Reporter pakt uit met zijn skateboard tijdens live verslag

Een Amerikaanse journalist bracht donderdag live verslag uit over een skatepark in Detroit vanop zijn skateboard. Tijdens zijn verslag pakte Victor Williams uit met enkele trucjes, waardoor zijn korte interventie plots het hele internet begon rond te gaan.


Read full article on: standaard.be
Diffusion d’images sexuelles dans une buvette de foot: cinq renvois en correctionnelle demandés
Diffusion d’images sexuelles dans une buvette de foot: cinq renvois en correctionnelle demandés Bernard Libert. La chambre du conseil de Verviers s’est penchée une première fois sur une affaire qui avait défrayé la chronique à la rentrée 2019 : des vidéos et photos à caractère sexuel, tournées de nuit dans la buvette d’un club de football provincial de Thimister-Clermont (Verviers), avaient été diffusées à très grande échelle sur les réseaux sociaux. Une jeune femme âgée d’une vingtaine d’années y apparaissait marchant à quatre pattes, complètement nue, entre des jeunes footballeurs amusés, et mimant une fellation sur l’un d’eux. On la voyait également, couchée sur une table de massage, alors qu’un jeune homme pratiquait sur elle des actes à caractère sexuel. L’intéressée était parfaitement identifiable… Cinq footballeurs âgés de 24 à 32 ans, domiciliés en régions verviétoise et liégeoise, ont été inculpés dans cette affaire. La jeune femme aurait été invitée à rejoindre l’un des inculpés, qu’elle fréquentait à l’époque, dans la nuit du 19 au 20 septembre 2019, à la buvette. Celui-ci soutient qu’elle était consentante pour ce qui s’est passé cette nuit-là et qu’il ignorait que les différentes scènes avaient été filmées et photographiées ; il a été inculpé pour traitement dégradant à l’encontre de la jeune femme. Deux des footballeurs présents sont également inculpés pour cette prévention, mais aussi pour voyeurisme, acte qui consiste à diffuser sans son accord les images d’une personne majeure dénudée ou se livrant à une activité explicite, et ce même si elle était d’accord pour qu’il y ait prise d’images (ce qui, ici, n’était apparemment pas le cas). Ils avaient envoyé les vidéos et photos à des groupes Snapchat et Messenger, d’où elles avaient été partagées dans toute la région et au-delà. Ils risquent de six mois à cinq ans de prison. Préjudice traumatique La justice ne s’attarde souvent que sur ceux sur qui sont à la base de ce genre de diffusion mais pourtant, dans ce dossier, deux autres jeunes hommes, qui n’étaient pas sur place mais auraient renvoyé les images à l’un ou l’autre ami, ont également été inculpés pour la même prévention de voyeurisme. Pour ces deux derniers, l’un sollicite un non-lieu (il soutient n’avoir envoyé les images à personne) et l’autre demande une suspension du prononcé au stade du règlement de la procédure. La partie civile souhaite quant à elle « un procès public pour tous, parce qu’ils ont mis sur la place publique le corps de ma cliente sans s’inquiéter le moins du monde des conséquences dévastatrices de leur acte », expose Me Uerlings. La jeune femme présenterait un préjudice traumatique « très important » et se serait « complètement repliée sur elle-même » depuis les faits. Si aucun des cinq inculpés ne joue plus dans le club où les faits ont eu lieu, ils évoluent encore tous en première et deuxième provinciales. Les plaidoiries en chambre du conseil ont été fixées au début février prochain. Des footballeurs avaient invité une jeune femme à les rejoindre dans une buvette de foot, où certains d’entre eux l’ont filmée alors qu’elle était dénudée et se livrait à des actes à caractère sexuel. Les images avaient été largement partagées et le renvoi en correctionnelle de cinq footballeurs, notamment pour voyeurisme, est sollicité par le ministère public. Par Laurence Wauters Le 29/11/2021 à 19:23
7 m
www.lesoir.be
Alors que le peuple afghan est "épuisé", l’Europe et les États-Unis négocient sous conditions avec les talibans
Les pourparlers se déroulent à Doha alors que le pays sombre dans la misère.
8 m
www.lalibre.be
Live - Forse toename ziekenhuisopnames in Zuid-Afrika, vooral in omikron-brandhaard Gauteng
Het aantal besmettingen en ziekenhuisopnames met het coronavirus loopt weer op in België. Volg hieronder al het nieuws over het Overlegcomité van 26 november en de laatste ontwikkelingen rond het coronavirus. Download de app van De Morgen en krijg als eerste een bericht bij belangrijk nieuws.
9 m
www.demorgen.be
Lee Elder, premier golfeur noir à avoir disputé les Masters, est décédé
Lee Elder, premier golfeur noir à avoir disputé les Masters, est décédé Photo News L’Américain Lee Elder, premier golfeur noir à avoir disputé les Masters, est décédé à 87 ans, a annoncé lundi le PGA Tour, le circuit de golf professionnel masculin aux États-Unis. Elder, qui a lutté contre le racisme tout au long de sa carrière, était devenu en 1975 le premier Afro-Américain à participer au Tournoi des maîtres. Le PGA Tour avait décidé d’honorer Elder lors du dernier Masters disputé à Augusta en l’invitant à lancer la compétition. Il est le premier Afro-Américain à avoir disputé un tournoi sur le circuit professionnel américain en 1961, après que le PGA Tour a levé l’interdiction d’accès aux compétitions des personnes non-blanches. Elder a remporté son premier tournoi, l’Open Mansanto en Floride, en 1974, avant de s’imposer à Houston en 1976, Greater Milwaukee et Westchester Classic en 1978. « En 1975 (aux Masters), je me souviens avoir été extrêmement nerveux au moment d’aller au premier tee », s’est souvenu Elder cette année. « C’était un jour merveilleux. Tout au long du parcours, j’ai reçu des salves d’applaudissements. Cela m’a aidé à me calmer et à me concentrer sur mon jeu. » Le natif de Dallas a disputé cinq Masters au total et a remporté la Ryder Cup, le tournoi qui oppose les meilleurs golfeurs américains aux meilleurs golfeurs européens, en 1979. « Lee Elder était un pionnier, et à bien des égards », a réagi le légendaire Jack Nicklaus au site PGATour.com. « Lee était un bon joueur, mais surtout un homme bon qui était très respecté par d’innombrables personnes. Le golf a perdu un héros. » Le golfeur afro-américain s’est éteint à l’âge de 87 ans. Il était un pionnier dans sa discipline en étant le premier golfeur noir à participer au Tournoi des maîtres. Par Belga Le 29/11/2021 à 19:21
www.lesoir.be
Channing Tatum werkt aan derde deel van ‘Magic Mike’
Goed nieuws voor de fans van mannelijk bloot, want er komt een derde deel van de stripperfilm ‘Magic Mike’. Hoofdrolspeler Channing Tatum (41), regisseur Steven Soderbergh (58) en schrijver Reid Carolin (39) werken opnieuw samen voor het vervolg. Dat krijgt de titel ‘Magic Mike's Last Dance’.
