvent de journaux intimes, avec cet effet cathartique… Dans « Profite », vous dites : « Je me sens comme une merde », phrase qui vient d’un de vos journaux intimes. Vous vous dépréciez alors qu’il y a tant de gens qui vous aiment… C’est super beau, je garde toujours ça en tête. Si le succès à lui seul rendait les gens heureux, ça se saurait. Faire de la musique peut soigner mais le succès en lui-même ne règle aucun problème à lui seul. Il va au contraire faire empirer les problèmes déjà existants et peut-être en masquer d’autres. Le succès n’est pas source de bonheur. Ce qui est source de bonheur est d’avoir le contrôle sur ce succès, de continuer à faire des choix, de savoir où on va, pourquoi on le fait… Vous projetez une image qui va aussi fausser vos relations… Dans « Solo », vous dites : « Plus jamais je ne tombe amoureuse »… C’est ce que je ressens sur le moment, oui. Jusqu’au jour où… heureusement. À propos des rapports normaux à préserver, j’ai la chance d’avoir toujours les mêmes amis. Dans « Pensées positives », je dis : « Le monde nous appartient ». C’est une phrase que tout le monde pourrait se dire. « Tempête », qui parle des violences conjugales et des féminicides, est la chanson la plus militante, la moins autobiographique de l’album, comme l’avait été « Balance ton quoi », devenu – à l’instar de « La grenade » de Clara – un hymne féministe… Cette violence sexiste et sexuelle, je crois qu’il est important qu’on en parle même si je ne crois pas que ça peut changer les choses. Je fais une promo folle, j’ai la chance de pouvoir parler de mon album et de mon métier, et ça me plaît, et tant mieux si je peux parler de tout ça, de cette réalité difficile. Peut-être va-t-on enfin avoir un autre regard, déresponsabiliser les femmes, de se poser la question du pourquoi les hommes frappent les femmes. La violence qui se passe au sein d’un foyer ne concerne pas que le foyer. C’est politique quelque part. ça concerne une société dans laquelle c’est rendu possible, où la police n’est peut-être pas suffisamment formée. Mais il y a de l’espoir… Comme vous l’avez fait avec « Brol », vous réaffirmez ici votre belgitude, aussi bien dans le titre « Nonante-cinq » que dans « Bruxelles je t’aime ». Pourquoi est-ce si important ? Je ne me rends pas compte si c’est si important mais c’est important, oui. Parce que, en réponse à ce pays merveilleux qu’est la France, des lumières, de l’histoire, avec ce poids qui fait qu’être Française ne doit pas être facile non plus, nous on est là venant d’un petit pays pas facile à comprendre, un peu absurde, où on parle flamand et français, même un peu allemand. Ce que je trouve attachant avec la Belgique, c’est que c’est le pays qui m’a permis d’être celle que je suis. C’est une façon de lui rendre hommage. C’est là où j’ai commencé, c’est le pays qui m’a permis d’avoir l’humour que j’ai, ma façon de penser… J’aime ramener la Belgique dans mon histoire sans que cela devienne barbant pour autant. J’ai appelé cet album « Nonante-cinq » parce que je suis née en ’95. Je trouvais que toutes les questions que je me pose et tous les sujets que j’y aborde sont typiques de gens de mon âge. J’en ai beaucoup parlé avec des amies de mon âge. Je trouvais intéressant de raconter cet album comme un chemin et l’histoire de la vie, de la naissance à aujourd’hui. Je le voyais mal l’appeler « Quatre-vingt-quinze »… À partir du moment où vous savez que la grande majorité de votre public est française, il y a aussi l’envie d’éduquer, d’informer, avec un petit clin d’œil humoristique, non ? N’y a-t-il pas aussi la peur que Paris un jour se détourne et vous trahisse, pour paraphraser le « Bruxelles » de Dick Annegarn ? Je ne sais pas. Bruxelles, pour moi, c’est la maison. Paris, c’est la ville qui m’a ouvert toutes les portes. C’est là que j’ai rencontré Tristan (Salvati) avec qui je fais mes albums. Je me suis trouvée transportée là avec la chance de pouvoir terminer la tournée par quatre Bercy. Donc, je ne pourrai jamais oublier Paris où je passe quasiment la moitié de mon temps. Même si je suis complètement installée à Bruxelles. À Paris, je n’ai des locations qu’à certains moments. Cette chanson est aussi une façon de dire au moment où je repars à Paris et en tournée en France que