Une quatrième dose de vaccin contre le coronavirus pour les Américains au système immunitaire affaibli

Les Américains dont le système immunitaire est affaibli et qui ont déjà reçu une troisième dose du vaccin contre le coronavirus peuvent se faire vacciner une quatrième fois six mois plus tard, recommande le service de santé américain CDC dans ses directives.
Read full article on: lalibre.be
Covid : quels sont les deux pays les moins vaccinés du monde?
Le Burundi et le Congo sont les deux pays les moins vaccinés du monde. Les autorités y font très peu pour appuyer la campagne.
www.lalibre.be
INEOS kleurt Belgisch: hoe Limburgs kledijmerk de meest gewilde deal in het wielrennen sloot
Oud-Tourwinnaar Egan Bernal zat onlangs in Beringen in de windtunnel. Bioracer stapt in de spotlights en kleedt voortaan INEOS Grenadiers, het strafste wielerteam ter wereld. Het innovatieve bedrijf uit Limburg wil fietsers sneller maken: van topper tot toerist. Haalt ook u straks voordeel uit hun proeftuin?
HLN.be
Sortie du nucléaire: le débat est rouvert, la Vivaldi écartelée
Sortie du nucléaire: le débat est rouvert, la Vivaldi écartelée Tinne Van der Straeten (Groen), ministre de l’Energie, doit boucler un dossier capital stratégiquement pour la Belgique. - Photo News. Avec la crise sanitaire, c’est l’autre grand dossier de la législature, compte tenu de ses implications stratégiques : la Belgique sortira-t-elle du nucléaire en 2025 ? Comme l’avait annoncé le gouvernement de Guy Verhofstadt en 2003, comme le laisse à penser (et davantage) l’accord Vivaldi de septembre 2020, comme le souhaitent ardemment les formations écologistes aux affaires, comme y travaille la ministre de l’Energie Tinne Van der Straeten (Groen). On voit bien l’enchaînement, on voit moins bien la fin. 1 Un dossier électrique Un premier kern, ou comité ministériel restreint, a eu lieu jeudi après-midi. La ministre de l’Energie – accompagnée par Chris Peeters, le patron d’Elia, gestionnaire du réseau de transport électrique haute tension – a synthétisé devant ses collègues les notes d’évaluation et d’accompagnement (près de 200 pages au total, un gros boulot du cabinet et de l’administration), qui tracent la voie vers la désactivation des réacteurs en 2025. Une première réunion purement « technique ». On se donne une dizaine de jours pour trancher politiquement. Et c’est chaud. Jusqu’il n’y a pas longtemps, l’idée dominait nettement selon laquelle l’accord de gouvernement conduirait à l’abandon du nucléaire. Le climat a changé. Ce n’est pas plié. Le président du MR Georges-Louis Bouchez en voltigeur, tous ont compris que les bleus ne désarmeront pas. A ce stade, les partisans d’un bouquet énergétique où le nucléaire aurait sa place se font entendre : les organisations patronales ont produit vendredi un communiqué explicite. Un libéral ramasse pour nous : « Du patronat au climatologue Jean-Pascal van Ypersele en passant par la FGTB, et pas mal de socialistes en coulisse, il y a du monde, tous voient bien que le nucléaire fait partie désormais de la solution. » Quoi qu’il en soit, en kern vendredi, plusieurs (Vincent Van Quickenborne, Frank Vandenbroucke, entre autres) ont demandé des éclaircissements pour ce qui concerne la sécurité d’approvisionnement et l’impact sur les prix, aussi des précisions sur l’hypothétique prolongation de deux réacteurs. Il fut même question d’organiser des auditions d’experts. Bref, le débat est rouvert. Il est politiquement incandescent. Pour verts et bleus, c’est trophée contre trophée. 2 Comment rattraper Vilvorde ? Conformément à ce que prévoit l’accord de gouvernement, Tinne Van der Straeten est donc venue défendre ses conclusions concernant la sécurité d’approvisionnement et l’impact sur les prix d’une sortie complète du nucléaire. La garantie que le pays ne manquera pas de courant à partir de l’hiver 2025-2026 et celle que la facture des consommateurs ne s’en trouvera pas gonflée sont les deux conditions qui doivent être remplies avant de confirmer l’extinction complète des deux centrales belges. A défaut, le gouvernement s’est réservé la possibilité de prolonger la durée de vie d’un ou deux réacteurs nucléaires (soit 1 ou 2 GW). Sans surprise, la ministre de l’Energie recommande au gouvernement de valider le calendrier de sortie totale prévu par la loi de 2003. Son argumentaire, tel que repris dans sa note d’orientation que nous avons pu consulter, s’attarde en premier lieu sur la question de la sécurité d’approvisionnement. Les conclusions du rapport de la DG Energie à ce sujet sont connues : « La première enchère, organisée dans le cadre du CRM (le mécanisme de subsides aux capacités de production électrique alternatives, NDLR) a atteint son objectif et (…) le résultat permettrait, à l’aide d’une enchère Y-1 (en 2024, NDLR), d’assurer la sécurité d’approvisionnement du pays à partir de 2025 dans le contexte de la fermeture complète de toutes les centrales nucléaires. » Le problème, c’est que parmi les capacités retenues lors de ce premier round d’enchères du CRM, il y a le projet de nouvelle centrale au gaz d’Engie à Vilvorde (800 MW net), pour lequel l’énergéticien s’est vu refuser le permis unique par la ministre flamande de l’Environnement, Zuhal Demir (N-VA). De quoi soulever de nombreuses inquiétudes, encore relayées ce vendredi comme on l’a dit par l’ensemble des organisations patronales pour qui, sans Vilvorde, « une solution globale pour la sécurité d’approvisionnement à partir de l’hiver 2025-2026 n’est pas garantie aujourd’hui ». Pour la ministre, la balle est dans le camp d’Engie et on peut lui donner un délai. « Nous avons encore une fenêtre de temps pour résoudre ce problème. Pas très longue, mais elle est là », écrit Tinne Van der Straeten. L’énergéticien fait d’ailleurs toujours de la construction de la centrale de Vilvorde sa priorité et pourrait encore déposer un recours contre la décision de Zuhal Demir. Mais Tinne Van der Straeten dit se préparer au cas où Engie échouerait finalement à obtenir le précieux sésame. Elle avance notamment une piste : organiser un contrôle de l’avancement du CRM en mai prochain et décider le cas échéant d’une enchère de rattrapage en octobre « afin qu’une autre capacité autorisée puisse être sélectionnée ». Mais cela impliquerait de changer la loi et raccourcirait à trois ans seulement le délai pour construire une centrale. Dans une note jointe, Elia explique par ailleurs qu’une autre piste est possible, à savoir le transfert par Engie de son contrat de capacité à « l’un des autres projets non sélectionnés pour reprendre intégralement les droits et obligations du contrat ». Côté wallon, on pense à Luminus ou Eneco, dont les projets de nouvelles centrales au gaz à Seraing et Manage n’ont pas été retenus par le CRM. Ils pourraient revenir dans le jeu, mais aux conditions du contrat de capacité d’Engie – avec moins de subsides que ce qu’eux-mêmes avaient demandé donc. Autre option : qu’Engie rachète un de ces projets non sélectionnés et le développe lui-même, mais toujours aux conditions de subsides de Vilvorde. 