Vers un Covid Safe Ticket au travail? Le ministre Dermagne invite à la prudence, la FGTB s'y oppose

Le ministre fédéral de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne, invite jeudi à la prudence à propos d'une introduction du covid safe ticket dans les entreprises.
Read full article on: lalibre.be
Agressions sexuelles au cimetière d'Ixelles: un policier ciblé par une enquête interne
Un inspecteur bruxellois aurait travaillé illégalement comme agent de sécurité dans un café ixellois visé par de nombreux témoignages relatant des faits d'agression sexuelle. Le dossier a été transmis au parquet, rapporte Le Soir mercredi.
4 m
www.7sur7.be
Coronavirus: avec 40 décès au quotidien, la Belgique dépasse la barre des 27.000 morts du Covid-19
Les chiffres de l'épidémie de coronavirus en Belgique de ce mercredi 1er décembre.
6 m
www.lalibre.be
Voici le système de Veljkovic pour payer Jankovic, Leko, Hasi et six autres entraîneurs au noir
L’agent de joueurs Dejan Veljkovic n’a pas uniquement offert des commissions en dessous de la table à des dirigeants et entraîneurs, il a aussi mis en place des montages financiers avec certains clubs pour payer des salaires déguisés à des entraîneurs.
7 m
www.dhnet.be
"On a soif", "E viva Mexico", "Jules César": retour sur les plus grands hits du Grand Jojo
Le chanteur bruxellois Le Grand Jojo est décédé le 1er décembre 2021 à l'âge de 85 ans des suites d'une longue maladie. Retour sur ses plus grand hits.
8 m
www.lalibre.be
Woensdag blijft wisselvallig
Woensdag start eerst regenachtig en winderig. Later wordt het wisselvallig met enkele opklaringen maar ook buien. De maxima schommelen van 5 tot 10 graden, meldt het KMI. Ook de rest van de week blijft het wisselvallig.
9 m
De Standaard
"On a soif", "E viva Mexico", "Jules César": retour sur les plus grands hits du Grand Jojo
Le chanteur bruxellois Le Grand Jojo est décédé le 1er décembre 2021 à l'âge de 85 ans des suites d'une longue maladie. Retour sur ses plus grand hits.
www.dhnet.be
Erika Vlieghe over vierde golf: “Een kerstfeest met 50 gasten plannen lijkt me onverstandig”
“Ontzettend gefrustreerd.” Dat was Erika Vlieghe, infectiologe en voorzitter van adviesgroep Gems, midden september toen het Overlegcomité besliste dat mondmaskers bijna nergens meer verplicht waren. “We zagen toen als experts de bui al hangen. Voor die beslissing betalen we nu de prijs”, zo zegt ze in een interview met Knack.
www.hbvl.be
Luca Brecel weer boven water: 6-0 tegen Stephen Maguire op UK Championship
Luca Brecel (WS-40) heeft zich in het Engelse York met brio voor de achtste finales van het UK Championship geplaatst. De 26-jarige Limburger gaf de Schot Stephen Maguire (WS-8), de toernooiwinnaar van 2004 en runner-up van 2007 en 2019, een 6-0 bolwassing. Brecel: “Er resten mij nog twintig jaar om mijn volle potentieel te bereiken.”
HLN.be
Zeven eersteklassers zouden valse facturen aan Veljkovic betaald hebben, maar zwart geld circuleerde vooral bij KV Mechelen
Uit het memorandum van spijtoptant Dejan Veljkovic blijkt dat vooral geld uit de clubkas van KV Mechelen verdween. Bij minstens vijftien in- of uitkomende transfers zou er zo’n 261.000 euro zwart geld blijven plakken zijn bij financieel directeur Thierry Steemans. Diens advocaat ontkent “met klem”. “Men gelooft de boekhouding van een crimineel. Later zal blijken dat dat fout was.”
HLN.be
“De grootste teleurstelling uit mijn carrière”: Yannick Thoelen wil kans in beker grijpen na moeilijke maanden
Yannick Thoelen (31) beleeft een moeilijke periode. Zo geeft de doelman van KV Mechelen zelf aan. Hij verloor begin dit seizoen zijn plaats onder de lat aan Gaëtan Coucke (23) en bleef maanden aan de bank gekluisterd. Vanavond krijgt hij in de bekermatch tegen Cercle Brugge nog eens zijn kans. “Ik doe er alles aan om terug dé nummer één van KV te worden.”
HLN.be
Zeven eersteklassers zouden valse facturen aan Veljkovic betaald hebben, maar zwart geld circuleerde vooral bij KV Mechelen
Uit het memorandum van spijtoptant Dejan Veljkovic blijkt dat vooral geld uit de clubkas van KV Mechelen verdween. Bij minstens vijftien in- of uitkomende transfers zou er zo’n 261.000 euro zwart geld blijven plakken zijn bij financieel directeur Thierry Steemans. Diens advocaat ontkent “met klem”. “Men gelooft de boekhouding van een crimineel. Later zal blijken dat dat fout was.”
