Sharon Stone: “Ik kreeg nachtmerries van Basic Instinct”

Sharon Stone (63) kijkt met gemengde gevoelens terug op ‘Basic Instinct’ (1992), en daar heeft ze meer dan één goede reden voor. “Mijn tegenspeler Michael Douglas kreeg 14 miljoen dollar. Ik werd afgescheept met 500.000 dollar”, bedenkt ze zich. Bovendien is ze nog altijd niet te spreken over het meest iconische shot uit de film. “Ze zeiden me dat er niets te zien zou zijn van mijn vagina. Dat draaide wel even anders uit.”
Read full article on: hln.be
Coupe de Belgique: le Cercle domine facilement Tirlemont et rejoint les 8es de finale
Coupe de Belgique: le Cercle domine facilement Tirlemont et rejoint les 8es de finale Belga Opposé à Tirlemont, pensionnaire de Nationale 1 (3e division), en 16es de finale de la Coupe de Belgique, le Cercle Bruges ne s’est pas fait peur et s’est imposé 3-0 grâce à Kevin Denkey (33e), Rabbi Matondo (40e) et Arne Cassaert (64e). Les hommes d’Yves Vanderhaeghe restaient sur une série de 5 matchs sans victoire et n’avaient plus gardé leurs filets inviolés depuis la première rencontre de championnat face au Beerschot (0-1). Ce week-end, les Brugeois, 17e de Pro League, accueillent l’Antwerp. Les Brugeois n’ont pas tremblé face à Tirlemont, pensionnaire de Nationale 1. Par Belga Le 28/10/2021 à 22:13
www.lesoir.be
Yaël Neeman: «Ce n’est pas un livre de réponses mais de questions»
Yaël Neeman: «Ce n’est pas un livre de réponses mais de questions» Yaël Neeman: «J’ai l’impression d’avoir avancé avec un filet plutôt qu’avec une canne à pêche.» - Tomer Epelmbaum. Née Sylvia mais rebaptisée Pazith, elle a grandi en Israël, à une époque où le rêve d’unification passait par l’hébraïsation des enfants. Elle a porté son nouveau prénom comme on enfile un manteau. Il était à elle, sans jamais être elle. Elle s’y blottissait, sans s’y fondre. Sylvia, c’était la nostalgie d’une culture qu’elle n’a jamais connue. Fille de l’exil, hantée par les fantômes d’Auschwitz, elle a fait partie de cette génération schizophrène qui a pansé, en silence, des blessures qui n’étaient pas les siennes. Et pourtant, on retiendra de Pazith un caractère rayonnant, un rire en cascade derrière lequel se cachent encore des sanglots d’enfants. À la fois joie et tristesse, désir de vivre et pulsion de mort, elle était deux facettes d’une même pièce. Paradoxale, elle voulait s’effacer, tout en laissant une trace. Alors, pour lui faire honneur, Yaël Neeman se fait témoin. Elle s’éclipse. On ne connaît de l’autrice que le « je » grâce auquel on approche Pazith. Construite comme l’enchevêtrement de témoignages qui se font écho, l’œuvre de Neeman n’est ni fiction, ni archive. Elle est comme la Dora Bruder de Patrick Modiano. Historique, complexe et ordinaire. Yaël Neeman, vous n’avez rencontré Pazith qu’une seule fois. Comment écrit-on quelqu’un qu’on ne connaît pas ? Et qui voulait à tout prix rester anonyme ? Tout a commencé par de la curiosité. Je l’avais entrevue une fois. Elle m’avait paru intéressante mais rien n’avait découlé de cette rencontre. Des années plus tard, lors d’un repas professionnel, ma collègue m’a parlé d’une femme très étrange pour qui elle avait cuisiné et qui s’appelait Pazith. Comme c’est un nom particulier, j’ai réalisé que c’était cette même personne qui m’avait intriguée. J’ai voulu en savoir plus. Étrangement, cette femme avait connu, de son vivant, des personnalités de la scène artistique israélienne. Ils avaient donc une manière très imagée de la décrire, ce qui m’a beaucoup aidé dans l’écriture. Elle n’avait rien laissé. Ni famille, ni tombe, ni archives. D’elle, il ne restait que des témoignages oraux. Évidemment, je me demandais constamment si ce que je faisais était bien, surtout au vu des efforts qu’elle a fournis pour s’effacer elle-même. Mais je sentais que si ces gens qui l’avaient connue étaient d’accord de participer au projet, c’est que je pouvais le faire. Et surtout, ce n’était pas si simple. Elle avait cherché à s’effacer mais pas tout à fait non plus. Comme Pazith, vous êtes une enfant de la migration. Comment cette Histoire influe-t-elle sur le quotidien de Pazith ? Même s’il y a un lien, nos deux parcours sont très différents. Moi j’ai été élevée, non pas en famille, mais entourée d’enfants. Elle, c’était plutôt le contraire. Quand j’ai entendu son histoire, j’ai vu qu’il y avait quelque chose de similaire à celle des personnes qu’elle a fréquentées. Ils faisaient partie de cette génération qui était née juste après la guerre. Il y avait quelque chose de perdu, de non-dit. Et je pense que certaines personnes, surtout des femmes, sont peut-être restées dans l’ombre durant cette période. Pazith, semblait tellement talentueuse. Mais tout était difficile pour elle, à cause de ce passé et à cause de sa manière de penser, de son perfectionnisme. Ces sujets m’intéressaient énormément. Et dès le début, je savais que ce ne serait pas un livre de réponses mais un livre de questions. Votre livre parle d’identité. Vous questionnez la notion d’empreinte, ce qu’on laisse et ce qu’on efface. Comment cette question est-elle devenue centrale dans votre livre ? J’ai l’impression d’avoir avancé avec un filet plutôt qu’avec