Remco Evenepoel bekoopt één minder moment in Lombardije: “Ik had vijf minuten slechte benen”

(Nog) geen eerste zege in een Monument voor Remco Evenepoel (21). Onze landgenoot kon het tempo bergop in de finale niet bijbenen en finishte uiteindelijk op ruim drie minuten van Tadej Pogacar. “In een koers als deze draait het om de benen. Als je die niet hebt op het goeie moment, moet je dat aanvaarden”, klonk het eerlijk.
Read full article on: hln.be
Attentats à Paris: un extrait audio de la tuerie du Bataclan diffusé au procès des attentats du 13-Novembre
«Le premier qui se lève, je tire» : la cour d’assises spéciale de Paris a diffusé jeudi au procès des attentats du 13-Novembre un extrait de quelques minutes de l’enregistrement audio du massacre en cours au Bataclan, à la demande d’une association de victimes.
Sudinfo.be
Ed Sheeran tendre et entraînant
Ed Sheeran tendre et entraînant Ed Sheeran n’a rien perdu de sa capacité à écrire des tubes. - D.R. Après Coldplay le 15 octobre dernier et avant Adele et Orelsan (le 19 novembre tous les deux !) et Angèle (le 10 décembre), c’est ce vendredi au tour d’un autre poids lourd de la musique populaire de sortir son nouvel album : Ed Sheeran. Annoncé en septembre dernier, sans jouer sur un quelconque effet de surprise stratégique, cet album intitulé = (Equals) fait suite aux + (Plus) de 2011, x (Multiply) de 2014 et . /. (Divide) de 2017. Une suite (à laquelle il faut ajouter le Nº6 Collaborations Project de 2019) qui a permis au natif d’Halifax de 30 ans d’avoir vendu plus de trente millions d’albums, faisant de lui le plus gros vendeur de disques dans le monde… après Adele. Un statut qui lui a permis d’écouler en très peu de temps les deux fois 65.000 tickets pour ses concerts des 22 et 23 juillet prochains au stade roi Baudouin. Des concerts exceptionnels auxquels Le Soir est associé. L’album = est donc bien une suite, tout comme le sera le 30 d’Adele, après ses albums 18, 21 et 25. Il contient quatorze chansons écrites ces quatre dernières années, qui traitent de sujets comme l’amour, la perte, la résilience et la paternité. Ed fait le point sur sa vie et les personnes qui y jouent un rôle. Voici ce qu’en a dit l’intéressé : « = (Equals) est vraiment un disque personnel, qui signifie beaucoup pour moi. Ma vie a beaucoup changé ces dernières années – je me suis marié, je suis devenu père, j’ai vécu la perte d’un être cher – et c’est ce dont je parle dans l’album. Je le vois comme le disque de la maturité. » Son épouse et sa fille Ce disque s’ouvre par le titre « Tides », un rock électrique binaire qu’on croirait piquer à Coldplay. Ed y parle ici de la vie qu’il compare à des marées changeantes. Cette chanson peut à la fois servir de tube radio et d’ouverture pour ses concerts en stade. Elle est suivie des déjà connues « Shivers » (les frissons que lui refile son épouse – depuis 2019 – Cherry sur le mode r’n’b) et « Bad Habits » (et son beat disco électro) que sépare « First Times » où il se souvient avec émotion, sur le mode voix et guitare acoustique, des 80.000 personnes chantant avec lui à Wembley mais aussi du premier baiser, de la première nuit. Dans « Overpass Graffiti », Ed parle de ce disparu dont le souvenir et l’amour ne s’effaceront jamais comme un vieux graffiti. La chanson est malgré tout entraînante avant le piano-voix puis guitare précédant l’envolée de violons de « The Joker And The Queen ». Sa fille Lyra, née en août 2020, est très présente dans ce disque, que ce soit dans « Leave Your Life » où, sur un beat électro, il dit qu’il ne quittera jamais sa vie alors que c’est une berceuse qu’il lui offre dans « Sandman », avec un jouet d’enfant en guise d’instrument car s’il ne peut pas arrêter la pluie (dans « Stop the Rain »), il sera toujours là pour la protéger. Sa femme Cherry est aussi partout dans ce disque débordant d’amour. Dans « Collide », il dit qu’elle le ramène à la vie chaque fois qu’il entre en collision avec elle, avec ou sans « 2step » pour danser sur le mode drum’n’bass. Dans « Love in Slow Motion », il se rend compte qu’on passe nos vies en accéléré mais pas cette nuit avec l’amour au ralenti. À lire aussi Ed Sheeran de retour en Belgique en 2022 On connaissait déjà « Visiting Hours » écrit après la mort de l’ami et mentor de Ed, Michael Gudinski. Ses amis Kylie Minogue et Jimmy Barnes assurent les chœurs. L’amour sous toutes ses formes Au total, Ed excelle dans son mariage du folk et du drum’n’bass avec le r’n’b américain. Ses mélodies pop (qu’il n’est jamais seul à composer) brillent par leur beauté et leur évidence. Ed Sheeran a un style inédit qui a déjà fait son succès et qu’il pousse ici au sommet, avec des textes décrivant l’amour vrai sous toutes ses formes. Il est difficile de résister à un disque aussi touchant, aux émotions vraies. Ces nouvelles chansons très entraînantes et les anciennes se mélangeront sans problème sur scène, avec ou sans groupe, sur cette scène centrale promise au stade roi Baudouin. Notons que seuls U2, Coldplay et Robbie Williams ont jusqu’ici rempli deux fois d’affilée le stade roi Baudouin alors que le groupe de Chris Martin s’apprête à écrire l’histoire en le remplissant à quatre reprises les 5, 6, 8 et 9 juillet 2022. Les billets pour le concert d’Ed Sheeran les 22 et 23 juillet 2022 au stade roi Baudouin sont en vente sur les plateformes http://www.ticketmaster.be et www.eventim.be =, Ed Sheeran, Atlantic-Warner. On a pu écouter en avant-première le nouvel album « = » disponible dès ce vendredi 29. Par Thierry Coljon Journaliste au service Culture Le 28/10/2021 à 16:32
www.lesoir.be
Des téléspectateurs sous le choc après un documentaire sur l'allaitement des adultes: "Incroyable que cela puisse être diffusé”
Au Royaume-Uni, on ne parle plus que de “Breastfeeding My Boyfriend”, un nouveau documentaire sur l’allaitement des adultes qui a été diffusé cette semaine par Channel 4. L’intention de la diffusion était de briser tous les tabous qui existent encore, mais les téléspectateurs ont clairement vu les choses différemment: une tempête de critiques s’est levée sur les médias sociaux et certains ont même exigé des excuses officielles de la part de la chaîne.