HLN.be
Familie van jongen (9) die omkwam op festival weigert geld Travis Scott voor uitvaart
De familie van de 9-jarige jongen die eerder deze maand overleed tijdens het Astroworld Festival heeft geld van Travis Scott voor de uitvaart geweigerd. De rapper en bedenker van het festival in Houston had aangeboden de uitvaart van het kind te betalen, maar de familie wil dat niet.
HLN.be
Familie van jongen (9) die omkwam op festival weigert geld Travis Scott voor uitvaart
De familie van de 9-jarige jongen die eerder deze maand overleed tijdens het Astroworld Festival heeft geld van Travis Scott voor de uitvaart geweigerd. De rapper en bedenker van het festival in Houston had aangeboden de uitvaart van het kind te betalen, maar de familie wil dat niet.
HLN.be
Le Roi se rend à Rome malgré le report de la visite d'État en Italie
Le roi Philippe passera la journée de mercredi à Rome à l'occasion d'une visite officielle. Il rencontrera notamment le président de la République italienne Sergio Mattarella, le Premier ministre Mario Draghi et le maire de Rome Roberto Gualtieri.
www.7sur7.be
Le Roi se rend à Rome malgré le report de la visite d'État en Italie
Le roi Philippe passera la journée de mercredi à Rome à l'occasion d'une visite officielle. Il rencontrera notamment le président de la République italienne Sergio Mattarella, le Premier ministre Mario Draghi et le maire de Rome Roberto Gualtieri.
www.7sur7.be
Un démarrage tardif puis une série de succès: le Grand Jojo, c'est 50 ans au service de la fête
Il a signé des dizaines de titres qui ont fait chanter et danser parfois la planète entière.
www.lalibre.be
Météo: de la pluie et du vent
La météo de ce mercredi 1er décembre.
www.lalibre.be
Comment booster son système immunitaire grâce au petit déjeuner ?
Comment booster son système immunitaire grâce au petit déjeuner ? Lire l’article. Vous vous sentez fatigué et vous avez l'impression de lutter contre tous les petits virus de saison ? Et si on renforçait son immunité grâce au premier repas de la journée ? Le 1/12/2021 à 06:57
www.lesoir.be
La Belgique de papa perd le Grand Jojo
La Belgique de papa perd le Grand Jojo BELGA. En décembre 2012, le Grand Jojo nous donne rendez-vous au Greenwich, un vieux café calme, fraîchement rénové, du centre de Bruxelles, où les habitués du quartier prennent le temps de jouer aux échecs. Perpétuellement bronzé – il vit à Grand-Bigard mais adore voyager –, Jean est détendu et souriant. « J’ai commencé en 1953. J’ai eu l’occasion de rencontrer Brel et beaucoup d’autres. C’est méconnu. Je suis un peu Dr. Jekyll et Mr. Hyde car ma vie de tous les jours est très différente de ce que je fais. Ce que j’ai fait en disques, ce sont des fantasmes, des délires, comme Jean-Luc Fonck. » C’est ainsi qu’il aimait se définir : un homme méconnu. Né Jules Jean à Ixelles le 6 juillet 1936. il est devenu JJ à l’école puis Grand Jojo. Mais tout le monde l’appelle Jean. « Je suis né à Ixelles, le mois où on a voté les congés payés. D’où mon goût immodéré pour les voyages », s’amuse-t-il à dire. « Mon papa était plombier zingueur, d’une famille de huit enfants qui s’était installée dans les Marolles. Lui était donc un vrai Marollien de souche. Ma maman était dactylo chez Michelin. J’ai passé la majorité de mon enfance à Koekelberg. Comme mes parents travaillaient beaucoup, j’ai été élevé par mes grands-parents maternels, de vrais Bruxellois eux aussi. Durant l’Occupation, j’étais un jour avec mon grand-père dans le tram. Et les Allemands faisaient souvent des rafles. L’officier monte et gueule « Rauss » (dehors). Il demande « papieren » à mon grand-père qui lui dit en bruxellois : « kus mijn kluten » (embrasse mes couilles). Et moi j’ai déjà fait rire tout le tram en ajoutant en dialecte : « et les miennes aussi ! » Une enfance heureuse L’enfance de Jean est plutôt heureuse. Ses parents sont unis et il va à l’école jusqu’à 15 ans quans il dit à son père qu’il voulait être artiste. « J’étais fasciné par Saint-Germain-des-Prés à Paris : l’existentialisme, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, le jazz, Miles, Gréco, Boris Vian. Ces gens me passionnaient. Je lisais Sartre, je fréquentais les boîtes de jazz de la Petite rue des Bouchers, comme la Rose Noire. Barbara, Brel, Moustaki, on les côtoyait… Brel jouait à l’étage devant des chaises vides, on l’appelait le boy-scout. Et nous, on était en bas pour le jazz. Je participais parfois à des jam sessions car j’étais un peu percussionniste. Depuis tout petit, je tapais sur tout. » Jean veut être