une canne à pêche. Je ne cherchais rien car il y a de nombreuses choses que je ne pouvais pas savoir à l’avance. Au début, j’ignorais même que j’en ferai un livre. J’avais l’impression d’être un ingénieur qui construisait des ponts entre les informations. Moi, je construisais à partir de rien, à partir de poussières. Parfois les gens mettaient l’accent sur son rire, ses cigarettes ou sur la manière dont elle étudiait beaucoup. Un éditeur, par exemple, m’a raconté que c’était la seule personne qu’il avait engagée sous contrat. Elle était chargée de corriger une nouvelle de Bashevis Singer qui, c’est bien connu, ne vérifie pas toujours la véracité de ce qu’il écrit. Et il y avait un problème avec un lieu qu’elle n’arrivait pas à retrouver. Elle a cherché partout. Finalement, elle a demandé son propre licenciement pour être délivrée de cette tâche. C’était un challenge, pour moi, de savoir comment écrire une histoire à partir de ces choses sans histoires et qui pourtant me touchaient tant. Ni fiction ni biographie, comment définiriez-vous cet ouvrage ? Heureusement je ne dois pas le définir. Je ne suis vraiment pas douée pour le faire quand il s’agit de mon travail. Écrire son histoire a ravivé énormément de souvenirs en moi mais ce ne sont pas mes mémoires. Je ne le qualifierais pas de fiction, car je m’accroche beaucoup aux faits, aux noms des rues, aux gens et à ce qu’ils font. Mais ce n’est pas vraiment de la littérature de fait non plus. Plutôt de la littérature de pensée, prise à partir de la quotidienneté. Yaël Neeman n’a croisé Pazith qu’une seule fois. Mais elle a consacré dix ans de sa vie à collecter des témoignages sur cette femme brillante dont, aujourd’hui, il ne reste rien. « Elle était une fois » compile les récits qui rendent cette anonyme inoubliable. Lisez le premier chapitre. Par Cheyenne Quévy (st) Le 28/10/2021 à 22:08
www.lesoir.be
Joao Klauss avant Standard – Courtrai: «Je dois me montrer plus décisif»
Joao Klauss avant Standard – Courtrai: «Je dois me montrer plus décisif» News Un coup de réparation qui offre la victoire en Coupe sur la pelouse des Hurlus, mardi. Un but qui change tout, tant pour Joao Klauss que pour ses partenaires. La bouffée d’oxygène attendue par tous les Standardmen. « Les fans ne s’en rendent pas toujours compte mais nous sommes aussi touchés qu’eux par nos mauvais résultats. Quand je retrouve ma compagne dans la voiture après une défaite, je lui parle à peine lors du trajet vers la maison. Car je suis triste, et déçu, comme les autres gars du vestiaire ». La prise de parole est conséquente, posée, et lâchée avec la voix d’un leader naturel. « Je n’ai jamais demandé à avoir ce statut. Ce sont les équipiers qui me l’ont confié. Car ils ont confiance en moi et en mes capacités ». Parce que l’attaquant court sur tous les ballons, quitte à manquer de discernement au moment de capter la bonne information. Celle qui lui permettra de marquer davantage. Avant le penalty converti du côté de Mouscron, Joao vivait une traversée du désert, longue de 72 jours et une rose plantée au Beerschot (0-1). La joie en Coupe se voulait donc aussi sincère que libératrice. « Les buts font partie de la vie d’un attaquant, je ne peux le nier. L’important reste le collectif mais pour mon bien-être, je dois me montrer plus décisif. Et surtout arrêter de me disperser ». Aux quatre coins du terrain, pour combler les trous et soulager ses partenaires. Un altruisme exacerbé, parfois inutile. « Cette saison, j’apprends à ne pas courir inutilement. Je dois être plus malin, plus judicieux dans mes courses, dans le but de les rendre efficaces. Cela me permettra d’être plus souvent dans le rectangle et de créer davantage d’espace ». « Un adversaire solide » En bref, viser le concret. Ce dont le Standard a aussi besoin, peu importe la manière. « Quand tu gagnes, tu arrives relax aux entraînements et tu souris. Et si tu es détendu, tu t’entraînes mieux. En clair, c’est un enchaînement de bons résultats qui nous permettra d’enfin produire du jeu ». Comme lors de l’ouverture du score sur la pelouse du Cercle, venue des pieds de Samuel Bastien, au terme d’une action rondement menée. « Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas réussi à faire de telles combinaisons. C’est gratifiant, et un peu grisant. Mais ce n’est pas suffisant, donc il faut bosser pour encore grandir ». Car les Rouches s’apprêtent à recevoir Courtrai, les anciennes couleurs de Luka Elsner. « Ce sera un adversaire solide, mais cela ne change rien à nos objectifs. Le statut du club n’est pas respecté au classement, nous devons donc l’améliorer. Cela passera par des victoires, en surfant sur celle acquise en Coupe. J’espère qu’un nouveau départ s’offre à nous ». Le buteur du Standard espère que son penalty inscrit face à Mouscron en Coupe de Belgique lui servira de déclic, lui qui n’avait plus marquer depuis plus de deux mois. Par Ludovic Baten Le 28/10/2021 à 22:07
www.lesoir.be
Joao Klauss avant Standard – Courtrai: «Je dois me montrer plus décisif»
Le buteur du Standard espère que son penalty inscrit face à Mouscron en Coupe de Belgique lui servira de déclic, lui qui n’avait plus marquer depuis plus de deux mois.
