Pover Standard rekent in verlengingen af met Beerschot en is laatste kwartfinalist Croky Cup

Als achtste en laatste verzekerde Standard zich van een plekje in de kwartfinale van de beker. In een ontluisterend zwakke partij botste Beerschot meermaals op een sterk keepende Henkinet. Uiteindelijke verloste Muleka de Rouches met een goal en een assist in de verlengingen.
Read full article on: myprivacy.dpgmedia.be
Nord de la France: un excès de vitesse de plus de 80 km/h
Nord de la France: un excès de vitesse de plus de 80 km/h Photo d’illustration. - PQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPP. Une Audi RS6 peut atteindre les 500 voire même les 600 chevaux. Et ce conducteur qui traversait l’Avesnois, dans le nord de la France, samedi après-midi doit vertement regretter d’avoir poussé un peu trop fort la cavalerie, pointe La Voix du Nord. Au même moment, les gendarmes de la brigade de Fourmies étaient postés le long de la départementale 42 pour une opération de contrôle. Lorsque le bolide est passé devant le radar, l’appareil a affiché un résultat de 167 km/h. La route est pourtant limitée à 80. « La voiture a été mise en fourrière et le permis immédiatement retiré en attendant la décision de justice », indiquent les militaires du groupement Nord sur leur page Facebook. Pour rappel, en France, un excès de vitesse supérieur à 50 km/h est passible d’une perte de six points, une amende de 1.500 euros et une suspension de permis qui peut aller jusqu’à trois ans. Les gendarmes de Fourmies, dans le nord de la France, ont contrôlé samedi une Audi propulsée à 167 km/h sur la départementale 42, rapporte la Voix du Nord. L’axe routier est limité à 80. Le 17/01/2022 à 18:06
4 m
www.lesoir.be
Migrantenboot zinkt tussen Marokko en Canarische Eilanden: 2 doden en 40 vermisten
Zeker twee migranten zijn om het leven gekomen nadat een boot is gezonken op de Atlantische Oceaan, voor de kust van Marokko. Nog 40 inzittenden zijn vermist. Dat meldt de overheid van de Canarische Eilanden.
5 m
HLN.be
Zayn Malik had affaire tijdens relatie met Gigi Hadid
Zayn Malik (29) heeft naar verluidt een affaire gehad met ‘The Only Way Is Essex’- ster Abi Clarke (30) terwijl de zanger in een relatie was met supermodel Gigi Hadid (26). Malik zou “geobsedeerd” zijn geweest met Clarke nadat hij haar aan de overkant van een bar in Los Angeles had gespot.
7 m
HLN.be
Une avenue très fréquentée de Charleroi est fermée à la circulation
Les travaux de rénovation de l’enveloppe Charleroi District Créatif (Charleroi DC) avancent à grand pas à la Ville-Haute. Mais depuis ce lundi, cela impacte encore davantage la circulation en centre-ville.
8 m
www.7sur7.be
Accoucher à domicile? Une évolution liée à la pandémie, mais pas uniquement
Accoucher à domicile? Une évolution liée à la pandémie, mais pas uniquement Coronavirus ou pas, il y a une volonté des femmes de se réapproprier l’accouchement. - BelgaImage. Si l’accouchement à domicile (AAD) reste une pratique marginale de nos jours, la pandémie a quelque peu augmenté les demandes auprès des sages-femmes spécialisées. C’est par exemple le cas pour Amala, à Bruxelles, une association de sages-femmes qui offrent un accompagnement complet aux parents avant, durant et après la grossesse. « Nous avons eu légèrement plus de demandes, souvent en dernière minute », confirme Aline Schoentjes, sage-femme chez Amala. En 2021, l’association a reçu 32 demandes, mais seules 16 d’entre elles ont été acceptées. La sage-femme explique que « l’accouchement à domicile est un projet positif qui doit se construire bien à l’avance ». Les antécédents médicaux de la mère, son foyer, la proximité suffisante d’un hôpital… tout doit être examiné avant que les « feux soient au vert ». Des règles contraignantes Murielle Conradt, vice-présidente de l’Union professionnelle des sages-femmes belges, a arrêté de pratiquer les accouchements à domicile depuis septembre 2020. « Pendant la première vague, il y avait beaucoup trop de demandes et j’ai fait un burn-out », déclare-t-elle. « Beaucoup de femmes ont eu peur que leurs aînés ne soient pas acceptés dans les maternités ou de devoir accoucher avec un masque. » À lire aussi Grand format – Les maisons de naissance, alternative aux maternités Au-delà des restrictions sanitaires, Céline Derudder, enseignante sage-femme à la haute école de Louvain en Hainaut, constate une « volonté des femmes de se réapproprier l’accouchement ». Même avant le début de la pandémie, des études sur les violences obstétricales ont été menées, des témoignages se sont fait entendre, ce qui a pu orienter certains futurs parents vers d’autres chemins que celui de l’accouchement en milieu hospitalier. Jean-Paul Van Gossum, chef de service gynécologie et obstétrique à Saint-Jean, fait part de son expérience durant la pandémie. « La majorité des cliniques ont accepté le papa, les aînés et les grands-parents » explique-t-il. A l’heure actuelle, seul le papa est autorisé à se rendre à la maternité en raison de la flambée de l’épidémie. « C’est un acte très à risque pour le personnel soignant, la mère est bien sûr testée », explique le gynécologue. Si elle est négative, pas besoin du masque pendant le travail. Sinon, il est obligatoire. Depuis le début de la pandémie, le Dr Van Gossum constate lui aussi « une volonté des femmes d’avoir un accouchement plus naturel, moins médicalisé ». « Les patientes ont aussi été laissées plus tranquilles après l’accouchement pendant la pandémie. Elles appréciaient et, souvent, le premier contact et l’allaitement se passaient mieux », témoigne le gynécologue. « Nous réfléchissons à créer une à deux salles non médicalisées, à limiter les visites à la maternité, nous travaillons à éviter les épisiotomies… », affirme-t-il. Selon lui, la demande pour les accouchements à domicile n’est pas rencontrée, en raison du manque de sages-femmes indépendantes qui le pratiquent. Il nuance cependant et exprime de « grosses réticences » face aux AAD, surtout pour les mamans qui accouchent du premier enfant. « Dans une salle non médicalisée en hôpital avec une sage-femme, le gynécologue est dans la pièce d’à côté en cas de problème. L’accouchement reste un acte impliquant la vie de deux personnes, celle de la mère et celle du bébé, » rappelle-t-il. Une option peu choisie Le nombre de naissances diminue depuis une dizaine d’années. C’était le cas en 2020, avec 113.739 bébés, soit 2,9 % de naissances en moins par rapport à 2019, selon l’Office belge de statistiques Statbel. En revanche, les accouchements à domicile ont légèrement augmenté cette même année, avec 61 dans la Région de Bruxelles-Capitale et 128 en Wallonie, selon les chiffres