musicien mais son père n’est pas d’accord. Jean lui dit qu’il veut donc être peintre. « Peintre en bâtiment », me dit-il. « Il a accepté que j’aille à l’académie à condition que je travaille. Je suis donc rentré à 16 ans dans une boîte qui vendait la brillantine Roja, du mascara, etc. Je remettais mon salaire à mes parents. C’est comme ça que j’ai aussi appris l’illustration, le lettrage et le dessin publicitaire à l’académie. Je me suis fait de l’argent de poche en allant dans les cafés faire les décorations. J’ai eu mon diplôme de décorateur et étalagiste avant mon service militaire. Après l’armée, je vois une annonce de Cado Radio, à la Toison d’Or, qui demandait un étalagiste. Je me présente à ce magasin d’électroménager. Et puis je parle avec le boss de Miles Davis, Sonny Rollins, Blue Note… Il était étonné que je connaisse tout cela. Il m’a du coup engagé au double du salaire comme spécialiste en disques jazz. Cela faisait un an qu’il en cherchait un. » Vendeur de disques C’est comme ça que Jean commence à vendre des disques. En 1959, il est engagé chez National Music qui s’occupait des grandes marques de juke-boxes. « J’ai été responsable de l’approvisionnement de 28.000 juke-boxes, des Würlitzer, des Rock Ola, etc. Marc Aryan et Adamo venaient avec leur boîte de disques. On avait plus de force que les radios avec nos juke-boxes qu’on livrait avec les disques. J’ai vécu là mes plus belles années, celles de l’Expo 58. J’étais fourré là tous les jours. Les filles étaient jolies, je n’étais pas marié, je m’habillais en zazou, avec des blue suede shoes. J’avais un costume café au lait. Mon père devenait fou. Ces folles années bruxelloises ont duré jusqu’à la fin des années 60. » Le passionné de jazz devient un chanteur ambianceur quand les cafetiers lui demandent des disques pour faire des farandoles. « Je n’en avais pas de ces disques populaires. Un peu genre Annie Cordy. Ça se limitait aux accordéonistes et à l’orgue sinon. Comme je faisais aussi un peu de bande dessinée, je me suis dit qu’on pourrait faire des chansons avec des petits textes de BD. Une petite histoire. Je commence à écrire quelques chansons et dès 1969, mes disques passaient dans les juke-boxes. J’avais signé avec une petite boîte, Olympia. C’était chouette, tout le monde s’amusait. En 1971, le label Vogue, dont j’étais le client, m’a proposé un contrat. J’ai dit oui, je veux bien faire de la musique populaire mais avec de gros moyens et les meilleurs studios. J’ai choisi quelque chose qui marchait car à l’époque, le jazz ça ne payait pas. » Chanteur à succès Ainsi Jean devient-il le Grand Jojo, un chanteur à succès chantant que la maman de Thérèse était « madame caca dans un snack-bar du Katanga », dans « Le tango du Congo » : « Et ça a marché tout de suite. C’était décalé. Claude Barzotti était mon ami et j’allais souvent manger chez lui. Il prenait la mandolina et jouait la tarentelle. Toute la famille chantait. Ces Ritals qu’on appelait des macaronis mais sans méchanceté. Les paroles étaient au troisième degré mais c’est ça que je recherchais. C’est vrai qu’il fallait oser. Les coloniaux se sont jetés sur « Le tango du Congo ». Parfois j’ai honte de l’avoir écrit. On m’a traité de raciste. Fallait oser le faire, comme de m’habiller en Jules César. Parfois, chez moi on ne trouvait pas ça drôle mais je me mettais dans la peau du personnage. Annie Cordy faisait pareil et Sttellla aussi plus tard. À l’émission « Chansons à la carte » où on était toutes les semaines quasiment, Carlos, le chanteur, me dit de faire « Jules César » en jupette, façon gay. Quel scandale ça a fait ! Le patron de Vogue m’a engueulé, me disant que je les avais ridiculisés. Le lendemain, on en avait vendu 35.000 exemplaires. Le patron me rappelle : « Au fond, ce n’était pas une mauvaise idée. » Les Diables rouges Ainsi Jean chante-t-il pour m’amuser. Le succès de «  Chef, un p’tit verre on a soif  » est tel qu’il monte sur scène, en 1974, à l’Ancienne Belgique. « Moi qui n’avais jamais fait de scène. Le gag est devenu une vie d’enfer. Plus moyen d’en sortir… Fin des années 70, j’ai même passé des examens à la Province du Brabant où j’ai travaillé comme fonctionnaire au service social. Dans l’anonymat. Pour retomber sur terre. En 1980, j’ai tout arrêté. Ça m’effrayait et me déboussolait ce succès. Je ne voulais pas vivre en France. Je commençais à picoler. Je travaillais jour et nuit. Je me détruisais. Je n’ai donc plus voulu continuer. C’était trop lourd. Je n’avais plus de vie familiale. J’étais marié, j’avais une fille… Et puis j’étais boudé par les médias qui me trouvaient ringard. ». Et puis arrive la Coupe du Monde au Mexique en 1986, quand un producteur hollandais, Hans Kusters, lui demande de faire un disque pour le Sporting d’Anderlecht : « Je dis oui, avec les joueurs dans les chœurs. Et voilà qu’au retour des Diables rouges, je me retrouve au balcon de l’Hôtel de Ville avec eux. Ce disque s’est vendu à plus de 3 millions d’exemplaires rien qu’au Japon. 