www.7sur7.be
Sommet international du Numérique à Namur du 2 au 5 novembre
Sommet international du Numérique à Namur du 2 au 5 novembre Plus de 150 participants se réuniront dès le 2 novembre à Bruxelles pour des travaux préparatoires au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avant de se retrouver le 4 novembre au Parlement de Wallonie à Namur pour une table-ronde composée de parlementaires, ministres et des maires, à l'occasion du Sommet international du numérique. "Plus de vingt Etats et gouvernements francophones, plusieurs organisations internationales ainsi que les acteurs de la coopération décentralisée seront représentés à très haut niveau", a indiqué Frédéric Laloux , en charge des relations internationales de Namur à travers l'asbl NEW qu'il dirige. Les délégués des pays participants adopteront le plan d'action de l'AIMF en matière de développement numérique. Le 5 novembre, ils seront invités à participer au KIKK Festival, le rendez-vous international des cultures numériques et créatives, drainant plus de 30.000 personnes. "La crise sanitaire a montré le caractère incontournable du numérique dans la résilience des territoires. Dans ce contexte, les villes doivent se saisir rapidement des enjeux du numérique, tant pour les opportunités qu'ils représentent que les risques qu'ils génèrent pour les citoyens comme pour les administrations publiques", a conclu M. Laloux. La Ville de Namur, en partenariat avec l'Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), organise du 2 au 5 novembre le Sommet international "Villes et Gouvernements pour un numérique au service du développement urbain et de la résilience des territoires", a-t-elle communiqué jeudi. Mis à jour le 28/10/2021 à 16:21
www.lesoir.be
Les scieries belges s'inquiètent de la pénurie de bois
Les scieries belges s'inquiètent de la pénurie de bois Le nombre de scieries a fortement baissé ces 30 dernières années. En 1989, on en comptait encore 300 alors que le nombre s'est réduit aujourd'hui à 95, soit une baisse de près de 70%. Plusieurs éléments expliquent ce recul selon les organisations du secteur: la concurrence accrue pour les matières premières, les lourds investissements de modernisation des équipements, la difficulté de trouver un repreneur lors du départ à la retraite d'un chef d'entreprise et le manque de salariés qualifiés et motivés. En Wallonie, où l'on trouve la majorité des scieries, la baisse stagne toutefois. Le secteur s'inquiète particulièrement de la sécurité d'approvisionnement en bois rond. "Avec les résineux, le problème est la disponibilité dans la forêt, car les propriétaires et les gestionnaires forestiers plantent plus de feuillus", explique François De Meersman, secrétaire général de la Confédération belge du bois. "Avec le bois dur, il y a une concurrence avec les exportations vers la Chine." Cette pénurie force les scieries de bois dur à fonctionner à 64,7% de leur capacité maximale alors que la demande grimpe. Le problème ne se pose pas encore pour les scieries de résineux mais cela pourrait se produire à l'avenir. De plus en plus de bois est importé de l'étranger, particulièrement de France ou d'Allemagne. "Le bois dur en Belgique est trop cher parce qu'il est proche des ports", explique M. De Meersman. L'augmentation des importations entraîne des retards et une réduction de l'activité, ce qui pose à son tour un problème pour les clients. La confédération demande de l'aide aux autorités. Elle plaide en premier lieu pour que la politique concernant les bois reflète la réalité des scieries: 92,6% du bois rond qui est scié provient de conifères, 3,9% de peupliers et 2,9% de chêne. Il faut, selon la confédération, planter plus de conifères. Elle demande aussi que le bois dur soit réservé aux scieries belges afin qu'elles ne doivent plus en importer. Les scieries belges sont confrontées à des pénuries de bois rond et certaines d'entre elles ne peuvent plus fonctionner à pleine capacité et doivent donc acheter de plus en plus à l'étranger, selon une enquête menée par la Confédération belge du bois et Hout Info Bois. Mis à jour le 28/10/2021 à 16:18
www.lesoir.be
Waarom wordt het leven duurder? Wat kan de regering doen? 6 vragen voor onze geldexpert Pascal Paepen
De inflatie is in oktober gestegen tot 4,16 procent. De prijzen stegen de voorbije 13 jaar nog nooit zo snel. Hoe komt dat? Welke prijzen zijn het meest gestegen? Wij vroegen het aan onze geldexpert Pascal Paepen.
HLN.be
Fransen lossen eerste schot in 'visserijoorlog' met Londen
16:29 Frankrijk heeft een Britse vissersboot onderschept in Franse wateren en aan de ketting gelegd. Een schot voor de boeg in de nakende visserijoorlog.
www.tijd.be
Coronavirus: l’organisation patronale flamande Unizo aussi en faveur du Covid Safe Ticket au travail
Unizo, qui défend les intérêts des indépendants flamands, approuve la proposition de la fédération de l’industrie technologique Agoria faite jeudi d’autoriser les entreprises à imposer un Covid Safe Ticket (CST) à leurs employés. «En principe, nous pouvons pleinement soutenir cela», a réagi son dirigeant Danny Van Assche auprès de Belga.
Sudinfo.be
Un cas sur 6 des tests PCR du Labo Cita à Liège positif au Covid
Le gouvernement fédéral a décidé de renforcer plusieurs mesures alors que le nombre de cas Covid repart à la hausse, introduit le CHR de la Citadelle dans un communiqué, qui confirme pleinement la tendance d’après les chiffres de son Labo Cita.
Lameuse.be
François-Henri Désérable remporte le Grand Prix du Roman de l’Académie française
François-Henri Désérable a remporté le Grand Prix du Roman de l’Académie française 2021 pour "Mon maître et mon vainqueur".Dans ce livre, il reprend la scène d’amour/désamour la plus célèbre de l’histoire de la littérature : le coup de feu
www.lalibre.be
Port du masque étendu dans les académies d'arts: "Comment voulez-vous corriger un groupe d'élèves qui chantent avec un masque?"