du Centre d’épidémiologie périnatale (Cepip). En Flandre, les AAD s’élevaient à 406 en 2020. Une différence de taille avec la Wallonie qui n’en est pas vraiment une car, rapportés à la population, les AAD sont à peine plus élevés en Région flamande que chez les francophones. À lire aussi Le post-partum, un séisme qui bouleverse la vie des mamans Le choix de l’AAD reste cependant marginal, car neuf femmes sur dix font le choix d’accoucher en maternité, selon une étude de la plateforme citoyenne Naissance respectée. « Cette hypermédicalisation de l’accouchement s’est produite progressivement après les années 50, » rapporte Aline Schoentjes. Pour elle, ce n’est pas une mauvaise chose. « Les sages-femmes libérales et les hôpitaux sont complémentaires », assure-t-elle. « L’important reste d’être informé des options possibles et de faire le choix qui nous correspond », conclut la sage-femme. Entre 2020 et 2021, certaines sages-femmes ont constaté légèrement plus de demandes pour des accouchements à domicile. Si le phénomène reste marginal, il serait lié à différentes peurs des futures mamans concernant la pandémie ou les violences obstétricales. Par Sophie Ménard (st.) Le 17/01/2022 à 18:01
9 m
www.lesoir.be
Les carrossiers n’aiment pas l’aide à la conduite
Les carrossiers n’aiment pas l’aide à la conduite Si l’évolution de l’emploi dans les concessions est délicat à évaluer (la disparition des métiers mécaniques en raison de l’électrification pouvant être compensée par l’apparition de nouveaux profils), le secteur de la carrosserie est plus inquiet. La multiplication des systèmes d’aide à la conduite (et donc la diminution attendue du nombre d’accrochages), y fait craindre une diminution de l’emploi de l’ordre de 5 % dans les dix ans. Par B.J. Le 17/01/2022 à 18:00
9 m
www.lesoir.be
Clôture du Bel 20 du lundi 17/01
Bourse de Bruxelles - Clôture du Bel 20 du lundi 17/01 AB InBev          +  59,53  (58,98)  Ackermans            + 178,10 (177,00)  Aedifica                  - 112,00 (112,40)    Ageas -  45,37  (49,00)  Aperam                  -  54,94  (55,12)  arGEN-X                 + 257,00 (249,50)  Cofinimmo         + 140,60 (140,50)  Colruyt  +  37,25  (37,18)  Elia                            + 114,50 (113,10)  Galapagos           +  49,37  (47,78) GBL           +  97,84  (97,52)   KBC   +  83,40  (82,92)  Melexis                     + 101,80 (100,70) Proximus                  -  17,27  (17,76)  Sofina                        + 387,60 (386,00)  Solvay    + 108,35 (105,70)  Telenet     -  33,62  (34,14)  UCB     +  88,84  (88,52) Umicore     -  32,97  (33,78)   WDP                             -  38,50  (38,82) Valeurs de clôture du lundi 17 janvier 2022 des actions qui composent le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles. Entre parenthèses, les cours de la séance précédente. Mis à jour le 17/01/2022 à 17:58
www.lesoir.be
Les plus gros écarts du lundi 17/01
Bourse de Bruxelles - Les plus gros écarts du lundi 17/01 A LA HAUSSE %       COURS Immobel               +  3,61     74,60 Balta                       3,52      3,53   Galapagos              3,32     49,37 arGEN-X                  3,01    257,00 BNB                         2,99  1.720,00 A LA BAISSE               % Ageas                      -  7,41      45,37 Biocartis                 4,88       3,21 Ontex                       3,06       7,30 Proximus                 2,76      17,27 Banimmo                 2,45       3,98 Quelques-uns des plus gros écarts du lundi 17 janvier 2022 à la Bourse de Bruxelles. Mis à jour le 17/01/2022 à 17:56
www.lesoir.be
Un homme de 34 ans et un enfant de 4 ans disparus depuis cinq jours en Flandre
La police fédérale et le parquet de Flandre occidentale ont lancé dimanche soir un avis de disparition pour un homme de 34 ans et un enfant de 4 ans qui ont été vus pour la dernière fois mercredi à Saint-Nicolas. La priorité absolue est de retrouver l’enfant en bonne santé, a indiqué le parquet, précisant que les polices locale et fédérale travaillaient de concert pour y arriver.
www.7sur7.be
Duw- en trekwerk in Vivaldi over energiefactuur
17:56 Premier Alexander De Croo wordt verder opgejaagd door zijn linkse coalitiepartners om de energiefactuur te drukken. Al wordt die voor de middenklasse al deels opgevangen door de automatische loonindex...
www.tijd.be
Namur: une personne incarcérée après la saisie de 250 rongeurs dans un élevage illégal
Namur: une personne incarcérée après la saisie de 250 rongeurs dans un élevage illégal Photo d’illustration. - Belga Image. Deux personnes ont été interpellées et l’une d’entre elles incarcérée après la saisie, jeudi dernier, de plus de 250 rongeurs dans un élevage illégal à Loyers, indiquent lundi le procureur du Roi de Namur, Vincent Macq, et le chef de corps de la police locale, Olivier Libois. La perquisition a été décidée à la suite à plusieurs constatations policières dans le cadre d’une enquête de la police Namur Capitale. Elle a été menée en collaboration avec l’Unité du bien-être animal du Service public de Wallonie. Les quelque 250 lapins et cobayes saisis étaient destinés à la vente et ont été placés dans des refuges en collaboration avec l’ASBL « Le Rêve d’Aby ». En outre, ils sont infestés de parasites internes, ont les griffes très longues et souffrent de déshydratation, a précisé dimanche cette dernière. De nombreux objets ont été saisis dans l’habitation où était organisé l’élevage. Les deux personnes interpellées sont suspectées de diverses escroqueries et fraudes, notamment un trafic d’animaux, du travail au noir et de la fraude fiscale. L’une des personnes interpellées a été incarcérée car elle faisait déjà l’objet de deux ordonnances de capture dans le cadre de condamnations antérieures, précisent encore Vincent Macq et Olivier Libois. Ils sont infestés de parasites internes, ont les griffes très longues et souffrent de déshydratation, selon l’ASBL « Le Rêve d’Aby ». Par Belga Le 17/01/2022 à 17:55
www.lesoir.be
Minstens 22 doden na aardbevingen in Afghanistan
In het westen van Afghanistan zijn maandag bij twee aardbevingen minstens 22 mensen om het leven gekomen. Dat hebben de lokale autoriteiten meegedeeld.
www.hbvl.be
Christie Morreale soutient le dispositif de prévention des suicides "sentinelles"
A l'occasion du Blue Monday, considéré comme le jour le plus déprimant de l'année, la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS), a rendu visite à l'asbl "Un pass à l'impasse", centre de prévention du suicide et d'accompagnement de la mutualité Solidaris basé à Namur. Elle en a aussi profité pour réaffirmer son soutien au dispositif "sentinelles" et confirmer le maintien de 178 psycholo...