50 pays différents ont repris la chanson. Il existe des vidéos de concerts de Springsteen et des Stones avec le public chantant « Ole ole ole ole ». C’est devenu un cri de victoire. Qu’on a même entendu à la chute du Mur de Berlin. » Les drames de sa vie Le succès ne le quittera plus, il se retrouve aux Francofolies de Spa, la firme Universal le signe à nouveau, publiant compilations comme nouvel album. Jusqu’à ce que Jean décide de tout arrêter, le moral miné par la crise du covid et une santé qui se détériore. La mort, il l’avait pourtant déjà vue de près : « En octobre 1989, un peu avant Balavoine, j’ai eu un accident d’hélicoptère à Saint-Hubert. On était deux et le pilote est mort. Je m’en suis sorti miraculeusement. J’ai perdu aussi ma première femme et ma fille – le drame de ma vie – mais je refuse d’en parler. Je garde ça pour moi. Ça ne regarde personne. Je garde mes émotions. J’étais sur scène quand mon papa est décédé… Moi, je ne me suis jamais pris au sérieux. Je suis resté un grand enfant. J’ai une collection de vieux jouets des années 1950. Les petits soldats surtout, napoléoniens et de la guerre 14 puis des cow-boys et indiens… Des jouets en papier mâché peints à la main… » Ainsi nous a quittés ce grand enfant qui aura passé sa vie à rendre les gens heureux. Les Belges sont tristes aujourd’hui, ils perdent leur amuseur public, celui qui ne se prenait jamais au sérieux et qui laisse un grand vide dans notre cœur. Jules Jean Vanobbergen, plus connu sous le nom de Grand Jojo, nous a quittés à 85 ans des suites d’une longue maladie. Par Thierry Coljon Journaliste au service Culture Le 1/12/2021 à 06:53
www.lesoir.be
La Belgique de papa perd le Grand Jojo, décédé à l’âge de 85 ans
La Belgique de papa perd le Grand Jojo, décédé à l’âge de 85 ans BELGA. En décembre 2012, le Grand Jojo nous donne rendez-vous au Greenwich, un vieux café calme, fraîchement rénové, du centre de Bruxelles, où les habitués du quartier prennent le temps de jouer aux échecs. Perpétuellement bronzé – il vit à Grand-Bigard mais adore voyager –, Jean est détendu et souriant. « J’ai commencé en 1953. J’ai eu l’occasion de rencontrer Brel et beaucoup d’autres. C’est méconnu. Je suis un peu Dr. Jekyll et Mr. Hyde car ma vie de tous les jours est très différente de ce que je fais. Ce que j’ai fait en disques, ce sont des fantasmes, des délires, comme Jean-Luc Fonck. » À lire aussi mais-qui-est-donc-jules-jean-vanobbergen C’est ainsi qu’il aimait se définir : un homme méconnu. Né Jules Jean à Ixelles le 6 juillet 1936. il est devenu JJ à l’école puis Grand Jojo. Mais tout le monde l’appelle Jean. « Je suis né à Ixelles, le mois où on a voté les congés payés. D’où mon goût immodéré pour les voyages », s’amuse-t-il à dire. « Mon papa était plombier zingueur, d’une famille de huit enfants qui s’était installée dans les Marolles. Lui était donc un vrai Marollien de souche. Ma maman était dactylo chez Michelin. J’ai passé la majorité de mon enfance à Koekelberg. Comme mes parents travaillaient beaucoup, j’ai été élevé par mes grands-parents maternels, de vrais Bruxellois eux aussi. Durant l’Occupation, j’étais un jour avec mon grand-père dans le tram. Et les Allemands faisaient souvent des rafles. L’officier monte et gueule « Rauss » (dehors). Il demande « papieren » à mon grand-père qui lui dit en bruxellois : « kus mijn kluten » (embrasse mes couilles). Et moi j’ai déjà fait rire tout le tram en ajoutant en dialecte : « et les miennes aussi ! » Une enfance heureuse L’enfance de Jean est plutôt heureuse. Ses parents sont unis et il va à l’école jusqu’à 15 ans quans il dit à son père qu’il voulait être artiste. « J’étais fasciné par Saint-Germain-des-Prés à Paris : l’existentialisme, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, le jazz, Miles, Gréco, Boris Vian. Ces gens me passionnaient. Je lisais Sartre, je fréquentais les boîtes de jazz de la Petite rue des Bouchers, comme la Rose Noire. Barbara, Brel, Moustaki, on les côtoyait… Brel jouait à l’étage devant des chaises vides, on l’appelait le boy-scout. Et nous, on était en bas