HLN.be
Quatre défenseurs pour trois places à l'Union
Une grande concurrence existe entre Bager, Van der Heyden, Burgess et Kandouss.
www.dhnet.be
Tous les vols directs à destination ou en provenance du Maroc sont suspendus dès ce lundi soir, des Belges concernés
Les Belges actuellement au Maroc doivent revenir en Belgique dans les meilleurs délais, demande le SPF Affaires étrangères
www.lalibre.be
Variants Omicron: tous les vols directs à destination ou en provenance du Maroc sont suspendus dès ce lundi soir, des Belges concernés
Les Belges actuellement au Maroc doivent revenir en Belgique dans les meilleurs délais, demande le SPF Affaires étrangères
www.dhnet.be
Démission du PDG de Twitter : "Je pense que la société est prête à couper le cordon avec ses fondateurs"
Avec son allure reconnaissable, crâne rasé et longue barbe, et son style atypique, Jack Dorsey incarne, depuis des années, à lui seul, Twitter.
www.lalibre.be
L’apologie du zéro
L’apologie du zéro Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet lors de l’annonce du Plan interfédéral de sécurité routière. - Belga. Zéro busé en langue (singulièrement en néerlandais) car « tous bilingues au sortir du secondaire en 2001 ! », promettait Laurette Onkelinx, alors ministre de l’Enseignement de la Communauté française, en 1996. « Zéro mort sur les routes d’ici à 2050 ! », ont lancé les ministres de la Mobilité ou de la Sécurité routière, la semaine dernière, en présentant le premier Plan interfédéral de sécurité routière. « Zéro féminicide ! », se donnait comme objectif, ce week-end dans Le Soir, la secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres Sarah Schlitz, en dévoilant son plan d’action national contre les violences de genre (201 mesures à mettre en œuvre par 17 ministres et 23 administrations d’ici à 2025). À lire aussi Sarah Schlitz veut atteindre l’objectif «zéro féminicide» Ou l’apologie du zéro en politique… Que l’on nous comprenne bien : c’est la forme que l’on cible ici, pas le fond. Toutes ces ambitions (le bilinguisme des jeunes au sortir de l’école, la lutte contre la mortalité sur les routes, le refus de toute violence faite aux femmes, a fortiori des assassinats) sont éminemment justes. Indispensables. Mais c’est justement parce qu’elles sont indispensables que ces ambitions ne souffrent pas d’être réduites à des slogans. Des « zéros ». Prenons un exemple parlant, dans un tout autre domaine : l’Organisation internationale du travail l’a bien compris, quand elle définit le plein-emploi, non pas comme un marché du travail avec « zéro chômeur », mais bien avec « un taux de chômage inférieur à 5 % ». Pour en revenir aux trois cas précités, il y aura, hélas, toujours des rétifs ou sous-doués des langues. Il y aura encore, malheureusement, des accidents de la route, même sans comportement à risque (dus à un malaise, un dérapage sur du verglas, un angle mort…). Il y aura encore, plus que malheureusement, des crimes contre des femmes – ou des hommes d’ailleurs. Alors prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer l’apprentissage des langues ; s’attaquer sans concession aux premières causes de mortalité routière ; adopter les meilleurs outils et les dispositions les plus fermes pour combattre et empêcher à tout prix les violences de genre : oui ! Trois fois oui ! Il est plus que temps – comment a-t-on dû attendre le XXIe siècle pour cela ? Mais rien ne décrédibilise plus une politique que des objectifs non rencontrés. Rien ne discrédite plus les responsables politiques que des promesses non tenues. Les engagements valent mieux que des slogans. La politique est l’art du possible. Pas l’annonce de l’impossible. « Zéros morts sur la route », « zéro féminicides »… Les slogans politiques font l’apologie du zéro et en deviennent irréalisables. Par Martine Dubuisson Cheffe adjointe du service Politique Le 29/11/2021 à 19:16
www.lesoir.be
Lukaku 12e du classement du Ballon d'Or, De Bruyne dans le top10
Romelu Lukaku s’est classé 12e du classement du 65e Ballon d’Or, trophée récompensant le meilleur joueur de l’année et remis par le magazine français France Football, dont le vainqueur sera connu lundi soir à Paris.
www.7sur7.be
Waarom Twitter “luie” CEO en oprichter aan de kant zet
Stichter Jack Dorsey zet per direct een stap opzij als CEO van Twitter. Volgens de Amerikaan gaat het om “zijn eigen beslissing”, maar deze stap valt niet los te zien van de druk van de aandeelhouders van het bedrijf, die Dorsey al langer aan de kant wilden zetten. Zo komt een einde aan de tweede ambtstermijn van de man aan het hoofd van het sociale medium.
www.hbvl.be
Dikke maakt promotie voor Limburg als economische hotspot
Limburg op de kaart zetten als de ideale plek om te werken, te ondernemen en te innoveren. Dat is het doel van de nationale televisiecampagne die POM Limburg vanaf vandaag op Vlaanderen loslaat. POM is de provinciale ontwikkelingsmaatschappij die bedrijven naar onze provincie moet halen. Lummens raptalent Dikke nam tekst en muziek voor zijn rekening. Limburg wordt gepositioneerd als economische hotspot van Vlaanderen.