Levif.be
RFC Seraing: l’international olympique ivoirien Kouadio-Yves Dabila arrive en prêt
Le RFC Seraing continue de se montrer actif lors de ce mercato. Après Daniel Opare, Molla Wagué et Maïdine Douane, il vient de mettre la main sur un nouvel élément susceptible de renforcer sa défense en la personne de Kouadio-Yves Dabila.
Lameuse.be
Ukraine: une caution de 30 millions d'euros réclamée pour l'ex-président Porochenko
Le parquet ukrainien a demandé lundi au tribunal d'arrêter l'ex-président Petro Porochenko, un milliardaire soupçonné de "haute trahison", ou de lui imposer une caution d'environ 30 millions d'euros, une affaire qui risque de provoquer une crise politique intérieure, en pleine tension géopolitique avec la Russie.
www.lalibre.be
Six mois après sa dernière apparition publique, le retour est annoncé pour la princesse Astrid: elle ira sur cinq continents en même pas deux ans!
Voilà près de 6 mois que nous n’avons plus vu la princesse Astrid. Blessée en septembre suite à une mauvaise chute, elle a annoncé récemment le futur mariage de sa fille aînée. Si le Covid le permet, son agenda en 2022 sera fort chargé.
Sudinfo.be
Pollution à Zwijndrecht: les agriculteurs autour du site de 3M pourront demander une compensation
A partir du 24 janvier, les agriculteurs des environs du site de 3M à Zwijndrecht pourront demander une compensation à la suite de l'impact des mesures pour lutter contre la pollution aux PFOS (l'acide perfluorooctanesulfonique, un perturbateur endocrinien et un polluant), a annoncé lundi Karl Vrancken, commissaire sur la question pour le gouvernement flamand.
www.lalibre.be
Houtkant in Wellen is kleinste natuurgebied van heel Vlaanderen
Twaalf meter lang, zes meter breed, tien bomen en wat struiken. In de Tervoortstraat in Ulbeek bij Wellen ligt het allerkleinste natuurgebied van heel Vlaanderen.
www.hbvl.be
KOERS KORT. Twee Belgische teams krijgen wildcard voor Parijs-Roubaix
De organisatoren van de 119de editie van Parijs-Roubaix (WorldTour), die op 17 april plaatsvindt op de kasseien van de Hel van het Noorden, hebben hun line-up samengesteld voor het komende voorjaar. Naast de achttien WorldTour-teams mogen ook de drie beste ProTeams van vorig jaar en vier formaties via een wildcard aantreden in de Noord-Franse koers.
HLN.be
L’appartement de Rudy Giuliani, ex-avocat de Trump, perquisitionné par la police fédérale
La police fédérale a perquisitionné mercredi l’appartement new-yorkais de Rudy Giuliani, ex-avocat personnel de Donald Trump, dans le cadre d’une enquête sur ses activités en Ukraine, une opération immédiatement dénoncée comme politiquement motivée par ses proches.
www.7sur7.be
Basket (TDM2): Mirza Skrelja (Sprimont), la détermination à l’état pur!
Vendredi, Mirza Skrelja a survolé le derby entre Esneux et Sprimont! Le pivot des Carriers a compilé rebonds et points pour tenir son équipe à bout de bras.
Lameuse.be
Podcast – La dernière chance du «baromètre corona»
Podcast – La dernière chance du «baromètre corona» Ressorti du frigo fin 2021, le baromètre sera au cœur du prochain Codeco, organisé cette semaine. En coulisses, on débat encore des critères, des mesures, etc. Bref, ce n’est pas gagné. Le 17/01/2022 à 17:51
www.lesoir.be
Qui est Axel Lehmann, le nouveau président de Credit Suisse ?
Agé de 62 ans, Axel Lehmann reprend la présidence de Credit Suisse avec "effet immédiat" après la démission de son prédécesseur, le banquier Portugais Antonio Horta-Osório, éclaboussé par des révélations autour des règles de quarantaine qu'il avait enfreintes.
www.lalibre.be
Football: Christian Eriksen de retour en Premier League? Brentford a fait une offre
Football: Christian Eriksen de retour en Premier League? Brentford a fait une offre Photo News Selon The Athletic, le club de Brentford a fait une offre pour le milieu de terrain Christian Eriksen. Le Danois, qui est libre de s’engager où il le souhaite depuis la résiliation de son contrat avec l’Inter Milan en décembre, souhaiterait retourner en Angleterre. Les Abeilles auraient fait une offre pour un contrat de six mois avec la possibilité de prolonger pour une année supplémentaire au joueur de 29 ans. L’international danois qui n’a plus joué depuis son malaise cardiaque le 12 juin dernier lors du match de l’Euro face à la Finlande, a pour objectif de rejouer a haut niveau et de retrouver sa place avec le Danemark pour aller à la Coupe du Monde 2022 au Qatar. L’ancien milieu offensif de Tottenham aux 305 matchs avec les Spurs serait aussi convoité par d’autres clubs de Premier League. Eriksen sera-t-il de retour sur les terrains dans les prochaines semaines ? Tout le monde l’espère, en tout cas ! Le retour de l’international danois se préciserait… Le 17/01/2022 à 17:49
www.lesoir.be
Tuchel fait “tout pour aider Lukaku”, mais sans changer de style de jeu
Thomas Tuchel “fait tout pour aider Romelu Lukaku”, mais ne compte pas changer de style de jeu. L’entraîneur allemand l’a expliqué en conférence de presse lundi, deux jours après avoir regretté “les nombreuses pertes de balles sans être mis sous pression” du Diable Rouge contre Manchester City (défaite 1-0).
www.7sur7.be
Tuchel fait “tout pour aider Lukaku”, mais sans changer de style de jeu
Thomas Tuchel “fait tout pour aider Romelu Lukaku”, mais ne compte pas changer de style de jeu. L’entraîneur allemand l’a expliqué en conférence de presse lundi, deux jours après avoir regretté “les nombreuses pertes de balles sans être mis sous pression” du Diable Rouge contre Manchester City (défaite 1-0).