pour le jazz. Je participais parfois à des jam sessions car j’étais un peu percussionniste. Depuis tout petit, je tapais sur tout. » Jean veut être musicien mais son père n’est pas d’accord. Jean lui dit qu’il veut donc être peintre. « Peintre en bâtiment », me dit-il. « Il a accepté que j’aille à l’académie à condition que je travaille. Je suis donc rentré à 16 ans dans une boîte qui vendait la brillantine Roja, du mascara, etc. Je remettais mon salaire à mes parents. C’est comme ça que j’ai aussi appris l’illustration, le lettrage et le dessin publicitaire à l’académie. Je me suis fait de l’argent de poche en allant dans les cafés faire les décorations. J’ai eu mon diplôme de décorateur et étalagiste avant mon service militaire. Après l’armée, je vois une annonce de Cado Radio, à la Toison d’Or, qui demandait un étalagiste. Je me présente à ce magasin d’électroménager. Et puis je parle avec le boss de Miles Davis, Sonny Rollins, Blue Note… Il était étonné que je connaisse tout cela. Il m’a du coup engagé au double du salaire comme spécialiste en disques jazz. Cela faisait un an qu’il en cherchait un. » Vendeur de disques C’est comme ça que Jean commence à vendre des disques. En 1959, il est engagé chez National Music qui s’occupait des grandes marques de juke-boxes. « J’ai été responsable de l’approvisionnement de 28.000 juke-boxes, des Würlitzer, des Rock Ola, etc. Marc Aryan et Adamo venaient avec leur boîte de disques. On avait plus de force que les radios avec nos juke-boxes qu’on livrait avec les disques. J’ai vécu là mes plus belles années, celles de l’Expo 58. J’étais fourré là tous les jours. Les filles étaient jolies, je n’étais pas marié, je m’habillais en zazou, avec des blue suede shoes. J’avais un costume café au lait. Mon père devenait fou. Ces folles années bruxelloises ont duré jusqu’à la fin des années 60. » Le passionné de jazz devient un chanteur ambianceur quand les cafetiers lui demandent des disques pour faire des farandoles. « Je n’en avais pas de ces disques populaires. Un peu genre Annie Cordy. Ça se limitait aux accordéonistes et à l’orgue sinon. Comme je faisais aussi un peu de bande dessinée, je me suis dit qu’on pourrait faire des chansons avec des petits textes de BD. Une petite histoire. Je commence à écrire quelques chansons et dès 1969, mes disques passaient dans les juke-boxes. J’avais signé avec une petite boîte, Olympia. C’était chouette, tout le monde s’amusait. En 1971, le label Vogue, dont j’étais le client, m’a proposé un contrat. J’ai dit oui, je veux bien faire de la musique populaire mais avec de gros moyens et les meilleurs studios. J’ai choisi quelque chose qui marchait car à l’époque, le jazz ça ne payait pas. » Chanteur à succès Ainsi Jean devient-il le Grand Jojo, un chanteur à succès chantant que la maman de Thérèse était « madame caca dans un snack-bar du Katanga », dans « Le tango du Congo » : « Et ça a marché tout de suite. C’était décalé. Claude Barzotti était mon ami et j’allais souvent manger chez lui. Il prenait la mandolina et jouait la tarentelle. Toute la famille chantait. Ces Ritals qu’on appelait des macaronis mais sans méchanceté. Les paroles étaient au troisième degré mais c’est ça que je recherchais. C’est vrai qu’il fallait oser. Les coloniaux se sont jetés sur « Le tango du Congo ». Parfois j’ai honte de l’avoir écrit. On m’a traité de raciste. Fallait oser le faire, comme de m’habiller en Jules César. Parfois, chez moi on ne trouvait pas ça drôle mais je me mettais dans la peau du personnage. Annie Cordy faisait pareil et Sttellla aussi plus tard. À l’émission « Chansons à la carte » où on était toutes les semaines quasiment, Carlos, le chanteur, me dit de faire « Jules César » en jupette, façon gay. Quel scandale ça a fait ! Le patron de Vogue m’a engueulé, me disant que je les avais ridiculisés. Le lendemain, on en avait vendu 35.000 exemplaires. Le patron me rappelle : « Au fond, ce n’était pas une mauvaise idée. » Les Diables rouges Ainsi Jean chante-t-il pour m’amuser. Le succès de «  Chef, un p’tit verre on a soif  » est tel qu’il monte sur scène, en 1974, à l’Ancienne Belgique. « Moi qui n’avais jamais fait de scène. Le gag est devenu une vie d’enfer. Plus moyen d’en sortir… Fin des années 70, j’ai même passé des examens à la Province du Brabant où j’ai travaillé comme fonctionnaire au service social. Dans l’anonymat. Pour retomber sur terre. En 1980, j’ai tout arrêté. Ça m’effrayait et me déboussolait ce succès. Je ne voulais pas vivre en France. Je commençais à picoler. Je travaillais jour et nuit. Je me détruisais. Je n’ai donc plus voulu continuer. C’était trop lourd. Je n’avais plus de vie familiale. J’étais marié, j’avais une fille… Et puis j’étais boudé par les médias qui me trouvaient ringard. ». Et puis arrive la Coupe du Monde au Mexique en 1986, quand un producteur hollandais, Hans Kusters, lui demande de faire un disque pour le Sporting d’Anderlecht : « Je dis oui, avec les joueurs dans les chœurs. Et voilà qu’au retour des Diables rouges, je me retrouve au balcon de l’Hôtel de Ville avec eux. Ce disque s’est vendu à plus de 3 millions d’exemplaires rien qu’au Japon. 