Une professeure déplore cette nouvelle mesure qui rend son travail encore plus complexe. Mais pour d'autres académies, il vaut mieux ça à un retour en distanciel.
www.lalibre.be
Des voyageurs ayant falsifié des tests PCR risquent six mois d'emprisonnement
Le tribunal correctionnel de Bruxelles s'est penché jeudi sur une affaire impliquant deux personnes ayant tenté de voyager à l'étranger en présentant de faux tests PCR durant le printemps dernier.
www.lalibre.be
Jongeren nemen S.M.AK. over
16:26 De bovenste verdieping van het S.M.A.K. in Gent is tot april in handen van tieners. Zij gingen met de vaste collectie aan de slag.
www.tijd.be
Art Antwerp, du 16 au 19 décembre 2021
Art Antwerp, du 16 au 19 décembre 2021 Nele Verhaeren et Anne Vierstraete. - Antwerpe Expo Les organisateurs des deux événements espèrent cette fois pouvoir accueillir le public à l’Antwerp Expo pour la première édition d’Art Antwerp qui se déroulera du 16 au 19 novembre. Plus petite qu’Art Brussels, Art Antwerp réunira une soixantaine de galeries d’art contemporain venant essentiellement de Belgique et des pays voisins. Anne Vierstraete, directrice générale et Nele Verhaeren, codirectrice, expliquent : « Il s’agit d’une foire à l’échelle réduite avec un fort ancrage national mais plusieurs galeries étrangères de renommée internationale ont également accepté l’invitation. Nous remarquons qu’il y a un besoin croissant de rencontres « face-to-face » dans les milieux de l’art et Art Antwerp propose le format idéal tout en garantissant une sécurité maximale. Art Antwerp sera hybride ; avec Artsy, nous assurerons également une offre en ligne plus qu’intéressante. Ce lancement d’une nouvelle foire représente un défi particulièrement excitant et nous sommes immensément heureux d’avoir l’opportunité de réunir notre fidèle communauté artistique avant la fin de cette année, et de la prochaine édition d’Art Brussels en 2022. » Infos : www.art-antwerp.com. À lire aussi «Magma»: les révélations de l’art en fusion Annoncé en 2020 après le report d’Art Brussels, Art Antwerp avait dû à son tour être annulé de même qu’Art Brussels 2021 dans sa forme habituelle. Par Jean-Marie Wynants Chef adjoint au service Culture Le 28/10/2021 à 16:26
www.lesoir.be
Night of the Proms stelt ‘Dankeditie voor de Zorg’ uit
De stijgende ziekenhuisopnames door covid-19 nopen het muziekfestival Night of the Proms ertoe na de reguliere concerten ook de ‘Dankeditie voor de Zorg’ op 19 en 20 november in het Antwerpse Sportpaleis uit te stellen. De ‘Dankeditie’ - om de zorgmedewerkers te bedanken voor hun inzet tijdens de coronacrisis - zou in het voorjaar doorgaan.
De Standaard
Excel Mouscron : William Simba prolonge jusqu’en 2025
Le milieu, formé au Futurosport a signé sa prolongation. Preuve que l’Excel compte plus que jamais sur ses pépites.
www.dhnet.be
Bright Brussels: entrez dans la lumière
Bright Brussels: entrez dans la lumière Antoine Goldschmidt (à droite) et Ofer Smilansky ont imaginé le Cube3. - Mathieu Golinvaux Le public est invité à déambuler dans la création lumineuse de Magic Monkey au Mont des Arts. - Mathieu Golinvaux. Fiat lux, que la lumière soit. Dix jours durant, la capitale est mise en lumière dans le cadre du festival Bright Brussels, 5e du nom, qui propose cette année seize installations artistiques à découvrir, dès le soleil couché, dans les quartiers Royal et européen. Mais aussi au Cinquantenaire où trône Cube3, une création originale signée par deux artistes bruxellois, « le principe est de matérialiser la lumière dans un grand cube de verre par le biais de fumée et de laser, comme une vitrine géante de l’intangible et de l’immatériel ». Aux commandes, Ofer Smilansky mais aussi Antoine Goldschmidt qui nous emmène dans cet univers très particulier où le numérique se met au service de la création artistique. Un choix qui, à la base, n’avait rien d’une évidence pour ce polytechnicien de formation. « Je suis peut-être un Ovni, sourit l’intéressé. J’ai travaillé dans des sociétés de conseil avant de changer de voie, en 2009, et de reprendre un master en arts du spectacle à l’ULB, ce qui m’a conduit ensuite vers la scénographie d’exposition ». Transmettre un message et de l’émotion Il bosse alors pour Tempora (J’avais 20 ans en 45, C’est notre histoire, Pompéi…). « Ensuite je me suis lancé dans l’aventure entrepreneuriale ». Un chemin d’artiste comme il dit, qui passe par la création de Magic street au sein de laquelle « j’ai développé des projets entre les espaces et les technologies numériques. Ce qui était intéressant dans le parcours chez Tempora, c’était de chercher des moyens, à travers l’image et l’aménagement de l’espace, de raconter quelque chose, de transmettre des messages, des émotions et des sensations. C’est un peu ce même fil qui conduit mon travail aujourd’hui ». Avec pour décor, le monde bien réel, celui de l’espace public notamment et non les plateformes virtuelles ou le Web. « L’idée était d’explorer toutes les techniques audiovisuelles pour créer des installations et développer ces éléments techniques dans les projets de scénographie en allant aussi plus loin dans la dimension d’interactivité avec le public ». À lire aussi Bruxelles: tout s’éclaire au Cinquantenaire Un créneau qui se développe ces dernières