TUI fly organise des vols de rapatriement entre le Maroc et la Belgique

TUI fly organise des vols de rapatriement entre le Maroc et la Belgique

Ces vols de rapatriement relieront les aéroports marocains de Marrakech, Agadir, Casablanca, Nador, Tanger, Al Hoceima, Oujda, Rabat et Tétouan aux aéroports belges de Bruxelles, Charleroi et Anvers. 

Les clients concernés seront informés dans les plus brefs délais.

À la suite de la décision du gouvernement marocain de fermer son espace aérien à partir du 30/11/2021, TUI fly a été contrainte d'annuler les vols vers et depuis le Maroc entre le 30/11/2021 et le 13/12/2021 inclus, précise la compagnie.

TUI fly vient de recevoir la permission d'opérer 18 vols de rapatriement entre le 1/12/2021 et le 5/12/2021 inclus, afin de rapatrier les 2.377 clients belges encore présents au Maroc, le pays ayant fermé ses frontières pour deux semaines pour freiner la propagation rapide du nouveau variant du coronavirus, Omicron, indique mardi la compagnie aérienne. TUI fly organise des vols de rapatriement entre le Maroc et la Belgique Image auteur par défaut Image auteur par défaut Mis à jour le 30/11/2021 à 17:53
Read full article on: lesoir.be
LIVE. Pakt Real Madrid met Spaanse supercup eerste prijs van het seizoen?
• Finale Spaanse supercup • Aftrap: 19u30 • King Fahd International Stadium (Saoedi-Arabië) • Krijgt Eden Hazard speelminuten bij Real?
HLN.be
Gijzelaar van synagoge in Texas was 44-jarige Brit
Alle gijzelaars die vastgehouden werden in een synagoge in Colleyville, het stadje in de Amerikaanse staat Texas, zijn weer vrij. Dat maakte de gouverneur van de staat, Greg Abbott, zaterdag bekend. De gijzelaar is gedood en geïdentificeerd als de 44-jarige Brit Malik Faisal Akram.
Knack.be
Basket (TDM2): le RSW Liège B n’est toujours pas monté sur le terrain!
Cela fait donc deux mois sans la moindre rencontre de basket pour le RSW Liège B. En effet, alors que le groupe montait en voiture pour prendre la direction de Louvain, ce dimanche, Mike Bodson a reçu un coup de téléphone...
Lameuse.be
Twee vrouwen verdronken in Peru na tsunami door onderzeese vulkaanuitbarsting bij Tonga
De eerste meldingen over doden komen binnen na de tsunami door een krachtige uitbarsting van een vulkaan bij Tonga in de Stille Oceaan. In Peru, ruim 10.000 kilometer verwijderd van Tonga, verdronken twee vrouwen op het strand door abnormale golven. Dat melden Peruaanse autoriteiten zondag.
HLN.be
Emoi aux Etats-Unis après la mort d'un homme noir abattu par un policier blanc
La mort d'un homme noir abattu par un policier blanc dans des circonstances confuses suscite des remous à Fayetteville, dans le sud-est des États-Unis, où les proches de la victime et les habitants se sont rassemblés jeudi soir.
www.7sur7.be
Covid: les enfants de moins de 12 ans "contacts à haut risque" devront faire une quarantaine
Les enfants de moins de 12 ans qui sont des contacts à haut risque après une exposition au sein du foyer devront bien suivre les règles de quarantaine en vigueur pour les personnes non-vaccinées, reprécise dimanche Sciensano après plusieurs modifications survenues cette semaine.
Levif.be
Anderlecht-Standard: Muleka passe tout près d’un but gag dans le Clasico (vidéo)
L’attaquant congolais a failli profiter d’une mauvaise passe de Wesley Hoedt pour son gardien.
Lameuse.be
Anderlecht-Standard: Jackson Muleka passe tout près d’un but gag dans le Clasico (vidéo)
Anderlecht-Standard: Jackson Muleka passe tout près d’un but gag dans le Clasico (vidéo) Photo News Le Standard n’est pas parvenu à inscrire un but en première mi-temps sur le terrain d’Anderlecht, mais son attaquant congolais, Jackson Muleka, est passé tout près d’y parvenir. Le buteur du club liégeois a dévié une passe de Wesley Hoedt qui aurait pu terminer au fond si Hendrik Van Crombrugge n’avait pas eu un bon réflexe sur sa ligne. https://twitter.com/ElevenSportsBEf/status/1482778221863227405 L’attaquant congolais a failli profiter d’une mauvaise passe de Wesley Hoedt pour son gardien. Le 16/01/2022 à 19:24
www.lesoir.be
‘Trump-zender’ OAN krijgt financiële klap
19:24 DirecTV, de grootste verdeler van satelliettelevisie in de VS, gaat de omstreden rechtse nieuwszender One America News (OAN) uit zijn aanbod halen.
www.tijd.be
Twee vrouwen verdronken in Peru door “abnormale golven” na vulkaanuitbarsting nabij Tonga
De eerste meldingen over doden komen binnen na de tsunami door een krachtige uitbarsting van een vulkaan bij Tonga in de Stille Oceaan. In Peru, ruim 10.000 kilometer verwijderd van Tonga, verdronken twee vrouwen op het strand door abnormale golven. Dat melden Peruaanse autoriteiten zondag.
www.hbvl.be
Geen visum, geen record, wel ravage: waarom Australisch debacle zware gevolgen kan hebben voor Novak Djokovic
Novak Djokovic (34) kwam naar Australië om de meest succesvolle tennisser aller tijden te worden, maar verlaat Australië als illegale verschoppeling die de woede van een land en de ergernis van collega’s moet trotseren. Wat zijn de sportieve en extrasportieve gevolgen van dit debacle voor de Serviër?
www.nieuwsblad.be
Live - Kinderen onder 12 jaar vanaf morgen toch verplicht in quarantaine bij besmetting in gezin
Het aantal besmettingen met het coronavirus stijgt weer in België, gedreven door de nieuwe ‘omikrongolf’. Volg hieronder al het nieuws en de laatste ontwikkelingen rond het coronavirus. Download de app van De Morgen en krijg als eerste een bericht bij belangrijk nieuws.