50 pays différents ont repris la chanson. Il existe des vidéos de concerts de Springsteen et des Stones avec le public chantant « Ole ole ole ole ». C’est devenu un cri de victoire. Qu’on a même entendu à la chute du Mur de Berlin. » À lire aussi Le Grand Jojo: le «Mundial» vu par le chantre des Diables rouges Les drames de sa vie Le succès ne le quittera plus, il se retrouve aux Francofolies de Spa, la firme Universal le signe à nouveau, publiant compilations comme nouvel album. Jusqu’à ce que Jean décide de tout arrêter, le moral miné par la crise du covid et une santé qui se détériore. La mort, il l’avait pourtant déjà vue de près : « En octobre 1989, un peu avant Balavoine, j’ai eu un accident d’hélicoptère à Saint-Hubert. On était deux et le pilote est mort. Je m’en suis sorti miraculeusement. J’ai perdu aussi ma première femme et ma fille – le drame de ma vie – mais je refuse d’en parler. Je garde ça pour moi. Ça ne regarde personne. Je garde mes émotions. J’étais sur scène quand mon papa est décédé… Moi, je ne me suis jamais pris au sérieux. Je suis resté un grand enfant. J’ai une collection de vieux jouets des années 1950. Les petits soldats surtout, napoléoniens et de la guerre 14 puis des cow-boys et indiens… Des jouets en papier mâché peints à la main… » Ainsi nous a quittés ce grand enfant qui aura passé sa vie à rendre les gens heureux. Les Belges sont tristes aujourd’hui, ils perdent leur amuseur public, celui qui ne se prenait jamais au sérieux et qui laisse un grand vide dans notre cœur. Ce mercredi 1er décembre, Jules Jean Vanobbergen, plus connu sous le nom de Grand Jojo, nous a quittés à 85 ans des suites d’une longue maladie. Par Thierry Coljon Journaliste au service Culture Le 1/12/2021 à 06:53
www.lesoir.be
Les candidats républicains taclent la “fébrilité” et le manque de “stature” de Zemmour
Les candidats du parti LR (droite) à l'investiture pour la présidentielle française ont critiqué mardi, lors de leur dernier débat télévisé sur France 2, la "fébrilité" et le manque de "stature" du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, qui vient de se lancer dans la course pour 2022.
www.7sur7.be
Les candidats républicains taclent la “fébrilité” et le manque de “stature” de Zemmour
Les candidats du parti LR (droite) à l'investiture pour la présidentielle française ont critiqué mardi, lors de leur dernier débat télévisé sur France 2, la "fébrilité" et le manque de "stature" du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, qui vient de se lancer dans la course pour 2022.
www.7sur7.be
Het dagelijks aantal besmettingen stijgt, maar opnieuw trager dan eerder: dit zijn de recentste coronacijfers
Het gemiddeld aantal nieuwe bevestigde coronabesmettingen in ons land blijft toenemen, maar minder snel. Het aantal hospitalisaties stijgt ook verder en er liggen nu meer dan 750 coronapatiënten op intensieve zorgen. Dat blijkt uit de meest recente cijfers van gezondheidsinstituut Sciensano.
www.demorgen.be
Même le grand saint Nicolas passe par l’occasion : de plus en plus de jouets en seconde main
Bien utile pour ceux qui vendent et moins cher pour ceux qui achètent : les atouts sont nombreux.
www.dhnet.be
"Des économies de bouts de chandelle", "Trop tard", "Irresponsable" : Catherine Fonck dézingue les ministres de l’Enseignement et de la Santé
La députée CDH et médecin Catherine Fonck tire à boulets rouges sur les nouvelles mesures en matière de ventilation dans les écoles.
www.dhnet.be
Décès du Grand Jojo, icône de la chanson populaire belge
Le chanteur bruxellois Le Grand Jojo est décédé le 1er décembre 2021 à l'âge de 85 ans des suites d'une longue maladie. Il avait annoncé en juin dernier prendre sa retraite après une longue carrière musicale débutée à la fin des années soixante. Son répertoire d'ambiance comprend de multiples titres emblématiques, tels que "On a soif", "Jules César" et surtout "E viva Mexico", qui ont marqué la cu...