www.hbvl.be
In Oost-Vlaanderen al geen plaats meer op intensieve, elders patiënten (iets) vroeger naar huis
De afdelingen intensieve zorgen van onze ziekenhuizen liggen overvol. Dat blijkt nog eens uit een Twitterbericht van professor Steven Callens (UZ Gent) die een patiënt naar huis moest laten gaan.
www.hbvl.be
Coronacijfers: bijna helft van bedden op intensieve bezet door coronapatiënten
Het gaat van kwaad naar erger met de coronacijfers in Limburg.
www.hbvl.be
Universiteit Hasselt geeft studenten de keuze: les volgen online of op de campus
Hogeschool UCLL zet op zijn beurt in op een mix tussen online en on campus onderwijs. Dat gaat gepaard met een verstrenging van de mondmaskerplicht en met de afgelasting van alle activiteiten die niet rechtstreeks te maken hebben met lesgeven. De UHasselt gaat nog een stap verder. De universiteit schakelt over naar hybrideonderwijs. Dit betekent dat de studenten zowel online als in de aula les kunnen volgen. Rector Bernard Vanheusden wil vooral dat de studenten en lectoren gezond blijven. Hij verstrengt de bestaande maatregelen om besmettingen zoveel mogelijk te vermijden. Een deel van de studenten komt liefst naar de campus omdat ze online minder goed kunnen opletten.
www.hbvl.be
La Compagnie du Bois sauvage, actionnaire principal de Recticel, votera contre la vente de la division "mousses techniques" à Carpenter
En mai dernier, Greiner avait obtenu un accord avec la Compagnie du Bois Sauvage pour acquérir sa participation de 27,03 % dans Recticel.
www.lalibre.be
Waarom krijgen zwangere vrouwen geen voorrang bij boosterprik?
Corona krijgen tijdens de zwangerschap, kan zware gevolgen hebben. Voor moeder én ongeboren kind. In zeldzame gevallen, leidt een besmetting zelfs tot doodgeboorte. En toch krijgen zwangere vrouwen nog geen prioriteit voor de boosterprik. “Al kan daar snel verandering in komen”, zegt gynaecoloog van het ZOL dokter Tinne Mesens. Voorlopig genieten de meeste zwangere vrouwen nog van voldoende bescherming na hun tweede vaccin.
www.hbvl.be
Ce qu’il manque au Standard pour briller cette saison
Le Standard s’est fait marcher dessus à Gand. Littéralement, et sans la moindre réaction à offrir. Parce que les manquements dans le groupe se veulent aussi criants qu’inquiétants. Tour d’horizon de ce qui ne va pas chez les Liégeois.
Lameuse.be
Ce qu’il manque au Standard pour briller cette saison
Ce qu’il manque au Standard pour briller cette saison Les Standardmen ont la tête basse, ils ont été inconsistants à Gand, ce dimanche. - Belga Au terme de la victoire douloureuse contre Eupen (1-0), Luka Elsner avait évoqué un plafond de verre enfin brisé. De quoi permettre à ses troupes de lancer leur saison. Libérée d’un poids conséquent, l’équipe avait pour tâche de remonter au classement, afin de s’installer dans le top 8, avant la trêve hivernale. Le revers à Gand a fait voler cet objectif en éclats. Pas mathématiquement, vu que les Rouches ne sont qu’à deux points des playoffs 2, mais plutôt sportivement. Dans trop de domaines. La preuve. 1 Sans Selim Amallah, le danger n’existe pas Soyons clairs, assister à un match du Standard est rarement amusant. Car le jeu se veut trop poussif, pour ne pas dire stéréotypé. L’ennui pointe rapidement le bout de son nez, parce que personne ne semble en mesure d’enflammer les débats. Le grain de folie reste dans le vestiaire, sauf dans le chef de Selim Amallah. En première période à Gand, il a été l’unique élément à réussir des dribbles et des actions techniques. Les autres sont restés muets, comme incapables de produire quelque chose. Quand le médian belgo-marocain n’est pas sur la pelouse, il n’existe pas de magicien. Un gars susceptible de faire tourner les débats en un instant, avec son instinct. Oser davantage, pour créer, déstabiliser et mettre à mal les défenses adverses, telle doit être la mission liégeoise dans les semaines à venir. 2 Mais où sont donc passés les «salopards»? Le championnat de Belgique est réputé pour sa rugosité. En arrivant sur le sol belge, beaucoup de joueurs doivent manger leur lot de tartines avant d’avoir du répondant dans les duels. Parce que rien ne leur sera épargné sur l’autel de la puissance. Dans le noyau mis à disposition de Luka Elsner, il y a pourtant quelques gabarits. Des hommes, dont la taille et la musculature doivent forcer le respect. Mais pour l’obtenir, c’est surtout le mental qui joue. Trop souvent, les Standardmen se font rouler dessus, avec gentillesse et complaisance. Le football a beau être un jeu, il est parfois nécessaire de le durcir, pour ne pas se faire renverser. Tarik Tissoudali est un artiste, qui s’est promené dans la défense rouge et blanche, mais sa prestation s’est vue faciliter par un manque de rage au moment de le contrer. La faute dite nécessaire, ou professionnelle, n’est jamais arrivée. Le petit coup qui montre qu’on est là, et qu’il faudra s’arracher pour passer. Des «salopards», comme à Bruges, l’Antwerp ou ailleurs, voilà ce dont le Standard a besoin. Et vite. 3 Une formation en manque de stabilité Au moment de construire une maison, les fondations doivent être pensées, travaillées et conçues de manière solide. Ce n’est pas le cas actuellement au Standard. Le château de cartes vacille trop facilement, soufflé par les tempêtes adverses. Du côté de la Ghelamco Arena, le mentor des Rouches a reconnu avoir commis une erreur tactique à la pause. Un mea culpa tout à son honneur. Mais arrivé trop tard, après que Sven Kums et Vadis Odjidja aient eu l’occasion de se balader sur la pelouse. Chaque semaine, un maillon de la chaîne menace de rompre. Tantôt en défense, parfois au milieu et souvent en attaque. Un manque évident d’efficacité dans les zones de conclusion, et aux instants clefs des débats. Jackson Muleka a pourtant eu l’opportunité d’égaliser, mais il a manqué de discernement au moment de gagner son face-à-face avec Sinan Bolat. Soigner le dernier geste, pour que tout le collectif prenne conscience de ses qualités. Dans le but d’enfin dominer un match. De le maîtriser de bout en bout, sans que les supporters ne se rongent frénétiquement les ongles. Le stress est palpable dès que le chrono tourne à l’avantage des Liégeois. Les points bêtement concédés à Sclessin en sont le parfait exemple. Comme si l’espoir de gagner venait crisper les jambes, et donc les prises de décisions. Se stabiliser et contrôler ses émotions, une autre tâche d’envergure à rapidement concrétiser. Dès ce jeudi en Coupe de Belgique, lors de la réception du Beerschot. Pour ne pas s’enliser davantage… Le Standard s’est fait marcher dessus à Gand. Littéralement, et sans la moindre réaction à offrir. Parce que les manquements dans le groupe se veulent aussi criants qu’inquiétants. Tour d’horizon de ce qui ne va pas chez les Liégeois. Par Ludovic Baeten Le 29/11/2021 à 19:03
www.lesoir.be
Coronacrisis zorgt in Limburg voor enorme piek in verkoop luxe woningen boven 500.000 euro
Het aanhoudende thuiswerk en de inflatie hebben de verkoop van luxewoningen een enorme boost gegeven in het begin van het jaar. Zo zijn er de eerste zes maanden in Limburg maar liefst 151 luxepanden in het hoger segment verkocht. Door de coronacrisis werden mensen geconfronteerd met hun huidige wooncomfort waardoor ze naar iets ruimer of rustiger op zoek gingen.