www.demorgen.be
Ivoorkust is nog niet zeker van volgende ronde Africa Cup na ongelooflijke blunder in extra tijd
Ivoorkust mag zich nog niet opmaken voor de volgende ronde van de Africa Cup. Het liep zondag op bizarre wijze nog tegen een late gelijkmaker van Sierra Leone aan tijdens de tweede speelronde in de groepsfase (2-2).
www.hbvl.be
Femme poussée sur les rails du métro à Bruxelles: l’utopie pour contrer la violence
La dernière humeur de Patrick Lefèbvre.
www.dhnet.be
Familie Djokovic hoopte dat “gerechtigheid zou zegevieren” en is ontgoocheld: “Politiek heeft gewonnen over sport”
De familie van Novak Djokovic heeft zondag in een persbericht gereageerd op de definitieve uitwijzing van de Servische toptennisser uit Australië. “We hoopten dat gerechtigheid zou zegevieren”, zo klonk het. “Maar het algemeen belang werd als excuus gebruikt om politiek te laten winnen over sport.”
www.hbvl.be
Familie Djokovic hoopte dat “gerechtigheid zou zegevieren” en is ontgoocheld: “Politiek heeft gewonnen over sport”
De familie van Novak Djokovic heeft zondag in een persbericht gereageerd op de definitieve uitwijzing van de Servische toptennisser uit Australië. “We hoopten dat gerechtigheid zou zegevieren”, zo klonk het. “Maar het algemeen belang werd als excuus gebruikt om politiek te laten winnen over sport.”
www.nieuwsblad.be
CAN: la Tunisie se rassure en éliminant la Mauritanie (4-0)
CAN: la Tunisie se rassure en éliminant la Mauritanie (4-0) AFP La Tunisie s’est bien relancée dans le Groupe F de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en battant la Mauritanie 4-0, dimanche à Limbé, et peut encore espérer se qualifier aux dépens du Mali ou de la Gambie. Battus par le Mali (1-0) dans un match à la fin rocambolesque, qui n’avait pas duré 90 minutes, les Aigles de Carthage ont pris les devants, sans attendre, et d’abord marqué deux buts en neuf minutes, histoire de se rassurer tout de suite. Hamza Mathlouthi (4e), le joueur du Zamalek, a ouvert le score d’un superbe tir croisé du droit, en demi-volée, après un mouvement offensif parti du côté gauche et mal repoussé par la défense mauritanienne. Le gardien Babacar Diop n’a pu que constater les dégâts. C’est ensuite Wahbi Khazri (9e), le meneur de jeu et sauveur attitré de l’AS Saint-Etienne, bien servi dans la surface, qui a pris tout son temps pour ajuster Diop d’un tir tendu du droit, à ras de terre, permettant à la Tunisie de faire le break. A 2-0 en neuf minutes, face à des Mauritaniens ne les ayant jamais battus en compétition officielle, les Tunisiens, avec trois points quasi-assurés, sont passés en mode gestion, pour bien préparer leur dernier match du Groupe F, décisif, contre la Gambie (4 pts). De l’autre côté, les hommes du sélectionneur Didier Gomes, trop prévisibles et parfois trop nerveux, à l’image de leur capitaine Aboubakar Kamara, n’ont jamais trouvé l’ouverture. Leur meilleure occasion, en première période ? Un tir tendu de Mouhamed Soueid (35e) juste au-dessus de la cage tunisienne. La deuxième période a permis aux Aigles de Carthage de corser l’addition, en deux minutes, grâce à l’insatiable Khazri. D’abord au terme d’un joli une-deux avec Chaaleli, conclu par le doublé du brillant numéro 10 des Verts (64e). Puis grâce à une passe parfaite, dans l’axe, du même Khazri pour Seifeddine Jaziri (66e), joueur du Zamalek, comme Mathlouthi. Pour l’anecdote, le capitaine tunisien Youssef Msakni a raté un penalty, repoussé par le poteau de Diop, à la 90e minute. Mais les Tunisiens sont relancés dans la course aux 8es de finale et refont partie des grands favoris de cette CAN, après le prélude raté contre le Mali. Après l’accroc du premier match, les Aigles de Carthage se sont bien repris. Le 16/01/2022 à 19:15
www.lesoir.be
PSV en invaller Vertessen heroveren leidersplaats na nipte zege tegen Groningen
PSV heeft de verplaatsing naar Groningen succesvol afgerond (0-1) en komt zo opnieuw aan de leiding in de Eredivisie.
www.hbvl.be
Enquête "internationale" après la prise d'otages dans une synagogue au Texas
Les autorités américaines ont lancé dimanche une enquête "de portée internationale" sur l'homme qui est mort la veille après avoir tenu plusieurs personnes en otages dans une synagogue du Texas en réclamant, selon de premières informations, la libération d'une Pakistanaise surnommée "Lady Al-Qaïda".
www.7sur7.be
Enquête "internationale" après la prise d'otages dans une synagogue au Texas
Les autorités américaines ont lancé dimanche une enquête "de portée internationale" sur l'homme qui est mort la veille après avoir tenu plusieurs personnes en otages dans une synagogue du Texas en réclamant, selon de premières informations, la libération d'une Pakistanaise surnommée "Lady Al-Qaïda".
www.7sur7.be
Le preneur d’otages décédé au Texas était un Britannique nommé Malik Faisal Akram, Joe Biden dénonce un «acte de terrorisme»
Le suspect qui est mort dans la nuit de samedi à dimanche à l’issue d’une prise d’otages de dix heures dans une synagogue du Texas était un ressortissant britannique nommé Malik Faisal Akram et âgé de 44 ans, a annoncé le FBI.