Lameuse.be
Cercle Brugge wipt Tienen op weg naar achtste finales Beker van België
Cercle Brugge heeft zich donderdagavond vlot gekwalificeerd voor de achtste finales van de Belgische voetbalbeker. Groen-zwart zette in eigen huis KVK Tienen, uit eerste amateur, opzij met 3-0.
www.hbvl.be
Cercle Brugge zet KVK Tienen makkelijk opzij en kwalificeert zich voor volgende ronde Croky Cup
Ook KVK Tienen kon in de 1/16de finales van de Croky Cup niet voor de verrassing zorgen. Cercle Brugge roteerde wel voluit maar moest nooit in overdrive gaan. In een matige pot voetbal kwam groen-zwart op geen enkel moment in de problemen tegen de moedige maar ongevaarlijke bezoekers, die wel de schade konden beperken.
www.nieuwsblad.be
Rapports sexuels: les bonnes raisons de faire l’amour tous les jours selon la science
La meilleure raison de faire l’amour est évidemment le désir et le plaisir que cela procure. Mais le sexe présente bien plus d’avantages que ce que vous pensez pour votre santé ou votre bien-être. Petit tour d’horizon des bonnes raisons de faire l’amour tous les jours.
Sudinfo.be
Joris Vandenbroucke (Vooruit): “Voorstel Pro League is persverse logica, grootverdieners zullen nog steeds minder bijdragen”
Het voorstel van de Pro League, dat een plan heeft om 25 miljoen euro op te halen voor de sociale zekerheid, vindt weinig steun bij de regering. “De grootste voordelen blijven naar de grootste lonen gaan”, zegt Vooruit-kamerlid Joris Vandenbroucke.
HLN.be
Halloween : les 10 maisons hantées les plus flippantes du monde
Halloween : les 10 maisons hantées les plus flippantes du monde A lire dans Sosoir Oserez-vous traverser l'Atlantique pour vous y aventurer ? Le 28/10/2021 à 21:58
www.lesoir.be
Miranda Popkey: confidences pour confidences
Miranda Popkey: confidences pour confidences Miranda Popkey. - D. R. Le premier roman de Miranda Popkey, Les conversations, revendique son sujet dans le titre – et un peu plus encore en version originale américaine, Topics of conversation. De quoi parle-t-on quand on est une femme, entre 21 et 38 ans, de 2000 à 2017, surtout avec d’autres femmes ? Et pourquoi ? Cela donne une masse de sujets de conversations moins futiles qu’on aurait pu le craindre, et des motivations variées pour aborder, en fonction des circonstances, tel thème plutôt que tel autre. « Bien sûr, toutes les confidences sont une sorte de manipulation. Ou de calcul. Je te confie ça. Ou plutôt je veux que tu penses que je te confie ça. » La narratrice, pensant cela, est en plein échange avec Laura, qui lui racontait comment, en tombant amoureuse, elle s’est fait piéger à travers des confidences. Contre qui se retourne la vérité, ou le semblant de vérité ? Contre celle ou celui qui l’émet, contre celle ou celui qui la reçoit ? Les enjeux sont de taille à dévier le cours d’une vie… « La vérité n’aidait pas. On ne pourrait jamais intégrer tout ce qui était arrivé dans un récit cohérent. Le truc, c’était de choisir les bons moments. De savoir quand mentir. » Un verre, un quatrième verre, sera-t-il le bienvenu pour glisser habilement le mensonge à la place où un aveu trop abrupt aurait dû se trouver ? Rien ne lui échappe des faux-fuyants Car, oui, plusieurs fois, les conversations se tiennent dans l’excellente compagnie d’une boisson alcoolisée et libératrice, ou supposée l’être. On avance les hypothèses avec une extrême prudence, car elles risquent sans cesse d’être contredites dans le chapitre suivant : autres personnages, autres tons de voix. Et un état de conscience plus ou moins aigu, en fonction de la profondeur ou de la superficialité des relations. Voici, par exemple, deux amies dans un musée où elles visitent l’exposition d’une artiste vidéo suédoise qui travaille sur la douleur féminine. Un parfait prétexte à creuser le terrain délicat autour d’une question très actuelle : l’amie en question vient de rompre avec son petit ami et, le visage ravagé par les larmes qu’elle a versées toute la matinée, garde ses lunettes de soleil. « En fait, c’était plutôt : son petit ami avait rompu avec elle. » La lecture se fait en position voyeuriste, avec les précisions nécessaires pour connaître les raisons de cette amitié : « Notre amitié reposait sur l’idée que nous étions, toutes les deux, de mauvaises personnes. Ou que nous nous voyions comme de mauvaises personnes. C’est quoi déjà, le truc qu’on dit ? Ah oui, je me souviens : tout adulte de l’Anthropocène qui n’est pas stupide ni trop content de lui pour remarquer ce qui se passe sait qu’il est une vraie merde. » La caractéristique la plus frappante de ce roman est aussi sa plus grande qualité : la lucidité de la narratrice est cultivée aussi bien envers elle-même qu’envers les autres. Rien ne lui échappe des faux-fuyants dans les conversations. Du coup, à nous non plus. Les conversations ***, Miranda Popkey, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Julia Kerninon, Lattès, 267 p., 20,90 €, ebook 14,99 € Vingt ans de vérités et de mensonges dans un jeu finement orchestré par Miranda Popkey : « Les conversations ». Lisez le premier chapitre. Par Pierre Maury Le 28/10/2021 à 21:57
www.lesoir.be
Werkt hypnose echt? Andy Peelman probeert van z’n spinnenfobie af te raken in ‘Ze Zeggen Dat’
Ze zeggen dat hypnose quatsch is, dat menstruatie nog altijd een groot taboe is en dat vrouwen niet grappig zijn. Of al die beweringen ook effectief kloppen, onderzochten Dina Tersago (42) en Andy Peelman (38) donderdagavond op VTM.