années mais qui, à entendre notre interlocuteur, garde encore une belle marge de progression. « Il y a clairement moyen de multiplier les interventions en espace public qui ont des vertus multiples, en termes de qualité de l’environnement mais aussi d’attraits touristiques pour une ville ». Sans oublier la fonction de mise en lumière des quartiers. « Cela peut aussi répondre à certaines contraintes en termes de sécurité. On peut par exemple imaginer qu’une œuvre lumineuse sur une place sombre puisse pousser les gens à s’y installer et à se réapproprier l’espace ». C’est aussi une belle occasion de partir à la rencontre de celles et ceux qui n’ont pas forcément l’habitude de fréquenter les lieux dédiés à l’art et à la culture. « Les technologies de mise en lumière et les créations qui vont autour ont un terrain de jeu, celui de l’espace public, qui permet d’aller effectivement d’aller vers un public qui n’a pas l’habitude ou l’occasion d’aller au musée ». À lire aussi Bruxelles met ses atouts en vitrine à Paris Autant d’atouts qui ne demandent qu’à être essaimés. « Ce type de création et d’art reste encore un peu sous exploité. C’est une pratique artistique qui aujourd’hui ne se retrouve pas sur les sentiers battus de la production de l’art telle que les galeries ou tout ce qui concerne l’art contemporain ». Ce qui n’est dû à un problème de reconnaissance. « C’est plutôt le dispositif même qui rend ce type de création complexe dans un marché de l’art ». Difficile à exposer dans son salon sans parler de « la fragilité et de l’obsolescence technique de l’œuvre qui pose un problème de conservation. Exposer un mapping dans une galerie d’art n’a pas de valeur marchande ». Ce qui n’enlève rien à la force de la démarche artistique. Dont l’espace public est le juste lieu d’exposition. Sous les étoiles ou non. C’est ainsi qu’Ofer Smilansky et Antoine Goldschmidt ont investi le réseau du métro entre Parc et Arts-Loi. Un projet lancé en juin dernier avec la Stib autour d’une illumination symbolisant le début du bout du tunnel de la pandémie covid. « On va réactiver ce système avec une nouvelle programmation et elle sera cette fois-ci également visible depuis les quais ». Un patrimoine d’œuvre dans l’espace public Déjà actif dans plusieurs festivals en Belgique ou à l’étranger, « des rendez-vous éphémères », Antoine Goldschmidt bosse aussi sur un projet au long cours qui devrait voir le jour l’an prochain avenue du Trône, à Bruxelles. Deux promoteurs ont lancé un appel à projet pour une création qui habillera le pignon d’un bâtiment. Le projet s’appelle l’Envol. « Une série de sculptures tridimensionnelles d’oiseaux lumineuses, un peu inspirée de la décomposition du mouvement de Muybridge ». Avec le soutien du privé mais aussi du public, ce type de réalisation ne manque pas d’intérêt. « La pérennité est une dimension importante et il y a moyen de construire une forme de patrimoine d’œuvres dans l’espace public qui, au fil des années, pourrait devenir une véritable spécificité et un attrait pour une ville qui mettrait ainsi en avant ses artistes locaux ». Réunir les artisans du numérique pour les aider à grandir. « On a créé l’association “Brussels united digital artists” dont le but est justement de mettre sur pied une tête de pont de cette scène extrêmement riche mais relativement éclatée. Pour la faire mieux connaître et promouvoir cette approche locale dans les projets de création, que ce soit dans le cadre de festival ou de création dans l’espace public ». Du côté des décideurs publics, les mentalités évoluent même s’il reste du chemin à parcourir. « La volonté est là et je salue l’effort même s’il y a certains obstacles de l’ordre de l’administratif et des marchés publics avec lesquels il faut arriver à jongler pour que l’on puisse garantir une forme de local dans des événements tels que le Bright festival ». Et pourquoi ne pas aussi imaginer d’ancrer ces événements ponctuels dans la longévité ? « Ce type de festival pourrait participer à la création d’installations pérennes qui, d’année en année, viendraient compléter une forme de collection d’œuvres d’art en espace public ». Le cœur de la capitale s’illumine grâce aux installations lumineuses monumentales visibles jusqu’au 6 novembre dans les quartiers Royal et européen ainsi qu’au Cinquantenaire. Par Patrice Leprince Journaliste service Bruxelles Le 28/10/2021 à 16:22
www.lesoir.be
L'OMS dévoile une nouvelle stratégie anti-Covid et réclame 23,4 milliards de dollars
L'OMS a dévoilé jeudi un nouveau plan de lutte contre la pandémie de Covid-19 dans les pays les moins riches et réclame 23,4 milliards de dollars sur les 12 prochains mois pour le financer.
www.lalibre.be
Le front commun syndical dépose un préavis de grève pour le secteur des assurances
La concertation sociale à propos d'un accord salarial dans le secteur des assurances est dans l'impasse. En conséquence, les syndicats ont déposé un préavis de grève en front commun, annoncent-ils jeudi.
www.lalibre.be
L'OMS dévoile une nouvelle stratégie anti-Covid et réclame 23,4 milliards de dollars
L'OMS a dévoilé jeudi un nouveau plan de lutte contre la pandémie de Covid-19 dans les pays les moins riches et réclame 23,4 milliards de dollars sur les 12 prochains mois pour le financer.