Sudinfo.be
Arthur revient sur l'échec de ‘District Z’: "Ça reste une anomalie pour TF1 comme pour moi"
Ni Arthur ni TF1 ne comprennent pourquoi le jeu a subitement perdu ses téléspectateurs.
www.dhnet.be
Goffin sera à 100% pour son entrée en lice à l'Open d'Australie: "Tout semble OK pour mardi"
David Goffin a repris les entraînements et se montre confiant pour son match de mardi contre le Britannique Dan Evans.
www.lalibre.be
Une partie des enseignants de la Haute Ecole de la Province de Liège en grève
Pour la deuxième fois de cette année académique, les enseignants du département des Sciences de la Motricité se mettent... à l'arrêt
www.lalibre.be
Règles budgétaires européennes: un nœud dont le dénouement ne sera pas évident
Règles budgétaires européennes: un nœud dont le dénouement ne sera pas évident Le cadre budgtaire de l’Europe a été mis en suspens le temps d’affronter les conséquences économiques de la pandémie. - REUTERS. C’est un peu l’histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein, celle de la réforme des règles budgétaires, qui plafonnent à 60 % de la richesse annuelle d’un pays ce qu’est une dette publique raisonnable. Et à 3 % le déficit. Les ministres européens des Finances se retrouvent à Bruxelles, lundi, pour discuter de la suite à donner sur ce cadre commun. La pandémie a interrompu momentanément la réflexion sur la réforme de ce carcan qui avait été lancée vers la fin de l’hiver 2020, à l’heure où l’on ne savait pas encore ce qui allait nous tomber dessus. Mais maintenant qu’elle a redémarré, on s’aperçoit que l’expérience pandémique a été perçue différemment dans les pays européens. Ces règles budgétaires sont suspendues depuis le début de la crise sanitaire, afin de laisser les Etats donner libre cours à leurs investissements sans risquer de se retrouver sous surveillance rapprochée (la fameuse procédure pour déficit excessif qui peut aller, en théorie, jusqu’à des sanctions). Parmi les pays européens, on lit de manière différente cette mise en suspens du cadre budgétaire. Il y a ceux qui disent qu’elle prouve que le cadre actuel est suffisamment flexible. Et ceux qui ne peuvent s’empêcher de conclure que s’il a fallu l’interrompre, c’est quand même qu’il mérite d’être revu. Un point positif : il y a un consensus général sur le besoin de… discuter. On explique d’ailleurs, au sein de la zone euro, qu’il sera nécessaire de commencer par définir les questions avant d’envisager de réfléchir aux réponses. Plusieurs aspects On a dans le débat plusieurs aspects : d’abord, est-ce que le chemin de correction de la dette devrait être davantage taillé sur mesure Etat par Etat ? Ce qui laisserait en substance la porte ouverte à une trajectoire plus facile pour certains pays par rapport à d’autres. Dans les faits, c’est déjà un peu ce qu’il se passe aujourd’hui. Ensuite, est-ce que les investissements verts ou dans la transition numérique méritent d’être exclus du calcul de la dette ou d’avoir un traitement favorable ? Un troisième point serait la simplification des règles, aujourd’hui trop complexes. Mais la question d’une trajectoire négociée Etat par Etat (le 1er point) semble entrer en contradiction avec cette idée de simplifier. Enfin, comment assure-t-on que les pays s’approprient davantage les mesures prescrites au niveau européen au sujet de leurs finances publiques ? Pour l’heure, des sanctions (des amendes) sont prévues pour les pays qui dérapent de manière répétitive. « Elles ne sont pas vraiment appliquées mais le fait de les avoir change la nature de la discussion » sur les trajectoires budgétaires, explique un diplomate. En somme, elles restent un incitant. Mais, avec l’expérience, l’UE se met à réaliser que le fait qu’un pays s’approprie sa trajectoire budgétaire (ait envie de la mettre en œuvre) semble plus efficace que les menaces, ajoute ce diplomate. Forces en présence La répartition des forces dans le camp des « contres » ou des « pour » une réforme en profondeur des règles a ça de particulier qu’elle a été discrète ces derniers mois : les Néerlandais étaient en affaires courantes, les Allemands négociaient une coalition et les Autrichiens étaient englués dans des affaires de corruption. Tout cela appartenant au passé, « on va commencer à davantage entendre les réticents à une réforme en profondeur », nous dit-on au sein de la zone euro. Du coup, la sortie du commissaire européen au budget, l’Autrichien Johannes Hahn, cette semaine dans le Financial Times, étonne autant qu’elle n’étonne pas (il n’est pas supposé se faire porte-voix de la position du gouvernement). Il a indiqué cette semaine qu’il ne soutenait pas l’exclusion de certains types de dettes (les investissements verts, donc) du calcul de la dette publique. Pour l’Autriche, auto-proclamée membre des « Frugaux », une autre difficulté vient s’ajouter à ce besoin viscéral de comptes publics bien tenus : en vertu d’un dossier en négociation, la taxonomie (le classement des activités considérées durables), l’investissement dans le nucléaire serait considéré comme une dépense verte. Vienne étudie une attaque en justice contre cette possibilité. « Le débat sur la taxonomie chauffe précisément pour l’implication qu’il a sur d’autres dossiers », explique l’un de nos interlocuteurs. À lire aussi Union européenne: la taxonomie fait des vagues On a ensuite les Allemands, qui restent assez ambigus : assurer que les règles budgétaires permettent la croissance, sans mettre en péril la soutenabilité de la dette. Pour eux, avant toute chose, il faut d’ailleurs assurer que le plan de relance soit un succès. Les Français se sont exprimés sur le même ton. Selon une source européenne, le nouveau gouvernement néerlandais va assurer « le changement dans la continuité ». Ce qui veut dire des comptes publics solides, même si l’accord de coalition montre une bienveillance nouvelle envers certains types d’investissements, à condition que ce ne soit pas du greenwashing. À lire aussi Carte blanche: Green deal ou Greenwashing? On a ensuite les Danois et les Suédois, hors zone euro, qui insistent pour faire partie de la discussion. Le cadre s’applique à tous, donc ils n’ont pas tort, mais certains aspects sont purement pour la zone euro, explique-t-on dans les institutions. Les sanctions pour déficits excessifs, par exemple, ne sont pas applicables pour les pays hors zone euro. Les Lituaniens, de leur côté, arrivent dans le débat en faisant face à une inflation record de 10 %, qui va provoquer une perte de 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat des ménages lituaniens cette année, selon la presse lituanienne. Comment soutenir l’économie alors qu’ils n’ont pas de prise sur la politique monétaire ? Hors zone euro, la Pologne et la Hongrie, confrontées au même problème, ont plus les mains libres pour influencer cette hausse des prix. Enfin, les Français, qui mèneront la discussion à 27 car ils ont la présidence du Conseil de l’UE ce semestre, sont en campagne présidentielle. Aucune proposition ne devrait donc émerger de la Commission avant les élections. Mais l’on attend ce trimestre une recommandation de la Commission au sujet de la suspension continue des règles en 2023, ce qui promet déjà d’être suffisamment explosif. Questions de juristes Restent alors les questions juridiques : politiquement, il est exclu de changer les traités. La Commission précédente avait réinterprété les règles du Pacte pour les appliquer de manière souple, difficile d’aller plus loin sans modification législative. Il y a certains « quick win » dans la législation qui en est dérivée qui est sans grands enjeux. Mais l’UE est déjà parvenue à contourner la règle qui lui interdisait de renflouer des Etats, donc, s’il y a bien une chose qu’on ne pourra jamais lui enlever, c’est sa créativité. L’UE étudie une mise à jour de ses règles budgétaires. Entre les contraintes et les envies des Etats et les questions juridiques, le débat s’annonce compliqué. Par V.La. et PH.R. Le 16/01/2022 à 19:03
www.lesoir.be
En plots heeft Nederland zijn eigen #MeToo-schandaal: ‘The Voice of Holland’ stilgelegd na beschuldigingen van grensoverschrijdend gedrag
The Voice of Holland is voorlopig stopgezet na meerdere beschuldigingen van seksueel grensoverschrijdend gedrag. Bandleider Jeroen Rietbergen heeft de aantijgingen al erkend en is opgestapt. Belangrijke sponsors trekken zich inmiddels terug. ‘De wereldwijd bekende mediaformule is gehavend.’