3 Les incertitudes du nucléaire La ministre relève également dans sa note que, si incertitude il y a bien autour du scénario de l’extinction totale à cause de Vilvorde, le plan B de la prolongation de deux réacteurs n’est pas forcément plus évident. Tinne Van der Straeten rappelle que l’Europe n’a validé le CRM que sur la base d’une hypothèse de sortie à 100 % du nucléaire – tel qu’il lui a été soumis sous le précédent gouvernement. Si le choix devait être fait de garder 1 ou 2 GW d’atome, la donne s’en trouverait bouleversée : il faudrait déposer un nouveau dossier auprès de la Commission européenne et organiser de nouvelles enchères du CRM – les résultats du round d’octobre dernier seraient caducs. « Cela a un impact important sur le timing », explique la ministre. « Cela signifie que la sécurité d’approvisionnement n’est pas garantie pour la période 2025-2027 ». Tinne Van der Straeten souligne en outre que le point de départ d’une extension du nucléaire se trouve chez l’exploitant. Or on sait qu’au siège parisien d’Engie, l’exploitant du parc nucléaire belge, on est fermement décidé à tourner la page. L’énergéticien a d’ailleurs renoncé à préparer les travaux de modernisation nécessaires à une éventuelle prolongation (LTO) de Doel 4 et Tihange 3 depuis novembre 2020. Suivant un avis de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire, la ministre note qu’« il y a une forte probabilité que certaines améliorations de la conception ne puissent être mises en œuvre qu’après 2025. En conséquence, un LTO risque d’arriver trop tard pour garantir la sécurité d’approvisionnement au cours de l’hiver 2025-2026. » La ministre ajoute que le coût de la prolongation n’est pas connu. Sans compter que les centrales nucléaires constituent « un défi social considérable en termes de déchets radioactifs ». Enfin, pour ce qui est des émissions supplémentaires de CO2 des centrales au gaz par rapport aux réacteurs nucléaires, la ministre de l’Energie rappelle que celles-ci s’inscrivent dans le mécanisme européen de quotas ETS. Pour favoriser les technologies les moins polluantes, ces quotas de « droits de polluer » sont progressivement diminués, ce qui en augmente le prix. « Ce qui signifie que les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’électricité ne peuvent pas être considérées au niveau national », défend Tinne Van der Straeten. « Les centrales électriques supplémentaires fonctionnant au gaz naturel en Belgique n’ont donc aucun impact sur les objectifs du système ETS et sur la réalisation de ces objectifs. » Un premier kern a eu lieu vendredi. Les partenaires veulent trancher avant Noël. L’abandon du nucléaire semblait acquis il n’y a pas si longtemps. Ce n’est pas plié. Par David Coppi et Bernard Padoan Le 3/12/2021 à 20:45
www.lesoir.be
“Des décisions désastreuses” pour le secteur de la culture
“Choqués”, “stupéfaits”, “incrédules”... Les acteurs du secteur culturel n’ont pas mâché leurs mots à l’issue du Comité de concertation (Codeco), réuni vendredi pour renforcer les mesures de précaution sanitaire face à la quatrième vague épidémique. Tous plaident pour une vision à long terme et une approche qui tienne compte de la situation réelle.
www.7sur7.be
Les Unionistes veulent repartir de l'avant sur le synthétique de Saint-Trond (Direct à 20h45)
L'Union ne veut pas enregistrer une seconde défaite consécutive.
www.lalibre.be
Verbod cruiseschepen in Venetië: Italië betaalt 57,5 miljoen euro compensatie
De Italiaanse regering gaat de cruisemaatschappijen die sinds deze zomer niet meer mogen aanmeren in het historische centrum van Venetië vergoeden, zo kondigt ze aan. Alles samen wordt een bedrag van 57,5 miljoen euro uitgekeerd als compensatie.
HLN.be
Bruxelles: Rudi Vervoort, l’homme placide
Bruxelles: Rudi Vervoort, l’homme placide Une pierre souvent jetée dans le jardin de Rudi Vervoort: il n’a pas trouvé l’alchimie pour son exécutif. - Pierre-Yves Thienpont. Est-ce que vous allez partir avant la fin de votre mandat, en 2024 ? » La pluie tombe toujours, le soir est tombé. Près de deux heures que Rudi Vervoort évoque le dossier des taxis qui malmène son gouvernement. Une dernière question… « Non ». La réponse a fusé. « Est-ce que vous serez sur la liste régionale ? » « Mon intention est d’être candidat. » « En tête ? » « Rien ne m’empêche, aujourd’hui, de le dire, mais deux ans c’est encore long. On y verra clair à l’automne 2023. » En sachant qu’au printemps de cette année-là, la Fédération bruxelloise du PS (ré)élira son président. Et qu’alors, la course aux places en vue sera officiellement lancée. « Mais, d’ici là, toute spéculation sur un départ anticipé de Rudi Vervoort est farfelue », ferme Ahmed Laaouej, le patron des socialistes bruxellois. C’est pourtant sur cette toile de fond que doivent se lire les remous politiques bruxellois de ces derniers jours/semaines/mois… Ces critiques, aussi, formulées en interne, entre camarades, à relativement bas bruit. Ces attaques, encore, lancées en coulisses par les partenaires, avec une virulence verbale dont la répétition nourrit l’intensité. Le prochain scrutin régional attise les tensions entre partis, mais aiguise aussi les appétits des camarades qui commencent à se placer. Une discrétion naturelle Au centre du jeu, le ministre-président. Parce que c’est son gouvernement qui tangue. Parce que le dossier Uber relève de ses compétences. Parce que c’est lui, le premier, qui doit porter la voix rouge dans la capitale, dominante dans les urnes en 2019. Parce que c’est le premier ambassadeur d’une Bruxelles à l’image abîmée par ses mauvais taux de vaccination, ses comptes aux erreurs à trois zéros… À lire aussi Uber: vives tensions au sein de la majorité bruxelloise Naturellement exposé par sa fonction, l’Everois cultive pourtant l’art de la discrétion médiatique. A l’excès, jugent ses détracteurs, qui pointent une position trop en retrait, l’an dernier, sur le front du covid. Ou un silence trop prolongé lors des crises qu’il a (eues) à gérer : le port des signes convictionnels dans la fonction publique, l’interdiction de l’abattage rituel, le transport rémunéré des personnes. À lire aussi Bruxelles: l’abattage rituel fera débat au Parlement régional C’est son style. Se lancer dans le combat sur les réseaux sociaux, sur un air de Vivaldi, très peu pour lui. Mettre de l’huile sur le feu allumé par d’autres, encore moins. Quitte à passer pour faible ou décalé dans un univers politique bruxellois qui tend, ces derniers temps, à décalquer les pratiques fédérales, où tous les coups sont permis. Rudi Vervoort les encaisse, mais ne les rend pas, en tout cas pas en riposte immédiate, sur les réseaux sociaux. Les sondages