HLN.be
Freddy Luyckx: «Seraing ne doit pas trembler»
Freddy Luyckx: «Seraing ne doit pas trembler» Il garde un œil attentif sur ses anciennes couleurs. - D.R. Le présent de Freddy Luyckx dans le sport, c’est le golf. Il y a 27 ans, il créait le « Challenge Interentreprises », qui connaît toujours un gros succès. Cependant, il n’existe aucun vaccin pour se prémunir du « Footavirus ». Tubize et le RWDM furent ses premières amours. Ensuite, il endossa la vareuse de Seraing, du Standard et du Beerschot. Au Pairay, il a même rempli durant une saison le rôle de Directeur de l’Ecole des Jeunes, avant de devenir agent de joueurs. Pourquoi avoir quitté cette occupation d’agent ? J’ai remarqué que les mentalités évoluaient d’une manière qui ne me réjouissait pas. Frédéric Herpoel m’a fait confiance durant 17 ans. Je me suis occupé des intérêts de garçons tels que Marco Casto, Christophe Grégoire, Frédéric Pierre, Rudy Moury… Didier Frenay pendant une dizaine d’années. Établir des rapports d’aussi longue durée me paraît quasiment impossible aujourd’hui. En tant qu’ancien agent, comment analysez-vous les partenariats, comme celui entre Seraing et Metz ? Les clubs sont-ils encore libres des choix qu’ils effectuent au moment de construire leur équipe fanion ? Seraing se trouve dans la même situation que beaucoup d’autres. C’est le foot belge actuel. Obligé de s’allier à plus grand pour survivre. Pour répondre à votre question, tout dépend du partenaire. S’il veut placer ses joueurs à outrance, ça ne peut pas marcher sur le long terme. Si par contre, il existe une bonne analyse du noyau, je ne vois que du positif. Exemple, lorsque Metz accepte de faire revenir Mikautadze au Pairay. Comment ne pas dilapider son identité ? Cela passe par une réflexion globale. En commençant par chercher prioritairement à amener le public au stade et à le fidéliser. À Seraing, la présence au sein du club de gens comme Marc Grosjean, Peter Kerremans et Albert Piroton est extrêmement importante. Idéalement, il faudrait même essayer d’intégrer d’autres Sérésiens pure souche. De façon à ce que le club ne soit pas artificiel. L’autre vecteur à travailler, c’est l’aspect commercial. Enfin, la formation. Depuis que j’ai commencé ma carrière de joueur, j’entends cette ritournelle : « Maintenant, on va faire confiance aux jeunes ». Une fois pour toutes il convient de se doter de l’outil qui permette de passer des paroles aux actes. On évoque le prochain Beerschot-Seraing de samedi. Déjà décisif ? Non pas du tout. Seraing ne doit pas trembler au Kiel. Même une défaite ne serait pas catastrophique. On est trop loin de l’issue pour que cela soit le cas. Seraing souffle peut-être le chaud et le froid. Toutefois, je note qu’à certains moments il manque de réussite. Comme ce fut le cas face au Standard, à l’Antwerp, en offrant du très beau football. À vos yeux, le Beerschot est votre plus beau souvenir de joueur, avec notamment la victoire de 1982 (0-1), qui a propulsé Seraing en D1 ? Un de mes trois meilleurs. Oui, il y a ce succès historique. En deux, je ne vais pas bouder mon plaisir. Je classe le fameux but que j’ai marqué, qui a permis au Standard de battre Anderlecht (1986) devant 38.000 personnes. En trois, quand avec Seraing, nous avons éliminé le grand Bayern Munich au tournoi de Liège. 4-4, qualification aux tirs au but. J’ai marqué le mien à Jean-Marie Pfaff. Notez, il ne m’en a pas voulu car par la suite il m’a offert deux maillots du Bayern. Nous menions 3-0 après une demi-heure de jeu. En face se trouvaient Hoeness, Rummenigge, Dremmler, Augenthaler, Breitner. La grosse artillerie sous la houlette du terrible Udo Lattek. Quand, après 5 ans vous quittez le Standard, c’est au Beerschot à l’issue de deux campagnes que vous allez raccrocher vos crampons. Comment s’est passé votre séjour au Kiel ? Très bien. J’ai été accueilli magnifiquement. Ainsi qu’un autre Liégeois, Michel Rasquin. Je suis d’ailleurs très étonné d’apprendre que le Kiel est devenu un endroit qui pose problème. Surtout aux Wallons. À mon époque, il n’existait aucun sentiment anti-francophone. Évidemment, nous sommes arrivés avec Jos Daerden et Simon Tahamata. J’y ai retrouvé Peter Kerremans. Cela a sans doute aidé. Vous