www.demorgen.be
En plots heeft Nederland zijn eigen #MeToo-schandaal: ‘The Voice’ stilgelegd na beschuldigingen van grensoverschrijdend gedrag
The Voice of Holland is voorlopig stopgezet na meerdere beschuldigingen van seksueel grensoverschrijdend gedrag. Bandleider Jeroen Rietbergen heeft de aantijgingen al erkend en is opgestapt. Belangrijke sponsors trekken zich inmiddels terug. ‘De wereldwijd bekende mediaformule is gehavend.’
www.demorgen.be
En plots heeft Nederland zijn eigen #MeToo-schandaal: ‘The Voice of Holland’ stilgelegd na beschuldigingen van grensoverschrijdend gedrag
The Voice of Holland is voorlopig stopgezet na meerdere beschuldigingen van seksueel grensoverschrijdend gedrag. Bandleider Jeroen Rietbergen heeft de aantijgingen al erkend en is opgestapt. Belangrijke sponsors trekken zich inmiddels terug. ‘De wereldwijd bekende mediaformule is gehavend.’
www.demorgen.be
“Charleroi speelde in onze kaart”: Antwerp freewheelt naar zege, Frey scoort tweemaal
‘No stress’ voor Antwerp. De Great Old freewheelde naar de overwinning tegen een mak Charleroi. Topschutter Michael Frey scoorde twee keer. “Soms moet je slim werken in plaats van veel te werken.”
HLN.be
LIVE. Houdt KRC Genk de drie punten thuis tegen rode lantaarn Beerschot?
KRC Genk heeft de hoop op play-off 1 nog niet opgegeven. Om dat doel te bereiken mag blauw-wit geen steken meer laten vallen, zeker niet in de thuiswedstrijd tegen rode lantaarn Beerschot. Houdt Genk de drie punten thuis? Volg het hier live (aftrap om 21 uur).
www.hbvl.be
Jurylid Anouk stopt bij ‘The Voice of Holland’ na berichten over ongewenst gedrag: “Corrupte bende”
De Nederlandse zangeres Anouk stopt als coach bij het tv-programma ‘The Voice of Holland’ naar aanleiding van de recente gebeurtenissen. “Het is gewoon een corrupte bende”, zegt de zangeres zondag in een video op haar Instagram-account. “Ik wil niet werken waar jarenlang een aantal mannen misbruik hebben gemaakt van hun positie, en waar er bewust voor is gekozen het stil te houden en de andere kant op te kijken. Dat kan echt niet.”
www.hbvl.be
Goffin sera à 100% pour son entrée en lice à l'Open d'Australie: "Tout semble OK pour mardi"
David Goffin a repris les entraînements et se montre confiant pour son match de mardi contre le Britannique Dan Evans.