www.hbvl.be
David Goffin, bijna klaar voor z’n terugkeer, wil weer mooie dingen laten zien: “Ik mis de competitie, het heeft lang genoeg geduurd”
Getrouwd, gelouterd en genezen wil David Goffin (ATP 39) volgend seizoen terug aanknopen met zijn topmomenten van weleer. “Ik heb nog steeds de ambitie om mijn beste niveau te halen en wil nog vier à vijf jaar doordoen”, zei de van een knieblessure herstelde Luikenaar die deze winter tevens wil profiteren van het advies van ex-topper David Ferrer.
HLN.be
Trump terug in Witte Huis als versiering in kerstboom van Bidens
De voormalige Amerikaanse president Donald Trump is terug in het Witte Huis, althans als portret dat in de kerstboom hangt. De huidige president Joe Biden en echtgenote Jill hebben besloten een foto van hem als kerstversiering te gebruiken. Dat is verslaggevers maandag opgevallen tijdens een persconferentie in de ambtswoning van de president.
www.hbvl.be
Vierde golf spoelt ook over begroting
19:01 Het Rekenhof waarschuwt de regering-De Croo dat ze de opbrengst van een reeks begrotingsmaatregelen overschat. Sowieso komt het budget meteen onder druk te staan, nu er met de vierde coronagolf extra ...
www.tijd.be
Wat na annulatie cross Antwerpen? Boom pleegt overleg, Essen zonder publiekstent, Namen schrapt viptent
De annulatie van de WB-manche van komende zondag in Antwerpen als gevolg van de verscherpte coronamaatregelen kwam als een kleine verrassing. Maar wat met de andere wedstrijden die de komende weken in ons land georganiseerd worden? In Boom (4 december) en Essen (11 december) wordt intussen druk overleg gepleegd. In Namen (18 december) wordt de viptent alvast niet opgebouwd.
www.hbvl.be
COLUMN. De week van Klaasje: “Geluk vind je niet door jezelf af te zonderen op de verre Antillen”
Nu ze de fakkel heeft doorgegeven aan Julia, is voor Klaasje Meijer (26) het doek definitief gevallen wat haar tijd bij K3 betreft. Maar de Nederlandse zit alweer boordevol nieuwe plannen. In haar column in Story laat ze ons meekijken naar wat de toekomst in petto heeft, met af en toe een terugblik naar het verleden. Deze week toont ze ons foto’s van de vakantie die ze na haar laatste optreden nam, en mijmert ze over haar kindertijd. “Vakantie houden is stilstaan. Nadenken. Was ik vroeger in Westkapelle even gelukkig als nu?”
HLN.be
Voor de tweede keer coronavariant ontdekt in Zuid-Afrika en daar is een goede reden voor
Na de bètavariant werd ook de omikronvariant van het coronavirus in Zuid-Afrika ontdekt. Verschillende landen nemen daarom maatregelen en schrappen vluchten van en naar daar. Maar hoe komt het dat voor de tweede keer daar een variant werd ontdekt? En waarom was het te verwachten dat er nog een Zuid-Afrikaanse variant zou opduiken?
www.hbvl.be
Un point à 13€ au conseil communal de Liège dans une ville qui gère 600 millions!
A l’ordre du jour au conseil communal de Liège de ce lundi, le remboursement d’un ticket de train de 13,2 euros. Étonnant pour une ville qui gère un budget de 600 millions d’euros…
Lameuse.be
"Choquant et interpellant" : un charnier d'animaux découvert dans un ruisseau à Flobecq
"Interpelant, choquant!", Sophie Locatelli, vice-présidente d'Animaux en Péril manque de mot pour décrire ce qu'elle a vu lundi après-midi après avoir été contactée par des habitants de Flobecq : un charnier d'animaux comportant de nombreux restes mais aussi des cadavres entiers déposés dans un ruisseau.
www.dhnet.be
Le nouveau "profit warning" de Faurecia surprend négativement le marché
18:56 Les marchés européens ont été portés par une vague d'achats à bon compte. Le secteur télécoms a encore fait parler de lui, tandis que la chute de Faurecia a plombé le compartiment auto.