Levif.be
Coronavirus: la Belgique dépasse la barre des 27.000 morts (infographie)
Coronavirus: la Belgique dépasse la barre des 27.000 morts (infographie) Belga Image. Entre le 24 et le 30 novembre, il y a eu en moyenne 320,4 admissions à l’hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une hausse de 10 % par rapport à la période de référence précédente, selon les chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano mis à jour mercredi matin. Au total, 3.750 personnes sont encore hospitalisées en raison du covid-19, dont 780 patients traités en soins intensifs. function get_dtkCxSegments() { if ('cxSegments' in localStorage) { // Récupération de cxSegments + initialisation de variables destinées à en limiter la longueur let cx = localStorage.getItem("cxSegments"), valueCx = cx.split(","), valueCxLimited = [], charLength = 0, limit = 2000; // Limitation de la longueur de la chaine de caractère for (var i = 0; i < valueCx.length; i++) { charLength = charLength + valueCx[i].length; if (charLength À lire aussi Les hôpitaux doivent fermer tout ce qui n’est pas vital Tous les indicateurs poursuivent leur augmentation, à l’exception d’un très léger recul du taux de reproduction du virus qui est désormais de 1,07 (-6 %). Lorsqu’il est supérieur à 1, cet indicateur signifie toutefois que l’épidémie tend toujours à s’accélérer. Par Belga Le 1/12/2021 à 06:44
www.lesoir.be
Grijze en wisselvallige start van de dag met veel wind, later deze week opnieuw kans op winterse buien
Vandaag start eerst regenachtig en winderig. Later wordt het wisselvallig met enkele opklaringen maar ook buien. De maxima schommelen van 5 tot 10 graden, meldt het KMI.
HLN.be
Faut-il agir dans les écoles, qui sont l’un des plus grands moteurs de l’épidémie ? "Ce sera difficile de sortir de cette vague sans y toucher"
Pour inverser plus rapidement la courbe, de nombreux experts prônent des mesures qui ont fait leurs preuves à l’étranger.
www.dhnet.be
"Il faut absolument boycotter ces Jeux de Pékin"
À deux mois de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Pékin, l'ancien prisonnier d'opinion tibétain Dhondup Wangchen aimerait convaincre les Européens.
www.lalibre.be
Ziekenhuizen moeten alle niet-dringende zorg uitstellen wegens vele covidpatiënten: om deze ingrepen gaat het
De ziekenhuizen in ons land moeten alle niet-dringende zorg onmiddellijk met twee weken uitstellen. Dat staat in een rondzendbrief van het Hospital & Transport Surge Capacity Comité (HTSC), het overlegorgaan van de overheid en de ziekenhuizen. Dat wordt bevestigd aan onze redactie. Ziekenhuizen die bedden op een afdeling intensieve zorg hebben gesloten, worden gevraagd deze te heropenen.
www.demorgen.be
Ziekenhuizen moeten alle niet-dringende zorg twee weken uitstellen en bedden vrijhouden voor covidpatiënten
De ziekenhuizen in ons land moeten alle niet-dringende zorg onmiddellijk met twee weken uitstellen. Dat staat in een rondzendbrief van het Hospital & Transport Surge Capacity Comité (HTSC), het overlegorgaan van de overheid en de ziekenhuizen. Dat wordt bevestigd aan onze redactie. Ziekenhuizen die bedden op een afdeling intensieve zorg hebben gesloten, worden gevraagd deze te heropenen.
www.demorgen.be
Zes op de tien ouders vrezen nu al overvolle zomerkampen
Heel wat ouders vrezen dat zomerkampen in 2022 vroegtijdig volzet zullen zijn. Dat blijkt uit een onderzoek bij 1.000 Vlaamse ouders in opdracht van Heyo, een fusie van Idee Kids en Kriebels en Kuren van Groep OZ. Vanaf woensdag kunnen ouders hun kinderen inschrijven voor zomerkampen van Heyo, en dat veroorzaakt bij zes op de tien stress.
www.hbvl.be
"Pour les jeunes, le sida est une maladie de vieux"
Sacha avait 30 ans, en 2009, quand on lui a annoncé brutalement sa séropositivité. Comment vit-il, aujourd’hui, cette maladie devenue chronique ? Quelles sont les limitations dans son quotidien ? Rencontre.
www.lalibre.be
Malgré le Covid, le VIH/sida existe encore : "Il est devenu extrêmement compliqué de capter l’attention du public"
À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, qui a lieu le 1er décembre depuis 1988, la Plateforme prévention sida (PPS) a choisi pour slogan de sa campagne annuelle "Le VIH/sida existe encore mais…". "Le but de notre campagne e
www.lalibre.be
De ‘onelegante’ middelvinger van Éric Zemmour
De presidentskandidatuur van Éric Zemmour komt er na een turbulent weekend. Zo werd hij onder meer op beeld vastgelegd, terwijl hij zijn middelvinger opstak naar een voorbijganger.