www.dhnet.be
Femme poussée sur les voies du métro: l’auteur devra faire l’objet d’une expertise psychiatrique
Femme poussée sur les voies du métro: l’auteur devra faire l’objet d’une expertise psychiatrique L’homme a agi devant tout le monde, y compris les caméras de surveillance de la Stib. Pour quelles raisons? - Belga. Il était environ 19h40, vendredi, dans la station de métro Rogier, et la rame de métro de la ligne 6, vers Elizabeth, allait arriver à quai. Une dame attendait parmi d’autres, se tenant prête à embarquer. C’est alors qu’une agression imprévisible est survenue, entièrement filmée par les caméras de vidéosurveillance de la Stib. Sur les images, on voit un jeune s’avancer lentement vers une dame, comme un chat arrivant vers sa proie, tout en fixant le véhicule en approche. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength À lire aussi Un homme pousse une femme sur les voies du métro: la victime choisie au hasard Les personnes présentes ont aidé la dame à rejoindre le quai et elle a été prise en charge par les services de secours. Le chauffeur, sous le choc, a aussi dû être emmené à l’hôpital. Félicité par la direction de la Stib pour sa réactivité, il est en incapacité de travail pour une durée qui n’a pas été précisée. Les rames de métro entrent en station à une vitesse d’environ 40 km/h, et elles sont à 25 km/h à mi quai, en vue de l’arrêt. Elles disposent d’un système de sécurité, que le chauffeur doit actionner, permettant de renforcer l’efficacité des freins à l’occasion d’un freinage d’urgence. Un Français né en 1998 L’auteur, français né en 1998, a fui directement, en traversant les rails. La Stib dispose cependant de nombre de caméras de surveillance, et c’est ainsi que son itinéraire a été repéré. Le service a été fermé environ une demi-heure, sur demande de la police, explique An Van Hamme, porte-parole de la Stib. Il a pu être interpellé peu après du côté de la station De Brouckère, précise le parquet. Entendu samedi par un juge d’instruction, il a été inculpé de tentative de meurtre et placé sous mandat d’arrêt. Le parquet a ajouté qu’une expertise psychiatrique avait été requise. Des proches de l’auteur des faits ont livré quelques mots au Nieuwsblad, disant qu’ils ne « comprenaient pas ce qui lui a pris », et qu’il « doit faire face à ses problèmes. » Ils ont aussi ajouté qu’ils espéraient que la dame ne souffre d’aucune séquelle permanente. À lire aussi La famille du jeune homme qui a poussé une femme sur les rails du métro bruxellois réagit Cet auteur n’aurait aucun lien avec la victime, et a agi sous les caméras, dans un lieu où il est difficile de fuir (si ce n’est en risquant lui-même sa vie en traversant les voies). « Qu’une expertise psychiatrique médico-légale soit diligentée suite à un fait violent est tout à fait habituel », explique le docteur en psychologie Serge Garcet, expert auprès des tribunaux. Le caractère difficilement compréhensible de cet acte rend cette expertise encore plus nécessaire : « il est normal que l’on se pose la question de la santé mentale de la personne qui pose cet acte, puisqu’il n’y a pas d’hypothèse plausible pour l’expliquer, ajoute l’expert. Le spectre de la schizophrénie est large, qu’est-ce qui a poussé cet homme à agir ? Est-ce qu’il entendait des voix ? Dans des faits de cet ordre, on retrouve souvent une maladie mentale, avec des impositions qui viennent par délire. » Responsable ou pas de ses actes ? Ce genre de faits n’est pas rarissime. Ce samedi à New York, un sexagénaire souffrant d’une maladie mentale a poussé une femme sur les voies. En mai 2020 à Liège, un trentenaire a emprunté une rue piétonne et a volontairement percuté plusieurs piétons, blessant plus grièvement deux jeunes femmes : il avait expliqué que le lion présent sur l’enseigne d’une banque lui avait dit d’agir ainsi. « L’expertise psychiatrique va établir si la personne était, au moment des faits, responsable de ses actes », explique Me Renaud Molders-Pierre, pénaliste. Il y a trois possibilités : soit elle en est responsable, et elle doit en répondre devant la justice, soit elle ne l’était pas au moment des faits uniquement (c’est quand la personne est mue par ce qu’on appelle une « force irrésistible »), soit elle est atteinte d’une maladie mentale qui la rend dangereuse pour elle-même et pour autrui. À lire aussi Un homme pousse volontairement une femme sur les rails du métro à Bruxelles: que risque l’auteur? « Il est certain, vu la gravité des faits, que son passage devant la chambre du conseil dans les cinq jours va mener à la confirmation de son mandat d’arrêt, poursuit l’avocat. Dans le cas d’une maladie mentale, une décision d’internement peut être prise au moment du règlement de procédure, quand le juge d’instruction aura communiqué son dossier ». L’internement, ajoute-t-il, c’est potentiellement sans fin : « on peut passer le restant de ses jours enfermé. » L’homme qui a poussé une femme sur les voies du métro, vendredi soir à la station Rogier à l’arrivée de la rame, est de nationalité française et il est né en 1998. Il ne connaissait apparemment pas la victime. La majorité des actes irrationnels de ce genre sont perpétrés par des personnes déséquilibrées, et une expertise psychiatrique va être réalisée. Par Laurence Wauters Le 16/01/2022 à 18:54
www.lesoir.be
Les enfants de moins de 12 ans "contacts à haut risque" devront faire une quarantaine, reprécise Sciensano
Les enfants de moins de 12 ans qui sont des contacts à haut risque après une exposition au sein du foyer devront bien suivre les règles de quarantaine en vigueur pour les personnes non-vaccinées, reprécise dimanche Sciensano après plusieurs modifications survenues cette semaine.
www.7sur7.be
Demonstratie tegen coronabeleid in Amsterdam vreedzaam verlopen
De demonstratie tegen het coronabeleid in de Nederlandse hoofdstad Amsterdam is zondag "vreedzaam verlopen". Volgens de gemeente waren er rond 15 uur zo'n 15.000 mensen aanwezig op het Museumplein. Negen personen zijn aangehouden.
HLN.be
Demonstratie tegen coronabeleid in Amsterdam vreedzaam verlopen
De demonstratie tegen het coronabeleid in de Nederlandse hoofdstad Amsterdam is zondag "vreedzaam verlopen". Volgens de gemeente waren er rond 15 uur zo'n 15.000 mensen aanwezig op het Museumplein. Negen personen zijn aangehouden.
HLN.be
Weer aanpassing aan regels: kinderen moeten in quarantaine bij besmetting in gezin
De quarantaineregels voor kinderen jonger dan 12 jaar die gelden wanneer er een besmetting is binnen het gezin, worden weer aangepast. De kinderen moeten dan in quarantaine, tenzij ze onlangs zelf het coronavirus hebben gehad. Dat zegt het gezondheidsinstituut Sciensano zondag.
www.hbvl.be
Gewezen president van Mali Ibrahim Boubacar Keita overleden
In Mali is zondag gewezen president Ibrahim Boubacar Keita gestorven. Hij overleed anderhalf jaar nadat hij door het leger was afgezet. Keita werd 76 jaar. Dat meldt zijn familie.