www.7sur7.be
Biélorussie: comment Loukachenko utilise les migrants comme moyen de pression contre l’Europe
Biélorussie: comment Loukachenko utilise les migrants comme moyen de pression contre l’Europe A la frontière polono-biélorusse à Hajnowka, un groupe de migrants a été arrêté par les forces de l’ordre polonaises, le 14 octobre. - Kacper Pempel/Reuters. Dans une vidéo publiée par l’opposition biélorusse, le hall et les couloirs de l’aéroport de Minsk sont bondés ; la plupart des gens dorment ou sont allongés sur le sol en groupes d’une dizaine de personnes. En fond sonore, on entend de la musique, et des pleurs d’enfants. Des avions de migrants continuent d’atterrir à Minsk. Selon le site Flightradar24, en à peine deux jours devaient atterrir à Minsk onze avions en provenance de Turquie, trois des Emirats arabes unis, un d’Algérie et un d’Irak. Peu auparavant, le ministère des Affaires étrangères irakien avait pourtant déclaré suspendre les vols pour la Biélorussie. À lire aussi Le sommet européen veut bétonner le contrôle de ses frontières extérieures Depuis plusieurs semaines, la Biélorussie utilise les flux migratoires pour mettre la pression sur l’Union européenne, laissant passer des migrants vers la Pologne ou la Lituanie. « Il y a quelques jours, j’ai fait le voyage en avion depuis Istanbul. J’étais l’un des rares Biélorusses à bord. Il y avait quelques familles avec enfants, mais surtout des hommes qui voyageaient en groupe. Peu avant le poste de contrôle, quelqu’un attendait visiblement les hommes. Il les a fait sortir par une porte latérale. Je ne les ai plus revus », raconte Anton. Des enquêtes, notamment le rapport du média indépendant Centre Dossier, nous apprennent que de nombreux migrants arrivent en groupes. Des passeurs travaillent la main dans la main avec des agences de voyages. L’une des plus actives ces derniers mois est « Centrkurort », un voyagiste biélorusse qui dépend directement du cabinet du président. « Vacances » en Biélorussie Selon le magazine allemand Der Spiegel et le Centre Dossier (fondé par Mikhaïl Khodorkovski), peu après le quatrième paquet de sanctions économiques infligé à la Biélorussie, « Centrkurort » a noué une coopération avec plusieurs agences de voyages biélorusses. Minsk l’a autorisé à délivrer des visas aux Irakiens, jusque-là une prérogative du ministère des Affaires étrangères. A la fin du printemps et l’été passés, des Irakiens, dont des femmes et enfants, ont commencé à débarquer en masse pour participer à des « camps de chasse et de pêche ». Mais ces vacances se sont avérées très coûteuses. À lire aussi Biélorussie: l’UE cherche à couper les voies aériennes au «trafic de migrants» organisé par le despote Loukachenko Selon la chaîne lituanienne LTR et Mediazone, dès l’été passé, les passeurs promettaient une entrée dans l’Union européenne pour 6.000 à 15.000 dollars. Plus la somme payée était importante, plus les acheteurs bénéficiaient d’un « paquet » de services étendu. Pour un peu plus de 10.000 dollars, ils pouvaient compter non seulement sur un visa biélorusse et un billet d’avion, mais aussi sur un hébergement en hôtel, le transport vers la frontière et, plus tard – s’ils réussissaient à la passer – le transport vers les pays de l’ouest de l’Union. « Ici, il y a des migrants partout » D’après « Scanner Project », les groupes sont conduits de l’aéroport à l’hôtel, pendant quelques heures à quelques jours. Ils doivent payer une « caution » de 3 ou 4.000 dollars qui, s’ils ne rentrent pas dans leur pays d’origine, est considérée comme une taxe prélevée par la Biélorussie. À lire aussi Biélorussie: quand les migrants deviennent des outils de représailles Le check-out de l’hôtel et le voyage vers la frontière ont toujours lieu de nuit. Alexander raconte une nuit passée dans un hôtel de Minsk : « A 3 h du matin, j’ai été réveillé par des coups frappés à ma porte. Sur le seuil se tenait un homme de type arabe. Il s’est excusé et est allé frapper à la porte voisine. Depuis ma fenêtre, je voyais la rue. Un peu après 4 h, une vingtaine de personnes sont toutes montées dans un bus et sont parties. » Ce genre de scène a sans doute lieu quotidiennement. « Je pense qu’il n’y a pas un hôtel de Minsk où il n’y ait pas actuellement de migrants d’Irak, d’Iran ou de Syrie », dit un employé de l’un de ces hôtels. « Aujourd’hui à Minsk, toute personne qui sort de chez elle rencontre des réfugiés. On ne les croise pas qu’au centre, mais aussi dans les quartiers périphériques. Il est facile de les reconnaître : ils se déplacent en groupe, et n’ont pas les traits slaves. Dans les magasins de matériel de tourisme, ils achètent des imperméables, des gants, des lampes de poche », raconte Katia. La plupart des Biélorusses observent les migrants de loin, craignant le pouvoir de Minsk. « Pourquoi on leur parlerait ? Tout est clair : la police les conduit de l’aéroport à la ville, puis les amène à la frontière. Tout le monde le sait. Les gens ont peur. On ne sait pas qui ils sont, ni comment le pouvoir réagirait s’il voyait qu’on s’intéressait à eux. Ces gens sont sous la surveillance de la police et du KGB (les services secrets biélorusses, NDLR.). Si tu commences à leur parler ou à les aider, il se pourrait bien que les agents se mettent à s’intéresser aussi à ton cas », prophétise Sacha, un habitant de la capitale. À lire aussi Aux frontières de l’UE, quelque 1.000 km de murs et de barbelés Les habitants des zones frontalières publient eux aussi des vidéos. Svetlana habite à environ 10 km de la frontière avec la Pologne : « J’en vois passer tous les jours. Parfois seuls, parfois en couple, parfois en groupe. Toujours chargés de grands sacs et vêtus de gros manteaux. Même quand il faisait encore chaud, ils étaient habillés comme ça. Je pense qu’ils utilisent des GPS, parce qu’ils regardent sans arrêt leurs téléphones. Quand une voiture passe, ils se cachent dans les bois, puis ils ressortent. » « Chez nous, on peut être condamné pour un rien », rappelle l’activiste biélorusse Jana Shostak. « J’ai demandé à plusieurs groupes d’activistes s’il serait possible d’apporter une aide aux personnes qui sont coincées en Biélorussie. Mais ils n’ont rien pu faire. Tout ce que les gens osent faire, c’est appeler un taxi pour qu’il emmène les migrants à la frontière. » La police aux frontières au cœur du système Sur une vidéo filmée par la police à la frontière lituanienne, on voit des hommes en treillis cagoulés, poussant avec des boucliers de l’Omon, la police antiémeute biélorusse, des personnes assises par terre, auxquelles ils crient en russe : « Debout ! Avancez ! Allez ! ». À lire aussi L’Europe accuse: Loukachenko, trafiquant de migrants Un garde-frontière répond à nos questions via la