lui donnent raison, qui le pointaient, en septembre, à la sixième place du hit-parade bruxellois. Sa méthode à lui, surtout quand les empoignades verbales traduisent des divergences de fond, c’est d’abord le calme, le temps, le recul. Avec plus ou moins de réussite. Sous la précédente législature, répète-t-on à l’envi, ce fut plutôt fructueux, avec, à la clé, de solides réformes et, surtout, une majorité sauvée des manœuvres de Benoît Lutgen (rêvant de s’offrir le scalp du PS). Cette fois, c’est plus compliqué. L’affaire du voile à la Stib a été renvoyée, dans un premier temps, aux présidents (bruxellois) de partis, puis au Parlement. À lire aussi Signes convictionnels: Rudi Vervoort sauve sa majorité, tout reste à faire pour la Stib Idem, avec encore plus de rancœurs, pour l’abattage rituel. Quant à la saga Uber, elle a dégénéré en fracture ouverte, avec un risque de majorité alternative qui n’est toujours pas écarté. Aveux de faiblesse d’un capitaine qui ne tient pas ses troupes ? La légende gouvernementale veut qu’à la table, les personnalités s’accrochent plus qu’elles ne se trouvent. Aucun de ses membres (parmi lesquels quatre n’avaient jamais été ministre) n’échappe à la caricature, promptement dessinée par les autres ou par les siens. Bernard Clerfayt et Alain Maron sont qualifiés, au mieux, de fortes têtes, turbulentes, l’esprit d’équipe étant par ailleurs parfois pris en défaut chez le mandataire amarante. À lire aussi Coronavirus: Alain Maron, ce ministre bruxellois de la Santé qui crispe de plus en plus Sous les radars francophones jusqu’ici, les rivalités entre Pascal Smet (one.brussels) et Elke Van den Brandt s’étalent désormais dans la presse. Le sens du collectif n’existe guère, la confiance fait défaut, et ce relationnel bancal éclipse, parfois, le reste. Or, la législature n’est pas terminée, surtout l’accord de gouvernement est loin d’être totalement exécuté. Une pierre souvent jetée dans le jardin de Rudi Vervoort : il n’a pas trouvé l’alchimie pour son exécutif. Ce jeudi, en conseil des ministres, il a tenté la thérapie de groupe, un repas est programmé, un team building aussi, lorsque les normes sanitaires le permettront, autant de rustines pour un attelage mal embarqué dès sa création. Mais rien n’y fait, la plupart des protagonistes n’y croient pas (plus) vraiment, le ministre-président lui-même en a conçu une certaine lassitude qui pointe parfois. Pas encore de résignation. On l’a dit un temps fatigué, il concède quelques accès, dans la gestion du covid qui écrase toutes les autres priorités, et oppose aussitôt sa combativité et sa détermination à faire avancer les dossiers bruxellois. Une tutelle démentie La saga des taxis a par ailleurs relancé la rumeur d’une mise sous tutelle de la ministre-présidence par la Fédération bruxelloise du parti. Dans les couloirs circulent les récits d’ordres dictés par Ahmed Laaouej à Rudi Vervoort ou son chef de cabinet, Eric Mercenier, qu’il n’hésiterait pas à désavouer. Et, partant, l’image d’un ministre-président, pantin dont les ficelles seraient tirées par le bourgmestre de Koekelberg. « Discussions de salon, propos malveillants, commentaires de café », rétorque l’accusé. Sur les relations réelles entre les deux ténors socialistes, les versions oscillent quelque peu, pour s’accorder sur « bonnes ». Alliés de fait, ces deux-là collaborent au quotidien, sans que, pour autant, une forte proximité humaine soit née. Au passage, faut-il rappeler que le PS bruxellois a toujours eu cette présidence plus puissante que dans les autres fédérations du parti ? Philippe Moureaux était en contact presque permanent, même pendant les séances de gouvernement, avec « son » ministre Eric Tomas, et Laurette Onkelinx réunissait « ses » excellences régionale et communautaire tous les jeudis matin. À lire aussi Uber: vives tensions au sein de la majorité bruxelloise L’épisode des taxis aura à tout le moins permis à Rudi Vervoort de s’affirmer comme garant de l’accord gouvernemental, n’en déplaise, éventuellement, à ses troupes voire à son président. Car s’il est un principe chevillé au corps du ministre-président, c’est la loyauté. Sa parole vaut toutes les signatures, il ne supporterait pas l’idée d’avoir trahi un engagement politique. Il résume ça, sans fard, d’un « c’est couillon d’être loyal ? Non ! » À lire aussi Rudi Vervoort au «Soir»: «C’est couillon d’être loyal? Non!» La saga Uber aura aussi pointé, sans doute, la nécessité, pour le PS, de clarifier les rôles en son sein et, en particulier, de se trouver des porte-parole d’autant plus forts que le décompte électoral est enclenché. Nombre de camarades en conviennent, leur voix, sur les dossiers régionaux, n’est pas des plus audibles. Rudi Vervoort, chef de gouvernement, ne peut, en permanence, forcer la synthèse entre six formations politiques (du PS à l’Open VLD) et marquer au fer rouge la politique gouvernementale. Un rôle naturellement confié à Nawal Ben Hamou, l’autre socialiste de l’équipe. Dont elle s’acquitte, entend-on, insuffisamment ; pour les uns, parce qu’elle a fort à faire avec ses dossiers, le logement et l’égalité des chances, pour les autres parce qu’elle doit encore apprendre à s’imposer. Le chef de groupe au Parlement, Ridouane Chahid, s’acquitte pour l’heure de cette mission. Certains socialistes pensent que leur président de la Fédération pourrait, lui aussi, sortir davantage sur les dossiers, qu’il pousse de toute façon dans l’ombre. Singulièrement ceux qui, calcule-t-on chez les rouges, pourraient rapporter (des voix) dans le nord de Bruxelles. Et l’on reparle du voile, de l’abattage et des taxis, entre autres. Car, sur le terrain, la bataille électorale fait rage, avec un PS qui ne s’avoue pas fébrile mais en montre tous les symptômes, inquiet de voir Rajae Maouane essaimer sur ses terres, et plus encore de constater l’implantation du PTB dans les quartiers. À lire aussi Bruxelles: entre Ecolo et le PS, une concurrence larvée Un terreau favorable aux tensions, qui déboulent, forcément, à la table du gouvernement. Mais l’élection nourrit aussi son lot de spéculations socialistes, Rudi Vervoort n’ayant (sans doute) pas l’envie de briguer un nouveau mandat. Le doute plane, propice aux ambitions, qui ne se déclarent pas, pensez-vous, si loin de l’échéance, en pleine crise sanitaire, ce serait indécent, mais se travaillent déjà… Cet article a pour sources des interlocuteurs(trices) clés de la scène politique bruxelloise. Toutes et tous se sont exprimé(e)s en off. Les coups pleuvent sur lui, mais le ministre-président bruxellois ne les rend pas. Trop de discrétion, manque de leadership, jugent ses détracteurs. Lui plaide les vertus du calme et de la loyauté. Par Véronique Lamquin Cheffe Bruxelles Le 3/12/2021 à 20:35
www.lesoir.be
Kiev refuse de renoncer à l’Otan
Les pressions de Moscou n’entament pas la détermination ukrainienne.