aviez une équipe vieillissante mais séduisante. Bien entendu, avec un potentiel offensif étonnant : Kenneth Brylle, Simon Tahamata, Stef Agten transféré de Saint-Trond et bien entendu l’incontournable Patrick Goots ! Un personnage, celui-là ! Incroyable. Lors du premier entraînement, nous terminons par un match avec des petits buts d’un mètre de large pour quelques centimètres de haut. Là, je vois notre « Patje » qui tire comme s’il y avait un gardien entre des perches à dimensions habituelles. Il expédiait des obus. Quand il visait juste, la petite cage s’envolait. Autrement, le ballon prenait la direction des buildings situés derrière le terrain. Sacré « Patje » ! (Rire) Cela étant, dans un bon jour, il se montrait capable de battre n’importe quel adversaire à lui seul. Cette formation avait-elle un cachet particulier ? Robert Waseige, un homme que j’aimais et que j’admirais beaucoup, avait prévenu ses joueurs avant de venir chez nous. Nous avons appris que durant toute la semaine il avait mis en garde les « Sang et Marine » : « Méfiez-vous, nous nous déplaçons chez des revanchards ». Le RFC Liégeois disposait d’une formation de haute qualité. J’ai joué en individuelle sur Zvonko Varga. Nous avons gagné 1-0. Robert Waseige était furax. Lors de la conférence de presse, il a déclaré : « Comment je dois leur dire ? Dans quelle langue je dois m’exprimer ? Je les avais prévenus qu’ils allaient trouver en face d’eux des hommes avides de revanche. Mes gars n’en ont pas assez tenu compte. » Ce sont des beaux souvenirs. L’ancien joueur du Beerschot et de Seraing préface le duel entre les deux clubs, samedi. Par Daniel Renard Le 28/10/2021 à 21:53
www.lesoir.be
Freddy Luyckx: «Seraing ne doit pas trembler»
L’ancien joueur du Beerschot et de Seraing préface le duel entre les deux clubs, samedi.
Lameuse.be
88 millions de dollars pour les victimes de la tuerie dans une église noire de Charleston
Le gouvernement américain a annoncé jeudi qu’il allait verser 88 millions de dollars aux proches de neuf Afro-Américains tués par un suprémaciste blanc dans une église de Charleston en 2015 et aux rescapés du drame.
Sudinfo.be
Adam Levine crée la polémique après avoir repoussé une fan en plein concert: "Pourquoi cet air dégoûté ?"
Le chanteur aurait-il été dégoûté par la fan ?
www.dhnet.be
Des bateaux-taxi sans pilote à Amsterdam
Des bateaux-taxi sans pilote à Amsterdam A lire sur Geeko Des bateaux-taxis robotisés ont été déployés dans les cours d’eau d’Amsterdam. Le 28/10/2021 à 21:50
www.lesoir.be
Live - Britse studie: gevaccineerden geven coronavirus in huis bijna net zo gemakkelijk door als niet-gevaccineerden
Het aantal besmettingen en ziekenhuisopnames met het coronavirus loopt weer op in België. Volg hieronder de laatste ontwikkelingen in onze liveblog. Download de app van De Morgen en krijg als eerste een bericht bij belangrijk nieuws.
www.demorgen.be
Elektriciens dreigen met staking: “Aanbod voor loonakkoord is beledigend”
Het aanbod van de werkgevers voor een loonakkoord in de sector van de elektriciens is beledigend voor de 28.000 arbeiders in de sector. Dat zeggen de vakbonden donderdag. Een staking lijkt volgens hen “haast onvermijdelijk”.
www.hbvl.be
Vier Franse pornoacteurs aangeklaagd voor verkrachting
Het Franse gerecht heeft vorige week vier pornoacteurs in staat van beschuldiging gesteld voor verkrachting. Drie van de verdachten zijn aangehouden. Dat hebben bronnen bij de gerechtelijke diensten in Parijs donderdag meegedeeld.
www.hbvl.be
Spanje verbiedt reclame voor gesuikerde producten gericht op kinderen
De Spaanse overheid heeft donderdag bekendgemaakt dat zij reclame voor gesuikerde voedingsmiddelen en drankjes die zich richt op kinderen zal verbieden. Op die manier willen ze de toenemende overgewichtsproblemen bij kinderen tegengaan.
www.hbvl.be
Coline Berry continue de se battre contre son père : "Je veux dénoncer une imposture"
La fille de Richard Berry ne décolère pas.
www.dhnet.be
Michelle Obama speelt gastrol in tv-serie ‘Black-ish’
Michelle Obama (57) gaat een gastrol spelen in het achtste en laatste seizoen van de Amerikaanse comedyserie ‘Black-ish’. Volgens de website Deadline is de voormalige first lady in 2022 in de reeks te zien.