messagerie Telegram. Ce sera notre seule conversation, puisqu’il effacera immédiatement le compte créé pour l’occasion : « Nous sommes conscients du fait qu’il s’agit d’une opération menée par le pouvoir en collaboration avec le KGB. Nous n’arrêtons pas les migrants clandestins, nous ne les envoyons pas en centres de rétention, nous ne contrôlons pas leur identité. Nous, on reçoit juste des ordres, qui consistent à ne pas nous trouver à un point de contrôle donné, à un moment donné. Et à ne pas laisser les migrants revenir sur le territoire biélorusse. Si on n’exécute pas les ordres, on est menacés non seulement de perdre notre travail, mais aussi d’être condamnés ou de devoir rembourser notre dette envers l’État si on effectue notre service militaire. » Une opération avec le FSB russe Alexander Azarov est un ancien chef de service de la Direction de la lutte contre le crime organisé, aujourd’hui activiste de l’organisation d’opposition Bypol, qui révèle les crimes commis par le régime. Dans le cadre de l’opération « SAS », l’Osam, l’unité spéciale de l’armée des frontières, « rejette » directement les migrants vers l’Union européenne. « Les simples gardes-frontières ne sont pas dans le secret de l’affaire. Ce sont les membres de l’Osam qui se chargent de tout », raconte-t-il. « Ils connaissent le moindre recoin de la frontière. Ils aident les migrants à la passer clandestinement par les rivières, les marais et les forêts. Pour cette mission, ils reçoivent des sommes énormes. Pour chaque groupe qu’il a réussi à pousser de l’autre côté, un militaire de l’Osam touche environ 1.000 dollars, soit plusieurs mois de salaire. » Les débuts de l’opération « SAS » remontent à 2010, explique Azarov. Elle n’a pas été initiée par les seules autorités biélorusses, mais aussi par les Russes. « Selon nos informations, elle a été conçue par le chef du KGB, Ivan Tertela, qui s’est lié d’amitié avec des généraux du FSB (les services secrets russes, NDLR) dans les années 90. » À lire aussi Lituanie: l’UE promet de contrer l’agression de Minsk Selon lui, le principal objectif de Minsk a toujours été d’engranger un revenu supplémentaire grâce au passage de sans-papiers. Et le régime a aussi été rémunéré… par l’Union européenne, qui pensait ainsi obtenir la sécurisation des frontières. En 2009, Alexander Loukachenko a déclaré qu’entre 1996 et 2009, la Biélorussie avait investi près de 30 millions de dollars dans la surveillance des frontières dans le cadre de projets de coopération internationaux. « Pas un seul de ces dollars n’a été gaspillé », a-t-il assuré. Loukachenko a perdu le contrôle Pourtant, le processus de passage de sans-papiers semble avoir échappé à tout contrôle. Il y a une semaine, à Grodno, la police a arrêté 24 ressortissants irakiens présents sur le territoire biélorusse « sans document les autorisant à y séjourner ». Les autorités ont alors déclaré que les personnes interpellées allaient être expulsées sans délai. Les membres de Bypol en doutent. « Les expulser veut dire couvrir les frais de retour dans leur pays. Le régime ne le fera pas. Loukachenko n’a pas invité les migrants pour y perdre de l’argent. Nos sources disent que ces migrants sont emmenés en Russie, avec laquelle la Biélorussie n’a pas officiellement de frontière gardée », résume Azarov. Combien de sans-papiers se trouvent actuellement en Biélorussie ? Difficile à estimer, mais le ministère de la Défense polonais a indiqué qu’il s’agit de plus de 10.000 personnes, qui vont essayer d’entrer clandestinement dans l’Union. Les prénoms des personnes biélorusses interrogées ont été changés à leur demande. Des « voyages de groupe » venus d’Irak ou encore d’Iran, tout compris, dont le passage de la frontière polonaise. Le régime biélorusse organise une pression migratoire aux portes de l’Union européenne. Le journal polonais « Gazeta Wyborcza », partenaire du « Soir », a enquêté. Par Wyktoria Bieliaszyn (Gazeta Wyborcza) Le 28/10/2021 à 16:20
www.lesoir.be
Les trottinettes électriques bientôt interdites aux moins de 16 ans?
Faut-il interdire l’usage des trottinettes électriques aux enfants et jeunes adolescents? Vias, l’institut pour la sécurité routière, appelle à revoir complètement la législation en la matière. Outre la limite d’âge, l’organisme estime qu’il faut interdire la circulation sur les trottoirs et obliger le port d’une veste fluo pendant la nuit. Un projet de loi allant dans ce sens a d’ores et déjà été présenté par un député de la majorité.
www.7sur7.be
Port du masque requis
Port du masque requis La grande foule étant attendue, le port du masque sera requis dès le moment où la distance de sécurité ne pourra plus être respectée et donc à proximité de chacune des installations. Signalons également que l’accès aux lieux fermés du parcours (soirées, musées…) se fera sur présentation du Covid Safe Ticket. Le 28/10/2021 à 16:20
www.lesoir.be
Miljoenen euro’s, tonnen cocaïne en versleutelde telefoons: zo ging de drugsmaffia in ons land echt te werk
Dinsdag werd in Brussel de zoveelste klap uitgedeeld aan de criminele wereld, dankzij operatie Sky ECC. Die operatie ging zeven maanden geleden van start, nadat het geliefkoosd communicatiemiddel van de drugskartels gekraakt werd. Sindsdien volgt de ene politieactie na de andere: Meerdere bendes worden opgerold, tonnen drugs worden onderschept en een ware drugsoorlog wordt blootgelegd. De kraak van de cryptofoons zorgde al voor maar liefst 455 aanhoudingen, waarbij 275 gerechtelijke dossiers gelinkt zijn aan SKY ECC. Een overzicht.
HLN.be
Tonnen cocaïne, versleutelde telefoons, onthoofdingen en een criminele onder- en bovenwereld: zo gaat de drugsmaffia in ons land echt te werk
Dinsdag werd in Brussel de zoveelste klap uitgedeeld aan de criminele wereld, dankzij operatie Sky ECC. Die operatie ging zeven maanden geleden van start, nadat het geliefkoosd communicatiemiddel van de drugskartels gekraakt werd. Sindsdien volgde de ene politieactie na de andere: meerdere bendes werden opgerold, tonnen drugs onderschept en een ware drugsoorlog werd blootgelegd. Wat volgt is een overzicht van alles wat we tot dusver te weten kwamen, van de schuilnamen over de granaataanslagen tot de bedreigingen en afrekeningen, inclusief onthoofdingen. En het einde is nog lang niet in zicht.
HLN.be
GAMEREVIEW. ‘Age of Empires IV’: mijn beschaving is beter dan de jouwe
Het werd na alle remakes van klassieke real-time strategiegames zo onderhand tijd voor echt nieuw bloed. Dat is precies wat Age of Empires IV belooft. Met liefde en respect voor de intussen twintig jaar oude voorgangers. Misschien zelfs met een beetje te veel respect, maar de formule lijkt nog niets aan kracht ingeboet. Toch niet als ze zo vakkundig wordt toegepast als hier.