je n’oublie pas Bruxelles pour autant. Dans « Bruxelles je t’aime », vous affirmez votre attachement à un pays uni, en chantant une phrase en néerlandais, au risque que les Français n’y comprennent rien… Oui, je suis attachée à la Belgique. Mais cette affirmation identitaire c’est une blague aussi. Moi je trouve rigolo de m’amuser avec ça. Qu’on ne parle pas la même langue dans un si petit pays, c’est déjà drôle en soi. Moi, quand je vais dans une ville, j’aime demander quelles sont les expressions locales. Il y en a dans le Limbourg qu’on ne connaît pas à Anvers. La pochette montre quatre Angèle différentes sur une montagne russe émotionnelle. Vous vous demandez parfois qui est Angèle. La femme Chanel un peu froide et sophistiquée est très différente de la vraie Angèle… La pochette, c’est l’aboutissement de toutes ces émotions, avec ses montées et ses descentes. Il y a des émotions positives et négatives, gaies et tristes, il y a de tout… Si le succès de ce disque est moindre que le précédent, ce sera un drame ? Je mentirais si je disais que ça ne va pas m’atteindre. C’est compliqué évidemment. Mon père me l’avait déjà dit tout au début. Il y a cette pression mais la réponse que j’ai trouvée, c’est que tant que je suis fière de cet album, qu’il y a aucune hésitation sur aucune chanson, peu importe. Tellement je suis heureuse de ça. Je fais la musique que j’aime, c’est ça qui est important. Parvenez-vous encore à vivre sans écran, sans la caméra de votre téléphone qui vous permet de faire quotidiennement des stories et des selfies ? Quand je compose, j’aime m’enregistrer avec mon téléphone où il y a tout. Pour le documentaire, Brice m’avait dit de ne pas hésiter à me filmer. Je l’ai fait sans savoir ce qui allait servir. Après, je fais des pauses. Ça arrive et ça fait du bien… Angèle sera en concert le 16/05 et du 19 au 22/12/22 à Forest National, le 10/12/22 au Sportpaleis d’Anvers et au Dour Festival qui se tiendra du 13 au 17/07/22. Angèle publie ce vendredi son second album, « Nonante-cinq ». Nous l’avons longuement rencontrée sur le mode confidences. Par Thierry Coljon Journaliste au service Culture Le 2/12/2021 à 23:55
3 h
www.lesoir.be
Luka Elsner: «Une soirée difficile, mais l’objectif est rempli»
Les joueurs du Standard n’ont rien lâché contre le Beerschot et se sont imposés dans la douleur contre le Beerschot en Coupe de Belgique (2-0).
3 h
Lameuse.be
le disque
le disque Nonante-cinq VL Records-Universal. Après avoir vendu 1,5 million de son premier album Brol (l’album le plus vendu en France en 2019), Angèle remet sa couronne en jeu avec un disque nettement moins truffé de tubes potentiels, plus mélancolique aussi, mais toujours guidé par des textes intimes, qui parlent de ses interrogations suite à ces folles années et cette pandémie qui l’a forcée à se mettre en mode pause. Avec son partenaire habituel Tristan Salvati qui lui a offert – à sa demande – un son plus autotuné que jamais, comme l’exigent les actuels canons radiophoniques urbains, Angèle convainc sans chercher à séduire à tout prix, préférant rester elle-même avec des textes touchants, personnels. Définitivement sa marque de fabrique ! Par Thierry Coljon Journaliste au service Culture Le 2/12/2021 à 23:54
3 h
www.lesoir.be
Luka Elsner soulagé après la qualification du Standard: «Une soirée difficile, mais l’objectif est rempli»
Luka Elsner soulagé après la qualification du Standard: «Une soirée difficile, mais l’objectif est rempli» PhotoNews Pour les Rouches, ce fut compliqué mais ils n’ont rien lâché. Ils ont fait preuve de caractère face à une équipe anversois qui a joué le jeu. Finalement, la différence est venue des remplaçants puisque Muleka et Bokadi ont trouvé le chemin des filets lors des prolongations. Laurent Henkinet, homme du match, a joué un rôle primordial dans ce succès. « On a eu du mal pendant le match, mais il fallait être là pour l’équipe, puis le groupe a fini par passer au-dessus », analysait le gardien liégeois au micro de RTL Sport. « On se cherche encore, c’est certain. Mais cette victoire au bout des prolongations va nous faire du bien moralement. On est le Standard, on ne peut pas snober cette compétition. » De son côté, Luka Elsner, le coach des Rouches, savourait aussi cette qualification. « On