HLN.be
Nederlanders stellen Philips aansprakelijk omdat apneu-apparaat kankerverwekkend gas zou lekken
Vier Nederlanders stellen Philips aansprakelijk omdat hun slaapapneuapparaat mogelijk niet deugt en mogelijk kankerverwekkend gas heeft gelekt. Ze willen dat het medisch technologiebedrijf uitzoekt of het gebruik van het apparaat bij hen heeft geleid tot gezondheidsklachten en willen dat Philips de onderzoekskosten vergoedt.
www.hbvl.be
Slachtoffers van racistische schietpartij in Charleston treffen miljoenenschikking
Meer dan zes jaar na de schietpartij met racistische motieven in de Amerikaanse stad Charleston, hebben de nabestaande en slachtoffers voor miljoenen dollars een schikking getroffen met het ministerie van Justitie. De schikking komt er na beschuldigingen tegen de politiedienst FBI, die niet wist te voorkomen dat de schutter een wapen kocht
www.hbvl.be
Statut des coursiers Deliveroo: la société plaide la nullité de la requête de l’auditorat
Statut des coursiers Deliveroo: la société plaide la nullité de la requête de l’auditorat Belga. Les avocats de Deliveroo ont plaidé, jeudi après-midi, devant le tribunal du travail de Bruxelles, la nullité de la requête de l’auditorat du travail, voire l’irrecevabilité de cette requête. L’auditorat réclame, sur base d’une longue enquête sociale, que le juge requalifie la convention qui lie Deliveroo à des coursiers indépendants, qui travaillent avec la plateforme, en relation de travail salarié. « La requête ne nous permet pas d’identifier les griefs qui sont formulés à l’égard de Deliveroo. On ne dit rien ! Il n’y a pas le début d’un exposé d’un quelconque moyen. Or, les moyens doivent être exposés, sous peine de nullité. L’acte est nul car nous n’avons pas été valablement saisis », a plaidé l’un des avocats de la plateforme de livraison de repas. La requête est par ailleurs irrecevable, selon lui, parce que l’enquête « aurait dû être initiée par l’auditeur du travail lui-même », a-t-il dit, affirmant que l’argument peut paraître « farfelu » mais néanmoins correct. À lire aussi Les travailleurs de Deliveroo : des salariés ou des indépendants ? Les conseils de Deliveroo ont insisté sur la nature de l’enquête qui a été menée et sur les principes qui en découlent. « L’auditorat a choisi l’enquête pénale sociale. Il doit l’assumer. C’est lui qui a la charge de la preuve et il ne l’apporte pas. Ce type d’enquête veut dire aussi présomption d’innocence. Le doute doit profiter à Deliveroo. Et l’auditorat a l’obligation de dresser un constat d’infractions », ont-ils avancé. En 2018, l’auditorat du travail de Bruxelles avait ordonné une enquête au sujet du statut réel des coursiers de la plateforme Deliveroo. En 2017, Deliveroo avait encouragé ses quelque 2.000 coursiers à devenir des « prestataires de services dans le cadre de l’économie collaborative », qui demande un statut d’indépendant. Au bout de deux ans d’enquête, l’auditorat avait estimé que la relation de travail devait être requalifiée et considérée comme une relation d’employeur à employés. L’auditorat du travail réclame que les coursiers de Deliveroo soient considérés comme des salariés et non des indépendants. Par Belga Le 28/10/2021 à 21:40
www.lesoir.be
‘Ik had mijn eigen servies uit een boomstam moeten knagen, maar dat vond Mike te makkelijk’: over ‘Saar in het bos’
Frederik De Backer zet de blik op oneindig. Vandaag: Saar in het bos.
www.demorgen.be
Alexandra de Koh-Lanta rétorque à ses détracteurs : "Je ne suis pas une sorcière molle et fatiguée"
Alexandra, candidate de Koh-Lanta : La Légende, réplique aux critiques dont elle fait l’objet.
www.dhnet.be
Les chiffres
Les chiffres 90 Quelque 90 % d’une centaine de policiers de l’unité centrale sont insatisfaits du soutien de leur direction, selon une enquête interne du SLFP. 2 Seuls deux candidats sur 16 inscrits se sont présentés à la dernière ouverture de postes de la DAP, signe d’une impopularité croissante de cette unité. 30 Plus de 30 rapports ou notes disciplinaires ont été rédigés par le nouveau directeur de la DAP en moins de deux ans. Un nombre important qui traduit la tension en interne. Le 28/10/2021 à 21:29
www.lesoir.be
Hoe een Spaanse rapper ervoor zorgde dat majesteitsschennis in ons land niet meer strafbaar is
Wie koning Filip beledigt, hoeft daarvoor niet in de cel te gaan zitten. “De wet uit 1847 die bepaalt dat majesteitsschennis strafbaar is, is eigenlijk een schending van het recht op vrije meningsuiting.” Dat zegt het Grondwettelijk Hof, in een opmerkelijk arrest. En dat allemaal dankzij een Spaanse rapper.
www.nieuwsblad.be
Madhi renforce la politique de retour: les personnes en séjour irrégulier auront un coach pour organiser leur rentrée dans leur pays d'origine
L’Office des étrangers a ouvert jeudi son premier bureau régional pour accompagner les retours.
www.lalibre.be
GEZIEN? ‘Saar in het bos’: “De breinbrekers over intieme hygiëne waren het spannendste dat we te zien kregen”
Onze tv-recensenten laten hun kritische blik vallen op elk nieuw programma. Meteen na uitzending lees je hier hun mening. Vandaag bekijkt Bram De Brabander ‘Saar in het bos’ op Eén, een realityreeks waarin Saartje Vandendriessche 21 dagen probeert te overleven in - jawel - een bos. “Gelukkig had de presentatrice ervaring met maffen in barre omstandigheden. ‘Bij de VRT leg ik me vaak een halfuurtje op de grond en dan vertoef ik vliegensvlug in dromenland’, biechtte ze op.”
1 h
HLN.be
Wat een rally: racket vliegt door de lucht in potentieel tennispunt van de maand
Diego Schwartzmann (ATP 16) plaatste zich donderdag voor de kwartfinales van de Vienna Open in Wenen. De Argentijn, het achtste reekshoofd, was in drie sets te sterk voor Gaël Monfils (ATP 21): 7-6 (5), 4-6 en 6-2. Onderweg verzorgden beide heren de show in Oostenrijk, met één geweldige rally die eindigde met een Monfils zonder racket.