www.7sur7.be
Football: Christian Eriksen de retour en Premier League? Brentford a fait une offre
Le retour de l’international danois se préciserait…
Sudinfo.be
Le roi Philippe a accordé six grâces en 2021
Le roi Philippe a accordé six grâces en 2021 Photo News. Sur les 1.095 demandes de grâce reçues par le palais royal en 2021, six ont connu une issue favorable, a indiqué le SPF Justice lundi. Ce nombre varie d’une année à l’autre. La décision est prise sur avis du ministre de la Justice. Parmi les six grâces accordées en 2021, quatre concernaient des condamnations pour des infractions routières pour lesquelles l’auteur ne s’est rendu coupable ni de conduite en état d’ivresse, ni de délit de fuite et dont il ne résulte pas de victime. Les deux autres condamnations étaient liées à des affaires de stupéfiants. Dans quatre cas, l’amende a été (totalement ou partiellement) annulée ou reportée par le roi Philippe. Dans deux cas, une interdiction de conduire a été reportée ou limitée. Aucune raison précise n’est fournie quant à l’octroi de grâces individuelles. En 2021, 1.095 personnes ont envoyé une demande de grâce, soit 80 de plus qu’en 2020. Plus de la moitié (58 %) étaient francophones et 42 % néerlandophones. Sur les six dossiers approuvés, quatre sont en français et deux en néerlandais. Cette disparité linguistique est le résultat de l’effectif disponible pour l’analyse des dossiers : pendant six mois, un seul gestionnaire de fichiers néerlandophone était disponible. « Les chiffres ont légèrement augmenté par rapport à 2020, lorsque le nombre de demandes soumises a quelque peu diminué en raison de la crise du coronavirus », a expliqué Sharon Beavis du SPF Justice. La moitié des demandes concernaient des amendes et des confiscations. Viennent ensuite les peines de prison (35 %) et les interdictions de conduire (15 %), une tendance similaire aux années précédentes. Aucune raison précise n’est fournie quant à l’octroi de grâces individuelles. Par Belga Le 17/01/2022 à 17:45
www.lesoir.be
Activision Blizzard: Près de 40 salariés licenciés pour comportement sexuel inapproprié
Activision Blizzard: Près de 40 salariés licenciés pour comportement sexuel inapproprié Selon le quotidien, qui s'est entretenu avec des sources proches du dossier, environ 700 signalements ont par ailleurs été enregistrés par l'entreprise lors des sept derniers mois pour des affaires d'agression, de harcèlement ou d'abus sexuels, certains incidents ayant fait l'objet de plusieurs signalements.  La liste des actions prises par Activision devait être publiée avant les fêtes de fin d'année, précise le Wall Street Journal, mais son patron, Bobby Kotick, s'y serait opposé de crainte qu'elle n'amplifie les déboires du groupe, déjà dans le collimateur des autorités américaines. Contacté par l'AFP, l'entreprise n'a pas répondu dans l'immédiat. Fin juillet 2021, une agence de l'Etat de Californie, où se situe le siège d'Activision, a déposé une plainte auprès d'un tribunal civil de Los Angeles, reprochant à l'éditeur de "Call of Duty", "World of Warcraft" et "Candy Crush" d'avoir favorisé le développement d'une culture "sexiste" et de n'avoir rien fait pour y remédier. En septembre, le gendarme boursier américain, la SEC, a lancé une enquête pour déterminer si le groupe avait suffisamment communiqué sur les accusations de harcèlement et de discrimination dont il fait l'objet. Deux mois plus tard, le Wall Street Journal révélait que M. Kotick, accusé par des salariés d'avoir cherché à étouffer plusieurs affaires, dont des accusations de viol, envisageait de démissionner s'il ne parvenait pas à régler les problèmes auxquels Activision fait face. Une pétition, signée par près de 20% des 9.500 employés de l'entreprise, réclame le départ de M. Kotick, aux commandes depuis 1991. Face aux multiples allégations, l'éditeur s'est séparé d'un de ses dirigeants, mentionné dans la plainte californienne, et a passé un accord en septembre pour mettre fin à d'autres poursuites d'une agence fédérale américaine pour harcèlement sexuel, discrimination sexuelle et représailles. Activision a aussi confirmé en octobre plus de 20 départs et plus de 20 mesures disciplinaires suite aux plaintes et aux signalements. Selon le Wall Street Journal, l'entreprise est sous la pression d'actionnaires et de partenaires commerciaux lui réclamant de faire preuve de davantage de transparence dans la gestion des affaires de harcèlement et d'abus sexuels. En fin d'année dernière, le directeur d'exploitation du groupe, Daniel Alegre, s'était engagé à augmenter de 50% la part d'employées femmes et non-binaires dans les cinq prochaines années afin d'atteindre une représentation de plus d'un tiers des effectifs. Près de 40 salariés du géant américain des jeux vidéo Activision Blizzard ont été mis à la porte et une quarantaine d'autres ont fait l'objet de mesures disciplinaires depuis juillet en raison de comportements sexuels inappropriés, affirme lundi le Wall Street Journal. Mis à jour le 17/01/2022 à 17:32
www.lesoir.be
Duitsland halveert periode die officieel geldt als "genezen van corona"
De periode dat je officieel geldt als genezen van corona, is in Duitsland gehalveerd van zes naar drie maanden. De status genezen is belangrijk om te reizen of toegang te krijgen tot bijvoorbeeld de horeca, waar je moet aantonen dat je bent gevaccineerd of hersteld.
HLN.be
Duitsland halveert periode die officieel geldt als "genezen van corona"
De periode waarin je officieel geldt als genezen van corona, is in Duitsland gehalveerd van zes naar drie maanden. De status genezen is belangrijk om te reizen of toegang te krijgen tot bijvoorbeeld de horeca, waar je moet aantonen dat je bent gevaccineerd of hersteld.
HLN.be
Technische storing bij identiteitsapp itsme
Heel wat gebruikers van de Belgische identiteitsapp itsme hebben problemen om zich in te loggen. Rond 17:06 uur waren er al zo’n 420 meldingen van storingen. Heel wat mensen hebben de app onder meer nodig als digitale sleutel voor hun Covid Safe Ticket (CST).
HLN.be
Technische storing bij identiteitsapp itsme
Heel wat gebruikers van de Belgische identiteitsapp itsme hebben problemen om zich in te loggen. Rond 17.06 uur waren er al zo’n 420 meldingen van storingen. De app dient onder meer als digitale sleutel voor het Covid Safe Ticket (CST).
HLN.be
Système de sms, réquisition d'agents de terrain : comment les centres de tracing essayent de suivre la cadence
Avec une moyenne de 25 809 contaminations quotidiennes le jeudi 13 janvier (date des chiffres consolidés les plus récents), force est de constater que la cadence est difficile à suivre dans les centres de tracing.
www.lalibre.be
Heeft je tiener een booster nodig voor skivakantie in Oostenrijk? En hoelang geldt je vaccinatiebewijs in Frankrijk? Een overzicht van de regels
Het wordt puzzelen, puzzelen, puzzelen en niet alleen om al dat skimateriaal toch maar in valiezen en autokoffers gepropt te krijgen. Wie met de krokusvakantie wil gaan skiën, moet zich door een wirwar aan regels omtrent vaccinatiebewijzen, boosterprikken en PCR-testen werken. Vooral wie met tieners wil vertrekken, kent extra moeilijkheden. “Het is zeer absurd”, klinkt het. Een (poging tot) overzicht.