HLN.be
Weer aanpassing aan regels: kinderen moeten in quarantaine bij besmetting in gezin
De quarantaineregels voor kinderen jonger dan 12 jaar die gelden wanneer er een besmetting is binnen het gezin, worden weer aangepast. De kinderen moeten dan in quarantaine, tenzij ze onlangs zelf het coronavirus hebben gehad. Dat zegt het gezondheidsinstituut Sciensano zondag.
www.gva.be
RD Congo: «Théâtre de chez nous» à Kinshasa
RD Congo: «Théâtre de chez nous» à Kinshasa Jean-Marc Kabund, l’homme à la casquette qui galvanisait les militants de l’UDPS, lors d’un conférence de presse. - Reuters A première vue, si Jean-Marc Kabund, premier vice-président de l’Assemblée nationale et activiste chevronné, annoncé sa démission, c’est parce que la coupe était pleine. L’homme à la casquette, celui qui galvanisait les militants de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), le parti du président Tshisekedi, n’a pas supporté l’incident qui l’avait opposé à des membres de la Garde républicaine, les redoutables Bana Mura, chargés de la protection du chef de l’Etat. Un incident à première vue banal, mais qui reflète les prérogatives dont s’arrogent les puissants du régime : la semaine dernière, alors qu’un véhicule de la GR descendait à contre-sens une artère de Kinshasa au mépris du flot ascendant, Kabund, un homme impulsif, parfois surnommé 520 Giga, jaillit de sa jeep et apostropha violemment les hommes en armes. Le lendemain, des gardes se dirigeaient vers Kingabwa et s’attaquaient à la – luxueuse – demeure de celui qui se considère comme le numéro deux du régime, déclenchant une tempête politique. Certes, les vétérans du vieux parti UDPS créé en 1982 considèrent que Jean-Marc Kabund-a-Kabund est un ouvrier de la 25e heure et ils rappellent qu’il est un Katangais d’origine, né dans le Haut Lomami et issu de l’entourage de Moïse Katumbi, l’allié et potentiel rival du chef de l’Etat. Mais ils savent aussi que cet homme de 37 ans, habile manœuvrier, est l’artisan, avec le président du Sénat Modeste Bahati, du démantèlement de la majorité que détenait l’ex président Kabila. C’est Kabund qui mena à terme le débauchage des élus des FCC qui rallièrent l’Union sacrée autour de la « vision » de Félix Tshisekedi. L’aile familiale du parti Le président doit donc beaucoup à cet homme-lige, qui n’a pas supporté d’être humilié par la garde de son chef. Selon certaines sources, Kabund pourrait être remplacé par Augustin Kabuya, actuel secrétaire général du parti ad intérim, à la tête de ce que d’aucuns appellent désormais « l’aile familiale » du parti. C’est du « théâtre de chez nous » nous assure un vieux militant de l’UDPS qui rappelle que le chef des « combattants » a longtemps bénéficié du soutien de la base populaire du parti, recrutant dans les quartiers pauvres et organisant de spectaculaires manifestations de soutien à Félix Tshisekedi, entre autres lors de ses retours de voyages. Même si Kabund a déjà laissé entendre qu’il pourrait revenir sur sa décision, l’incident risque de laisser des traces : à un an des élections, il révèle des tensions internes au sein du parti au pouvoir et l’affaiblissement du premier cercle. Il illustre aussi une violence latente allant de pair avec l’arrogance du comportement et les révélations quasi quotidiennes sur les dépassements budgétaires et le manque de préparation de certaines décisions comme l’état de siège qui dure déjà depuis six mois et n’a engrangé que de piètres résultats. Notre interlocuteur conclut : « comme au théâtre, le peuple regarde, observe, conclut. Après la démission de celui qui chauffait les foules, applaudira-t-il encore ? » Humilié par la garde présidentielle, le numéro deux du régime Jean-Marc Kabund claque la porte. Par Colette Braeckman Journaliste au service Monde Le 16/01/2022 à 18:49
www.lesoir.be
Kinderen toch in quarantaine bij besmetting in gezin
De quarantaineregels voor kinderen jonger dan 12 jaar die gelden na een besmetting binnen het gezin, worden weer aangepast. De kinderen moeten dan in quarantaine, tenzij ze onlangs zelf het coronavirus hebben gehad.
De Standaard
La dette publique ou le cauchemar de l’Europe
La dette publique ou le cauchemar de l’Europe Parions sur le scénario optimiste – sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire rendue plus incertaine depuis l’apparition du variant omicron. Si le dynamisme économique s’est certes essoufflé à l’automne dernier, l’activité devrait rebondir dans le courant de l’année qui vient de commencer. Et la forte poussée d’inflation resterait passagère. Pour autant, les pays européens seront loin d’avoir digéré la crise. Sans doute, malgré la mise à l’arrêt partielle de l’activité en 2020 et le va-et-vient des mesures de confinement, nos économies ont-elles tenu le coup grâce à l’intervention massive des Etats – au prix d’une hausse importante et généralisée des dépenses et des dettes publiques. Il n’y avait pas d’autre choix. C’est pourquoi les règles budgétaires européennes ont été suspendues au printemps 2020, en vertu de la clause dérogatoire générale prévue dans le pacte de stabilité. Et ce, avec l’aval unanime des Etats membres, même les plus orthodoxes, Allemagne en tête. 1 Des règles inapplicables ? Cependant, l’impact de la crise n’a pas été le même dans les différents Etats membres. Certains ont plus souffert que d’autres, notamment ceux dont l’économie était plus dépendante du tourisme et de la demande intérieure – par exemple, l’Italie – comparativement à ceux, comme l’Allemagne, plus industrialisés. La dégradation des finances publiques a été plus marquée pour les premiers, dont le ratio d’endettement était déjà initialement nettement plus élevé. De sorte que, sur le front budgétaire, l’Union européenne – en particulier, la zone euro – est coupée en deux. L’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche ou la Finlande affichent, à fin 2021, des ratios d’endettement modérés, de 57,5 % du PIB pour nos voisins hollandais à 83 % en Autriche. Un grand nombre d’autres Etats membres sont dans une situation similaire, sinon meilleure – notamment le Danemark (41 %) ou la Suède (37,3 %), qui, rappelons-le, n’ont pas adopté l’euro mais sont « alliés » à l’Autriche et aux Pays-Bas dans le groupe dit « des Frugaux ». A l’inverse, la France, l’Italie, l’Espagne, la Belgique, mais aussi le Portugal et la Grèce affichent des ratios d’endettement public nettement plus élevés, de 112 % chez nous à 155 % en Italie (et 200 % en Grèce). Le retour aux règles budgétaires imposerait à ceux-ci un effort de consolidation budgétaire considérable et prolongé, s’il s’agit de ramener, en vingt ans ou un peu plus, le ratio d’endettement à 60 % du PIB. À lire aussi Peter Praet: « Les marges budgétaires sont étroites et devront être utilisées très soigneusement » Une telle dose d’austérité pendant des années et des années – à la sortie d’une crise majeure et compte tenu des importants besoins d’investissements publics pour mettre en œuvre la transition écologique – ne serait pas souhaitable pour ces pays. Ni pour l’Union dans son ensemble : ces six membres représentent en effet la moitié du PIB de la zone euro. Ainsi, les gouvernements sont extrêmement prudents, privilégiant un ré-équilibrage très lent des finances publiques – parallèlement à l’amélioration progressive de la conjoncture – et partant le maintien, dans plusieurs Etats membres, dont la Belgique, de déficits supérieurs à 3 % au moins jusqu’en 2024 ; et au-delà : la France, par exemple, prévoit le retour sous le seuil de Maastricht en… 2027. 