www.lecho.be
Nucléaire, non merci? Les verts militent, les bleus résistent, la Vivaldi doit trancher
Nucléaire, non merci? Les verts militent, les bleus résistent, la Vivaldi doit trancher Sur la base de documents intermédiaires, les réunions intercabinets ont, dit-on, permis d’identifier de possibles soucis d’approvisionnement à partir de 2023. - Belga Le moment est venu pour la Vivaldi d’Alexander De Croo de mettre en œuvre la décision prise par le gouvernement arc-en-ciel (libéral-écologiste-socialiste) de Guy Verhofstadt en 2003 visant à sortir du nucléaire en 2025. A cet effet, des réunions inter-cabinets ministériels ont eu lieu ces derniers jours pour tenter de lisser les différends entre partenaires avant la grande explication en comité ministériel restreint (kern). Qui doit avoir lieu ce mardi, mais pas forcément : « Par exemple, si le rapport d’évaluation de la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten, qui portera sur la sécurité d’approvisionnement et les prix à la consommation, nous est transmis à 20 heures, on ne va quand même pas faire un kern à 22 heures, on peut se donner un peu de temps », explique-t-on rue de la Loi. Bref, le kern pourrait être repoussé à mercredi ou jeudi. À lire aussi Sortie du nucléaire: le MR freine, la Vivaldi s’électrise En attendant, sur la base de documents intermédiaires (avant le rapport final), les réunions intercabinets ont, dit-on, permis d’identifier de possibles soucis d’approvisionnement à partir de 2023. On est au cœur du sujet. Au cœur aussi de la possible empoignade, entre les verts qui veulent tourner la page du nucléaire, faire basculer le pays dans la transition énergétique, recourir à des centrales au gaz (reconvertibles) entre les deux, et les bleus qui crient casse cou, notamment en termes d’émission de CO2 (par les centrales au gaz). Les rouges, au milieu, plaident pour l’arrêt des centrales, mais peuvent s’accommoder d’une prolongation. Dans leurs rangs, plusieurs sont favorables au maintien de deux unités en 2025. À lire aussi Sortie du nucléaire: les politiques réagissent après l’annonce de la construction de deux centrales à gaz Pour éviter de voir la Vivaldi se fracasser dans la dispute idéologico-scientifique, le Premier ministre travaille à une « mise en perspective » de la décision à prendre, invite les partenaires à se projeter dans le long terme, à imaginer le mix énergétique du futur, ce qui pourrait permettre d’atterrir dans l’épreuve de l’heure, avec une forme de compromis comportant l’engagement à stopper les réacteurs mais aussi à garder un œil sur l’approvisionnement, les prix, le CO2. Sortir du nucléaire en 2025, et exécuter l’engagement pris par le gouvernement Verhofstadt en 2003 ? Le rapport d’évaluation de la ministre de l’Energie sera connu ce mardi, il servira de base aux (rudes) discussions. Par David Coppi et Martine Dubuisson Le 29/11/2021 à 18:55
www.lesoir.be
Definitieve regeling voor bijklussen in verenigingsleven
18:55 Vanaf 1 januari kunt u tot 450 uren bijverdienen in een sportvereniging en tot 300 uren bij een vereniging in de socioculturele sector. De ministerraad heeft daarvoor vrijdag het licht op groen gezet.
www.tijd.be
Origines, transmissibilité, vaccins: ce que l'on sait du variant Omicron
Des chercheurs sud-africains ont découvert un nouveau variant du coronavirus, Omicron, avec un nombre de mutations inhabituellement élevé et potentiellement très transmissible. Cette nouvelle forme du virus, dont la découverte a provoqué une panique mondiale, présente "un risque très élevé", a mis en garde l'OMS lundi.
www.7sur7.be
"Attendre de nouveaux vaccins pour la troisième dose à cause d'Omicron est une très mauvaise idée"
Alarmisme, chez les uns. Lueur d'optimisme, chez d'autres. Le nouveau variant Omicron fait souffler le chaud et le froid. Qui et que croire? Tentative d'éclairage en l'état actuel des connaissances avec Eric Muraille, biologiste et immunologiste à l'ULB, maître de recherches FRS-FNRS.
www.lalibre.be
Sortie du nucléaire: les cinq dernières questions avant de décider de tout fermer
Sortie du nucléaire: les cinq dernières questions avant de décider de tout fermer C’est une part importante de l’avenir énergétique du pays qui se joue cette semaine. - Photo News Sans doute les amateurs de chute libre sont-ils familiers de ce sentiment : avant de sauter d’un avion en état de marche, il n’est jamais inutile de vérifier que son parachute est correctement et solidement attaché. Non que la fermeture totale des sept réacteurs belges d’ici la fin de l’année 2025 s’apparente à un saut dans le vide. Il n’empêche : avant de faire le dernier – et a priori irréversible – pas sur un chemin entamé il y a dix-huit ans, il ne paraît pas déraisonnable que le gouvernement De Croo vérifie une dernière fois que toutes les sangles sont bien serrées. Après tout, c’est une part importante de l’avenir énergétique du pays qui se joue cette semaine. Ces assurances, la Vivaldi doit les trouver dans le rapport d’évaluation que lui remettra la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), ce mardi 30 novembre. A défaut de toutes les y trouver, l’exécutif fédéral pourrait décider de conserver le feu nucléaire de Doel 4 et Tihange 3, soit 2 GW sur un total de 6. Passage en revue des points à « checker » sur le parachute. 