HLN.be
Thibaut Courtois, entre plénitude et manque de reconnaissance
Encore déterminant en finale de la Supercoupe, Thibaut Courtois confirme qu’il fait bel et bien partie de la crème de la crème mondiale. Pourtant, au regard des récompenses individuelles, il ne semble pas toujours être reconnu à sa juste valeur.
Sudinfo.be
Onderwaterzakken vol groene energie
17:41 Hoe kunnen we groene windenergie op zee vasthouden voor de windstille momenten? Gigantische waterzakken op de zeebodem kunnen een stuk van de oplossing bieden.
www.tijd.be
Steven Seagal «ridicule», Johnny Depp «surestimé», David Bowie «gosse maigrichon»: Brian Cox («Succession») n’épargne personne dans son autobiographie
Brian Cox n’a manifestement pas envie de se faire des amis à Hollywood. Au moins, on ne pourra pas dire qu’il manque de franc-parler!
Sudinfo.be
Comment réconcilier un bourgmestre et son centre culturel?
Comment réconcilier un bourgmestre et son centre culturel? Aujourd’hui, il n’y a plus de dialogue: la confiance est rompue entre la commune et le centre culturel. - Jean Bensana. La tension entre communes et centres culturels est mal vécue dans plusieurs entités, mais il n’y en a qu’une où le centre culturel a cité en référé la commune pour qu’elle verse le subside annuel 2021 qui lui était dû. En retour, ce 12 janvier, la commune de Braine-l’Alleud vient de dénoncer au parquet de possibles infractions pénales commises dans la gestion de ce centre. Aujourd’hui, il n’y a plus de dialogue : la confiance est rompue entre la commune et le centre culturel mais aussi entre la commune et le Service général d’inspection de la culture ; le centre, lui, se demande bien ce qu’est la finalité de l’interminable querelle qui lui est faite. La commune subsidie, la Communauté contrôle Reprenons. De manière générale, le financement des centres culturels repose sur une parité (a minima) de subsides, les communes s’engageant à financer leur centre culturel (CC) au moins à hauteur de ce qu’apporte la Communauté française. Elles y ajoutent souvent la mise à disposition d’un immeuble, du personnel technique et d’entretien, etc. En contrepartie, des représentants liés à la majorité communale siègent au CA mais avec un pouvoir minoritaire, et le contrôle du CC leur échappe : il revient exclusivement, par décret, à la Communauté française, ce qui est très utile dans les communes où la polarisation politique pourrait poser problème. Cet équilibre est source de tension, mais en général il se gère positivement, dans la confiance. Début 2021, une secrétaire licenciée par le CC de Braine-l’Alleud décide de se venger et communique à la commune deux PV de réunions internes au CC, où est visiblement mise en place une stratégie pour ne pas tout communiquer au conseil d’administration et filtrer l’information utile. L’échevine de la Culture, vice-présidente de droit du CC, se livre publiquement, parle de « trahison (…) c’est comme découvrir qu’on est cocue », confie-t-elle en mars à nos confrères de L’Avenir, « j’ai le sentiment d’avoir été instrumentalisée. » Il y a donc rupture de confiance, la directrice du CC se met assez vite en arrêt maladie. La commune n’a pas de moyens propres de contrôle, et les fuites de PV lui font douter de l’efficacité du contrôle de gestion exercé par la Communauté française : dès mars 2021, elle mandate la société Deloitte pour réaliser un audit sur la manière « dont est gérée la dotation qu’elle octroie » au CC (important : on examine ici la gestion, pas l’activité culturelle) et le CA apporte son soutien à la démarche de la commune, puisqu’elle vise à faire la clarté sur ce qui s’est réellement passé au sein de ce CC. L’audit devait « apaiser les anxiétés », explique la présidente du CA, Aurélie Etienne. La crise s’installe Deux événements vont cependant envenimer la situation et la transformer en véritable crise. La première est sans doute la médiatisation des griefs de l’échevine de la Culture, ce qui place la directrice du CC et son CA dans une position difficile. Or, l’audit tarde à produire ses résultats. La directrice négocie son licenciement avec le CA, elle l’obtient en juin, avant que l’audit soit terminé. Le collège communal est furieux : il aurait voulu attendre les conclusions de Deloitte, même si l’audit précise « qu’il n’a pas pour objectif de procéder à une analyse forensic, ni d’identifier des actes ou des faits qui pourraient être qualifiés de fraudes ou équivalents ». Le deuxième événement est intimement lié au premier : la directrice licenciée, qui dispose d’une véritable expertise socio-culturelle (elle siège tant au CC de Braine-l’Alleud qu’au CC Brabant wallon), est engagée en septembre au… Service général de l’inspection de la culture, ce même service qui inspecte notamment les centres culturels. Cette fois, la confiance est rompue entre le collège communal et l’inspection de la culture : comment penser que la Communauté française va admettre une éventuelle erreur de gestion au sein du CC, erreur que la Communauté n’aurait pas décelée avant audit mais qui, en outre, pourrait incriminer l’une de ses (désormais) fonctionnaires ? Il n’y a, jusqu’à la fin de l’été, aucune erreur ni de faute avérée de part et d’autre. Mais à la rentrée, le pourrissement est tel que la commune mord sur la ligne de touche : elle est habituée au versement tardif du subside qu’elle doit au CC (près de 220.000 euros), elle doit normalement le régler avant fin mars ; or, rien n’est payé début novembre. Un audit prudent La commune, il est vrai, vient de recevoir l’audit Deloitte, qui n’a pas trouvé de smoking gun. Cependant, le contrôle interne de la gestion du centre est « faible », dit l’audit, et ce qu’il trouve ferait se hérisser plusieurs services comptables du privé : entrées et sorties de caisse pas justifiées, notes de frais sans signature ou auto-contrôlées, achat de matériel informatique sans appel d’offres et même par voie orale. Le grief le plus sérieux, somme toute, est de ne pas se soumettre aux règles de marchés publics, alors que le CC est subsidié par des fonds publics. Interpellée en décembre au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la ministre de la Culture, Bénédicte Linard (Ecolo), résumera : « Pas de manquements ou de lacunes graves avérés », mais « des pistes d’amélioration ». « Mes services inviteront dès lors le CC à adapter ses pratiques de gestion dans le sens des recommandations formulées et à en faire rapport à ses partenaires subventionnants dans son prochain rapport financier. » Le bourgmestre, Vincent Scourneau (MR), lui, ne l’entend pas de cette oreille. Il invoque le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, dont le Titre III l’oblige au contrôle des subventions octroyées par sa commune. Alors que la moindre subvention est minutieusement contrôlée, comment se satisfaire d’un contrôle « faible » (dixit Deloitte) pour une entité subsidiée qui, selon ses comptes, perçoit chaque année en subsides communaux directs et indirects un demi-million d’euros ? Bien sûr, le décret relatif aux centres culturels confie le contrôle exclusif à la Communauté, mais le bourgmestre