est passé par un trou de souris, on peut remercier clairement Laurent Henkinet qui nous a sauvés dans des moments clés », relevait le mentor liégeois. « Finalement, on se sauve pendant ces prolongations. C’était une soirée difficile, mais l’objectif est rempli. On a amené régulièrement le ballon dans la surface sans les exploiter. Maintenant, il faut continuer à travailler, se remettre en question dès demain et se battre avec un grand cœur contre Charleroi ce week-end. » Les joueurs du Standard n’ont rien lâché contre le Beerschot et se sont imposés dans la douleur contre le Beerschot en Coupe de Belgique (2-0). Le 2/12/2021 à 23:53
3 h
www.lesoir.be
Les bulletins des Rouches face au Beerschot: Muleka décisif après sa montée au jeu
Les bulletins des Rouches face au Beerschot: Muleka décisif après sa montée au jeu Belga 7 Henkinet : réchauffé avec une envolée sur une frappe de Holzhauser en début de match, puis juste avant le repos sur une tête de Soumare. Après, le repos, il a été sauvé par son poteau sur un coup-franc de Holzhauser et a surtout frustré le Beerschot avec des arrêts sur des occasions de Suzuki, Holzhauser et Dom. 5 Fai : égal à lui-même avec ses qualités… et ses défauts, qui lui ont vu perdre sa place au profit de Siquet. 5 Sissoko : averti après 20 minutes face à la vivacité de Suzuki, le placement du Français a parfois laissé à désirer tout comme ses automatismes avec Dussenne. 5 Dussenne : affublé du brassard de capitaine, il s’est procuré la plus belle occasion liégeoise en 2e mi-temps avec une reprise de la… tête. Bien embêté par Soumare, cela lui a valu une jaune. 5 Nkounkou : porté vers l’avant au risque de laisser un trou à gauche, il a été plus confus dans ces gestes défensifs que dans ses gestes offensifs. 6 Raskin : une belle frappe sur un service de Dönnum après avoir été à l’origine de la récupération du ballon. L’international Espoirs a été gêné par un problème physique en début de 2e mi-temps qui a nécessité son remplacement juste avant l’heure de jeu. 6 Cimirot : un des rares à avoir évolué à son niveau, il a bougé, a récupéré des ballons, a tenté de créer des espaces sans nécessairement trouver du répondant chez ses partenaires. 4,5 Dönnum : un peu sonné peu après le quart d’heure dans un duel avec De Smedt. Il n’a guère eu de réussite dans ses actions. 5,5 Carcela : pour sa première titularisation, on a senti Mehdi mû par l’envie de bien faire. Soit par manque de coordination entre la tête et les jambes, soit à cause des petites fautes non sifflées ou à cause de ses équipiers, il n’a pu masquer une légère frustration. Il a botté le corner pour la tête de Dussenne. 4 Dragus : le Roumain a la volonté de bien faire mais entre l’envie et sa concrétisation, il y a un monde. Il a été averti pour s’être pris le chou avec Lemos, coupable d’avoir un peu secoué Carcela. Il n’a pas fait sa meilleure publicité. 5 Klauss : un but logiquement annulé pour hors-jeu sur un service de Carcela. On l’a senti parfois dépité par rapport à sa débauche d’énergie en pure perte. Remplaçants 6,5 Bokadi : il a d’abord suppléé Raskin puis Carcela quand ce dernier a repris la place de Dönnum. Il a assuré la qualification à la 119e. 5,5 Tapsoba : une tête non-cadrée qui a valeur d’occasion peu après son entrée au jeu. 6,5 Muleka : la tête victorieuse sur le centre de Rafia et l’assist pour Bokadi. NC Pavlovic, Rafia et Al-Dakhil. Ce jeudi soir, le Standard a éliminé le Beerschot sur le score de 2-0 après prolongation, dans le dernier huitième de finale de la Coupe de Belgique de football, jeudi soir à Sclessin. Par Philippe Gerday Le 2/12/2021 à 23:52
3 h
www.lesoir.be
Les bulletins des Rouches face au Beerschot: Muleka décisif après sa montée au jeu
Ce jeudi soir, le Standard a éliminé le Beerschot sur le score de 2-0 après prolongation, dans le dernier huitième de finale de la Coupe de Belgique de football, jeudi soir à Sclessin.
3 h
Lameuse.be
Une injustice réparée par un doublé de Ronaldo: Manchester United renverse Arsenal
Manchester United a recollé aux groupes des poursuivants grâce à sa victoire à domicile contre Arsenal (3-2), jeudi, lors de la 14e journée de Premier League, alors que Tottenham, vainqueur de Brentford (2-0), est lui aussi bien relancé dans la course à la C1.