HLN.be
3M verdedigt zich over PFOS-vervuiling: “Onnauwkeurige verklaringen van deze week zijn niet constructief”
In Antwerpen is donderdagnamiddag een delegatie van chemiebedrijf 3M ontvangen bij de omgevingsinspectie voor een hoorzitting over de PFOS-vervuiling. De vertegenwoordigers van het bedrijf, onder wie directeur Peter Vermeulen, wilden geen commentaar kwijt. Het bedrijf verdedigt zich wel in een persbericht.
HLN.be
Abdelkader Bouajaja est condamné à 24 ans de prison pour le meurtre de Leïla Zahiri
La cour d'assises de Bruxelles a condamné, jeudi après-midi, Abdelkader Bouajaja à une peine de 24 ans de prison.
www.dhnet.be
Poutine presse Gazprom d'augmenter ses livraisons à l'UE, "une fois les réservoirs remplis"
16:17 Vladimir Poutine a ordonné au géant gazier russe Gazprom d'augmenter ses livraisons de gaz à l'Union européenne.
www.lecho.be
3M: 'Fabriek stilleggen zal banen kosten'
16:17 Als we onze fabriek in Zwijndrecht moeten stilleggen, zal dat banen kosten en komt het voltooien van het Oosterweelproject in gevaar. Dat zegt 3M in een persbericht.
www.tijd.be
Robert Lewandowski mériterait-il le ballon d'or ?
Les votes sont clôturés, il va falloir attendre. À un mois de la cérémonie du Ballon d’or, une fuite annonce la future victoire de Robert Lewandowski. Entre trophées et concurrence, le Polonais a des arguments pour faire valoir sa potentielle victoire.
www.dhnet.be
"Oleanna", quand le pouvoir, confronté à ses errements, vacille et s’effondre
Fabrice Gardin met en scène avec simplicité et efficacité le texte puissant d’avant-garde #MeToo de David Mamet.
www.lalibre.be
“India wil zich nog niet verbinden tot klimaatneutraliteit”
India zal nog niet meteen naar klimaatneutraliteit streven, dat heeft een hooggeplaatste ambtenaar verklaard na afloop van een regeringsoverleg. De uitspraak komt er enkele dagen voor de start van de internationale klimaatconferentie in Glasgow (COP26), waar ook de Indiase eerste minister Narendra Modi aanwezig zal zijn.
HLN.be
De légende du Barça à entraîneur intérimaire en passant par un limogeage en Chine : découvrez le parcours de Sergi Barjuan
Avant d'être nommé entraîneur intérimaire du Barça, Sergi Barjuan a écrit l'histoire avec les Catalans et la sélection espagnole. Il a connu moins de succès dans son parcours d'entraîneur.
www.dhnet.be
L'organisation patronale flamande Unizo aussi en faveur du Covid Safe Ticket au travail
Coronavirus - L'organisation patronale flamande Unizo aussi en faveur du Covid Safe Ticket au travail "Le Covid Safe Ticket est introduit dans les lieux où de nombreuses personnes se rassemblent. Mais c'est souvent le cas aussi sur le lieu de travail", estime M. Van Assche. Pour lui, une obligation générale n'est pas nécessaire mais la possibilité devrait être laissée aux employeurs, certains estimant "que cela pourrait être important pour la sécurité". Le dirigeant d'Unizo souligne qu'il est du devoir de l'employeur d'assurer à ses salariés l'environnement de travail le plus sûr possible. "Qu'en est-il par exemple des employeurs qui engagent des personnes à risque? Avec le CST, le risque de contamination par un collègue peut être réduit." Danny Van Assche pointe en outre que dans l'horeca, le personnel doit porter un masque buccal, au contraire des clients qui, eux, doivent présenter leur certificat sanitaire. "Si le personnel pouvait présenter son CST, alors il n'aurait plus à porter le masque", illustre-t-il. Selon Unizo, les entreprises devraient pouvoir élaborer une politique sanitaire "qui profite à leurs clients et à leurs employés". Du côté des syndicats, le son de cloche est tout autre, la FGTB mettant en exergue que le pass sanitaire contient des informations sensibles relatives à la santé et que l'employeur ne peut donc les demander. Le syndicat socialiste souligne en outre qu'au sein du Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail, qui réunit représentants des travailleurs et du patronat, la position était unanime de refuser l'application du pass sanitaire au travail. Le ministre fédéral de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne, a quant à lui appelé à la prudence sur cette question, estimant que des questions pratiques et déontologiques se posaient. Unizo, qui défend les intérêts des indépendants flamands, approuve la proposition de la fédération de l'industrie technologique Agoria faite jeudi d'autoriser les entreprises à imposer un Covid Safe Ticket (CST) à leurs employés. "En principe, nous pouvons pleinement soutenir cela", a réagi son dirigeant Danny Van Assche auprès de Belga. Mis à jour le 28/10/2021 à 16:13
www.lesoir.be
Premier dénombrement du sans-abrisme et de l'absence de chez soi à Namur
Premier dénombrement du sans-abrisme et de l'absence de chez soi à Namur La Ville de Namur, le CPAS et le Relais Social Urbain Namurois et ses partenaires - la Fondation Roi Baudouin, l'UCLouvain et la KULeuven - réalisent ce dénombrement des personnes vivant dans la rue afin d'adapter structurellement l'approche du sans-abrisme. "Nous ne disposons pas de chiffres sur le nombre de personnes sans-abri et sans chez-soi en Belgique. Or, des chiffres fiables, aussi bien sur la taille que sur les caractéristiques de ce public, sont indispensables pour pouvoir mener une politique efficace de lutte contre le sans-abrisme", explique le Relais Social Urbain Namurois. Les partenaires locaux complètent un bref questionnaire pour toutes les personnes qu'ils connaissent et qui sont en situation de sans-abrisme. Un dénombrement sera également réalisé, en rue, ce jeudi soir par les équipes mobiles de rue et d'autres travailleurs sociaux. Le rapport donnera en outre un puissant signal aux décideuses et décideurs politiques régionaux et fédéraux, aussi bien sur l'ampleur du public concerné que sur le besoin d'une politique coordonnée. En 2020, des dénombrements ont été organisés dans les villes d'Arlon, Gand, Liège et Louvain, ainsi que dans la province de Limbourg. Le Relais Social Urbain Namurois organise avec le CPAS et la Ville de Namur un dénombrement du sans-abrisme et de l'absence de chez-soi, dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé le RSUN. Mis à jour le 28/10/2021 à 16:03