doute désormais du contrôle communautaire et voit entre ces deux textes, le Code et le décret, une contradiction qu’il ne veut pas laisser passer. Et comme l’audit Deloitte ne vise pas à établir d’éventuelles fraudes, le collège demande à un éminent pénaliste d’étudier le rapport d’audit. Tirs judiciaires croisés Deux développements judiciaires vont alors se croiser. Le 9 novembre, le CC cite la commune en référé pour obtenir règlement du subside. La veille de l’audience, le 29 novembre, la commune règle le subside pour ne pas être condamnée (même si elle aurait préféré connaître la position définitive du pénaliste qu’elle a consulté). Puisque le subside est versé, la demande du CC est donc jugée irrecevable. Mais le texte de l’ordonnance est une gifle pour la commune : elle ne lui reconnaît aucun autre droit que de régler le subside qu’elle s’est engagée à payer en cosignant le contrat-programme du centre et condamne la commune à payer la totalité des dépens. Puisqu’elle n’a aucun autre droit que de se taire, la commune va faire mieux : alors qu’elle était systématiquement en retard de paiement les années précédentes, elle verse au CC son subside 2022 dès les premiers jours de janvier… tout en se refusant au dialogue avec le centre. Et pour cause : après lecture du rapport d’audit, l’analyse juridique définitive qu’a rédigé l’avocat pénaliste, à la demande de la commune, énumère une série de possibles infractions pénales. Cependant, les conclusions du rapport sont contestées par la présidente de la CA du centre, Aurélie Etienne. Il y aurait donc lieu, suggère le pénaliste, d’intégrer ces contestations et de demander à l’auditeur de commenter. Mais le pénaliste ajoute qu’en vertu de l’art. 29 du Code d’instruction criminelle, tout fonctionnaire est tenu de dénoncer au parquet tout crime et délit dès qu’il en a connaissance. Or, ajoute le pénaliste, « les infractions identifiées dans le rapport constituent des délits et crimes. Vous êtes donc tenu de transmettre le rapport au procureur du Roi dans les meilleurs délais, afin de lui dénoncer ces infractions. » On ose penser que l’auteur de ces lignes a pesé sa responsabilité en les écrivant. Elles ont eu pour effet de mettre le bourgmestre, Vincent Scourneau, le dos au mur : il devait dénoncer au parquet, il l’a fait. Partie nulle Depuis deux mois, plus aucun administrateur représentant la majorité communale ne siège au CA du centre culturel. Il n’y a donc ni dialogue, ni relais des positions. Une médiation par la Communauté française semble imbuvable pour le collège. Le CC demande « le dialogue, car si on ne parvient pas à rétablir le dialogue avec la commune et à travailler main dans la main avec elle – ce qui fait partie de nos missions aux termes du décret –, nous ne remplissons pas notre mission », explique Aurélie Etienne. Le bourgmestre, lui, demande à ce que soit résolu un conflit de normes. « Qu’on permette à la commune d’effectuer son contrôle sur base du code de démocratie locale », argumente Vincent Scourneau. « Au niveau de la négociation du contrat-programme (qui est un pré carré de la Communauté française, NDLR), il faut rentrer dans les clous du code de démocratie locale qui impose aux communes de vérifier les finances. Pour moi, il y a là une antinomie, un conflit de normes dont on pourrait même saisir la Cour constitutionnelle. » Depuis bientôt un an, une crise oppose le collège de Braine-l’Alleud et son centre culturel. Principal pouvoir subsidiant, la commune réclame un contrôle financier accru. Le centre défend une autonomie garantie par décret. Par Alain Lallemand Journaliste au service Culture Le 17/01/2022 à 17:40
www.lesoir.be
Carrefour roept ijstaarten terug
Carrefour roept ijstaarten terug van bij de consument. Reden is de aanwezigheid van residu van gewasbeschermingsmiddelen (ethyleenoxide).
HLN.be
Explosion à Abou Dhabi: l’image écornée du «havre de paix» des Emirats
Explosion à Abou Dhabi: l’image écornée du «havre de paix» des Emirats La zone industrielle d’Abou Dhabi: les véhicules ont explosé près des réservoirs de stockage de la compagnie pétrolière Adnoc. - AFP Le feu a pris aux Emirats arabes unis. Ce lundi, des camions-citernes ont explosé à Abou Dhabi, tuant trois personnes (un Pakistanais et deux Indiens) et faisant six blessés modérément touchés, selon la police. Au même moment, de la fumée s’élevait de la nouvelle zone de construction de l’aéroport international, les autorités parlant d’un « incendie mineur » n’ayant pas fait de victime. Malgré les nuages noirs dans le ciel, les regards se sont tournés vers le sud de la péninsule arabique. Car les causes de ces troubles seraient à chercher du côté du Yémen. Les Houthis, les rebelles yéménites soutenus par le grand ennemi iranien, ont annoncé « une opération militaire d’envergure » aux Emirats alors qu’explosaient les véhicules près des réservoirs de stockage d’Adnoc, la compagnie pétrolière d’Abou Dhabi, selon les informations de l’agence officielle WAM. Le porte-parole militaire houthiste a promis des détails dans la journée. Ces explosions n’auraient rien d’accidentel : des drones en sont « probablement » à l’origine, selon WAM qui cite la police locale. « Des objets volants » seraient « tombés » sur les lieux touchés. « Les Emirats ne sont jamais très loin » En 2019, les Emirats arabes unis avaient décidé de rappeler leurs troupes de ce terrain de guerre. « Le retrait émirati du Yémen était une vaste mascarade. Les Saoudiens sont toujours à la manœuvre sur place mais les Emiratis ne sont jamais loin », rappelle Sébastien Boussois, chercheur associé à l’ULB et spécialiste du Golfe. Depuis 2015, une coalition internationale menée par l’Arabie saoudite combat les rebelles houthis qui, avec le soutien de l’Iran, avaient fait chuter fin 2014 le gouvernement d’Abd Rabbuh Mansour Hadi. Début janvier, les Brigades des géants, des combattants soutenus par les Emirats, ont fait une percée importante contre les Houthis. Dans ce contexte, l’Iran a-t-il donné son feu vert à une telle attaque ? L’Arabie saoudite est fréquemment la cible des Houthis qui lancent leurs drones sur le territoire du royaume. Mais les frontières intérieures des Emirats avaient été épargnées. Ils apparaissent même comme un « havre de paix » dans la région. Sébastien Boussois souligne l’impact très fort du message : en pleine Exposition universelle, les Emirats ne sont pas intouchables. Difficile pour l’heure de connaître l’ampleur de la réponse émiratie à cet affront. Les Emirats arabes unis craignent une attaque par drone après l’explosion de camions-citernes. Les rebelles houthis, soutenus par l’Iran, pourraient être derrière cette attaque venue du Yémen. Par Pauline Hofmann Journaliste au service Monde Le 17/01/2022 à 17:39
www.lesoir.be
Na anderhalf jaar discussie dan toch een ander pandemiebeleid? Politieke consensus groeit over coronabarometer
In de Wetstraat lijkt men het, na anderhalf jaar discussie, dan toch stilaan eens dat een coronabarometer nuttig kan zijn. Niet als automatische piloot voor het coronabeleid. Wel als een manier om het gejojo met coronaregels te voorkomen.