2 Un cadre rigide et donc « stupide » ? Mais voilà : l’an prochain, la clause dérogatoire ne devrait pas être reconduite et la discipline budgétaire reviendra à l’agenda. Comment pourra-t-on justifier alors que les règles ne soient pas appliquées à tous les Etats membres ? Ou, alternativement, que l’on conserve un cadre budgétaire de facto inapplicable ? La solution paraît aller de soi : le réviser. Ce ne serait pas la première fois. Le cadre budgétaire européen a été adapté, à plusieurs reprises, pour remédier à ses insuffisances. Dans le traité de Maastricht, signé en 1992, la discipline budgétaire tenait en deux chiffres : 3 % et 60 % – comprenez que, dans la perspective de l’Union monétaire à venir, les déficits publics ne pouvaient dépasser 3 % du PIB ; et les dettes, 60 % – ou alors le ratio devait baisser vers cet objectif à un rythme « suffisant ». On a rapidement compris que ce cadre budgétaire était trop rigide – et donc « stupide », comme le reconnaissait le président de la Commission Romano Prodi en 2002. Les règles ont donc évolué, dès 2005 via l’introduction d’objectifs budgétaires à moyen terme par pays, basés sur le solde dit « structurel » ; et surtout à la suite de la crise financière. Alors, les Etats sont forcés d’intervenir pour soutenir la conjoncture et sauver les banques. Les dettes publiques augmentent considérablement. Et la crise, américaine à l’origine, provoque une réplique plus terrible en zone euro. Les marchés financiers réclament des taux d’intérêt toujours plus élevés aux Etats membres les plus endettés, à la Belgique et à l’Italie, mais aussi à l’Espagne, qui, pourtant, quelques années auparavant, faisait figure d’élève modèle. Face à cette crise dite « des dettes souveraines », la discipline budgétaire est renforcée en 2011, notamment via l’introduction d’une règle de désendettement, qui prévoit que le ratio dette publique sur PIB doit diminuer chaque année d’au moins un vingtième de l’écart entre son niveau effectif et le seuil de 60 % ; et de sanctions plus lourdes pour les Etats déviants, mais qui ne seront cependant pas appliquées. Au contraire, la Commission Juncker décide, en 2015, d’évaluer le respect des règles avec plus de flexibilité. Objectif : éviter que trop d’orthodoxie budgétaire n’étouffe la timide reprise économique. Et ne pas rééditer l’erreur commise en 2011 : en resserrant trop la ceinture, la zone euro s’était condamnée elle-même à une seconde récession (après celle de 2009) – une erreur unanimement reconnue aujourd’hui. Ainsi, la Commission prend notamment en compte la mise en œuvre de réformes structurelles – en particulier celles qui, à l’exemple d’une réforme du système de pensions, ont un impact budgétaire à long terme. Ainsi, pour la Belgique, la réduction du ratio de dette publique entre 2012 et 2019 a été régulièrement jugée « broadly compliant » – grosso modo conforme – à la règle de désendettement que notre pays était pourtant très loin de respecter. 3 Revoir (encore) les règles : mais comment ? De nombreux économistes et d’anciens responsables européens admettent aujourd’hui que « les règles budgétaires n’ont pas bien joué leur rôle. On a vu, notamment face à la crise du coronavirus, que beaucoup d’Etats membres n’avaient pas constitué de marge au cours des années précédentes, quand la conjoncture était bonne. L’aspect discipline n’a donc pas fonctionné. Sauf en crise, où, au contraire, on a resserré la vis dans certains pays en récession, avec un effet déstabilisateur, pro-cyclique, comme ce fut le cas durant la crise des dettes souveraines », nous confiait ainsi il y a quelques mois Peter Praet, qui fut membre du directoire de la BCE de 2011 à 2019. « Exiger des pays qu’ils réduisent leur dette maintenant, alors que la BCE maintient ses taux d’intérêt à zéro, serait une erreur majeure », renchérissait Olivier Blanchard, professeur émérite au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et ancien économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI). « L’Union européenne doit abandonner ses règles budgétaires, parce qu’elles sont rigides », expliquait-il récemment au Soir. À lire aussi Olivier Blanchard: «L’Union européenne doit abandonner ses règles budgétaires rigides» Seulement voilà : renégocier le traité de Maastricht n’est pas plus envisageable aujourd’hui qu’hier. Impossible dès lors de remettre en cause les seuils de 3 % et 60 %. Ni la philosophie du pacte, qui impose de rechercher l’équilibre des finances publiques à moyen terme – donc de réduire les dettes publiques. A défaut, les partisans d’une réforme doivent imaginer de nouvelles manières d’assouplir les règles. Paris et Rome ont lancé le débat à la fin de l’année passée, diffusant, en complément d’une carte blanche commune du président Emmanuel Macron et du président du Conseil Mario Draghi dans le Financial Times, une « note libre », Revisiting the European Fiscal Framework, rédigée par quatre économistes italiens et français. Ceux-ci proposent de reformuler la règle de désendettement. Il s’agirait toujours de viser un ratio de dette publique de 60 % du PIB, mais de se donner plus de temps pour l’atteindre. Comment ? D’une part, en excluant (en tout cas pour un temps) les dettes contractées en 2020 et 2021 pour faire face à la pandémie – lesquelles seraient transférées à une nouvelle Agence européenne de la dette, qui pourrait les refinancer à meilleur compte que les Etats les plus endettés. D’autre part, en imposant un rythme de réduction plus lent pour les dettes accumulées lors des récessions de 2008-2009 et 2011-2013 et pour celles qui seront contractées pour financer des dépenses d’avenir, notamment les investissements publics. La « mécanique » est complexe – sans qu’on soit sûr que cette reformulation de la règle donne de grandes marges de manœuvre aux Etats. Mais l’important est ailleurs, à ce stade. L’Allemagne et les Frugaux n’ont pas besoin que le cadre budgétaire européen soit modifié. Il faudra d’abord les convaincre que c’est pourtant nécessaire – et, indirectement, dans leur intérêt. Les règles budgétaires ont été suspendues pendant trois ans. Mais la parenthèse va se refermer l’an prochain. Le retour à la discipline sera le grand enjeu de l’après-covid. Par Dominique Berns Journaliste au service Economie Le 16/01/2022 à 18:49
www.lesoir.be
Football Talk. Tom Saintfiet speelt gelijk met Gambia en kan prima 4 op 6 voorleggen op Afrika Cup
Gambia, gecoacht door de Belg Tom Saintfiet, heeft een 1-1-gelijkspel uit de brand gesleept tegen Mali op de tweede groepsspeeldag van de Africa Cup. Musa Barrow wiste in de laatste minuut het openingsdoelpunt van Mali uit met een omgezette penalty. Ibrahima Koné had in de 79ste minuut, eveneens van op elfmeter, de score geopend.