3 h
www.7sur7.be
Une injustice réparée par un doublé de Ronaldo: Manchester United renverse Arsenal
Manchester United a recollé aux groupes des poursuivants grâce à sa victoire à domicile contre Arsenal (3-2), jeudi, lors de la 14e journée de Premier League, alors que Tottenham, vainqueur de Brentford (2-0), est lui aussi bien relancé dans la course à la C1.
3 h
www.7sur7.be
Le Standard retrouvera La Gantoise en quarts de finale de Croky Cup, Anderlecht recevra Courtrai
Le tirage au sort a été effectué après la victoire du Standard.
3 h
www.dhnet.be
Le Congrès américain surmonte un premier obstacle pour éviter un «shutdown»
Le Congrès américain surmonte un premier obstacle pour éviter un «shutdown» Le Congrès américain a surmonté jeudi un premier obstacle pour échapper à une paralysie des services fédéraux américains ce week-end, le fameux « shutdown » que des élus républicains cherchent à provoquer afin de protester contre les obligations vaccinales du gouvernement Biden. Les élus de la Chambre des représentants ont approuvé une nouvelle loi de finances dans l’après-midi pour tenter d’éviter un assèchement soudain des ressources de l’Etat fédéral vendredi à minuit, qui forcerait des centaines de milliers d’employés au chômage technique. Mais ce texte, fruit de longues négociations, doit désormais passer par l’étape du Sénat où une seule défection pourrait empêcher de l’adopter à temps, l’accord de tous les élus étant nécessaire pour passer au vote. Or une poignée de républicains, la plupart très proches de Donald Trump, refusent cela pour l’instant, arguant que le texte contribuerait à financer le décret de Joe Biden qui oblige les employés des entreprises de plus de 100 personnes à se faire vacciner, et auquel ils s’opposent. L’un d’entre eux, le sénateur Mike Lee de l’Etat très conservateur de l’Utah, a défendu sa décision jeudi. « S’il faut choisir entre suspendre temporairement des activités non-essentielles et rester les bras croisés » face à ce décret vaccinal, a-t-il plaidé, « je soutiendrai les travailleurs américains, à chaque fois ». Ministères mais aussi parcs nationaux et une multitude d’organismes américains seraient touchés si la menace de ces élus était mise à exécution. Le « shutdown » de l’hiver 2018, le plus long en date, avait notamment affecté le contrôle des bagages dans les aéroports, une pagaille dont l’immense majorité des élus du Congrès ne veulent pas avant les fêtes. Les élus de la Chambre des représentants ont approuvé une nouvelle loi de finances dans l’après-midi pour tenter d’éviter un assèchement soudain des ressources de l’Etat fédéral vendredi à minuit, qui forcerait des centaines de milliers d’employés au chômage technique. Par AFP Le 2/12/2021 à 23:48
4 h
www.lesoir.be
Loting Croky Cup: KV Mechelen ontvangt Eupen in de kwartfinale, AA Gent - Standard is de topper
Meteen na afloop van de laatste achtste finale (tussen Standard en Beerschot) van de Belgische voetbalbeker werd er op RTL door Philippe Vande Walle geloot voor de kwartfinales. Anderlecht - KV Kortrijk, Club Brugge - OH Leuven, KV Mechelen - Eupen en AA Gent - Standard zijn de vier affiches die op 21, 22 en 23 december zullen worden afgewerkt.
4 h
www.gva.be
AA Gent - Standard is opvallendste affiche in kwartfinales beker, andere topclubs ontlopen elkaar
Meteen na afloop van de laatste achtste finale (tussen Standard en Beerschot) van de Belgische voetbalbeker werd er op RTL door Philippe Vande Walle geloot voor de kwartfinales. Anderlecht - KV Kortrijk, Club Brugge - OH Leuven en AA Gent - Standard zijn de vier affiches die op 21, 22 en 23 december zullen worden afgewerkt.
4 h
www.hbvl.be
Le Standard à La Gantoise, Anderlecht conte Courtrai: les affiches des quarts de finale de la Coupe
Dans la foulée de la qualification du Standard, le tirage au sort des quarts de finale a été effectué par Philippe Vandewalle sur le plateau de RTL Sports. L’ancien portier de Bruges et de Charleroi a réservé un déplacement compliqué au Standard, qui se rendra à la Gantoise. Le Sporting d’Anderlecht et Bruges auront, en revanche, l’avantage d’évoluer à domicile, contre Courtrai et OHL, tandis qu’Eupen se déplacera à Malines.