www.demorgen.be
Na anderhalf jaar discussie: politieke consensus groeit over coronabarometer
In de Wetstraat lijkt men het, na anderhalf jaar discussie, dan toch stilaan eens dat een coronabarometer nuttig kan zijn. Niet als automatische piloot voor het coronabeleid. Wel als een manier om het gejojo met coronaregels te voorkomen.
www.demorgen.be
Tieners plegen gewapende overval op gokkantoor en tankstation: 4 jaar cel gevraagd
Een 21-jarige man riskeert 4 jaar cel omdat hij als chauffeur 3 tieners rondreed om gewapende overvallen te plegen. De jongens vielen binnen in een gokkantoor en een tankstation in Genk.
www.hbvl.be
Thibaut Courtois, entre plénitude et manque de reconnaissance
Thibaut Courtois, entre plénitude et manque de reconnaissance Du haut de son double mètre, Thibaut Courtois a appris à vivre avec la critique et les exigences du monde professionnel. Si le gardien belge a toujours fait forte impression depuis ses débuts professionnels en 2009, il n’a, semble-t-il, jamais atteint le niveau qui est le sien à l’heure actuelle. Une forme de plénitude sur et en dehors des terrains. Surtout, un état de grâce dont le Real Madrid ne cesse de se réjouir quotidiennement et qui (re)lance la question suivante : Thibaut Courtois est-il le meilleur portier de la planète ? Impossible, néanmoins, de poser une réponse claire et définitive, tant la subjectivité et l’émotion d’un instant peuvent inévitablement orienter l’argumentaire. Une certitude néanmoins, celle que « le Mur de Madrid » n’a sans doute jamais été aussi étanche. Pas la moindre fissure à l’horizon… et c’est tout profit pour la Casa Blanca, qui n’a pas tardé à verrouiller le contrat de son protégé jusqu’en 2026. Pour la plus grande fierté de Florentino Perez, le président madrilène, qui n’a pas manqué de s’extasier après le sacre en Supercoupe d’Espagne. « Sans vouloir me vanter, Thibaut Courtois et Luka Modric sont les meilleurs joueurs du monde à leur poste », lançait le bouillant homme d’affaires depuis Riyad. Et on peut difficilement lui donner tort pour le moment ! Si ses premiers mois dans la capitale espagnole furent chaotiques, le géant belge a parfaitement redressé la barre depuis deux saisons et demie. Au point d’être devenu un élément incontournable du onze de base merengue, mais aussi de sauver régulièrement les siens. Que ce soit grâce à un arrêt réflexe, une parade salvatrice, une lecture du jeu idoine… ou une jambe qui traîne. Ce dimanche, c’est d’ailleurs sur un étonnant arrêt du pied gauche devant Raul Garcia (Athletic Bilbao) qu’il a permis au mastodonte madrilène de vivre une fin de rencontre sereine, avant de soulever un nouveau trophée collectif. Son douzième, déjà, depuis son départ de Genk (4 avec l’Atlético Madrid, 4 avec Chelsea et 4 avec le Real Madrid). Sa régularité et ses performances au plus haut niveau relèvent de l’exceptionnel, lui qui ne cesse de repousser les limites du possible. Si le Limbourgeois rêve de faire, un jour, main basse sur la Ligue des champions, il continue de gravir, à son rythme, les échelons de la gloire. Un chemin qu’il a entamé au Racing Genk, où il fut formé puis lancé dans le grand bain par Pierre Denier. « Pour moi, c’est un sentiment très agréable, une fierté même, d’avoir pu lancer deux des meilleurs joueurs de la planète. Je parle de Thibaut Courtois, mais aussi de Kevin De Bruyne », expliquait l’ancien entraîneur limbourgeois. « Pour Thibaut, au-delà de ses facultés remarquables sur la ligne de but, il profite de sa grande envergure corporelle afin d’effectuer des relances à la main de très haute qualité. À mon sens, il fait partie des deux ou trois meilleurs gardiens au monde. » La caste des meilleurs gardiens de la planète abrite de fameux noms : Donnarumma, Neuer, Oblak, Alisson, Ederson, Ter Stegen, Mendy… et, forcément, Courtois. Mais peut-on raisonnablement affirmer que le Belge est le plus complet ? « C’est difficile de dire si, oui ou non, il est le meilleur du monde. C’est un avis purement subjectif », avance Filip De Wilde, ancien gardien de l’équipe nationale belge (1984-2000). Avant de poursuivre son propos : « En tout cas, au Real Madrid, il prouve qu’il fait indéniablement partie des meilleurs. Il est régulier dans ses prestations et sauve parfois des points quand le besoin s’en fait sentir. S’il n’a pas vraiment été reconnu à sa juste valeur lors des derniers titres individuels décernés, c’est parce que cela dépend surtout des performances en club et en équipe nationale. Après, si jamais la Belgique atteint, par exemple, la finale lors de la prochaine Coupe du monde, il pourrait enfin être récompensé. » Depuis 2018, Thibaut Courtois ne fut plus jamais la tête d’affiche des cérémonies de remise de prix. Grâce à sa brillante Coupe du monde en Russie, et notamment le quart de finale face au Brésil (2-1), son talent fut logiquement récompensé : meilleur portier du Mondial et lauréat du titre de gardien de l’année, « The Best », par la FIFA cette année-là. Quatre ans plus tard, son CV personnel n’a plus rien eu à se mettre sous la dent. Frustrant. Râlant, même, pour le principal intéressé qui, en rejoignant le Real Madrid, pensait sans doute prendre une envergure encore plus épaisse. En 2021, par exemple, il n’a été classé qu’à la huitième place du trophée Yachine et n’a même pas été impliqué dans la liste des nommés pour le prix « The Best ». Cette hérésie – s’expliquant par le fait que le gain de grands trophées joue une part primordiale –, Thibaut Courtois n’en fait pas une fin en soi, même s’il aimerait probablement être reconnu sur des critères plus clairs, plus objectifs. Bien que peu souvent récompensé sur la scène continentale, Courtois sait aussi que son statut ne bougera pas d’un iota en Belgique, où son rôle de N.1 est largement assuré et où il s’impose déjà comme le plus grand gardien de l’histoire du plat pays. « Il est vraiment le meilleur Diable rouge depuis de nombreuses années », soulignait Silvio Proto, l’ancien portier