www.lalibre.be
Le seul pays d’Indochine sans chemin de fer en a désormais un
Construit et financé par la Chine, il reliera Vientiane à Kunming. Un facteur de développement qui rime avec endettement.
www.lalibre.be
Studie: “Vaccins zouden bescherming bieden tegen gekende coronavarianten, mogelijk ook omikron”
Omikron lijkt op steeds meer plekken in de wereld op te duiken. Of de vaccins voldoende bescherming bieden tegen deze variant van het coronavirus houdt wetenschappers momenteel volop bezig. De eerste bevindingen van een nieuw onderzoek laten uitschijnen dat de coronavaccins naast antilichamen nog een andere bescherming zouden bieden in de strijd tegen gekende varianten: de zogenoemde T-cellen. Deze cellen zouden kunnen voorkomen dat volledig gevaccineerde mensen ernstig ziek worden van de omikronvariant.
HLN.be
Amallah: «Mon meilleur souvenir au Standard? La victoire contre Charleroi l’an passé»
Le joueur du Standard s’est prêté au jeu de l’«interview décalé».
Lameuse.be
Crisiskaart is handige tool voor jongeren in een noodsituatie
Het gemeentebestuur van Lanaken heeft zopas de ‘crisiskaart’ gelanceerd. Dat is een handig pasje met nuttige telefoonnummers voor jongeren die zich in een noodsituatie bevinden of met problemen zitten. De kaartjes worden in eerste instantie verspreid via de middelbare scholen.
www.hbvl.be
Selim Amallah: «Mon meilleur souvenir au Standard? La victoire contre Charleroi l’an passé» (vidéo)
Selim Amallah: «Mon meilleur souvenir au Standard? La victoire contre Charleroi l’an passé» (vidéo) Selim Amallah est l’un des cadres du Standard. Il s’est imposé sur et en dehors du terrain. À l’occasion d’un entretien exclusif qu’il nous a accordé, l’international marocain a accepté de répondre à un questionnaire décalé. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Wachtlijsten in dierenasielen staan stampvol: “Dit heb ik nog nooit meegemaakt”
Dierenasielen moeten voor het eerst dieren op een wachtlijst zetten. Tientallen honden en katten wachten op een plaatsje: “Heel veel honden die in de coronaperiode zijn aangekocht.”
www.hbvl.be
Propagation, dangerosité, vaccins… l’OMS fait le point sur le variant omicron
Propagation, dangerosité, vaccins… l’OMS fait le point sur le variant omicron AFP. Omicron a été identifié dans 38 pays mais pour l’heure, aucun décès n’a été signalé de personne contaminée par ce nouveau variant du virus du Covid-19, a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Je n’ai vu aucune information rapportant des décès liés à Omicron », a déclaré Christian Lindmeier, un porte-parole de l’organisation basée à Genève, lors d’un point de presse. Maria Van Kerkhove, la responsable technique de l’OMS pour le Covid-19, a de son côté indiqué qu’Omicron avait été détecté dans 38 pays et que le variant était désormais répandu dans les six régions de l’OMS. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Sortie du nucléaire: première réunion en comité restreint ce vendredi, les discussions se poursuivront la semaine prochaine
Le gouvernement fédéral a tenu vendredi sa première réunion en comité ministériel restreint sur la sortie du nucléaire.
www.lalibre.be
La Pro League adresse une lettre ouverte aux supporters: «Montrez que le football se bat pour éradiquer au plus vite le Covid»
La Pro League adresse une lettre ouverte aux supporters: «Montrez que le football se bat pour éradiquer au plus vite le Covid» Photonews La Pro League s’est réjouie de l’absence de nouvelles restrictions dans les stades suite au comité de concertation de ce vendredi, permettant notamment le maintient de la pleine capacité des stades. Les supporters pourront donc toujours venir encourager leurs équipes, mais devront le faire en respectant strictement le port du masque. À travers une lettre ouverte adressée aux supporters, l’organisation des clubs professionnels a tenu à insister sur ce point, indiquant que par ailleurs, « les joueurs et le staff porteront à nouveau, pour le moment, un masque sur le banc, avant et après le coup de sifflet, et inviteront les supporters à suivre leur exemple. La lettre ouverte de la Pro League et des clubs : « Cher supporter, Ce week-end, vous pourrez encore vous rendre au stade de votre club préféré. C’est un beau cadeau à l’heure où le Covid frappe à nouveau fort et où toutes sortes de choses ne sont plus autorisées. Les mesures que le gouvernement vient de prendre sont sévères. Mais elles sont absolument nécessaires pour freiner ce satané virus. Le football est épargné pour l’instant. C’est uniquement parce que les autorités prennent en compte notre impact sur le bien-être social. Le football rassemble, le football fait rêver, le football apporte de l’espoir en ces temps compliqués. Mais le football a aussi une fonction d’exemple et nous devons l’endosser MAINTENANT. Ce week-end, nous devrons montrer notre solidarité avec tous ceux qui doivent faire des sacrifices pour freiner le virus. Ce week-end, nous devrons être heureux de pouvoir continuer à jouer notre rôle de rassemblement. Et ce week-end, nous devons surtout mériter notre place dans la lutte contre la pandémie. Pour ce faire, le port du masque est essentiel. Les masques empêchent la transmission du virus. Les masques sauvent des vies. Oui, les masques sont ennuyeux. Oui, nous étions heureux que les autorités aient assoupli l’obligation du port du masque cet été. Mais malheureusement, le masque reste l’une des principales armes pour lutter contre la pandémie. Et c’est en respectant cette mesure que le football veut donner le grand exemple. Tous nos joueurs entreront sur le terrain avec un masque au cours des prochains mois et le remettront directement après le coup de sifflet final pour vous saluer. Participez et soutenez votre club avec votre masque, de préférence celui de votre club préféré. Montrez que le football se bat pour éradiquer au plus vite le Covid ! » La Pro League ainsi que les clubs professionnels appellent les supporters à montrer l’exemple en portant le masque dans les tribunes. Le 3/12/2021 à 20:21
www.lesoir.be
Brits ziekenhuis behandelt patiënt met obus in rectum. Man was “uitgegleden”
Een Brits ziekenhuis stond deze week in rep en roer toen een patiënt zich aandiende met een obus uit de Tweede Wereldoorlog in zijn rectum. Het Gloucestershire Royal Hospital, in het westen van Engeland, alarmeerde meteen de politie en de ontmijningsdiensten, maar uiteindelijk was het object al verwijderd voor ze ter plaatse konden komen.