1 La sécurité d’approvisionnement est-elle garantie ? L’accord de gouvernement prévoit que la décision de sortir complètement du nucléaire dépend « notamment » du fait que la sécurité d’approvisionnement électrique du pays sera garantie. Pour le dire autrement : que la Belgique ne connaîtra pas de coupures de courant (on parle de « délestages ») sans ses centrales nucléaires – qui assurent actuellement environ 45 % de la production électrique nationale. Pour s’en assurer, la Vivaldi a mis en place un mécanisme de rémunération de capacité (CRM), un système de subsides aux capacités alternatives de production électrique alternatives. Le 31 octobre dernier, au terme d’un premier round d’enchères, un total d’un peu plus de 4.400 MW a été sécurisé – en échange de subsides, des producteurs se sont engagés à fournir cette capacité à partir de l’hiver 2025-2026. Un « succès » pour la ministre et pour le gestionnaire du réseau de transport électrique, Elia, qui organise les enchères du CRM. À lire aussi La Belgique sur la «bonne trajectoire» pour sortir complètement du nucléaire Oui mais, sachant qu’au cours d’une longue soirée d’hiver, les pics de consommation en Belgique atteignent plus de 13.700 MW, on voit qu’il y a encore de la marge. Comment la comble-t-on ? D’abord avec environ 2.000 MW de capacités de production déjà subsidiées par ailleurs (éolien, solaire, cogénération…) et qui, à ce titre, ne pouvaient pas prétendre au CRM. Il faut y ajouter un peu moins de 2.000 MW d’interconnexions – de l’électricité qui sera importée des pays voisins, pour autant qu’eux-mêmes n’en manquent pas – et 1.500 MW de « nouvelles technologies » (batteries, gestion de la demande…) qui devraient prendre part au round d’enchères organisé en 2024. Enfin, Elia estime qu’environ 3.800 MW de capacités de production qui existent déjà aujourd’hui (des « vieilles » centrales au gaz, la station de pompage-turbinage de Coo…), mais qui ont choisi de ne pas participer au premier tour d’enchères du CRM, participeront bien au round de 2024. Pour quelles raisons ces producteurs ont-ils fait l’impasse ? Peut-être dans l’attente d’y voir plus clair sur le marché – et notamment sur la prolongation nucléaire ou pas, ce qui change la donne – ou dans l’espoir de mieux valoriser leur production d’ici trois ans. Toujours est-il qu’Elia s’attend bien à ce que ces capacités restent opérationnelles, ce qui permettra de faire le compte juste. Une « certitude » que tout le monde ne partage pas : d’aucuns auraient préféré que ces capacités soient bétonnées dès aujourd’hui. Formellement, ce n’est pas le cas. 2 Que va-t-il se passer à Vilvorde ? Sur les 4.400 MW qui ont été retenus il y a un mois pour le CRM, environ 2.000 consistent en de nouvelles capacités de production, dont deux centrales à gaz qu’Engie projette de construire à Vilvorde et aux Awirs – toutes deux d’une capacité nette de 800 MW. Problème : quelques jours après l’annonce des résultats du CRM, la ministre flamande de l’Environnement, Zuhal Demir (NV-A) a refusé d’octroyer le permis d’environnement à la future centrale de Vilvorde, jugeant qu’elle rejettera trop d’ammoniac. On croyait cette sangle-là du parachute bien fixée, et voilà qu’elle menace de rompre. De quoi donner des arguments à ceux qui militent pour un maintien de deux réacteurs. Si légalement c’est à Engie qu’il revient de proposer une solution alternative (recours, nouvelle demande de permis, reprise d’un autre projet de centrale au gaz ayant déjà obtenu un permis, achat de capacités sur le marché secondaire…), on imagine mal que ce point ne soit pas éclairé – à défaut d’être immédiatement résolu – par le rapport d’évaluation de la ministre Van der Straeten. 3 Quel sera l’impact sur la facture ? L’autre condition posée par l’accord de gouvernement à la fermeture complète des centrales nucléaires, c’est que celle-ci n’ait pas d’impact négatif sur la facture des consommateurs. Une étude de l’UGent a récemment montré que le maintien de deux réacteurs n’aurait que peu d’influence sur le prix de gros du courant – qui pèse pour environ un tiers de la facture. Pour un ménage moyen, on parle d’une augmentation de 5 à 15 euros par an TVA comprise. La raison : le mécanisme de formation des cours sur le marché de gros a pour conséquence que dans 95 % des cas, ce sont les centrales fossiles qui déterminent le prix de l’électricité. La preuve en est qu’aujourd’hui, dans le contexte de reprise post-covid, ce prix a battu des records à la hausse… alors qu’au moins six réacteurs nucléaires sur sept tournent. Ces derniers ne nous protègent pas contre les flambées des prix, qui sont avant tout tributaires des cours des combustibles fossiles et celui de la tonne de CO2. À lire aussi Dernière ligne droite pour savoir si la Belgique ferme enfin les centrales nucléaires… ou pas Il n’en reste pas moins que le CRM, lui, a un coût. Pour la première année de fonctionnement, les subsides aux capacités sélectionnées lors du premier round d’enchères se monteront à 140 millions d’euros, auxquels il faudra ajouter sans doute plusieurs dizaines de millions d’euros pour les capacités qui seront retenues lors des enchères de 2024. Un montant que le gouvernement s’est engagé à ne pas faire peser sur la facture des consommateurs, mais qui sera financé par le budget de l’Etat… c’est-à-dire en grande partie par les contribuables. 