d’Anderlecht et de la sélection noire-jaune-rouge, pour le moins admiratif de son cadet. « Il est le seul à avoir maintenu son niveau chaque année et à chaque match. Disons qu’il n’a eu besoin que d’une petite nuit et d’un jour pour trouver ses marques au Real. Pour le reste, c’est essentiellement à Courtois que l’équipe nationale belge doit toutes ses grosses performances des dernières années. » La Belgique pourra encore pendant plusieurs années – espérons-le – compter sur les tentacules de Courtois pour maintenir le navire national à flot. Et il est parfois bon de savourer l’instant présent. « Ce qui est particulièrement remarquable avec lui, c’est qu’il a réussi à s’imposer et à devenir un titulaire indiscutable dans tous les clubs par lesquels il est passé. Cela dit beaucoup de choses sur son niveau, mais aussi sur son état d’esprit. Et, en Belgique, nous ne devons à aucun moment banaliser ce qu’il réalise. Nous devons profiter de sa présence chez les Diables rouges. Car il impose vraiment le respect ! », pointe Filip De Wilde. Respect : ne serait-ce pas finalement le meilleur terme pour résumer l’évolution et le statut de notre Thibaut national ? Un franc-parler assumé et plusieurs polémiques L’adolescent que l’on a connu à Genk est rapidement devenu un homme. Sûr de sa force, doté d’une confiance en soi à toute épreuve et n’hésitant jamais à dire sa façon de penser, Thibaut Courtois cultive, depuis de nombreuses années, la sincérité, le franc-parler. Ne comptez pas sur lui pour être un béni-oui-oui des pôles « communication » et/ou de ses supérieurs. Quand il a quelque chose à dire, il le dit sans ambiguïté. Que ça plaise ou non, car ce n’est pas dans ses habitudes de contenir ses émotions et états d’âme. Son premier gros « coup de sang » remonte au funeste Euro 2016. Il s’en était pris ouvertement aux compétences de Marc Wilmots juste après l’élimination des Diables rouges contre le pays de Galles. « La tactique était à nouveau complètement mauvaise. Nous avons été piégés comme contre l’Italie », a lancé le Belge devant un vestiaire abasourdi. Hors de lui, le sélectionneur belge avait alors tenté de le rappeler à l’ordre, en allant discuter avec le gardien dans une autre pièce. Mais, sur sa lancée, Courtois a renchéri face aux caméras de télévision. Deux ans plus tard, au sortir de la défaite en demi-finale de la Coupe du monde 2018 face à la France, le portier faisait part de sa frustration, pour ne pas dire son dégoût, au micro de BeIN Sports. Une séquence qui fit le buzz et qui fut à l’origine de la « guéguerre » entre les deux pays. « C’est dommage pour le foot que la Belgique n’ait pas gagné. On perd contre une équipe qui n’est pas meilleure que nous. On a perdu contre une équipe qui joue à rien, qui défend ». La notion de « seum » était née. L’Espagne fut aussi une terre de polémiques pour Thibaut Courtois. Alors que son arrivée à Bernabeu a été très mal vécue par les supporters de l’Atlético (sa plaque commémorative a été vandalisée), il n’a pas hésité à rajouter un peu d’huile sur le feu de la rivalité entre le Real et le Barça. « Ce serait injuste que le Barça soit champion », avait-il affirmé en 2020. Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir dans l’opinion publique, en l’occurrence le quotidien catalan Sport. « Courtois, pourquoi tu ne te tais pas ? » Le dernier mot étant finalement revenu… au Belge, qui fut sacré dans la foulée. Son capital sympathie aurait-il été moins égratigné sans ces différentes sorties médiatiques et/ou avec un caractère plus conciliant ? Pas impossible. Fort probable, même. Mais ce n’est plus à 29 ans qu’on le changera… Encore déterminant en finale de la Supercoupe, Thibaut Courtois confirme qu’il fait bel et bien partie de la crème de la crème mondiale. Pourtant, au regard des récompenses individuelles, il ne semble pas toujours être reconnu à sa juste valeur. Par Jean-François Patte Le 17/01/2022 à 17:35
www.lesoir.be
Ook The Voice Kids en The Voice Senior voor onbepaalde tijd stopgezet in Nederland
Ook de Nederlandse versie van The Voice Kids en The Voice Senior worden voor onbepaalde tijd stopgezet. “Alle merken rond The Voice zijn opgeschort tot er meer duidelijkheid is”, bevestigt een woordvoerder van RTL desgevraagd aan het ANP.
www.hbvl.be
Le Canada approuve la pilule anti-Covid de Pfizer
Le ministère canadien de la Santé a annoncé lundi qu'il autorisait l'utilisation du traitement viral anti-Covid de Pfizer, commercialisé sous le nom de Paxlovid, d'après un communiqué.
www.lalibre.be
Emmanuel André détaille ce qu’il reproche à «Didier Raoult et d’autres gourous des mouvements anti-vax»
Emmanuel André détaille ce qu’il reproche à «Didier Raoult et d’autres gourous des mouvements anti-vax» Photo News. Emmanuel André s’est longuement exprimé sur Twitter ce lundi. Dans un thread, le virologue belge a réglé ses comptes avec Didier Raoult et d’autres scientifiques. « Ce que je reproche à D. Raoult et d’autres gourous des mouvements anti-vax, ce n’est pas d’avoir émis des hypothèses qui allaient à contre-courant. Car c’est nécessaire que de telles hypothèses soient formulées et vérifiées rigoureusement », estime Emmanuel André. « Je leur reproche plutôt d’avoir cherché à « faire croire » avant de pouvoir apporter des données crédibles. Cette pandémie a demandé que les scientifiques communiquent leurs hypothèses avant qu’ils puissent communiquer leurs méthodes de vérifications, puis présenter et discuter leurs résultats. Quand on communique une hypothèse de façon isolée par rapport aux résultats de vérification, on a le devoir de laisser une place à l’incertitude. Et on doit accepter de pouvoir se tromper (…) Raoult et d’autres ont fait fi de ces précautions. Et ils ont cherché une validation « populaire » faute de pouvoir obtenir une validation scientifique. » « Ils ont cherché une validation “populaire” faute de pouvoir obtenir une validation scientifique », estime le Belge. Le 17/01/2022 à 17:32
www.lesoir.be