www.lesoir.be
Préavis de grève dans le secteur des assurances (2)
Préavis de grève dans le secteur des assurances (2) Sans percée dans les prochains jours, des actions seront possibles à partir du 8 novembre, prévient le front commun syndical. En cause: les négociations sectorielles qui n'ont pas abouti après une réunion mercredi. Selon les syndicats socialiste, chrétien et libéral, la responsabilité incombe à la fédération patronale Assuralia, qui n'a répondu "que de façon très insuffisante aux revendications déposées". Ainsi, les discussions entre partenaires sociaux bloquent sur l'octroi d'une prime corona de 500 euros, l'augmentation salariale de 0,4% comme prévu dans l'accord interprofessionnel, sur les conditions de télétravail et sur l'amélioration du droit à la formation, détaille le front commun syndical. Pour les syndicats, la prime corona doit bénéficier au personnel du secteur des assurances alors que ce dernier "a connu un bénéfice de 2,8 milliards" d'euros en 2020, ce qui représente une amélioration de 25% en un an, pointent dans un communiqué les secrétaires nationaux d'ACV Puls Vic Van Kerrebroeck et de la CNE Philippe Samek. Du côté des formations, les syndicats ne comprennent pas qu'Assuralia traîne des pieds pour renforcer ce droit "alors que dans ce secteur, les compétences sont en constante évolution", selon le responsable assurances à l'ACLVB Thibaut Monjardin. Assuralia rétorque, elle, que les négociations sont toujours en cours. "Nous continuerons à être constructifs autour de la table dans le but de parvenir à un accord équilibré", a-t-elle réagi. La concertation sociale à propos d'un accord salarial dans le secteur des assurances est dans l'impasse. En conséquence, les syndicats ont déposé un préavis de grève en front commun, annoncent-ils jeudi. Mis à jour le 28/10/2021 à 15:59
www.lesoir.be
Volwassene zou verdronken zijn bij poging om twee kinderen uit vijver te redden: één kind nog altijd vermist
In de buurt van de August De Maeghtlaan in Halle zouden donderdag twee kinderen in een vijver terechtgekomen zijn. Volgens de eerste berichten is een volwassene die hen achterna sprong, verdronken. Eén kind kon gered worden, het andere kind zou nog altijd vermist zijn.
HLN.be
Lara Salden bereikt halve finales van dubbelspel in Poitiers
Lara Salden heeft zich donderdag, aan de zijde van de Indische Prarthana Thombare, geplaatst voor de halve finales van het dubbelspel op het ITF-toernooi in het Franse Poitiers (hardcourt/80.000 dollar).
www.hbvl.be
La guerre de la pêche fait rage entre la France et le Royaume-Uni
16:13 Paris et Londres sont entrés dans un cycle de menaces de représailles, alors que les négociations sur l'octroi des licences de pêche sont dans l'impasse. Les pêcheurs français s'estiment lésés depuis ...
www.lecho.be
Daar is de ‘Queen of Halloween’: Heidi Klum trakteert volgers op eerste beelden van spectaculaire look
Topmodel Heidi Klum (48) pakt elk jaar flink uit met Halloween. Iedereen keek dan ook reikhalzend uit naar het kostuum dat ze deze keer tevoorschijn zou toveren, en de Duitse stelt weer niet teleur. Hoewel er vanwege de coronacrisis al voor het tweede jaar op rij géén feestje kan georganiseerd worden bij Heidi thuis, weerhoudt dat het model niet om alles uit de kast te halen voor haar outfit.
HLN.be
Biden stelt “historisch” investeringsplan van 1,75 biljoen dollar voor
De Amerikaanse president Joe Biden heeft de nieuwe lijnen van zijn "historisch" investeringsplan bekend gemaakt. Dat meldt het Witte Huis. Biden vertrouwt erop dat alle facties van de Democratische Partij het plan zullen steunen. Het ‘Build Back Better’-plan zorgt al weken voor spanningen binnen Bidens partij.
HLN.be
La Justice a tranché: Josée et Simon doivent se séparer de leur petit Pilou car il aboie trop ! (Mise à jour)
Leur petit chien a dû être confié à leur fille parce que leur voisin se plaint des aboiements
www.dhnet.be
Interfederale werkgroep neemt regelgeving rond e-steps onder de loep
Een interfederale werkgroep met alle ministers van Mobiliteit gaat de regelgeving rond e-steps onder de loep nemen. De werkgroep gaat onder meer bekijken of er een leeftijdsgrens moet komen. Dat heeft Vlaams minister van Mobiliteit Lydia Peeters geantwoord op een vraag van N-VA-parlementslid Marius Meremans. Zelf wil de Open Vld-minister liever niet spreken van "verplichten en verbieden", maar mikt ze meer op "sensibiliseren en responsabiliseren".
HLN.be
Une boulette suivie d’une bicyclette: le but splendide de Dairon Asprilla en MLS
Zlatan Ibrahimovic a quitté la MLS depuis bientôt deux ans, mais il continue d’inspirer les joueurs du championnat américain.
www.7sur7.be
Coronavirus: sans modification de l'accord de coopération, le décret wallon sur le CST serait inopérant
"Si nous ne votions pas la modification de l'accord de coopération - ouvrant la voie à l'extension du CST dans les entités fédérées, ndlr -, nous rendrions inopérant le décret que notre parlement a adopté il y a 15 jours", a averti le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, jeudi, en commission du parlement régional.
www.lalibre.be
Coup d'Etat au Soudan: des grenades lacrymogènes utilisées pour disperser des manifestants à Khartoum
Les forces de sécurité soudanaises ont tiré jeudi des grenades lacrymogènes pour disperser des manifestants contre le coup d'Etat au Soudan dans le très turbulent quartier de Bourri, dans l'est de Khartoum, ont constaté des correspondants de l'AFP.
www.lalibre.be
L'interdiction d'offenser le roi est contraire à la liberté d'expression
La loi qui réprime les offenses envers le roi est contraire à la liberté d'expression, vient de décider la Cour constitutionnelle. Jusqu'à présent, les offenses au roi étaient passibles d'amende et d'une peine de prison de six mois à trois ans. Le souverain était donc davantage protégé qu'un citoyen lambda.
Levif.be