4 Quid des émissions de CO2  ? Dans l’accord de gouvernement, pas de mention des émissions de CO2 en rapport avec l’éventuelle prolongation des deux réacteurs. Il n’empêche : ici aussi, il est difficile pour l’exécutif De Croo de faire l’économie de la question. On le sait, si les centrales nucléaires produisent des déchets, elles n’émettent en revanche pas de CO2. Les remplacer par des centrales au gaz, c’est ajouter, selon les estimations, entre 12 et 40 millions de tonnes de CO2 aux émissions de la Belgique sur une période de dix ans. Certes, le CRM prévoit qu’à terme les centrales au gaz devront devenir neutres en carbone (via l’utilisation d’hydrogène vert par exemple). Mais dans l’intervalle, la hausse des émissions est réelle. À lire aussi Sortie du nucléaire: la Belgique a besoin de deux ou trois nouvelles centrales au gaz Sauf que, disent les défenseurs de la sortie complète, les centrales électriques font partie du système d’échange de quotas d’émission à l’échelle européenne (ETS). C’est un mécanisme de droits d’émission de CO2 auquel doivent aussi souscrire les plus grosses entreprises émettrices (cimenteries, aciéries…). Pour favoriser les technologies les moins polluantes, ces quotas sont progressivement diminués, ce qui en augmente le prix. Les producteurs les plus émetteurs (dans le cas de l’électricité, les centrales au charbon) deviennent moins compétitifs et sont chassés du marché à l’échelle européenne par les technologies moins polluantes (les nouvelles centrales au gaz). 5 Que va faire Engie ? Quand bien même le gouvernement déciderait de prolonger la durée de vie de deux réacteurs, encore faudra-t-il qu’Engie, l’exploitant du parc nucléaire belge, accepte de le faire. Or, depuis des années, le groupe français répète dans toutes les langues qu’il est trop tard pour prendre cette décision, compte tenu des délais nécessaires pour voter une loi de prolongation, mener une étude d’incidence environnementale internationale, commander l’uranium, et surtout réaliser les indispensables travaux de remise à niveau de Doel 4 et Tihange 3 – soit un investissement de 1,2 milliard d’euros selon l’énergéticien. Après l’accident de Fukushima, la législation en matière de sûreté nucléaire a été renforcée en Belgique, et l’Agence fédérale de contrôle nucléaire a déjà dit qu’elle ne donnera son autorisation à la prolongation du permis d’exploitation qu’à la condition que les travaux soient achevés. En affirmant que l’avenir du groupe n’est plus dans le nucléaire, Engie bluffe-t-il pour forcer le gouvernement à mettre la main au portefeuille pour alléger, d’une manière ou d’une autre, le coût de la prolongation ? Ou, autre hypothèse, pour contraindre l’Etat belge à prendre à sa charge une partie des futurs coûts du démantèlement des centrales ? Des tractations ont-elles déjà lieu en coulisses ? Ici aussi, la ministre Van der Straeten devra apporter des réponses aux questions que ses collègues ne manqueront pas de lui poser. La ministre de l’Energie doit remettre son rapport d’évaluation au gouvernement ce mardi. C’est sur cette base qu’une éventuelle prolongation de deux réacteurs pourrait être décidée. Par Bernard Padoan Journaliste au service Economie Le 29/11/2021 à 18:54
www.lesoir.be
Coupe du monde des clubs: voici les trois adversaires potentiels de Chelsea en demi-finale
Coupe du monde des clubs: voici les trois adversaires potentiels de Chelsea en demi-finale Photo News Champion d’Europe en titre, Chelsea affrontera les Saoudiens d’Al-Hilal, les Émiratis d’Al-Jazira ou les Néo-Zélandais en demi-finale de la Coupe du monde des clubs après le tirage au sort effectué lundi à Zürich en Suisse. Vainqueur de la Ligue des Champions en mai dernier, Chelsea était directement qualifié pour les demi-finales du tournoi. Également directement qualifiés pour les demi-finales, les Brésiliens de Palmeiras seront eux opposés aux Égyptiens d’Al Ahly ou aux Mexicains de Monterrey. La Coupe du monde des clubs aura lieu du 3 au 12 février aux Émirats Arabes Unis. Le tournoi aurait dû se tenir au Japon en décembre, mais la fédération japonaise a décidé de renoncer à l’organisation en raison de la pandémie de coronavirus Sept clubs participeront au tournoi : les six champions continentaux auxquels s’ajoute le champion des Émirats Arabes Unis, Al-Jazira. Après avoir remporté la Ligue des champions, les Blues vont tenter de remporter la Coupe du monde des clubs. Par Belga Le 29/11/2021 à 18:54
www.lesoir.be
Trump terug in Witte Huis als versiering in kerstboom van Bidens
De voormalige Amerikaanse president Donald Trump is terug in het Witte Huis, althans als portret dat in de kerstboom hangt. De huidige president Joe Biden en echtgenote Jill hebben besloten een foto van hem als kerstversiering te gebruiken. Dat viel verslaggevers vandaag op tijdens een persconferentie in de ambtswoning van de president.
HLN.be
Trump terug in Witte Huis... als versiering in kerstboom van Bidens
De voormalige Amerikaanse president Donald Trump is terug in het Witte Huis, althans als portret dat in de kerstboom hangt. De huidige president Joe Biden en echtgenote Jill hebben besloten een foto van hem als kerstversiering te gebruiken. Dat viel verslaggevers vandaag op tijdens een persconferentie in de ambtswoning van de president.
HLN.be
Trump terug in Witte Huis als versiering in kerstboom van Bidens
De voormalige Amerikaanse president Donald Trump is terug in het Witte Huis, althans als portret dat in de kerstboom hangt. De huidige president Joe Biden en echtgenote Jill hebben besloten een foto van hem als kerstversiering te gebruiken. Dat is verslaggevers maandag opgevallen tijdens een persconferentie in de ambtswoning van de president.
www.nieuwsblad.be
Romelu Lukaku, classé 12e au Ballon d'Or
Le gala du Ballon d'Or se déroule ce lundi soir à Paris.
www.lalibre.be
Bagarre entre Musk et Binance autour du dogecoin
18:52 Elon Musk a critiqué Binance pour un souci technique qui a touché le dogecoin sur sa plateforme. Le fondateur de la plateforme a regretté cet incident.
www.lecho.be
Romelu Lukaku, classé 12e au Ballon d'Or! (Mise à jour)
Le gala du Ballon d'Or se déroule ce lundi soir à Paris.