De Standaard
Opgelet voor ‘tractorfile’: boze boeren trekken woensdag de straat op in Gent
Op?woensdag 1 december plannen de boeren een grote tractorenactie in alle Vlaamse provincies, tegen het uitblijven van een stikstofkader. Dat kondigt de Boerenbond aan. In Gent verwacht de politie grote verkeershinder op de R40.
www.hbvl.be
Le gouvernement bruxellois, une poule sans tête
Un édito de Dorian de Meeûs.
www.lalibre.be
Le décès et l'héritage de Mahomet (Podcast)
Voici la suite de notre série consacrée au principal prophète des musulmans.
www.lalibre.be
Vaccinatiecentrum in Flanders Expo heropent vandaag: vanaf nu 2.500 boostershots per dag
Deze ochtend heropent Gent zijn vaccinatiecentrum in Flanders Expo. De tweede fase in de grootschalige campagne tegen het coronavirus kan daarmee op snelheid komen.
www.hbvl.be
Coronacijfers nemen trager toe: 320 ziekenhuisopnames en 40 overlijdens per dag
Tussen 21 en 27 november zijn dagelijks gemiddeld 17.839 coronabesmettingen geregistreerd in ons land. Het gaat om een stijging van 12 procent, blijkt woensdagochtend uit cijfers van gezondheidsinstituut Sciensano. Daarmee lijkt de groei van het aantal besmettingen verder te vertragen: gisteren bedroeg de stijging nog 15 procent.
www.hbvl.be
La Belgique dépasse la barre des 27.000 morts du Covid-19
Entre le 24 et le 30 novembre, il y a eu en moyenne 320,4 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une hausse de 10% par rapport à la période de référence précédente, selon les chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano mis à jour mercredi matin. Au total, 3.750 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 780 patients traités en soins intensifs.
www.7sur7.be
CNN schorst Chris Cuomo vanwege rol in seksschandaal ex-gouverneur New York Andrew Cuomo
De Amerikaanse nieuwszender CNN heeft dinsdag topnieuwsanker Chris Cuomo geschorst. Die komt er door zijn betrokkenheid in het seksschandaal van zijn oudere broer, voormalig gouverneur van New York Andrew Cuomo.
www.hbvl.be
Gène Bervoets schittert als gewiekste bendeleider in Streamz-reeks ‘De Kraak’
Streamz pakt vanaf vandaag uit met de gloednieuwe serie ‘De Kraak’, waarin een dievenbende de grootste bankroof aller tijden wil plegen. Gène Bervoets kruipt in de huid van crimineel Alidor Van Praet, die met z’n meesterplan 350 miljoen euro rijker hoopt te worden.
HLN.be
Gène Bervoets schittert als gewiekste bendeleider in Streamz-reeks ‘De Kraak’
Streamz pakt vanaf vandaag uit met de gloednieuwe serie ‘De Kraak’, waarin een dievenbende de grootste bankroof aller tijden wil plegen. Gène Bervoets kruipt in de huid van crimineel Alidor Van Praet, die met z’n meesterplan 350 miljoen euro rijker hoopt te worden.
HLN.be
Gewezen Radio Minerva-dj trouwt op 91-jarige leeftijd: “Om haar toekomst veilig te stellen”
Superromantisch werd het afgelopen maandag in Ekeren niet – “een dag als een andere” – maar bijzonder is het genoeg: Felix De Bisson, gewezen dj Fé bij Radio Minerva, en zijn Lucienne zijn getrouwd, en dat op zijn 91ste. Zijn kersverse vrouw is er 83, ze kennen elkaar al lang. “Lucienne was een vriendin van mijn vorige vrouw, en zij had beloofd om na haar dood voor mij te zorgen.”
www.hbvl.be
Onderzoek: “Kinderen hebben minder energie en zijn vaker verdrietig dan vroeger”
Kinderen tussen 10 en 12 jaar hebben minder energie, zijn vaker verdrietig en vervelen zich meer dan leeftijdsgenoten die in 2018 zijn bevraagd. Dat stellen onderzoekers vast na een grootschalige bevraging van bijna 2.500 kinderen. Het sluiten van scholen en beperken van activiteiten als sportclubs, pretparken, muziekscholen en musea laten duidelijk sporen na bij de jeugd.
www.hbvl.be
Schrijfster ‘The lovely bones’ verontschuldigt zich bij man die werd vrijgesproken van haar verkrachting
Schrijfster Alice Sebold heeft dinsdag haar excuses aangeboden aan de man die vorige week werd vrijgesproken van haar verkrachting in 1981. De zaak vormde de basis voor haar boek ‘Lucky’.
www.hbvl.be