1 h
www.hbvl.be
Les Belges ont choisi: ce sera des vacances en Belgique ou au soleil pour la Toussaint
Même si les frontières sont ouvertes, les Belges seront nombreux à passer leurs vacances au pays.
1 h
www.dhnet.be
Politie Carma controleert verkeer in Genk en Houthalen-Helchteren
De politie Carma organiseerde woensdag tussen 8 en 16 uur een verkeersactie op drie locaties in Genk en Houthalen-Helchteren.
1 h
www.hbvl.be
Facebook en pleine tourmente adopte un nouveau nom: Meta
Facebook en pleine tourmente adopte un nouveau nom: Meta Le fondateur du géant des technologies, accusé de faire passer les profits avant les humains par une lanceuse d'alerte et de nombreux élus, a choisi "meta" - "au-delà" en grec ancien - pour montrer qu'il y a "toujours plus à construire". "Nous avons beaucoup appris en nous confrontant à de nombreux problèmes", a-t-il déclaré, jugeant qu'il est désormais temps de tirer les leçons pour "construire le prochain chapitre". Cette annonce a été faite au terme d'une heure et demie de présentation du "metaverse", "métavers" en français pour méta-univers. Selon lui, le métavers représente l'avenir de l'internet, après les ordinateurs et les téléphones portables, auquel le public aura accès pour interagir, travailler ou se divertir via les technologies (lunettes de réalité augmentée, casques de réalité virtuelle, etc.). Ce changement de nom est interprété comme une manoeuvre de distraction par les critiques du groupe californien, empêtré dans les scandales et controverses, de la désinformation à la confidentialité des données en passant par le respect du droit de la concurrence. La colère des autorités et de la société civile s'est amplifiée ces dernières semaines à la faveur des révélations d'une lanceuse d'alerte, Frances Haugen, qui montrent que Facebook a choisi d'ignorer une partie des dangers - contenus toxiques sur Instagram pour les adolescents, désinformation qui nuit à la démocratie, etc. - par souci de préserver ses profits. Pour autant, Mark Zuckerberg parle du métavers depuis quelques mois. Il a déjà annoncé des investissements de plusieurs milliards pendant les années à venir et le recrutement de 10.000 personnes en Europe pour ce projet. Il a donné plus détails jeudi, peignant un futur digne de la science-fiction tout en offrant des perspectives aux marques en termes de marketing. Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a annoncé jeudi que la maison mère allait désormais s'appeler Meta, pour mieux représenter l'ensemble de ses activités, des réseaux sociaux à la réalité virtuelle, mais les noms des différents services resteront inchangés. Mis à jour le 28/10/2021 à 21:15
1 h
www.lesoir.be
Fietsers allebei gewond nadat ze tegen elkaar botsen in Herk-de-Stad
Joseph D. (67) uit Bilzen en Gilbert R. (65) uit Riemst kwamen donderdag om 10.40 uur ten val op de Sint-Jorislaan in Herk-de-Stad. Hierbij raakten ze beiden gewond. Ze moesten naar het ziekenhuis voor verzorging. 
1 h
www.hbvl.be
Tiener gewond bij ongeval in Hasselt
Fietser Feie K. (17) uit Aarschot raakte donderdag rond 11.30 uur gewond bij een aanrijding in de Elfde-Liniestraat. De tiener werd naar het ziekenhuis afgevoerd. 
1 h
www.hbvl.be
Stib: la grève temporairement suspendue
Stib: la grève temporairement suspendue S.F. Le syndicat libéral CGSLB a suspendu temporairement son action de grève à la Stib, annonce-t-il jeudi soir. Le but est de « donner un maximum de chances à la concertation sociale en sous-commission paritaire » prévue demain/vendredi, ajoute l’administrateur délégué permanent de la CGSLB, Christian Ecker. Les métros bruxellois ont roulé à fréquence réduite mercredi et jeudi à la suite d’une action du syndicat CGSLB. Ce dernier, qui avait introduit un préavis d’actions le 14 octobre, disait relayer « les inquiétudes du personnel face à l’insuffisance des moyens humains et matériels pour assurer des transports en commun de qualité aux usagers ». De leur côté, les syndicats chrétien et socialiste ne suivaient pas ce mouvement et dénonçaient, dans le chef de la CGSLB, une action intéressée visant à obtenir un délégué permanent supplémentaire. La direction soulignait mercredi n’avoir « jamais fermé la porte au dialogue » et s’étonnait de cette action, tout en la déplorant. « Entasser les voyageurs en heure de pointe, ce n’est pas idéal », alors que les indicateurs de l’épidémie de coronavirus repartent à la hausse, concluait-elle. Les métros bruxellois ont roulé à fréquence réduite mercredi et jeudi. Par Belga Le 28/10/2021 à 21:17
1 h
www.lesoir.be
Les victimes de la tuerie dans une église noire de Charleston reçoivent 88 millions de dollars du gouvernement américain
Le gouvernement américain a annoncé jeudi qu'il allait verser 88 millions de dollars aux proches de neuf Afro-Américains tués par un suprémaciste blanc dans une église de Charleston en 2015 et aux rescapés du drame.