HLN.be
Voetgangster laat het leven bij aanrijding in centrum van Lommel
Vrijdagavond is een voetgangster om het leven gekomen bij een aanrijding op de Hees in het centrum van Lommel. Na het ongeluk werd de weg volledig afgesloten.
www.hbvl.be
Une nouvelle manifestation anti-mesures sanitaires prévue ce dimanche: la police sera présente "en uniforme et en civil"
Ce dimanche 5 décembre, une nouvelle manifestation contre les mesures sanitaires - et particulièrement contre l'usage du Covid Safe Ticket - est prévue à Bruxelles. Sur l'une des pages Facebook en lien avec ce rassemblement (la page intitulée "
www.lalibre.be
La vente de Rafale aux Emirats entraîne toute la filière aéronautique
La vente de Rafale aux Emirats entraîne toute la filière aéronautique L'appareil, entré en service en 2004 et destiné à voler jusque dans les années 2060, est le fer de lance à l'export de l'industrie de défense française, troisième exportatrice mondiale. "Ce contrat nous garantit que la pérennité de la chaîne de production du Rafale est assurée jusqu'à fin 2031, cela donne énormément de visibilité à notre industrie", observe-t-on au cabinet de la ministre des Armées Florence Parly. Derrière Dassault Aviation, c'est un écosystème de 400 entreprises de toutes tailles impliquées dans sa production. Nombre de ces entreprises du secteur aéronautique n'ont qu'une partie de leur activité dans le domaine militaire et ont été affaiblies par l'effondrement du trafic aérien mondial provoqué par la pandémie. Les commandes militaires jouent donc un rôle d'amortisseur de crise. L'appareil est construit par un groupement d'intérêt économique (GIE Rafale), regroupant Dassault qui supervise 60% de la valeur de l'avion, l'électronicien Thales (22%) et le motoriste et équipementier de défense Safran (18%). Thales et ses sous-traitants fournissent ainsi le radar, les systèmes électroniques embarqués ou encore Spectra, système de protection de l'avion Spectra. Safran et ses fournisseurs apportent de leur côté les deux moteurs M-88 de l'appareil, le train d'atterrissage, le siège éjectable, le système de navigation inertielle (qui permet le repérage hors signal GPS) ou encore les câblages électriques. Dassault Aviation produit lui l'avion sur sept sites répartis sur le territoire: Seclin (Nord) pour les pièces mécaniques, Biarritz pour les pièces composites, Argenteuil (Val d'Oise, fuselage), Martignas (Gironde, voilures), Argonay (Haute-Savoie, commandes de vol), Poitiers pour les verrières ou encore Mérignac (Gironde) où a lieu l'assemblage final. Et au-delà de l'avion proprement dit, les ventes de Rafale se doublent en général de contrats pour le fabricant européen de missiles MBDA. De la forge de la première pièce jusqu'à la sortie d'usine, il faut compter trois ans pour produire un avion. Avec près de 200 appareils à livrer au total d'ici 2031, il va falloir augmenter les cadences et passer d'un appareil produit par mois (soit 11 par an), à deux puis à trois, convient le patron de Dassault Aviation Eric Trappier, pour qui "il n'y a pas de restrictions, il faut juste un peu de temps pour se préparer". "Onze Rafale par an, c'est 7.000 emplois directs" très souvent hautement spécialisés, selon le cabinet de la ministre. "Avec les montées en cadence, "mécaniquement il va y avoir des embauches", selon cette source, "probablement des milliers". Des années de production assurées pour des centaines d'entreprises qui ont été fragilisées par la crise du Covid-19: la vente aux Emirats arabes unis de 80 avions de combat Rafale pour un total de 16 milliards d'euros entraîne toute la filière aéronautique française. Mis à jour le 3/12/2021 à 20:01
www.lesoir.be
La RTBF veut maintenir «Viva for life»: «Reste à savoir comment…»
La RTBF veut maintenir «Viva for life»: «Reste à savoir comment…» « Viva for Life » aura bien lieu. » Tel est le message posté sur les réseaux sociaux par les organisateurs sur leur page Facebook. Le rendez-vous est donc maintenu du 17 au 23 décembre, « reste à savoir comment… ». « Les enfants et les associations ont besoin de vous », ajoute-t-on. Depuis le 25 novembre, les équipes de la RTBF s’attellent au montage du célèbre cube pour la neuvième édition du projet visant à lutter contre la pauvreté infantile. Et toutes les options sont envisagées pour la tenue de l’événement : prévu avec Covid Safe Ticket et masque obligatoire, le huis clos depuis la Grand-Place de Tournai n’est pas exclu. « Dès que les mesures sanitaires et les protocoles d’accueil seront connus, nous vous les communiquerons », précise encore l’organisation. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength À lire aussi Coronavirus: les chiffres laissent entrevoir un pic… mais les mesures se durcissent Le 3/12/2021 à 20:13
www.lesoir.be
Taxi : plus de blocage de la circulation en vue à Bruxelles
Les chauffeurs de taxis mobilisés depuis 09h00 vendredi devant le parlement bruxellois se sont dispersés vers 16h30, à l'issue de rencontres au siège d'Ecolo et puis avec les signataires de la proposition d'ordonnance "Sparadrap" des partis DéFi, one.brussels, Groen et Open VLD.
www.lalibre.be
Kerstvakantie met een week verlengd: hoe regel je dat als werkende ouder?
Heel wat ouders zullen het vandaag met tegenzin aangehoord hebben: de kerstvakantie wordt met een week verlengd en duurt dit jaar drie weken. Opnieuw op zoek naar opvang zodat je aan het werk kan blijven. Maar wat zijn je rechten als werkende ouder eigenlijk? Kan je zomaar je vakantie vervroegen of tijdelijke werkloosheid opnemen?