4 h
www.7sur7.be
Premier League: Ronaldo offre la victoire à Manchester United contre Arsenal, Tottenham engrange (vidéos)
Premier League: Ronaldo offre la victoire à Manchester United contre Arsenal, Tottenham engrange (vidéos) Reuters Manchester United a recollé aux groupes des poursuivants grâce à sa victoire à domicile contre Arsenal (3-2), jeudi, lors de la 14e journée de Premier League. Avec 21 points, les Red Devils ne sont toujours que 7e au classement, mais ils n’ont que 3 points de retard sur le 4e, West Ham, qui est le dernier qualifié virtuel pour la Ligue des champions. Ce revers est, en revanche, un coup d’arrêt pour Arsenal (5e, 23 pts) et un deuxième revers contre un rival, après le 4-0 infligé par Liverpool. La match, plein de rebondissements, aura certainement été très instructif, en bien comme en mal pour Ralf Rangnick, présent dans les tribunes mais qui va maintenant prendre l’équipe en main. L’ouverture du score restera ainsi dans les annales comme l’un des buts les plus curieux jamais accordés en Premier League. Sur un corner, Fred a marché sur le talon de David De Gea qui s’est écroulé et le ballon, dégagé, est revenu à Emile Smith-Rowe, à l’entrée de la surface, qui a adressé une frappe assez molle mais qui a fini au fond des filets. Bien que gêné de ne pas avoir vu le gardien au sol, l’arbitre Martin Atkinson, qui n’avait sifflé qu’après que le ballon eut franchi la ligne et en l’absence de toute faute, n’a eu d’autre choix que d’accorder le but (0-1, 13e). Ce coup de pouce du destin a malheureusement eu pour effet de faire totalement déjouer les Gunners qui, comme déjà vu bien trop souvent sous Mikel Arteta, ont essayé de gérer pendant 77 minutes plutôt que d’enfoncer le clou. Les Red Devils en ont profité pour se remettre en selle et ont été récompensés juste avant la pause quand une passe subtile de Jadon Sancho pour Fred a éliminé trois joueurs dans la surface avant que le Brésilien ne transmette à Bruno Fernandes qui a égalisé du plat du pied (1-1, 44e). Muet depuis le 11 septembre et le premier match de Cristiano Ronaldo après son retour, Fernandes a accueilli avec rage ce but pour sa 100e rencontre sous le maillot rouge. Après une seconde période inégale mais vivante, Manchester United a eu le denier mot grâce à un doublé de l’inévitable Cristiano Ronaldo, pour ses 800e et 801e buts, en club comme en sélection. Il a d’abord été à la réception d’un centre parfait de Marcus Rashford à ras de terre, pour marquer du plat du pied (2-1, 52e) et il a transformé un penalty obtenu par Fred, plein centre (3-2, 70e). Entre temps, Martin Oodegard, fautif sur le penalty décisif, avait égalisé à 2-2, d’un beau plat du pied placé (54e). Tottenham en embuscade Dans l’autre match du soir, Tottenham a enchaîné un deuxième succès à domicile sous les ordres d’Antonio Conte en disposant du promu Brentford. Après le report de son match à Burnley, le week-end dernier, en raison d’importantes chutes de neige, les Spurs ont un match en moins que les autres mais occupent une 6e place encourageante avec 22 points, soit 2 de moins que West Ham. Si l’ouverture du score l’a été sur un but contre son camp de Sergi Canos après un coup de billard sur un corner (1-0, 12e), le second but a été le résultat d’un beau jeu à trois sur une contre-attaque éclair. Son Heung-min a remis à Harry Kane qui a lancé Sergio Reguilon sur son aile gauche et le centre à ras de terre du latéral a retrouvé Son qui n’a eu qu’à pousser le ballon au fond (2-0, 65e). Avec la réception de l’avant-dernier, Norwich, dimanche, les Londoniens auront l’occasion de conforter leur place de prétendant à la C1 dans une course très ouverte derrière le trio Chelsea, Manchester City et Liverpool. Grâce un Cristiano Ronaldo des grands soirs, Manchester United s’est offert le scalp d’Arsenal ce jeudi soir. De son côté, Tottenham, vainqueur de Brentford (2-0), s’est relancé dans la course à la C1. Par AFP Le 2/12/2021 à 23:45
4 h
www.lesoir.be
Voici le tirage des quarts de finale de la Coupe de Belgique
Le tirage au sort des quarts de finale a été effectué, ce jeudi soir, après la rencontre entre le Standard et le Beerschot.
4 h
Lameuse.be