1 h
www.7sur7.be
Football Talk. Januzaj en Sociedad springen naar leiding La Liga - Ajax haalt Onana na dopingschorsing weer bij A-selectie
Real Sociedad heeft met een 0-2 overwinning op het veld van Celta Vigo de leiding gepakt op de 11e speeldag van de Spaanse competitie. Adnan Januzaj stond in de basis en mocht rusten in de 65e minuut. Het stond toen al 0-1 dankzij een doelpunt van de Zweedse goalgetter Isak (58.). Elustondo verdubbelde de score in de 88e minuut (0-2).
1 h
HLN.be
Biden stelt 'historisch' maar afgezwakt hervormingsplan voor
21:10 De Amerikaanse president Joe Biden maakt zich sterk dat hij voldoende steun heeft voor 1.750 miljard dollar aan sociale en klimaatvriendelijke maatregelen. Toch is het lang niet zeker dat het plan doo...
1 h
www.tijd.be
Fietsers botsen in Diepenbeek, een persoon gewond
Bij een aanrijding tussen twee fietsers donderdag om 5.20 uur kwam Rudi S. (50) uit Riemst ten val en raakte hij gewond. Het ongeval gebeurde in de Peperstraat in Diepenbeek. 
1 h
www.hbvl.be
Adnan Januzaj et la Real Sociedad nouveaux leaders de la Liga
Adnan Januzaj et la Real Sociedad nouveaux leaders de la Liga AFP Avec Adnan Januzaj pendant les 66 premières minutes de la rencontre, la Real Sociedad s’est imposée face au Celta Vigo jeudi lors de la 11e journée de Liga (0-2) et prend la tête du championnat. Les buts ont été inscrits par le Suédois Alexander Isak (55e) et par Aritz Elustondo (80e). Grâce à cette victoire, les Basques prennent provisoirement seuls la tête de la Liga avec 24 points sur 33. Le Real Madrid et le FC Séville comptent trois unités de moins mais ont un match de retard. Le Celta Vigo reste 14e avec 10 points. Les Basques prennent provisoirement la tête du championnat espagnol. Par Belga Le 28/10/2021 à 21:09
1 h
www.lesoir.be
Racen op hoge hakken en in extravagante kostuums is helemaal terug van weggeweest in Washington D.C.
Move over, RuPaul, want in Washington D.C. is de “High Heel Drag Race” terug van weggeweest. Het event is een feest voor iedereen, maar vooral voor de lgbtq-gemeenschap. De dragrace is bedoeld om hen te vieren en een hart onder de riem te steken. De burgemeester van de stad, Muriel Bowser, is trots: “het is onze diversiteit die ons sterk maakt”.
1 h
www.nieuwsblad.be
Muriel Robin victime d’attouchements sexuels à l’âge de 12 ans
Muriel Robin victime d’attouchements sexuels à l’âge de 12 ans Muriel Robin au musée Grévin. - Photo News. L’humoriste et comédienne française s’est confiée à France Inter. À lire aussi Agressions sexuelles: une lame de fond partie du Cimetière d’Ixelles « J’ai été coincée dans un ascenseur et j’ai aussi été caressée par le curé, il se trouve que j’avais 12 ans, j’avais le même physique, je faisais cette taille, mais j’ai imaginé que des gamines, je les ai encore les images dans les yeux au moment où on se parle avec des physiques plus fragiles et pas mon caractère, elles ont certainement dû passer des mauvais moments. (…) Il n’y a pas eu vraiment eu d’acte mais malgré tout une tentative, c’est une tentative », a-t-elle déclaré. Le 5 novembre, elle jouera un téléfilm « Doutes » où elle incarne une femme dont le compagnon est accusé de viol. Il sera diffusé sur Arte. Une interview sans concession. Le 28/10/2021 à 21:06
1 h
www.lesoir.be
Extra openingsuren Visit Kinrooi
Behalve onder de normale openingsuren kan je vanaf 3 november ook op zaterdag bij Visit Kinrooi terecht
1 h
www.hbvl.be
Standard: Luka Elsner retrouve déjà ses anciennes couleurs
Standard: Luka Elsner retrouve déjà ses anciennes couleurs Luka Elsner ne veut pas que tous les projecteurs soient braqués sur lui samedi. - Photo News C’est déjà, pour Luka Elsner, l’heure des retrouvailles. Vingt-trois jours après avoir quitté Courtrai par une porte dérobée et emmené dans ses valises Serge Costa, devenu son T3, et le préparateur physique Léo Djaoui, le technicien franco-slovène croisera déjà, samedi à Sclessin, la route de son ancien club. À l’ombre du stade des Éperons d’Or, personne n’a encore digéré le divorce, encore tout chaud, provoqué par Elsner, ni le débauchage orchestré par le Standard, sans avoir pris la peine de consulter la direction courtraisienne. « Ce n’est pas un match comme les autres », assène d’entrée le technicien franco-slovène, « mais je ne suis pas la figure centrale de cette rencontre. C’est le Standard, et pas Elsner, qui joue contre Courtrai. Je me suis préparé à cette rencontre tout en prenant un certain recul sur le plan émotionnel. Ce n’est certainement pas un duel qui m’opposera à Courtrai. Je ne suis pas dans cette réflexion-là. J’essaie de rester concentré sur mes joueurs et de bien préparer mon équipe… » function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
1 h
www.lesoir.be
Bierproevers Limburg slaan vat weer aan
Na een jaartje onderbreking organiseren de Bierproevers Limburg weer een ‘Bier-2-daagse’.
1 h
www.hbvl.be