www.hbvl.be
Un expert après le Codeco: «C’est à se rouler par terre»
Un expert après le Codeco: «C’est à se rouler par terre» Photo News. Résignés à ce que leurs recommandations ne soient entendues qu’à moitié ou trop tard et conscients que c’est au politique de trancher in fine, plusieurs experts du Gems se retranchaient vendredi derrière le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke, qui a qualifié l’accord de « décevant ». Rien d’étonnant puisque les mesures phares préconisées pour limiter la pression sur les soins de santé, comme la fermeture immédiate des écoles pour une période de dix jours au moins ou celle de l’horeca dès 20 heures, n’ont pas été retenues par le politique. Pas plus que le retour d’une bulle sociale pas forcément contraignante mais qui aurait eu le mérite de définir un cadre dans la limitation des contacts préconisée. Les experts ont en revanche été entendus sur le port du masque dès 6 ans à l’école – que les ministres de l’Enseignement refusaient farouchement jusqu’ici – et sur la limitation des grands rassemblements au-delà de 200 personnes. À lire aussi Pourquoi l’épidémie repart, y compris parmi les vaccinés? L’explication de Marius Gilbert Bon an mal an, le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt) relève « quelques anomalies dans un paquet de mesures favorables » retenues par le gouvernement dans le rapport du Gems qu’il a contribué à rédiger. Au rang des aberrations, il cite notamment le maintien des matchs de la Champions League avec des stades remplis de supporters qui exhortent leurs équipes en criant et en chantant : « Ce n’est pas une bonne idée, pas plus que la foule qui s’agglutine dans les marchés de Noël. Alors, c’est vrai qu’à l’extérieur, le risque d’infection est moindre, mais pas pour les événements de masse comme ceux-là. » « A se rouler par terre » L’expert du Gems qui s’était exprimé récemment sur le rôle actuel de l’école comme moteur de l’épidémie se félicite en revanche du port du masque dès la 1re primaire (espérant toutefois qu’il soit appliqué) et de la venue tant attendue de capteurs de CO2 dans les classes avec une norme bien établie. Quant au fait de différer la fermeture des écoles à la semaine précédant Noël, le biostatisticien demande à voir si, dans les faits, les fermetures ne vont pas s’accélérer dans les deux semaines qui viennent, tant l’incidence est forte dans les écoles flamandes comme francophones. À lire aussi Le Comité de concertation ajuste le tir, mais les fêtes ne sont pas encore sauvées Un autre expert module, en off, sans mâcher ses mots : « C’est à se rouler par terre. L’arrêt de l’école le 18 décembre fait plaisir à deux entités : le virus… et les parents qui partent aux sports d’hiver ! L’exemple même du marchandage à la belge. On va refroidir un moteur qui a priori ne sera plus en surchauffe majeure… » « On ne combat pas une épidémie avec de l’espoir » Prompt à dénoncer les mesures chèvre-choutistes, le virologue Marc Van Ranst (KULeuven), également membre du Gems, n’a pas caché son irritation au micro de la chaîne de télé flamande VTM : « On est toujours en retard », a-t-il déploré. « Parfois, il faut être audacieux. Des masques buccaux dans les écoles dès l’âge de six ans et des compteurs de CO2 obligatoires dans les salles de classe : cela aurait pu être fait il y a un an ! Le problème ne se serait pas posé dans les écoles. » Il s’est dit par ailleurs « un peu surpris » que le secteur de la restauration puisse rester ouvert jusqu’à 23 heures. « C’est un risque. Cela pourrait bien se passer, et espérons-le. Mais on ne combat pas une épidémie avec de l’espoir. » Les experts du Gems l’ont écrit noir sur blanc dans leur dernier rapport : la mise en pratique de leurs recommandations a souvent été inefficace. Ils ont cette fois été partiellement entendus. Mais ils soulèvent des incohérences et dénoncent des mesures prises trop tard. 1 Par Anne-Sophie Leurquin et Maxime Biermé Le 3/12/2021 à 20:12
www.lesoir.be
Codeco: «L’exemple même du marchandage à la belge», déplore un expert
Codeco: «L’exemple même du marchandage à la belge», déplore un expert «On est toujours en retard. Parfois, il faut être audacieux», insiste le virologue Marc Van Ranst. - Photo News Résignés à ce que leurs recommandations ne soient entendues qu’à moitié ou trop tard et conscients que c’est au politique de trancher in fine, plusieurs experts du Gems se retranchaient vendredi derrière le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke, qui a qualifié l’accord de « décevant ». Rien d’étonnant puisque les mesures phares préconisées pour limiter la pression sur les soins de santé, comme la fermeture immédiate des écoles pour une période de dix jours au moins ou celle de l’horeca dès 20 heures, n’ont pas été retenues par le politique. Pas plus que le retour d’une bulle sociale pas forcément contraignante mais qui aurait eu le mérite de définir un cadre dans la limitation des contacts préconisée. Les experts ont en revanche été entendus sur le port du masque dès 6 ans à l’école – que les ministres de l’Enseignement refusaient farouchement jusqu’ici – et sur la limitation des grands rassemblements au-delà de 200 personnes. À lire aussi Pourquoi l’épidémie repart, y compris parmi les vaccinés? L’explication de Marius Gilbert Bon an mal an, le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt) relève « quelques anomalies dans un paquet de mesures favorables » retenues par le gouvernement dans le rapport du Gems qu’il a contribué à rédiger. Au rang des aberrations, il cite notamment le maintien des matchs de la Champions League avec des stades remplis de supporters qui exhortent leurs équipes en criant et en chantant : « Ce n’est pas une bonne idée, pas plus que la foule qui s’agglutine dans les marchés de Noël. Alors, c’est vrai qu’à l’extérieur, le risque d’infection est moindre, mais pas pour les événements de masse comme ceux-là. » « A se rouler par terre » L’expert du Gems qui s’était exprimé récemment sur le rôle actuel de l’école comme moteur de l’épidémie se félicite en revanche du port du masque dès la 1re primaire (espérant toutefois qu’il soit appliqué) et de la venue tant attendue de capteurs de CO2 dans les classes avec une norme bien établie. Quant au fait de différer la fermeture des écoles à la semaine précédant Noël, le biostatisticien demande à voir si, dans les faits, les fermetures ne vont pas s’accélérer dans les deux semaines qui viennent, tant l’incidence est forte dans les écoles flamandes comme francophones. À lire aussi Le Comité de concertation ajuste le tir, mais les fêtes ne sont pas encore sauvées Un autre expert module, en off, sans mâcher ses mots : « C’est à se rouler par terre. L’arrêt de l’école le 18 décembre fait plaisir à deux entités : le virus… et les parents qui partent aux sports d’hiver ! L’exemple même du marchandage à la belge. On va refroidir un moteur qui a priori ne sera plus en surchauffe majeure… » « On ne combat pas une épidémie avec de l’espoir » Prompt à dénoncer les mesures chèvre-choutistes, le virologue Marc Van Ranst (KULeuven), également membre du Gems, n’a pas caché son irritation au micro de la chaîne de télé flamande VTM : « On est toujours en retard », a-t-il déploré. « Parfois, il faut être audacieux. Des masques buccaux dans les écoles dès l’âge de six ans et des compteurs de CO2 obligatoires dans les salles de classe : cela aurait pu être fait il y a un an ! Le problème ne se serait pas posé dans les écoles. » Il s’est dit par ailleurs « un peu surpris » que le secteur de la restauration puisse rester ouvert jusqu’à 23 heures. « C’est un risque. Cela pourrait bien se passer, et espérons-le. Mais on ne combat pas une épidémie avec de l’espoir. » Les experts du Gems l’ont écrit noir sur blanc dans leur dernier rapport : la mise en pratique de leurs recommandations a souvent été inefficace. Ils ont cette fois été partiellement entendus. Mais ils soulèvent des incohérences et dénoncent des mesures prises trop tard. Par Anne-Sophie Leurquin et Maxime Biermé Le 3/12/2021 à 20:12
www.lesoir.be
Jeunesse: une nouvelle décision prise dans la foulée du Comité de concertation
Jeunesse: une nouvelle décision prise dans la foulée du Comité de concertation La ministre de la Jeunesse Valérie Glatigny Les activités organisées par le secteur de la jeunesse qui se déroulent en intérieur sont suspendues à partir de lundi, annonce la ministre de la Jeunesse Valérie Glatigny vendredi dans un communiqué. Les activités en extérieur restent bien permises moyennant les règles actuelles. Cette décision a été prise à la suite d’une réunion avec le secteur, consécutive au Comité de concertation. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Les décisions du Codeco laissent les écoles perplexes: "Suspendre les cours une semaine avant la date prévue servira-t-il à quelque chose ?"