HLN.be
Football Talk. Tom Saintfiet speelt gelijk met Gambia en kan prima 4 op 6 voorleggen op Afrika Cup
Gambia, gecoacht door de Belg Tom Saintfiet, heeft een 1-1-gelijkspel uit de brand gesleept tegen Mali op de tweede groepsspeeldag van de Africa Cup. Musa Barrow wiste in de laatste minuut het openingsdoelpunt van Mali uit met een omgezette penalty. Ibrahima Koné had in de 79ste minuut, eveneens van op elfmeter, de score geopend.
HLN.be
« Ce genre d’événement nous rappelle notre vulnérabilité »
« Ce genre d’événement nous rappelle notre vulnérabilité » D.R. L’acte posé dans le métro vendredi a énormément fait parler de lui. Pourquoi ce genre d’acte nous choque-t-il plus ? Parce que cela nous renvoie à notre propre vulnérabilité, il nous rappelle qu’à tout moment, chacun peut se retrouver dans une situation dramatique, devenir victime. On vit cela aussi avec les attentats, cela augmente le sentiment d’insécurité, le côté absurde et inexplicable de l’acte ne permet pas de l’appréhender, il n’y a rien de logique. Là on est dans quelque chose de gratuit, et on en vient donc à se dire « ça pourrait être moi. » Le fait de ne pas pouvoir donner de sens au passage à l’acte renforce notre sentiment de fragilité. C’est aussi ce côté « coup de tonnerre dans un ciel serein » qui marque, la personne n’est pas dans une situation à risque, elle est dans une scène de la vie quotidienne, entourée de monde, et elle est l’objet d’un acte difficilement porteur de sens dans une logique de sens commun. C’est le même genre de sentiment par exemple avec des tireurs qui tirent dans la foule, visant l’un ou l’autre de manière aléatoire. Il y a alors la peur de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Ce genre de faits est déstabilisant. Serge Garcet est professeur au Département de Criminologie de l'Université de Liège, responsable du service de Victimologie et Criminologie interpersonnelle. Il nous parle de cet acte survenu vendredi soir. Par L.Ws Le 16/01/2022 à 18:47
www.lesoir.be
Prise d’otages au Texas: Joe Biden dénonce un «acte de terrorisme»
Prise d’otages au Texas: Joe Biden dénonce un «acte de terrorisme» AFP. La prise d’otages de samedi dans une synagogue du Texas, qui s’est soldée par la libération de toutes les personnes retenues et la mort du ravisseur, était « un acte de terrorisme », a déclaré dimanche le président des Etats-Unis, Joe Biden. Lors d’un déplacement à Philadelphie, dans l’Etat de Pennsylvanie, il a semblé confirmer les informations selon lesquelles le suspect avait demandé la libération d’Aafia Siddiqui, une scientifique pakistanaise condamnée en 2010 par un tribunal fédéral de New York à 86 ans de prison pour avoir tenté de tirer sur des militaires américains alors qu’elle était détenue en Afghanistan. « C’était lié à quelqu’un » qui « est en prison depuis dix ans », a-t-il dit, sans plus de précisions. La prise d’otages s’est soldée par la mort du ravisseur. Par AFP Le 16/01/2022 à 18:47
www.lesoir.be
Nouvelles règles de quarantaine pour les enfants de moins de 12 ans
18:47 Des nouvelles règles de quarantaine entrent en vigueur dès lundi pour les enfants de moins de 12 ans.
www.lecho.be
NBA: Kevin Durant victime d’une entorse du genou (vidéo), il sera absent au moins quatre semaines
NBA: Kevin Durant victime d’une entorse du genou (vidéo), il sera absent au moins quatre semaines AFP L’ailier de Brooklyn Kevin Durant, qui s’est blessé lors de la victoire des Nets contre les Pélicans de la Nouvelle Orléans (120-105) samedi, souffre d’une entorse du genou gauche, a annoncé sa franchise dimanche. https://twitter.com/basketusa/status/1482534807452200964 « Après avoir passé une IRM ce matin, une entorse du ligament collatéral médial du genou gauche a été diagnostiquée à Kevin Durant », indiquent dans un tweet les Nets, sans préciser la durée de sa convalescence. « Il devrait retrouver sa pleine capacité après une période de rééducation. Des nouvelles concernant son retour seront données en temps voulu », ajoute l’équipe deuxième de la conférence Est. Il faudra donc attendre plusieurs semaines pour voir le « Big 3 » de Brooklyn (Durant, James Harden, Kyrie Irving) aligné une troisième fois cette saison. Kyrie Irving, non vacciné, n’a réintégré les Nets que la semaine passée et opérationnel uniquement pour les matches à l’extérieur. Le joueur de Brooklyn s’est blessé lors de la victoire des Nets face aux Pelicans. Le 16/01/2022 à 18:45
www.lesoir.be