www.dhnet.be
Ecoles: les festivités de fin d’année à l’épreuve du covid
Ecoles: les festivités de fin d’année à l’épreuve du covid Le grand saint devra faire preuve de créativité pour aller à la rencontre des écoliers. Pour la seconde année consécutive, la coronavirus fera partie prenante de l’équation. En effet, dans la foulée du Comité de concertation (Codeco) de vendredi dernier, la ministre de l’Education, Caroline Désir (PS), a pris de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du virus. Parmi lesquelles, la réduction des interactions entre les élèves de différentes classes et la limitation « au nécessaire » de la présence de tiers dans l’établissement. Les événements publics (fêtes, événements) dans l’enceinte de l’école sont, par ailleurs, interdits jusqu’aux vacances d’hiver. Ce début de semaine est donc synonyme de casse-tête pour les directeurs et directrices d’école. Comment convier Saint-Nicolas tout en respectant les circulaires ministérielles ? Sa venue se prépare depuis plusieurs jours. « Tous les matins, on colorie Saint-Nicolas dans les étapes de son périple jusqu’à notre école. Les élèves n’attendent que ça évidemment. Ils ne comprendraient pas son absence », confirme Chantal Marcq, institutrice en première maternelle à l’école Saint-Michel de Jette. Dans son établissement, comme ailleurs, l’homme à la longue barbe blanche fera son apparition. « Il s’installera dans le couloir des maternelles. Les élèves passeront lui dire bonjour par groupe classe. En revanche, nous avons dû annuler la célébration de Noël qui avait lieu à l’église. Les professeurs de religion vont se rassembler pour organiser une activité à l’intérieur de l’école. » Le patron des écoliers fera aussi un arrêt à l’école fondamentale Saint-Joseph Saint-Remi de Moleenbeek le 6 décembre. « Mais il n’aura aucun contact avec les élèves », assure le directeur Henri Trajman. « J’ai la chance d’avoir un hall d’entrée avec des gradins. Les élèves pourront rester à l’étage et voir ce qu’il se passe en-dessous. » Interdiction, donc, de lui serrer la main ou de s’asseoir sur ses genoux cette année. « Au moins, ils auront l’occasion de le voir », tempère le directeur. Des directeurs sur les rotules D’autres établissements ont pris des mesures plus drastiques : annuler, purement et simplement, toutes les activités festives jusqu’aux vacances de Noël. « La Saint-Nicolas se fera de manière discrète. Nous avons décidé d’annuler sa visite et de la reporter aux calendes grecques », déplore Christine Toumpsin, directrice de l’Institut Notre-Dame d’Anderlecht. « Il viendra pendant la nuit lorsqu’il n’y aura personne dans l’école, pour ne prendre aucun risque. A Noël, nous allons maintenir les échanges de cadeau au sein des classes. On s’adapte, comme c’est le cas depuis deux ans, à la situation sanitaire… » Directeur de l’école communale du centre à Uccle, Dominique Verlinden abonde dans ce sens. « Nous avons du rapidement prendre connaissance de la circulaire ce week-end, pour ensuite la traduire en consignes à destination des parents. Cela nécessite de pouvoir rapidement retomber sur ses pattes, d’être disponible et créatif. Sauf que le rouleau compresseur relatif aux demandes de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne s’arrête pas là. » Au-delà des festivités, d’autres restrictions rentrent en application ce mardi : interdiction des séjours avec nuitées, renforcement des consignes en matière d’aération, suspension des formations en présentiel et des réunions entre adultes. Dans ce contexte, les délais du plan de pilotage du Pact d’excellence deviennent difficilement gérables pour les directions. « Les réunions du plan de pilotage sont compromises. Il est très difficile de les maintenir en distanciel. Si les mesures que l’on nous donne sont dans son intérêt, nous les respectons. Mais de nouveau, les directions du fondamental feront leur possible sans avoir le cadre administratif et éducatif pour pouvoir les aider », conclut Christine Toumpsin. La venue de Saint-Nicolas dans les écoles s’annonce compliquée en raison du covid. De nouvelles restrictions pour lutter contre l’épidémie rentrent en vigueur ce mardi. Une fois de plus, les directions vont devoir s’adapter pour conserver un peu de magie. Par Charlotte Hutin Journaliste au service Société Le 29/11/2021 à 18:51
www.lesoir.be
KOERS KORT. Procureur vordert twee jaar gevangenisstraf voor ‘dokter Mabuse’ Bernard Sainz
De Fransman Bernard Sainz riskeert een gevangenisstraf van twee jaar en een boete van 30.000 euro. Dat vorderde de procureur voor de correctionele rechtbank van Parijs vanwege het illegaal uitoefenen van het beroep van arts en apotheker en vanwege aanzetting tot dopinggebruik.
HLN.be
KOERS KORT. Procureur vordert twee jaar gevangenisstraf voor ‘dokter Mabuse’ Bernard Sainz
De Fransman Bernard Sainz riskeert een gevangenisstraf van twee jaar en een boete van 30.000 euro. Dat vorderde de procureur voor de correctionele rechtbank van Parijs vanwege het illegaal uitoefenen van het beroep van arts en apotheker en vanwege aanzetting tot dopinggebruik.
HLN.be
Les États-Unis ne font plus obstacle au traité sur les pandémies
L'idée poussée depuis un an par le président du Conseil européen Charles Michel est en passe d'atterrir. Le mandat de négociation devrait être approuvé par l’Assemblée générale de l’Organisation mondiale de la santé.
www.lalibre.be
Vivaldi-regering flirt met deadline voor kernuitstap: de spanning stijgt
Federaal energieminister Tinne Van der Straeten (Groen) heeft haar rapport klaar over de kernuitstap. Enkel de MR van Georges-Louis Bouchez ligt nog dwars. Tevergeefs?
www.demorgen.be
Deux adolescentes prenant des selfies sur des rails de train, le Rail britannique choqué (vidéo)
Deux adolescentes prenant des selfies sur des rails de train, le Rail britannique choqué (vidéo) Capture vidéo. Le directeur des chemins de fer britannique Network Rail a partagé lundi des images « choquantes » de comportements dangereux sur une ligne ferroviaire très fréquentée du Nottinghamshire, selon Het Nieuwsblad . Sur les images, on constate deux adolescentes qui font le poirier sur le passage à niveau. Plusieurs personnes s’allongent ou s’assoient pour prendre des selfies ou se tiennent debout au milieu de la voie ferrée. « Les trains y passent à 130 kilomètres à l’heure », selon le directeur du chemin de fer. « Ce comportement incroyablement dangereux peut avoir des conséquences de grande envergure et même être fatal. » Ce genre d’incidents peut également arriver en Belgique. Selon Infrabel, cinq personnes sont mortes dans ces circonstances l’année dernière et sept autres ont été grièvement blessées. Selon le Network Rail, le réseau ferroviaire anglais, « les trains ne peuvent pas s’arrêter rapidement ou s’écarter du chemin, il est donc essentiel que toute personne utilisant un passage à niveau suive le guidage et traverse rapidement, sans s’arrêter. » Des images de vidéosurveillance montrent plusieurs personnes occupées à prendre des photos sur des rails de train. Elles ont choqué le service ferroviaire anglais. Par Rédaction Le 29/11/2021 à 18:46
www.lesoir.be