Les annonces du Comité de concertation de ce vendredi laissent les acteurs de l'enseignement perplexes.
www.lalibre.be
Les activités de jeunesse à l’intérieur suspendues à partir de lundi
Les activités organisées par le secteur de la jeunesse qui se déroulent en intérieur sont suspendues à partir de lundi, annonce la ministre de la Jeunesse Valérie Glatigny vendredi dans un communiqué. Les activités en extérieur restent bien permises moyennant les règles actuelles.
www.7sur7.be
9-jarig meisje gered van uithuwelijking in Afghanistan: “Ze hebben me een nieuw leven gegeven”
Een negenjarig meisje is in Afghanistan gered na een uithuwelijking. Parwana werd vorige maand voor de camera van de Amerikaanse nieuwszender CNN voor twee duizend euro verkocht aan een man van 55 jaar oud. Een fortuin voor de vader van het meisje, die geen andere uitweg zag. Een Amerikaanse vzw die strijdt tegen kindhuwelijken heeft het meisje nu kunnen vrijkopen.
HLN.be
Le secteur culturel réagit aux annonces du Codeco: "Limiter les jauges à 200 spectateurs est totalement absurde !"
Pour le monde de la culture, les restrictions décidées par le Comité de concertation ce vendredi sont une véritable douche froide.
www.lalibre.be
9-jarig meisje gered van huwelijk met 55-jarige man die haar voor 2000 euro kocht: “Ze hebben me een nieuw leven gegeven”
Een negenjarig meisje is in Afghanistan gered na een uithuwelijking. Parwana werd vorige maand voor de camera van de Amerikaanse nieuwszender CNN voor tweeduizend euro verkocht aan een man van 55 jaar oud. Een fortuin voor de vader van het meisje, die geen andere uitweg zag. Een Amerikaanse vzw die strijdt tegen kindhuwelijken heeft het meisje nu kunnen vrijkopen.
HLN.be
Caroline Désir aux enfants: “Vous n’êtes pas responsables” de l’épidémie
La ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir a tenu à rassurer les enfants, vendredi soir sur le plateau du JT de RTL Info. “Vous n’êtes pas responsables” de l’épidémie de Covid-19 alors qu’ils ont beaucoup été pointés du doigt ces derniers temps comme “moteurs” de la propagation du virus. Elle a également regretté que l’enseignement soit “le seul secteur à nouveau lourdement mis à contribution”.
www.7sur7.be
Un bar à Louvain-la-Neuve ferme sans avoir perçu son indemnité Covid-19: “Bla, bla, bla...”
Le bar “Onlywood” (ou plutôt un de ses employés) est accusé de délits sexuels à Louvain-la-Neuve même si début novembre, aucune plainte officielle n’avait été transmise à la justice. Qu’à cela ne tienne! Le collectif féministe, La Meute, a mené une campagne pour qu’il soit boycotté et il est arrivé à ses fins.
www.7sur7.be
Saint-Trond - Union SG: les Bruxellois peuvent reprendre de l’avance en tête (direct à 20h45)
Saint-Trond - Union SG: les Bruxellois peuvent reprendre de l’avance en tête (direct à 20h45) Photonews La 17e journée de D1A, la dernière de la phase aller de la phase classique, débute ce vendredi par un duel entre Saint-Trond et l’Union Saint-Gilloise. Les Bruxellois, leaders de championnat, tenteront de relancer leur spirale positive après leur défaite il y a une semaine contre Oud-Heverlee Louvain. La compo de l’Union : Moris, Bager, Burgess, Van der Heyden, Teuma, Nielsen, Lapoussin, Nieuwkoop, Mitoma, Vanzeir, Undav Le direct commenté Les statistiques du match Le classement Battu vendredi dernier, le leader compte bien se reprendre et éviter de perdre encore des plumes. Le 3/12/2021 à 20:01
www.lesoir.be
N-VA en PS vinden elkaar in schoolstrijd tegen Vandenbroucke, maar moeten wel mondmasker slikken
“Teleurstellend”, vindt minister van Volksgezondheid Frank Vandenbroucke (Vooruit) de verstrengingen in het onderwijs. Maar bij PS en N-VA haalt men opgelucht adem: zij hebben een sluiting van de scholen op korte termijn kunnen tegenhouden, ook al zijn ze daarvoor wel van enkele principes moeten afstappen. “Maar die ene week voor de kerstvakantie, dat is toch meer voorlezen en kerstfeestjes hé.”
HLN.be
RECONSTRUCTIE. Hoe N-VA en PS elkaar vonden in schoolstrijd tegen Vandenbroucke, maar wel mondmasker moesten slikken
“Teleurstellend”, vindt minister van Volksgezondheid Frank Vandenbroucke (Vooruit) de verstrengingen in het onderwijs. Maar bij PS en N-VA haalt men opgelucht adem: zij hebben een sluiting van de scholen op korte termijn kunnen tegenhouden, ook al zijn ze daarvoor wel van enkele principes moeten afstappen. “Maar die ene week voor de kerstvakantie, dat is toch meer voorlezen en kerstfeestjes hé.”
HLN.be
Onze hoofdredacteur Liesbeth Van Impe over Overlegcomité: “Belgische politiek is door het ijs gezakt”
Onze hoofdredacteur Liesbeth Van Impe werpt een kritische blik op de beslissingen van het Overlegcomité.
www.nieuwsblad.be
Un projet de 22 habitations à Sur le Mont mobilise les riverains de Tilff
Près de 900 personnes ont déjà signé une pétition visant à s’opposer à un projet, à peine naissant, de lotissement à Sur le Mont, un quartier de Tilff, à deux pas du Sart Tilman. Projet qui prévoit au moins 22 habitations.
Lameuse.be
Les confidences de Selim Amallah: «Je ne suis pas un individualiste»
Les confidences de Selim Amallah: «Je ne suis pas un individualiste» S. Smets Absent jeudi face au Beerschot en raison d’un coup direct sur la hanche reçu quatre jours plus tôt à Gand, Selim Amallah devrait signer son retour aux affaires ce dimanche soir à l’occasion du choc wallon entre le Standard et Charleroi. En préface de ce rendez-vous qui reste, en Wallonie, l’un des incontournables du championnat, le maître à jouer de Sclessin nous a accordé une longue interview. En étant comme il est sur le terrain et en dehors, accrocheur, combatif et sans fard. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength
www.lesoir.be
Les confidences de Selim Amallah: «Je ne suis pas un individualiste»
En exclusivité pour Sudinfo, Selim Amallah se confie avant le choc wallon de dimanche entre le Standard et Charleroi. Sur le niveau de jeu de l’équipe liégeoise, son rôle, sa relation avec Leye et les supporters rouches et ses envies d’ailleurs.
Lameuse.be
De Ridder haakt geblesseerd af voor Union
Geen Steve De Ridder op het wedstrijdblad bij STVV voor het duel op Stayen tegen competitieleider Union. De ervaren middenvelder van de Kanaries haakte in laatste instantie af met een rugblessure. Over de ernst van zijn blessure is nog niets bekend.
www.hbvl.be
GP d’Arabie saoudite: la deuxième séance d’essais libres écourtée après un crash de Leclerc (vidéo)
GP d’Arabie saoudite: la deuxième séance d’essais libres écourtée après un crash de Leclerc (vidéo) EPA La deuxième séance d’essais libres du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite a été écourtée en raison d’une sortie de route de la Ferrari de Charles Leclerc vendredi sur le Circuit urbain de Jeddah (6,174 km). Le pilote monégasque, 24 ans, est sorti seul de sa voiture qui a subi de gros dégâts. L’accident s’est produit cinq minutes avant le terme de la séance. Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), qui avait devancé de peu le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) lors de la première séance, a été crédité encore du meilleur chrono (1:29.018) devant son équipier le Finlandais Valtteri Bottas, 2e à 61/1000es de seconde. Verstappen est 4e à 2/10es d’Hamilton et derrière le Français Pierre Gasly (Alpha Tauri). Verstappen possède 8 points d’avance au championnat sur le septuple champion du monde et triple tenant alors qu’il reste 52 points au maximum à gagner. Il peut devenir champion du monde dimanche s’il marque 18 points de plus que son rival. La troisième séance est programmée samedi à 17 heures (15 heures belges) et les qualifications à 20 heures (18 heures belges). Le départ du 21e des 22 Grands Prix du championnat du monde sera donné dimanche à 20h30 (18h30 belges). Le 22e et ultime Grand Prix de la saison se courra le 12 décembre à Abou Dhabi. Hamilton s’est une nouvelle fois montré le plus rapide sur le circuit de Jeddah. Par Belga Le 3/12/2021 à 19:57
1 h
www.lesoir.be
Le MR et la N-VA s’en prennent à la ministre de l’Énergie
La N-VA et le MR s’en sont pris vendredi à la ministre fédérale de l’Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), après la note qu’elle a remise au comité ministériel restreint qui se penche vendredi sur la sortie du nucléaire.
1 h
www.7sur7.be
Le message de Caroline Désir aux enfants: «Vous n’êtes pas responsables» (vidéo)
Le message de Caroline Désir aux enfants: «Vous n’êtes pas responsables» (vidéo) Dominique Duchesnes. La ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir a tenu à rassurer les enfants, vendredi soir sur le plateau du JT de RTL Info. « Vous n’êtes pas responsables » de l’épidémie de covid-19 alors qu’ils ont beaucoup été pointés du doigt ces derniers temps comme « moteurs » de la propagation du virus. Elle a également regretté que l’enseignement soit « le seul secteur à nouveau lourdement mis à contribution ». Si de nombreuses contaminations sont détectées chez les 0-9 ans, cela s’explique simplement parce qu’ils n’ont pas encore eu accès à la vaccination, a souligné Mme Désir. « Vous n’êtes pas responsables (…), ce n’est pas de votre faute », a-t-elle adressé aux enfants. Les mesures prises – port du masque dès 6 ans, hybridation de l’enseignement supérieur, congés anticipés pour le maternel et le primaire – « ne sont pas une punition, il ne faut pas le vivre comme ça », a-t-elle demandé. « On va vous aider » « On sait que c’est difficile, le port du masque c’est difficile, mais on va vous aider », a promis la ministre, ajoutant qu’il avait été demandé aux instituteurs et institutrices d’accompagner les élèves, notamment en permettant des moments de pause. « C’est à nous, adultes, à prendre nos responsabilités, à nous protéger, à respecter les gestes barrières, à limiter nos contacts entre adultes », a-t-elle plaidé. « On va essayer ensemble de franchir ce cap. » La ministre Désir a aussi tenu à s’adresser aux adolescents, confrontés au retour d’un enseignement hybride entre présentiel et distanciel à partir de mercredi « s’il n’y a pas d’examens ». Les évaluations se tiendront en effet en présentiel. Ce mode hybride est mis en place « pour une durée limitée dans le temps. Ce n’est pas le modèle que nous voulons », a insisté Caroline Désir, soulignant que cet enseignement avait été difficile à vivre tant pour les adolescents que pour le corps professoral l’an dernier. « On vous demande de nous aider à passer le cap, ces efforts sont demandés pour retrouver une scolarité normale. » « On arrivera à redémarrer en janvier en présentiel », a pronostiqué la ministre, optimiste. La ministre socialiste regrette que l’enseignement soit « le seul secteur à nouveau lourdement mis à contribution ». Par Belga Le 3/12/2021 à 19:53
1 h
www.lesoir.be
George Clooney weigerde klusje dat hem 31 miljoen euro zou opbrengen voor één dag werk
Eén dag werken en 31 miljoen euro verdienen. Er zijn maar weinig mensen die dat aanbod zouden afslaan. Maar acteur George Clooney (60) deed het wel. Dat heeft hij gezegd in een interview met The Guardian.
1 h
www.hbvl.be
Achter het masker van Baba Yega: “Op mijn 18de nam ik een andere identiteit aan”
Op het podium transformeert Lucas Cabanier (25) tot lid van Baba Yega, de mysterieuze dansgroep van Studio 100. Maar ook in het echte leven nam hij enkele jaren geleden een nieuwe identiteit aan. Dat vertelt hij tijdens een openhartige wandeltocht door Turnhout, waar hij opgroeide én de dansmicrobe te pakken kreeg.
1 h
www.hbvl.be
Football Talk. 15.000 tickets voor Dortmund-Bayern op halfuur uitverkocht - Wout Asselman (16), zoon van, tekent eerste profcontract bij AA Gent
Wout Asselman, 16 jaar, tekende zijn eerste profcontract bij AA Gent. Wout is de zoon van Patrick Asselman (53), ex-voetballer bij Standard en KV Mechelen en tot voor kort assistent-trainer van de doorgestuurde Mbaye Leye bij de Rouches. Wout Asselman, die ook enkele jaren bij Anderlecht voetbalde, is linksvoetig en speelt op ‘6' of ‘8'. Hij is international bij de U17. Papa Patrick zegt ‘trots’ te zijn. (SK)
1 h
HLN.be